5 idées reçues à bannir sur les poux !


Quand l’école commence, les parents ont souvent une note, pour être conscientisés sur la possibilité de la présence de poux sur la tête des enfants. Avant, c’est un vrai branle-combat pour se débarrasser de ces petites bêtes alors qu’aujourd’hui,  la connaissance de leur mode de vie et de transmissions est mieux comprises, mais il faut toujours traiter quand la présence de poux ne fait aucun doute
Nuage

 

5 idées reçues à bannir sur les poux !

 

Les dernières données scientifiques nous ont amené à réviser nos positions en matière de prévention et de traitement anti-poux.

Inutile de nettoyer les draps et les écouteurs aux sprays insecticides ou encore de bannir nos petits pouilleux de l’école.

Lavage, vêtements, transmission, école, coiffeur : 5 idées reçues sur les poux :

 

Au cours des dix dernières années, les données cliniques ont définitivement balayé les idées classiques concernant la lutte anti-poux:

  • Lavage
    Un simple lavage avec une lessive courante suffit à faire disparaître ces insectes des draps, des vêtements, des écouteurs, des casques, etc.
    Les sprays insecticides ne sont pas plus efficaces.
  • Literie, habits…
    Les poux que l’on trouve sur les oreillers, les fauteuils, les chapeaux, sont morts, malades ou vieux, et ne risquent donc pas d’infester qui que ce soit.
    En effet, dès qu’ils se détachent de leur hôte, ils meurent.
  • Transmission
    La transmission des poux ne se réalise que lors de contacts prolongés de tête à tête.
  • Ecole
    Bannir de l’école les enfants porteurs de poux n’est plus nécessaire. Des études démontrent que moins de 20% des écoliers porteurs présentent une infestation dans les 14 jours.
    De plus, la moitié des petits renvoyés chez eux n’ont pas de poux en réalité. Ainsi, le diagnostic ne peut être porté que si des poux vivants sont détectés.
  • Coiffeur
    Couper courts les
    cheveux ou les attacher n’est pas utile.
    Au contraire, cela facilite la transition des poux d’une tête à l’autre. Ainsi, les poux sont certes plus fréquents chez les filles, mais pas en raison de leurs longs cheveux. Elles ont simplement plus de jeux nécessitant des contacts rapprochés de leurs têtes.

Alors quand et comment utiliser un traitement anti-poux ?

Les traitements anti-poux ne doivent pas être mis en route tant que des poux vivants n’ont pas été dûment identifiés.
En effet, la présence de lentes n’est pas un signe d’infestation active.

En revanche, une fois la présence de pouxcertifiée, traitez vite !

Les traitements anti-poux :

  • Le malathion, la perméthrine, la dépalléthrine et la bioalléthrinesont des produits efficaces qui présentent peu d’inconvénients, mais ce sont des insecticides.
    Les plus efficaces sont ceux qui se présentent en lotion par rapport aux shampoings ou aux sprays.
    Leur efficacité se constate au 2e jour après le traitement, puis au 12e jour.
    En cas d’échec
    (les poux deviennent de plus en plus résistants à ces produits), mieux vaut consulter le médecin.
  • Le diméticone (Altopou®, Pouxit®…) agit très différemment.
    Ce n’est pas un insecticide, il agit mécaniquement en étouffant les poux et les lentes.

Attention, les solutions naturelles, dont les huiles essentielles n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. Mieux vaut donc les éviter afin de ne pas perdre de temps dans l’éradication de ces petites bêtes…

A savoir
Aujourd’hui, l’usage seul du peigne fin pour ôter mécaniquement les poux et les lentes est déconseillé.
Et enfin, n’oublions pas que les adultes peuvent également être infestés.

Mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé
Créé initialement par  Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé

http://www.e-sante.be/