Les profs de Floride vont pouvoir être armés en classe


La belle affaire ! Comment peut-on être aussi borné ! Avoir une arme à la portée de la main, est une raison de mal s’en servir. En Floride, la loi d’armer les enseignants sur une base volontaire à fini par être accepté. Alors qu’il serait plus judicieux de règlementer de façon plus sévère le droit aux armes à feu et interdire certains types d’armes
Nuage

 

Les profs de Floride vont pouvoir être armés en classe

 

Agence France-Presse
Miami

Le parlement de l’État américain de Floride a adopté mercredi une loi autorisant les enseignants à porter une arme à feu en classe, une mesure extrêmement controversée et dont l’efficacité reste à prouver.

L’objectif de la nouvelle loi, qui devrait être promulguée sans hésitation par le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis, est d’éviter une nouvelle tuerie en milieu scolaire, après celle dans une école de Parkland où un ancien élève avait tué 17 personnes le 14 février 2018.

Le texte a été approuvé mercredi par 65 voix contre 47 à la Chambre des représentants de Floride, après avoir obtenu la semaine dernière la majorité au Sénat local. 

La loi prévoit que les professeurs puissent s’armer sur la base du volontariat, après avoir suivi une formation au maniement des armes de 144 heures.

Les opposants à la mesure soutiennent que la solution aux violences par armes à feu ne peut être d’autoriser davantage d’armes à feu. 

Ils s’alarment du danger d’accident chez des enseignants catapultés de facto dans une mission policière et qui pourraient, face à de vrais policiers, être pris par erreur pour un tireur dangereux. 

« Armer les enseignants est la recette pour une tragédie », a commenté la représentante démocrate de Floride Val Demings, ex-chef de la police de la ville d’Orlando. « La véritable solution est de garder les armes hors d’accès des mains néfastes ».

Après la tuerie de Parkland, le président Donald Trump avait proposé d’armer les enseignants aux États-Unis, mais avait refusé d’envisager l’interdiction des fusils d’assaut, un type d’arme très létal utilisé le jour du massacre.

https://www.lapresse.ca/

Des médecins manifestent contre les armes à feu partout au pays


Le Canada n’a peut-être pas le même nombre de blessures ou de morts par arme à feu qu’aux États-Unis, mais nous ne sommes pas obligés d’attendre pour régler, du moins diminuer les conséquences dues aux armes à feu. Les médecins et le personnel de la santé ont protesté haut et fort pour que le gouvernement agisse. Mais comme tous bons politiciens, le ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, a bien entendu, mais pour agir, c’est autre chose.
Nuage

 

Des médecins manifestent contre les armes à feu partout au pays

 

Les médecins réclament une interdiction complète de posséder... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

 

Les médecins réclament une interdiction complète de posséder des armes de poing et armes d’assaut ainsi que l’adoption du projet de loi C-71 qui renforce l’encadrement des armes à feu.

UGO GIGUÈRE
La Presse Canadienne
Montréal

Chaque semaine, l’équipe de traumatologie du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) doit traiter au moins un patient victime d’une blessure par arme à feu. Mercredi, les médecins et autres professionnels de la santé sont sortis dans la rue pour joindre leur voix à celles de leurs collègues de 13 hôpitaux à travers le Canada afin de dire haut et fort qu’ils en ont assez.

D’après la coalition Doctors for Protection from Guns, les armes à feu représentent un grave problème de santé publique au pays.

Des chirurgiens traumatologues, chefs de départements, infirmières et préventionnistes du CUSM ont tenu une conférence de presse pour réclamer l’interdiction complète des armes de poing et des fusils d’assaut au Canada. Un message relayé d’un océan à l’autre.

«On voit depuis 2013 une augmentation de 42% de la mortalité liée à des blessures par armes à feu au Canada. À Montréal, on voit une augmentation du nombre de patients blessés ou morts par des armes à feu. Il est temps qu’on change notre façon de parler des armes à feu. C’est un enjeu de santé publique et il faut qu’on le dise», a déclaré le chirurgien traumatologue Jeremy Grushka.

«Quand on regarde la manière dont on gère cette problématique d’un point de vue de santé publique, je pense qu’on pourrait faire mieux», poursuit le chef du département de traumatologie Tarek Razek.

Celui-ci ne croit pas que le Canada soit allé assez loin pour appliquer les meilleures pratiques de sécurité afin de réduire au minimum les risques que représentent les armes à feu dans la société.

«D’un point de vue de santé publique, c’est comme les voitures. Est-ce qu’il y a toujours des accidents de voiture? Oui. Mais est-ce qu’on réduit le risque au minimum d’avoir des accidents?», compare-t-il.

Militant au sein du regroupement Poly se souvient, Jean-François Larrivée a salué l’appui des médecins dans ce combat pour restreindre l’accès aux armes. Celui-ci a perdu sa jeune épouse dans la tuerie survenue à Polytechnique Montréal en 1989.

«Je milite depuis 30 ans pour le souvenir de Maryse et des autres filles. Les médecins ont une voix qui porte. Ils sont pragmatiques, ils ont une influence intellectuelle, ils ont un leadership», se réjouit-il.

«Je veux aider les autres femmes à ne pas subir le même drame et si on peut sauver une vie ça aura valu la peine», souligne M. Larrivée.

Comment soigner une blessure

Le personnel soignant du CUSM est exaspéré au point où l’équipe de prévention commence à enseigner au public les techniques de premiers soins en cas de blessures par balles.

Tara Grenier, coordonnatrice du programme de prévention des blessures au CUSM, transmet aux élèves du secondaire, à des employés d’usine et au public en général des méthodes pour stopper l’hémorragie causée par une balle ou une arme blanche.

«Ce sont des techniques de guerre qu’on emploie dans le monde civil. On est rendu là. Peut-être qu’on pourra sauver des gens au lieu qu’ils meurent au bout de leur sang», mentionne la thérapeute sportive.

Ottawa tend l’oreille

Le Dr Tarek Razek espère sincèrement que sa voix et celles de ses collègues soient entendues. Selon lui, le fait qu’ils soient en première ligne pour constater les ravages causés par les armes donne du poids à leurs arguments.

Sur la colline parlementaire à Ottawa, le ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, a dit tendre l’oreille aux revendications des médecins.

«J’ai rencontré plusieurs fois des regroupements de médecins. Leur point de vue est pertinent, ils sont en première ligne pour traiter des victimes de blessures par armes à feu. Je crois qu’il y a des choses que l’on doit faire pour protéger nos communautés et nous sommes prêts à considérer des mesures qui empêcheraient les gens mal intentionnés de se procurer des armes pour blesser ou tuer», a-t-il commenté.

Le ministre n’a cependant pas l’intention d’accélérer le processus comme l’ont fait les élus de Nouvelle-Zélande à la suite de la tuerie de Christchurch.

«Je pense que les Canadiens s’attendent à ce qu’on écoute les différentes opinions de la population afin de trouver le meilleur moyen de rendre nos communautés plus sécuritaires», a mentionné M. Blair.

https://www.lapresse.ca/

En Nouvelle-Zélande, même le lobby des armes approuve l’interdiction des fusils d’assaut


La Première Ministre de la Nouvelle-Zélande n’a pas froid aux yeux et veut changer les choses à propos des armes à feu. Et le lobby des armes dans ce pays appuie la décision de Madame Jacinda Ardern. C’est tellement différent des États-Unis, et pourtant, ils devraient prendre l’exemple sur la Nouvelle-Zélande. Le plus drôle est que la NRA américaine a voulu mettre son grain de sel et ils ont été repoussés en se faisant dire de s’occuper de leurs affaires. Bravo !! Car les Américains ne sont pas un modèle à suivre sur ce sujet ..
Nuage

 

En Nouvelle-Zélande, même le lobby des armes approuve l’interdiction des fusils d’assaut

 

Le contraste ne pourrait être plus fort avec... (PHOTO WILLIAM WEST, AFP)

 

Le contraste ne pourrait être plus fort avec les États-Unis, où la moindre tentative de toucher à la législation sur les armes est entravée par la farouche résistance de la National Rifle Association (NRA). En Nouvelle-Zélande, même les propriétaires d’armes pensent que les choses doivent changer.

PHOTO WILLIAM WEST, AFP

 

NEIL SANDS
Agence France-Presse
Wellington

Le Parlement néo-zélandais examine cette semaine un durcissement des lois sur les armes dans la foulée du carnage des mosquées de Christchurch, une réforme qui fait consensus jusque dans les rangs du lobby des propriétaires d’armes à feu.

Le contraste ne pourrait être plus fort avec les États-Unis, où la moindre tentative de toucher à la législation sur les armes est entravée par la farouche résistance de la National Rifle Association (NRA). En Nouvelle-Zélande, même les propriétaires d’armes pensent que les choses doivent changer.

L’électrochoc aura été le massacre du 15 mars dans deux mosquées de Christchurch, où 50 fidèles ont été abattus par un suprémaciste blanc australien.

« Nous voulons soutenir tous les changements que notre gouvernement décidera pour empêcher un nouvel attentat terroriste en Nouvelle-Zélande », a déclaré Nicole McKee, secrétaire du Conseil des propriétaires d’armes à feu sous licence.

Moins d’une semaine après le carnage, la première ministre Jacinda Ardern avait annoncé l’interdiction des armes semi-automatiques de type militaire (MSSA). La réforme sera présentée mardi au Parlement.

« Cibles en papier »

Il faut généralement des mois pour que ce genre de loi passe, mais Mme Ardern a jugé le sujet d’une urgence telle qu’elle devait être votée d’ici le 11 avril.

D’autres mesures devraient être prises avant la fin de l’année parmi lesquelles, potentiellement, la création d’un registre des armes, un renforcement des contrôles préalables à la délivrance de permis de port d’arme ainsi que des exigences plus fortes en matière de stockage des armes.

Chose impensable aux États-Unis, l’une des plus grandes armureries néo-zélandaises, Hunting & Fishing, a pris l’initiative d’arrêter de vendre des fusils semi-automatiques de type militaire et suspendu ses ventes d’armes en ligne.

« Ce genre d’armes de guerre n’ont pas leur place dans notre entreprise, ou notre pays », a déclaré le directeur général de Hunting & Fishing Darren Jacobs.

La Nouvelle-Zélande a sa propre National Rifle Association. Mais depuis le massacre de Christchurch, celle-ci ne cesse de rappeler qu’elle n’est qu’une petite association sportive, et non le riche et influent lobby qu’est la NRA américaine.

« Nos membres tirent sur des cibles en papier avec des fusils à verrou à un coup », explique son président Malcolm Dodson.

La NRA néo-zélandaise envisagerait même un changement de nom pour mieux se distinguer de la très controversée association américaine.

23 fois plus d’homicides

La Nouvelle-Zélande et les États-Unis présentent bien des similitudes. Voici deux anciennes colonies britanniques dont les populations d’origine européenne ont combattu les peuples indigènes et forgé au 19e siècle une mentalité de pionniers repoussant sans cesse la « frontière ».

Mais les deux pays ont une attitude fondamentalement différente sur les armes à feu, comme l’illustrent des statistiques frappantes.

En 2016, la Nouvelle-Zélande (4,7 millions d’habitants) a enregistré neuf homicides par arme à feu. Aux États-Unis (327 millions d’habitants), il y en a eu 14 415, soit un taux par habitant 23 fois supérieur.

On dénombre aux États-Unis environ 393 millions d’armes aux mains de la population, soit 1,2 par habitant. Il y en a 1,5 million en Nouvelle-Zélande, soit 0,3 par personne.

Le gouvernement néo-zélandais estime à 13 500 le nombre d’armes semi-automatiques de type militaire au sein de la population. Il y en aurait 15 millions en circulation aux États-Unis.

La différence fondamentale entre les deux pays réside dans le deuxième amendement de la Constitution américaine, hérité des pères fondateurs et qui garantit le « droit » du peuple à « porter des armes », selon Philip Alperts, spécialiste des politiques sur les armes à feu à l’Université de Sydney.

« Occupez-vous de vos affaires ! »

Ce chercheur néo-zélandais explique que la Nouvelle-Zélande considère la propriété d’une arme comme un privilège, alors qu’elle est aux États-Unis un droit inaliénable.

« Notre population serait horrifiée à la vue, aux États-Unis, de gens en train de déambuler avec une arme », dit-il, en expliquant que la sécurité est un aspect fondamental de la culture néo-zélandaise des armes à feu.

La Nouvelle-Zélande compte cependant, elle aussi, une minorité extrémiste radicale.

« La tyrannique première ministre tue le tir sportif », annonçait ainsi récemment sans nuance un des principaux sites internet néo-zélandais pro-armes.

Mais quand la NRA américaine et d’autres lobbys ont cherché à faire entendre leur voix dans le débat néo-zélandais, la réplique de l’ex-ministre de la Police Judith Collins a été sans détour.

« Occupez-vous de vos affaires ! », a-t-elle dit.

https://www.lapresse.ca/

Des vidéos montrant aux enfants comment se suicider sur YouTube


YouTube kids est destinée aux enfants, et bien sûr, on croit qu’on évite ainsi des vidéos indésirables. Il semble que non. Des vidéos circulent malheureusement, qui montre comment se suicider et cela va encore plus loin, des vidéos sur YouTube Kid circulent sur les violences des armes à feu, trafic humain, abus sexuel, etc .. Il est important de les signalés, mais malheureusement cela prend quelques jours pour YouTube de les supprimer
Nuage

 

Des vidéos montrant aux enfants comment se suicider sur YouTube

 

Article 13 YouTube

La plateforme YouTube Kids a été créée pour offrir un contenu adapté à un jeune public. Pourtant, une mère a découvert avec horreur qu’elle renfermait des vidéos troublantes, dont une montrant comment s’enlever la vie.

Free Hess a consulté un tel contenu en juillet dernier, quand une autre mère l’a alertée de la situation. Elle et son fils regardaient une vidéo sur YouTube Kids quand, inséré au milieu de la production, un homme en verres fumés est apparu pour montrer à son fils comment s’ouvrir les veines.

Hess, elle-même une pédiatre, a immédiatement signalé le contenu à YouTube, en plus de publier des articles sur des groupes parentaux. Selon son témoignage, la compagnie a mis une semaine avant de retirer le contenu.

Si elle croyait le problème éradiqué, ce dernier est réapparu dernièrement, cette fois sur la principale plateforme de YouTube. Encore une fois, la publication a été signalée par de nombreux utilisateurs et YouTube l’a retirée quelques jours plus tard.

«Cela me met en colère, m’attriste et me frustre, a déclaré Hess au réseau CNN. Je suis une pédiatre et je vois de plus en plus d’enfants arriver avec des blessures qu’ils se sont eux-mêmes infligées lors de tentatives de suicide. Je n’ai aucun doute que les réseaux sociaux y sont pour quelque chose.»

Lorsque Mme Hess s’est rendue sur YouTube Kids pour naviguer à travers la plateforme plus en profondeur, elle affirme avoir découvert encore plus de contenus horrifiants. Selon son témoignage, elle y a trouvé des vidéos faisant l’apologie du suicide, de l’exploitation sexuelle, du trafic humain, de la violence par arme à feu et de la violence conjugale. Une vidéo, inspirée du jeu vidéo «Minecraft», montre même une tuerie dans une école.

La dame implore Google (la compagnie mère de YouTube) d’accorder davantage de ressources pour contrer ce genre de contenus, particulièrement sur la plateforme jeunesse.

En réponse aux demandes de Mme Hess, YouTube a indiqué dans une déclaration qu’elle travaillait à rendre les vidéos sur YouTube Kids les plus adaptées possible aux familles et que la compagnie prenait les commentaires de ses utilisateurs au sérieux.

«Les vidéos signalées sont revues manuellement 24 heures 24 et 7 jours 7. Toute vidéo qui n’a pas sa place sur notre application est retirée», a-t-elle rappelé.

En attendant, Free Hess estime qu’il est également de la responsabilité du parent de vérifier les contenus consultés par son enfant sur YouTube Kids ou toute autre plateforme de divertissement en ligne.

«Il y a une fracture entre les connaissances technologiques de l’enfant et celles de son parent parce que ceux-ci n’ont pas grandi dans cet environnement», affirme-t-elle.

Elle encourage également les parents à continuer de travailler ensemble pour combattre le problème.

https://www.tvanouvelles.ca/

Depuis Parkland, 1.200 enfants et ados tués par balle aux États-Unis


Aux États-Unis, un projet pour parler des victimes d’arme à feu qui ne sont pas issues de tueries de masse. Depuis un an, le 14 février de la fusillade à Parkland, il y a eu 1 200 enfants et adolescent tué par balle. Cela va par des accidents, des violences domestiques, ou encore des meurtres-suicides. Cela ne compte pas non plus les adultes qui sont mort dans des circonstances semblables. Ce n’est pas un mur que les États-Unis ont besoin …. mais un contrôle des armes è feu, chose que tout les pays devraient y songer
Nuage

 

Depuis Parkland, 1.200 enfants et ados tués par balle aux États-Unis

Un mémorial aux victimes de la fusillade de Parkland en Floride, le 14 février 2019 | Joe Raedle / AFP

Un mémorial aux victimes de la fusillade de Parkland en Floride, le 14 février 2019 | Joe Raedle / AFP

Repéré par Claire Levenson

Un site internet a été créé pour recenser et commémorer les victimes d’armes à feu de moins de 18 ans.

Depuis le 14 février 2018 et la fusillade de Parkland, qui avait fait dix-sept victimes dans un lycée de Floride, 1.200 enfants et jeunes de moins de 18 ans ont trouvé la mort à cause d’armes à feu aux États-Unis.

Afin que ces décès ne passent pas inaperçus, deux médias américains (le groupe de journaux McClatchy et le site The Trace) ont recruté une équipe de 200 journalistes en formation, qui ont rédigé de courts portraits des victimes. Leurs textes sont rassemblés sur le site Since Parkland[«Depuis Parkland»].

Après la fusillade de 2018, de jeunes activistes anti-armes avaient reproché aux médias de n’écrire que sur les tueries de masse et d’ignorer les incidents isolés, qui tuent plusieurs jeunes par jour. Le site Since Parkland a été conçu pour remédier à ce déséquilibre.

Sur tous les décès comptabilisés, au moins 154 étaient des accidents (un enfant qui s’est tué avec une arme chargéetraînant à la maison, par exemple) et 131 étaient liés à des violences domestiques. On recense également un grand nombre de meurtres-suicides (comme ce père qui a tué sa famille avant de se donner la mort). Les suicides à proprement parler n’ont pas été pris en compte.

Plus que de simple statistiques

Le site recense des histoires qui n’avaient jusque là donné lieu qu’à de courts articles dans la presse locale: de nombreux cas de violences domestiques ou des disputes dans des quartiers où règne le trafic de drogue. On compte aussi de nombreux cas de décès par balle perdue, comme celui de Makiyah Wilson, 10 ans, tuée alors qu’elle se dirigeait vers un vendeur de glaces à Washington, ou encore David Lee Anderson, tué par balle alors qu’il jouait au basket dans un parc à East Chicago dans l’Indiana.

L’un des objectifs du projet est de donner des détails sur la vie –parfois très courte– des victimes, pour s’en rappeler autrement que comme de simples statistiques. On apprend par exemple que James Garrett, qui avait 18 ans et allait commencer la fac, a pris une balle dans le dos pendant une cérémonie à la mémoire de l’une de ses amies, tuée dans un accident de voiture.

Le projet Since Parkland n’est pas fini et les jeunes journalistes vont continuer de recenser les nouvelles victimes, de raconter leurs histoires. Les familles sont encouragées à envoyer des photos et des détails sur leur vie.

http://www.slate.fr/

É.-U.: un enfant de deux ans se tue en jouant avec un pistolet


Je ne sais pas quand les parents vont comprendre que des enfants fouinent partout, quand ils vont comprendre que des armes à feu peuvent être un super jouet pour eux, sauf que ca tue ! Les pro- armes sont tellement fières de leurs joujoux qu’ils négligent le côté sécuritaire. Faut-il vraiment d’autres tueries ou « accidents » mortels pour comprendre le bon sens ?
Nuage

 

É.-U.: un enfant de deux ans se tue en jouant avec un pistolet

 

C'est une « situation malheureuse, effroyable », a commenté le... (Photo JEWEL SAMAD, AFP)

C’est une « situation malheureuse, effroyable », a commenté le porte-parole de la police.

PHOTO JEWEL SAMAD, AFP

 

Agence France-Presse
Washington

Un enfant de deux ans s’est tué en jouant avec un pistolet caché sous un oreiller à Jonesboro, dans le sud des États-Unis, alors que ses parents dormaient, a annoncé la police citée vendredi par les médias locaux.

Le drame s’est produit jeudi dans cette petite ville de l’État de Géorgie. 

Le petit garçon est entré dans la pièce où dormait son père et a mis la main sur l’arme à feu qui se trouvait « autour des oreillers », a déclaré le porte-parole de la police du comté de Clayton, Scott Stubbs cité par le Clayton News Daily.

Il a appuyé sur la gâchette et la balle l’a atteint. Quand les secours sont arrivés, il était en arrêt cardiaque.

C’est une « situation malheureuse, effroyable », a commenté le porte-parole de la police.

La veille, un autre garçonnet de deux ans a été retrouvé mort par balles dans l’appartement où il vivait à Birmingham, dans l’Alabama.

Son arrière-grand-mère a déclaré qu’il avait trouvé une arme et s’était tiré dessus, mais la police n’a pas confirmé cette hypothèse, selon le site d’informations locales AL.com.

« Nous appelons la population à faire attention avec les armes, surtout quand ils ont des enfants à la maison », a toutefois déclaré le policier James Jackson cité par ce média.

Un tiers des foyers américains possèdent une arme à leur domicile. 

Selon le site Gun Violence Archive, 586 enfants âgés de 0 à 11 ans ont été tués ou blessés par balles depuis le début de l’année.

https://www.lapresse.ca/

En six ans, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie


Les égoportraits tuent plus que les attaques de requins dans le monde. On pense mettre des zones interdites pour des égoportraits, cela fera-t-il réfléchir pour autant, sachant que la plupart des victimes ont moins de 30 ans, donc plus téméraire
Nuage

 

En six ans, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie

 

La première cause de mort par selfie est la noyade | Ben_Kerckx via Pixabay CC License by

La première cause de mort par selfie est la noyade | Ben_Kerckx via Pixabay CC License by

Repéré par Nina Pareja

Repéré sur VICE

Des scientifiques indiens ont fait les comptes.

 

Vous avez peut-être déjà posé vos yeux sur un article indiquant que les selfies sont plus meurtriers que les attaques de requins. C’est vrai. En moyenne, chaque année six personnes trouvent la mort à cause d’une attaque de requin. Entre octobre 2011 et novembre 2017, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie.

Une équipe de recherche indienne est parvenue à obtenir ce résultat, publié dans un journal indien de médecine et recherche, en analysant les données de la presse mondiale avec les mots-clef «mort par selfie», «accident de selfie», «mort et mobile», etc. Comme les selfies ne sont jamais indiqués comme cause de mort dans les bases de données officielles, les scientifiques pensent même sous-estimer le nombre de morts. En revanche, d’après eux, leur nombre ne cesse d’augmenter, trois en 2011, deux en 2013, treize en 2014, cinquante en 2015, quatre-vingt-dix-huit en 2016 et quatre-vingt-treize en 2017.

Passé 30 ans, le risque de mourir par selfie diminue

Certaines de ces morts par selfie ont fait couler beaucoup d’encre. En mai, un homme est mort en tentant de faire un selfie avec un ours blessé, certains médias osent même le diaporama des photos capturées avant le drame.

En moyenne, les victimes ont entre 22 et 23 ans, selon les scientifiques. Passé 30 ans, le risque de mourir à cause d’un selfie diminue drastiquement. Il est également plus élevé pour les hommes, qui comptabilisent les trois quarts des décès.

L’équipe de recherche s’est également penchée sur l’origine géographique des personnes décédées: le plus grand nombre d’accidents et de morts ont eu lieu en Inde, suivie de la Russie, puis des États-Unis et enfin du Pakistan.

L’Inde comptabilise à elle seule 50% des décès, sûrement à cause de la jeunesse de sa population estiment les scientifiques. Le pays compte en moyenne deux victimes par accident mortel, contre une pour le reste des pays concernés, «ce qui devrait être attribué au fait que les selfies de groupe sont plus à la mode en Inde que dans les autres pays», peut-on lire dans l’étude.

«No selfies zones» nécessaires?

L’étude indique également les différentes causes de morts et les classifie. En premier, on trouve la noyade, suivie des accidents de transports –surtout à cause des trains car certaines personnes posent directement sur les lignesdevant un train à l’approche– et des chutes. Sans grande surprise, les États-Unis comptabilisent le plus grand nombre de morts par armes à feu en prenant une photo.

Pour les auteurs et autrices de l’étude, il est nécessaire de renforcer les «no selfies zones», ou zone sans selfies, que l’Inde a déjà commencé à mettre en place dans plusieurs grandes villes.

«Les selfies en eux-mêmes ne sont pas dangereux, mais le comportement humain qui accompagne les selfies l’est. Les individus ont besoin d’être éduqués face à certains comportements à risques et endroits risqués où sont pris des selfies», conclut l’étude.

Pour les scientifiques indiens, les «no-selfies zones» doivent comprendre les zones touristiques avec de l’eau, les sommets des montages et les très haut bâtiments.

http://www.slate.fr/