La vie dans la Mer Morte


Même sans avoir vu la Mer Morte, nous savons qu’aucune végétation ni de poisson n’existe dans cette mer. Cependant, il existe pourtant de la vie dans cet environnement extrême : des archées. Le hic, c’est que les scientifiques ne savent pas comment ces micro-organismes puissent se nourrir.
Nuage


La vie dans la Mer Morte


La vie dans la Mer

JAKOB POLACSEK VIA GETTY IMAGES

Elle ne serait pas totalement morte


La Mer Morte n’est pas entièrement morte. Au-delà de ce jeu de mots facile, c’est une découverte de plus pour ceux qui cherchent des preuves comme quoi la vie peut survivre dans les environnements les plus hostiles.

Car si on l’appelle « morte », c’est parce que le niveau de sel y est si élevé que les touristes viennent « flotter » à sa surface. Les poissons, eux, l’ont désertée depuis des milliers d’années, en plus de la végétation. 

On savait malgré tout qu’il y avait de la vie microscopique : des archées, cette « branche » de la vie distincte des bactéries et de tout le reste. Mais les archées sont aussi des « extrémophiles », c’est-à-dire des micro-organismes qu’on retrouve, comme leur nom l’indique, dans les endroits les plus extrêmes. Ce qu’une équipe dirigée par un géomicrobiologiste de l’Université de Genève, Camille Thomas, a récemment annoncé dans la revue Geology, c’est la découverte de microbes fossiles vieux de « seulement » 12 000 ans. Une époque où la Mer était déjà impropre à la vie, du moins le supposait-on.

Les chercheurs ont dû pour cela creuser, en 2010, à 430 mètres sous le plancher du lac — le but initial était d’en apprendre plus sur l’évolution des climats dans les 100 000 dernières années — soit une profondeur qui devait rendre la survie de ces bactéries encore plus difficile. La question de savoir où elles puisaient leur nourriture et leur énergie, en-dehors des résidus des archées mortes, reste non résolue.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Les entrailles de la Terre grouillent de vie «intraterrestre»


Si on ne trouve pas d’extraterrestre dans l’espace, nous ne manquons pas de découverte avec les intra terrestres. En effet, la vie existe dans les profondeurs de la terre. Des micro-organismes à profusions dans des conditions inouïes arrivent à survivre.
Nuage

 

Les entrailles de la Terre grouillent de vie «intra terrestre»

 

 

KERRY SHERIDAN, IVAN COURONNE
Agence France-Presse
Washington

Environ 70 % des microbes de la Terre vivent dans ses profondeurs, dans des roches autrefois considérées stériles, mais où bactéries et autres organismes unicellulaires abondent. Pour la première fois, des chercheurs ont estimé l’ampleur de cette vie profonde ou « intraterrestre ».

Des centaines de chercheurs internationaux membres du Deep Carbon Observatory – observatoire du carbone en profondeur – ont publié lundi à l’occasion du sommet américain de géophysique à Washington la somme de leurs travaux estimant que la vie profonde représentait une masse de 15 à 23 milliards de tonnes de carbone, soit 245 à 385 plus que celle des sept milliards d’humains.

Cela n’avait jamais été quantifié. Auparavant, la communauté scientifique ne disposait que d’observations ponctuelles.

Les chercheurs de cette collaboration internationale de 10 ans ont réalisé des centaines de forages, sous les continents et les océans.

Un bateau japonais a foré 2,5 kilomètres sous le plancher océanique, lui-même à 1,2 kilomètre sous la surface, capturant dans ses carottes des microbes jamais observés auparavant et vivant dans une couche de sédiments vieille de 20 millions d’années.

« Les microbes vivent partout dans les sédiments », dit à l’AFP Fumio Inagaki, de l’agence japonaise pour les sciences marines et de la terre. « Ils sont là et attendent… On ne comprend pas encore le mécanisme de la survie à long terme ».

Ces organismes vivent des kilomètres sous la surface, dans la croûte terrestre, et ont apparemment évolué séparément de la vie en surface.

« Ce sont de nouvelles branches dans l’arbre de la vie qui existent sur Terre depuis des milliards d’années, sans qu’on ne les ait jamais remarquées », dit à l’AFP Karen Lloyd, de l’Université du Tennessee. « C’est comme si vous veniez de découvrir soudain un collègue de bureau en vous retournant ».

Ces microbes sont principalement des bactéries et des archées, des micro-organismes unicellulaires. Certains sont zombies : ils utilisent toute leur énergie à survivre, sans aucune activité, dans des poches isolées de la surface depuis des temps immémoriaux – des dizaines de millions d’années, ou plus. Soumis à une pression extraordinaire et privés de nutriments, ils ne se reproduisent pas et n’ont aucune activité métabolique pour se réparer, par exemple.

D’autres bactéries ont une activité et fascinent les biologistes, car elles fonctionnent dans un système qui n’a rien à voir avec la surface, où toute la chaîne alimentaire dépend de la photosynthèse, qui fait pousser les plantes et permet à un ensemble d’organismes de se nourrir.

« Leur source d’énergie n’est pas le Soleil et la photosynthèse », dit à l’AFP Bénédicte Menez, responsable de l’équipe géomicrobiologie à l’Institut de Physique du Globe de Paris. « Ici, ce qui fait démarrer les communautés, c’est la chimiosynthèse : elles tirent leur énergie des roches, quand des roches s’altèrent ».

À quoi cela sert-il ?

Le record observé appartient à un organisme unicellulaire baptisé Geogemma barossii, trouvé dans des sources hydrothermales sur les fonds des océans. Il vit, croît et se réplique à 121 °C.

La vie profonde reste un formidable mystère scientifique. Comment les microbes se répandent-ils en sous-sol ? Sont-ils descendus de la surface, ou venus de l’intérieur de la Terre ? Jusqu’à quelle profondeur trouve-t-on du vivant ? Quelles sont les sources d’énergie principales des microbes : le méthane, l’hydrogène, les radiations naturelles… ?

Ces questions nous concernent, insistent les chercheurs.

« Par exemple, les scientifiques ne savent pas encore la manière dont la vie souterraine touche la vie en surface, et vice versa », dit Rick Colwell, de l’université d’État de l’Oregon.

Les humains accumulent les projets d’exploitation du sous-sol profond, par exemple, pour stocker du CO2 ou enfouir des déchets nucléaires. Jusqu’à présent, ces projets considéraient que les profondeurs étaient « globalement stériles », dit Bénédicte Menez. Mais, les interactions sont sans doute sous-estimées.

« Il y a une vraie prise de conscience de ces répercussions du vivant très profond dans la Terre », dit-elle.

La découverte change aussi notre regard sur les autres planètes – sur Mars, Par exemple, où l’on sait depuis cette année qu’il y a de l’eau liquide, mais où l’on cherche toujours une trace de vie.

Savoir que des microbes peuvent vivre à des niveaux de pression et de température extrêmes « peut nous aider à mieux chercher sur d’autres planètes », dit Rick Colwell, qui enseigne la discipline d’astrobiologie.

https://www.lapresse.ca/

Il y a plus d’espèces de microbes sur Terre que d’étoiles dans toute la Galaxie


Pourrait-on croire qu’il y a plus de bactérie, protiste, champignons, archées sur terre que d’étoile dans notre galaxie ? Si c’est vraiment le cas, il en reste énormément à découvrir
Nuage

 

Il y a plus d’espèces de microbes sur Terre que d’étoiles dans toute la Galaxie

 

Ciel étoile astronomie

Crédits : Adrian Pelletier / Pixnio

par Brice Louvet

Notre planète est habitée par près de 10 millions d’espèces animales. Mais qu’en est-il des formes de vie qui nous sont invisibles ? Combien d’espèces de bactéries, d’archées, de protistes ou autres champignons peuplent la Terre ?

Réponse : beaucoup. Plus que d’étoiles dans toute notre Galaxie.

Et il y en a des étoiles, dans notre Galaxie : environ 200 milliards, au bas mot. Mais ce n’est rien à côté des 1000 milliards d’espèces de micro-organismes (10 puissance 12 espèces). C’est du moins ce que suggèrent des estimations faites en 2016 par des biologistes de l’Université d’Indiana (États-Unis). Si tel est le cas, nous n’aurions connaissance que d’un millième de 1 % de toutes les espèces de la planète, et ce malgré tous nos efforts déployés pour documenter le catalogue du vivant. Si la compréhension de la biodiversité microbienne s’est transformée au cours de la dernière décennie (grâce au séquençage à haut débit et bio-informatique), il y a encore du chemin.

« Estimer le nombre d’espèces présentes sur Terre est un des plus grands défis de la biologie », déclarait en effet il y a quelques mois Jay T. Lennon, de l’Université de l’Indiana et principal auteur de l’étude.

Les chercheurs expliquent ici avoir recensé pas moins de 5,6 millions d’espèces de 35 000 endroits différents à travers le monde. Des modèles permettant de prévoir le développement de la biodiversité ont alors permis d’estimer le nombre d’espèces à plus de mille milliards. On ne parle pas ici du nombre de micro-organismes, mais bien du nombre d’espèces. Le nombre total d’organismes vivants sur Terre – un nonillion (10 puissance 30) dépasserait ainsi de loin le nombre total d’étoiles dans l’Univers.

Et qui dit espèces inconnues, dit également organismes inexploités. Connaître le nombre d’espèces microbiennes sur Terre – outre le fait de satisfaire la curiosité intrinsèque propre à Homo Sapiens – pourrait en effet avoir des implications bénéfiques à notre espèce. La perspective d’une biodiversité encore à exploiter pourrait en effet stimuler le développement de carburants alternatifs ou de traitements médicamenteux. De telles découvertes permettraient peut-être le développement de nouvelles cultures pour nourrir notre population en croissance rapide, malgré la pauvreté des terres, par exemple.

Source

https://sciencepost.fr/

Comment les microbes survivent-ils à un voyage dans l’espace ?


Essayant de nettoyer les engins spatiaux avec des produits qui détruisent les bactéries et autres micro-organismes, il s’avère que dans un environnement restreint les produits nettoyant leur permettent de se nourrir et donc de progresser pour aller voir les étoiles
Nuage

 

Comment les microbes survivent-ils à un voyage dans l’espace ?

 

 

Nathalie Mayer
Journaliste

Malgré des opérations de nettoyage poussées, des organismes réussissent à survivre et à prendre la direction de l’espace. De quoi compromettre certaines missions. Mais les chercheurs ont enfin trouvé la faille. Dans les produits de nettoyage eux-mêmes…

Dans les usines d’assemblage d’engins spatiaux, on trouve des environnements oligotrophes et à faible humidité. Et des opérations de nettoyage à l’alcool et aux détergents alcalins sont mises en œuvre régulièrement. Le tout, afin d’éviter les contaminations par des organismes terrestres, notamment s’agissant de préparer des missions de détection de la vie sur une autre planète.

Malgré ces précautions, un microbiome de base semble vouloir persister. Des bactéries, des archées et des champignons ont pu y être observés, les Acinetobacter constituant la population dominante. Et ce sont justement des souches d’Acinetobacter issues de Mars Odyssey et de Phoenix que des chercheurs de la California State Polytechnic University (États-Unis) ont étudié pour comprendre.

Les Acinetobacter – vues ici au microscope électronique – constituent un genre de bactérie que les ingénieurs ont bien du mal à éliminer des engins spatiaux. Et pour cause, elles semblent se nourrir des produits de nettoyage qu’ils emploient. © CDC’s Public Health Image Library, Wikipedia, Domaine public

Les Acinetobacter – vues ici au microscope électronique – constituent un genre de bactérie que les ingénieurs ont bien du mal à éliminer des engins spatiaux. Et pour cause, elles semblent se nourrir des produits de nettoyage qu’ils emploient. © CDC’s Public Health Image Library, Wikipedia, Domaine public

Des agents nettoyants devenus nutriments

Ils ont découvert que, pour survivre à un environnement dans lequel la quantité de nutriments est restreinte, ce genre de bactérie se développe grâce… aux agents nettoyants employés justement pour les éliminer ! Les cultures en effet ont poussé dans des conditions dans lesquelles l’alcool éthylique représentait la seule source possible de carbone. Et ces cultures présentaient en plus, une tolérance raisonnable vis-à-vis du stress oxydatif.

Les souches testées se sont aussi montrées capables d’exploiter les ressources de l’alcool isopropylique ou du Kleenol 30, un autre produit nettoyant très couramment utilisé par la Nasa. Des produits qui se révèlent donc être d’intéressantes sources d’énergie pour ce microbiome particulier.

https://www.futura-sciences.com/

Nous sommes plus microbe qu’humain, mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle


Nous sommes poussière, nous retournerons poussière, mais nous sommes aussi microbes. En fait, il y a plus de micro-organismes que de cellules dans notre corps, qui comprend des bactéries, des virus, des champignons et des archées. Ils sont surtout concentré dans les intestins. Donc nos excréments ont beaucoup d’informations qu’ils peuvent aider les médecins dans un avenir proche à de meilleures analyses et traitements des maladies
Nuage

Nous sommes plus microbe qu’humain, mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle

 

/

Les envahisseurs | Monoar via Pixabay CC0 License by

Repéré sur BBC News

Repéré par Aurélie Rodrigues

Des scientifiques spécialistes du microbiote s’accordent sur le fait que notre corps est composé à 57% de micro-organismes.

Les cellules humaines ne représentent que 43% du nombre total de cellules présentent dans notre corps: le reste est composé de micro-organismes. Ces créatures microscopiques –bactéries, virus, champignons et archées– peuplent chaque recoin de notre corps. La plus grande concentration de ces cellules se trouve dans nos intestins, sous le nom de «microbiote intestinal».

«Vous êtes plus microbe que vous n’êtes humain», explique Rob Knight, professeur à l’université de Californie à San Diego et fondateur du Center for Microbiome Innovation, axé sur la recherche et le développement de méthodes pour manipuler le microbiote.

Essentiels à notre santé

Au niveau génétique, le constat est encore plus flagrant: le génome humain est composé d’environ 20.000 gènes, loin des deux à vingt millions de gènes qui constituent notre microbiote:

«En fait, nous avons deux génomes: notre ADN et celui de nos microbes. C’est ce qui fait de nous des humains», avance Sarkis Mazmanian, microbiologiste à l’Institut de technologie de Californie.

«Nous sommes en train de découvrir la façon dont ces minuscules créatures transforment et affectent notre santé, à des degrés que nous aurions jamais soupçonné», ajoute le professeur Rob Knight.

Comme l’explique Ruth Ley, directrice du département de science du microbiome à l’Institut Max Planck, ces micro-organismes sont «essentiels à notre santé»: ils jouent un rôle important dans la régulation du système immunitaire, dans la protection contre les maladies et dans la production de vitamines essentielles pour notre corps.

La BBC souligne que l’intérêt d’étudier le microbiote est de comprendre des maladies comme celle de Parkinson, l’autisme, la dépression ou encore les maladies intestinales inflammatoires, et de trouver des traitements novateurs pour les soigner.

Trevor Lawley, médecin chercheur à l’Institut Wellcome Trust Sanger explique que réparer la flore intestinale d’un patient «pourrait conduire à une rémission» pour certaines maladies, telle que la rectocolite hémorragique, une maladie inflammatoire chronique intestinale.

Source intarissable d’informations

Par le passé, les scientifiques se sont armés d’antibiotiques et de vaccins pour combattre les poxvirus(dont l’un est responsable de la variole), la bacille de Koch(on lui doit la variole) ou encore le staphylocoque doré (en cause dans plusieurs types d’infections).

Ils ont sauvé un grand nombre de vies et ont réussi à éradiquer des maladies infectieuses, mais cette lutte aurait malheureusement provoqué des «dégâts inestimables» à nos «bonnes» bactéries. «Nous avons constaté une augmentation terrifiante et inquiétante de maladies auto-immunes et d’allergies», remarque Ruth Ley.

Comme l’indique la BBC, les recherches sur le microbiote, notamment intestinal, n’en sont qu’à leurs débuts. Certains chercheurs pensent que l’avenir de la médecine pourrait en dépendre, à l’image du professeur Rob Knight:

«Vos excréments sont une véritable source d’informations. L’équivalent d’une cuillère à café contient plus de renseignements sur l’ADN de vos microbes qu’une tonne de DVD pourrait en stocker.»

http://www.slate.fr/