Les consommateurs de cocaïne utilisent leur Apple Watch pour éviter l’overdose maintenant


Les montres Apple Wach et Fitbit sont aussi utilisé par des consommateurs de cocaïne, mais pas pour les mêmes raisons que les autres. Il semble que cela puisse aider à ne pas franchir un non-retour dû à une overdose. Cependant, mieux vaut ne pas consommer du tout
Nuage

 

Les consommateurs de cocaïne utilisent leur Apple Watch pour éviter l’overdose maintenant

 

 

par  Malaurie Chokoualé

De la pression artérielle à l’apport calorique, l’Apple Watch et le bracelet Fitbit vous disent tout, cartographient tout, pour que vous ayez envie de passer outre la paresse.

Si pour certains, ces montres connectées sont les nouveaux partenaires fitness, pour d’autres, elles servent plutôt de moniteur cardiaque pour éviter la ligne de trop, qui risquerait de provoquer l’overdose. C’est la chaîne américaine CNBC qui a révélé ce détournement le 10 juillet dernier.

CNBC partage l’histoire d’Owen (nom d’emprunt), homme adulte en bonne santé, qui n’hésite pas à apporter son Fitbit en soirée pour contrôler son rythme cardiaque tout au long de ses frasques. Autre témoin, Nick (nom d’emprunt), travailleur dans la restauration de 23 ans, utilise pour sa part sa montre connectée pour contrôler ses prises de cocaïne.

Il dit que les drogues sont même « la seule raison pour laquelle il en porte ».

Il dit aussi qu’il aimerait l’ajout d’un système d’alerte précoce quand son cœur est au bord de la rupture.

La cocaïne fait bondir dangereusement la fréquence cardiaque du consommateur en libérant de la dopamine dans le corps et en produisant une poussée d’adrénaline. Les overdoses de cocaïne entraînent chaque année plus de 5 000 décès aux États-Unis, selon un rapport de 2017 du National Institute on Drug Abuse. 

En France, où il s’agit du « produit illicite le plus consommé en France après le cannabis », selon l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT), les décès seraient en constante augmentation depuis 2010.

Apple et Fitbit n’ont pas encore souhaité réagir face à cette transformation d’usage.

Sources : CNBC/The National Institute on Drug Abuse

http://www.ulyces.co/

L’Apple Watch provoque une phobie inattendue : la trypophobie


Surprenant ! La montre Apple qui peut provoquer une phobie ! La peur des trous. Bon, moi, je vois plus des ronds qu’autre chose, mais je peux comprendre qu’une phobie ne se contrôle pas
Nuage

 

L’Apple Watch provoque une phobie inattendue : la trypophobie

 

L'Apple Watch, commercialisée en France depuis le 24 avril. © DATICHE NICOLAS/SIPA

L’Apple Watch, commercialisée en France depuis le 24 avril. © DATICHE NICOLAS/SIPA

Par Lise Loumé

 

Le design de l’Apple Watch pourrait gêner une part non négligeable de la population sujette à la trypophobie, communément appelée « la peur des petits trous ».

La sortie de chaque nouveau produit Apple suscite le plus grand enthousiasme de la part des aficionados de la marque à la pomme. Cependant,la présentation de l’Apple Watch le 9 mars 2015 a déclenché chez certains une réaction pour le moins inattendue : comme le souligne le site Daily Dot, de nombreux twittos se sont insurgés contre la présentation des applications sur l’écran, qui représente une accumulation de petits ronds de taille diverse. Des petits trous qui sont à l’origine d’une phobie chez certaines personnes, appelée « trypophobie », et qui pourrait freiner les ventes de la montre, commercialisée en France depuis le 24 avril 2015.

NATURE. La trypophobie est une phobie qui a fait l’objet de plusieurs publications scientifiques : elle désigne la peur pathologique et irrationnelle des objets criblés de trous de forme irrégulière. Par exemple, les graines de fleur de lotus, les alvéoles des ruches, les colonies de fourmis. Il s’agit la plupart du temps d’images d’origine naturelle. Les réactions varient largement selon les personnes, allant de démangeaisons, migraines, nausées, voire des attaques de panique ou même des vomissements.

Êtes-vous trypophobe ?

En 2013, des chercheurs de l’université de l’Essex ont présenté à 300 personnes 76 images de trous plus ou moins repoussants, comme ceux présentés dans la vidéo ci-dessous (âme trypophobe, s’abstenir). Résultat : pas moins de 18 % des femmes et 11 % des hommes présentaient des réactions de trypophobie (en particulier des maux de tête, démangeaisons ou tremblements) devant ces images !

RÉFLEXE DE FUITE. Alors, quelle est l’origine de cette phobie ? En examinant des dizaines d’animaux fortement venimeux (serpents, araignées, etc.), les chercheurs ont remarqué qu’ils présentent souvent des motifs visuels ressemblant à des trous : ils peuvent être circulaires ou sous forme de bandes dont les bords présentent des caractéristiques de contraste très particulières, qu’on ne trouve qu’au bord des trous. En voyant ces motifs, notre œil aurait donc l’impression d’être au bord d’un trou, de voir une bête venimeuse. Une réaction primitive du cerveau que nous posséderions tous.

« Nous pensons que tout le monde a des tendances trypophobiques, sans pour autant en être conscient, écrivent les chercheurs dans leur publication. Nous avons remarqué que chez les personnes non phobiques, les images trypophobiques étaient tout de même moins agréables à regarder. »

On veut bien les croire !

http://www.sciencesetavenir.fr/