Pourquoi la taille de vos vêtements est une belle arnaque


Vous avez sans doute remarqué quand vous magasinez des vêtements, d’une marque à l’autre, la taille peut varier et c’est très souvent très frustrant et le pire c’est que cela est voulu pour cela
Nuage

 

Pourquoi la taille de vos vêtements est une belle arnaque

© thinkstock.

« Ces chiffres ne veulent rien dire. »

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi, dans un certain magasin, vous achetez vos vêtements en XS, et dans un autre, vous devez prendre une taille L? Cela n’a rien d’étonnant selon une enquête du site Vox. Il y a quelques jours, la journaliste Dion Lee a décidé d’acheter trois jeans de la même taille (4 aux USA, donc un 36 chez nous(Belgique ndlr)) chez trois enseignes différentes, Zara, Forever21 et Topshop. Et effectivement, les trois pantalons ne lui allaient pas du tout de la même façon: le premier était trop grand, le second ok mais le troisième trop petit.

Pourquoi est-ce si compliqué de trouver sa taille? Il faut revenir aux origines de la production de masse pour comprendre cette évolution, comme l’explique la vidéo de Vox. En 1939, le gouvernement américain a collecté les données de 15.000 femmes, toutes blanches et pour la plupart défavorisées (puisque l’expérience était payée), bref un échantillon pas très représentatif de la diversité des corps de l’époque, pour établir un système de tailles standardisées dès 1958. Très controversé, ce système a été mis à jour en 1970 puis abandonné. Mais par la suite, dans les années 70-80, les grandes marques ont commencé à populariser leur propre guide de tailles.

Les tailles sont devenues de plus en plus petites, tandis que les femmes ont globalement grandi et grossi. C’est ce qu’on appelle le phénomène du « Vanity sizing », destiné à flatter le client en lui faisant croire qu’il est plus mince qu’en réalité. Par exemple, quand une étiquette indique 38, le vêtement correspond en fait à un 40. Chaque marque s’adresse à son public cible et c’est pour cette raison que des tailles complètement incohérentes peuvent apparaître dans des magasins qui appartiennent pourtant au même groupe.

« Ce n’est pas votre faute, c’est la faute de l’industrie », assure le professeur Lynn Boorady, experte dans le domaine de la mode et du textile. « Les corps des femmes sont très bien comme ils sont. Ces chiffres sur les vêtements sont choisis au hasard, ils ne veulent rien dire. »

 

http://www.7sur7.be/