La réglisse, un bonbon… pas bon pour le coeur


Les bonbons à la réglisse noire ne sont pas si inoffensifs qu’ils paraissent surtout après 40. En fait à cet âge mieux vaut s’en abstenir. Ne jamais en manger en grande quantité peu importe l’âge. La réglisse noire peut provoquer de l’arythmie, hypertension, insuffisance cardiaque et peuvent interagir avec certains médicaments, même avec des compléments alimentaires ou des plantes médicinales. Malgré tout la réglisse est utilisé pour certains maux autant par la médecine chinoise ou occidentale.
Nuage

 

La réglisse, un bonbon… pas bon pour le coeur

 

Certaines de ces sucreries sont déconseillés aux adultes souffrant de problèmes cardiovasculaires.

En effet, la Food and Drug Administration (FDA) explique dans un communiqué que les bonbons à la réglisse contiennent de l’acide glycyrrhizique qui réduit le taux de potassium dans l’organisme et favorise l’arythmie cardiaque, l’hypertension voire l’insuffisance cardiaque. En 2011, comme nous le rapportions,la FDA recommandait déjà d’éviter la consommation de réglisse après 40 ans.

Article paru le 8 novembre 2011

La Food and Drug Administration (FDA) américaine conseille aux personnes ayant dépassé les 40 ans de limiter leur consommation de réglisse, car elle pourrait causer une arythmie cardiaque.

Cet avertissement concerne les bonbons à la réglisse de couleur noire, les bonbons d’autres couleurs disposent d’une concentration très faible en réglisse. Cette plante contient un composé appelé acide glycyrrhizique, principe actif donnant le goût sucré aux bâtons de réglisse, qui peut faire chuter le taux de potassium dans le corps.

Chez certaines personnes, la baisse rapide de potassium peut entraîner une irrégularité des battements du cœur, une forte tension artérielle, des gonflements, un état de somnolence et des insuffisances cardiaques.

Après 40 ans, mieux vaut ne pas trop consommer de bonbons à la réglisse. © YannGarPhoto.wordpress.com-Flickr CC by sa 20

Après 40 ans, mieux vaut ne pas trop consommer de bonbons à la réglisse. © YannGarPhoto.wordpress.com-Flickr CC by sa 20

    Ce n’est que pour les enfants !

    Ceci s’applique surtout aux personnes de plus de 40 ans. Le fait de consommer 60 grammes de réglisse par jour pendant deux semaines peut envoyer certains gourmands à l’hôpital, explique la FDA.

    La réglisse provient de Turquie et d’Asie. C’est un ingrédient prisé de la médecine chinoise traditionnelle, mais aussi de la médecine occidentale. Elle est utilisée pour traiter les brûlures d’estomac, les ulcères de l’estomac, les bronchites, les maux de gorge et certaines infections comme les hépatites.

    Mais les scientifiques peinent à se mettre d’accord sur les propriétés et les méfaits de cette plante. Certaines études montrent que des dérivés de réglisse peuvent être utilisés pour prévenir certains cancers, traiter l’addiction à la cocaïne mais peuvent aussi réduire le QI des bébés in utero.

    Consommation de réglisse : les conseils de la FDA

  • Peu importe votre âge, évitez de consommer de la réglisse (noire) en grandes quantités d’un coup.

  • La réglisse peut interagir avec les médicaments, les compléments alimentaires et les plantes médicinales.

  • Si vous consommez de la réglisse noire en grande quantité et que vous remarquez une arythmie de votre cœur, arrêtez immédiatement d’en manger et contactez un médecin.

http://www.futura-sciences.com/

Mort dans son sommeil ►Son appareil respiratoire était mal branché


Qui aurait su qu’un appareil aidant a respirer la nuit pour ceux qui souffre de l’apnée du sommeil doit se brancher uniquement a une plaque murale ? Cela prend toujours un drame pour changer les chose alors qu’il aurait fallut qu’une mise a garde …
Nuage

 

Mort dans son sommeil ►Son appareil respiratoire était mal branché

 

(Crédit photo: Gracieuseté) Yan Desjardins

TVA Nouvelles

Yan Desjardins, un jeune homme de 33 ans de Longueuil aux prises avec l’apnée du sommeil est mort dans son sommeil après que son appareil de ventilation ait cessé de fonctionner.

«J’ai été dans la chambre pour aller voir comment il allait et puis finalement, je l’ai découvert en arrêt cardio-respiratoire», se souvient Sophie Tessier, la femme de Yan Desjardins et mère de quatre enfants.

«Il avait une cardiomégalie, il manquait d’oxygène, il a développé une arythmie et puis, comme il n’y avait personne aux alentours, il est décédé sur le coup», explique le docteur Jacques Robinson.

L’appareil C.P.A.P., une sorte de ventilateur qui pousse de l’air dans les voies respiratoires couramment utilisé pour contrôler l’apnée lors du sommeil, avait été mal branché. En fait, il a été branché dans une rallonge électrique, ce qui n’est pas recommandé, puisque l’appareil peut surchauffer.

«S’il avait branché ça directement au mur, il serait peut-être encore en vie aujourd’hui», indique le docteur Jacques Robinson.

En effet, des analyses en laboratoire ont démontré que son appareil fonctionnait bien, mais que l’adaptateur dans lequel il était branché était, par contre, défectueux, puisque cinq des six fiches de la prise ne fonctionnaient pas.

Le coroner Robinson écrit dans son rapport -dont TVA Nouvelles a obtenu copie- qu’il faut brancher le C.P.A.P. directement dans une prise murale, mais Sophie Tessier et Yan Desjardins n’ont jamais été informés du danger que cela représentait.

(Crédit photo: TVA Nouvelles) Sophie Tessier

«J’étais choquée. Je me sentais coupable, triste», confie la femme.

Des règles d’utilisation méconnues

 

Un médecin spécialiste de l’apnée du sommeil rencontré par TVA Nouvelles a avoué ne pas savoir qu’on ne peut brancher l’appareil à un adaptateur.

«Ça, c’est une découverte. J’ai appris quelque chose du rapport du coroner», déclare le docteur Marcel Baltzan de la clinique du sommeil de l’Hôpital Mont-Sinaï.

Une consigne qui n’est d’ailleurs pas indiquée dans les manuels d’instructions. C’est pourquoi, dans son rapport, le coroner Robinson recommande, entre autres, que les fabricants d’appareils fassent une mise en garde aux utilisateurs et que Santé Canada émette des directives très claires, alors qu’un Québécois sur 20 souffre d’apnée du sommeil.

http://tvanouvelles.ca