Une plante herbacée pour sauver les monarques


Au Québec, si vous faites un jardin, ou planter des fleurs à l’extérieur, pensez a planter l’asclépiade. Cette plante est importante pour les papillons monarques.
Nuage

 

Une plante herbacée pour sauver les monarques

 

La Fondation David Suzuki incite la population à planter l’asclépiade pour protéger les papillons monarques au Québec.

L’asclépiade est la plante dont se nourrissent les monarques et sur laquelle les femelles pondent leurs œufs. Aussi connue sous le nom de «soyer du Québec» et «soie d’Amérique», cette plante est considérée comme une mauvaise herbe. Dans certaines régions, 60 à 90 % des asclépiades ont disparu en raison des pratiques agricoles et de l’utilisation d’herbicides à grande échelle. Depuis les années 1990, la population de monarques a d’ailleurs chuté d’environ 90 %.

Les experts ont donc identifié l’acte de planter de l’asclépiade comme le geste le plus important que l’on puisse poser pour assurer la survie de ces papillons.

La nouvelle campagne de sensibilisation, l’Effet papillon, en fait la promotion.

«Les monarques sont une véritable merveille de la nature, pesant moins qu’un trombone et parvenant tout de même à faire un trajet chaque année de plusieurs milliers de kilomètres du Mexique jusqu’au Québec», a souligné Jean-Patrick Toussaint, chef des projets scientifiques de la Fondation David Suzuki. «Nous incitons aujourd’hui les Québécois à contribuer eux aussi à la survie de ces fascinantes créatures en plantant de l’asclépiade en grand nombre sur nos balcons, dans nos jardins et nos cours d’école», a-t-il ajouté.

Au printemps 2014, la Fondation David Suzuki avait lancé une campagne similaire dans la région de Toronto, ce qui a permis de planter 15 000 asclépiades dans le sud de l’Ontario.

http://www.tvanouvelles.ca/

La soie d’Amérique passe en production industrielle


J’ai vu un reportage l’an dernier, je crois, et cette mauvaise herbe qui nourrit tout de même nos chers papillons monarques l’été serait aussi un atout précieux pour nous. Un manteau fait avec cette soie végétale serait très légèr, imperméable et aussi chaud que ceux fait en plume d’oie
On peut espérer qu’ils ne soient pas trop chers non plus
Nuage

 

La soie d’Amérique passe en production industrielle

 

Un papillon monarque sur une fleur d'asclépiade 

Photo :  François Allard

Un texte de Jean-Michel Leprince

Le soyer du Québec a le vent dans les voiles. La première récolte à échelle industrielle de cette plante est déjà entièrement écoulée et on veut la multiplier par 10 le plus vite possible.

L’asclépiade (Asclepias syriaca), c’est la plante à l’état sauvage, la « mauvaise herbe ». Mais celle que l’on cultive s’appelle maintenant officiellement soyer du Québec (dans la vallée du Saint-Laurent) et son produit, la fibre chaude, souple, résistante et hydrophobe, s’appelle dorénavant soie d’Amérique.

Ainsi en ont décidé les pionniers de cette nouvelle culture et cette industrie naissante qui promet des vêtements chauds repoussant l’humidité, des isolants thermiques et acoustiques ou des absorbants pétroliers. Des propriétés uniques, écologiques et prometteuses.

L’asclépiade est l’habitat et la nourriture du monarque, ce papillon qui émigre tous les hivers au Michoacan, au Mexique, et revient au nord au printemps.

Il y a eu très peu de monarques au Québec cette année, sauf dans la région de Saint-Tite, où se trouvent les champs de Daniel Allard, PDG de la coopérative Monark, et d’une vingtaine d’autres agriculteurs.

Une abeille butinant une fleur d'asclépiade

Le champ produit déjà au bout de deux ans, au lieu des trois années prévues pour l’implantation. Les abeilles assistent les monarques pour la pollinisation. En passant, elles produisent du miel d’asclépiade. Photo :  François Allard

La récolte cette année est de 100 hectares (soit 1 million de mètres carrés) et elle a déjà trouvé entièrement acquéreur.

À 250 grammes de fibre par manteau et en moyenne 2500 manteaux par hectare, il y a de quoi faire au moins 250 000 vêtements chauds. Et il y aurait plusieurs grandes marques mondialement connues sur les rangs.

« On a eu plusieurs demandes du marché dans différents secteurs d’applications », soutient François Simard, PDG de Encore 3, « ce qui fait que tout ce que nous avons ici est déjà engagé chez certains de nos clients. »

« On trouvera la soie d’Amérique dans les premières collections de vêtements d’hiver, qui seront des collections d’exploration, aussi dans les absorbants pétroliers et dans des produits de literie. »— François Simard, PDG de Encore 3

Le fabricant québécois de vêtements de sport Chlorophylle a déjà une longueur d’avance. Il met au point une combinaison extrêmement chaude et hydrophobe qui pourrait remplacer le duvet et permettre à un alpiniste d’apporter deux fois moins de vêtements et de sacs de couchage dans une expédition. Le test suprême : l’Everest, en mai 2016, avec l’alpiniste Jean-François Tardif.

Un follicule d'asclépiade à maturite

Les follicules sont à maturité et prêts à être récoltés. La récolte doit se faire avant que la « perruche » craque et que les fibres apparaissent. Photo :  Radio-Canada/Jean-Michel Leprince

Perspectives alléchantes

Les producteurs visent une récolte de 400 hectares l’an prochain (300 hectares ont été ensemencés en 2014) et on veut ensemencer 1500 hectares de plus au printemps 2016.

« La semence, c’est le nerf de la guerre », explique Daniel Allard, PDG de la coopérative Monark. « La première étape, c’est la cueillette indigène. Une fois traitée, préparée, on assure la traçabilité, pour implanter les grains dans les mêmes régions où ils ont été cueillis pour rassurer les entomologistes, s’assurer que le papillon ne change pas son aire de migration. »

Grâce au Centre des semences forestières de Berthier, on a réussi à réduire le coût d’ensemencement du soyer du Québec de 15 000 $ à 180 $.

« Avec le grain, on imite ce que fait l’hiver. Il gèle très fort, c’est le refroidissement. Puis il est trempé dans l’eau froide, il faut un certain taux d’humidité et puis il est implanté. C’est le travail de sortie de dormance, ils ont des machines spécialisées qui font ça à Berthier. » Daniel Allard, PDG de la coopérative Monark

Le rendement prévu pour l’agriculteur est de 1000 $ à 1500 $ net par hectare, l’équivalent d’un hectare de maïs sucré, mais sur des terres marginales, moins fertiles.

La première usine industrielle de séchage et de séparation de la fibre des graines est maintenant opérationnelle à Saint-Tite. D’autres usines seront construites ailleurs au Québec près d’autres aires de production, notamment au Bas-Saint-Laurent, en Estrie et dans les Laurentides.

Le programme ACCORD du gouvernement du Québec appuie le projet. Son représentant, Ghislain Bouchard, est enthousiaste.

« C’est un produit 100 % québécois et un projet qui peut nous amener d’énorme potentiel pour le futur. Il n’existe nulle part ailleurs dans le monde. Les équipements sont fabriqués ici. Personne n’a cette technologie-là; on a les devants sur tout. À nous d’en profiter. » Ghislain Bouchard, programme ACCORD du gouvernement du Québec

http://ici.radio-canada.ca/