Le Saviez-Vous ►L’anti-moustique naturel des singes capucins


Qui aurait cru que l’anti-moustique utilisé par les singes capucins est plus toxique que les produits chimiques que nous utilisons
Nuage

 

 L’anti-moustique naturel des singes capucins

 

Dans la forêt tropicale du Venezuela, les singes capucins savent se protéger des piqûres de moustiques, tout comme les hommes. Si le principe est le même la forme est très différente, puisque le produit anti-moustique des singes est un mille-pattes, l’Orthoporus dorsovittatus, que les capucins débusquent dans les troncs investis par les termites.

(…)  Les capucins enduisent leur fourrure avec les sécrétions du mille-pattes, un produit chimique puissant, la benzoquinone, qui repousse les moustiques. Les chercheurs ont constaté que le recours aux mille-pattes correspondaient aux périodes où il y a avait le plus de moustiques.

Les sécrétions de ce mille-pattes contiennent deux composants de la famille des benzoquinones, connus pour leurs propriétés anti-moustiques. Ces composés sont de loin beaucoup plus toxiques que les produits les plus forts utilisés par les hommes.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Quand les plantes font la guerre aux moustiques


On cherche des trucs pour éloigner les moustiques, qui semblent aimer notre odeur surtout quand le corps est en sueur. Il y a les produits chimiques dangereux qu’on ne doit utiliser que par dernier recours, alors il reste les plantes qui ont une bonne odeur, mais que les moustiques piqueurs n’aiment pas du tout
Nuage

 

Quand les plantes font la guerre aux moustiques

citronnelle

Hôtes importuns des soirées de plein air, les moustiques sont sensibles aux effluves de certaines plantes dites répulsives. Citronnelle, basilic, géranium, lavande et bien d’autres sont vos principales alliées. Voici comment les reconnaître et les utiliser.

Les moustiques ont vraiment très mauvais goût. Autant ils sont attirés par certaines substances peu ragoûtantes émises par notre peau (sueur, acide lactique, CO2…), autant ils rechignent à s’approcher d’un délicieux halo frais et citronné. C’est ainsi que, depuis toujours, les hommes se frottent le corps ou brûlent des feuilles de plantes aux vertus insectifuges.

Cette protection, tout ce qu’il y a de plus naturel, n’est cependant pas totale. Utilisé depuis les années 1950, le DEET (de son vrai nom: N, N-diéthyl-3-méthylbenzamidene) reste le répulsif de référence, en particulier si vous êtes amené à voyager dans des zones où ces suceurs de sang sont porteurs de maladies graves, voire mortelles comme le paludisme (ou malaria), la dengue ou le chikungunya. Mais, sous nos latitudes, il serait dommage de se priver du coup de pouce offert par les plantes anti-moustiques.

Le citronellol et le géraniol sont deux substances au pouvoir répulsif prouvé. On les trouve notamment dans le feuillage de la citronnelle (Cymbopogon citratus) et de certains géraniums, comme le géranium rosat (Pelargonium graveolens), qu’il est facile de faire pousser sur son balcon ou autour de son salon de jardin.

Abominables piqueurs

Même chose avec la cataire (Nepeta cataria), une plante aromatique de la famille de la menthe et par ailleurs très appréciée des chats (on la surnomme l’herbe aux chats). Des tests in vitro réalisés par des chercheurs américains ont prouvé que le nepetalactone, substance excitante pour les félins, est encore plus efficace que le DEET pour repousser les moustiques.

Le lantana (Lantana camara), arbuste proche de la verveine, aux adorables inflorescences panachées rose, jaune et orange, est utilisé lui aussi comme plante insectifuge. Sans oublier le tagète des décombres (Tagetes minuta), cousin sauvage de l’œillet d’Inde. Ses puissantes effluvespomme et de citronnelle éloignent les abominables piqueurs si on en met des branches entières à sécher chez soi.

Rien de plus simple également que de placer un pot de basilic sur le rebord de la fenêtre ou un bouquet delavande (Lavandula angustifolia) qui, en plus, embaumera la maison. Leurs huiles essentielle permettent, en outre, de soulager les piqûres. Les fleurs de millepertuis ou de souci (Calendula officinalis) préalablement macérées dans de l’huile d’olive, de noisette ou de sésame ont également un pouvoir apaisant. Et, si vous êtes en promenade, sachez que le plantain (Plantago lanceolata, major, ou coronopus) que l’on trouve fréquemment sur les bords des chemins, sécrète un jus très efficace pour soulager les irritations de la peau.

Puissant insecticide

Un peu plus loin sur la mappemonde, d’autres végétaux utilisés comme épouvantails à moustiques ont de quoi nous surprendre. Alors que les Américains achètent volontiers sur Internet des ballotins de feuilles de sauges échées pour les jeter dans leurs barbecues (alors que leur efficacité n’est pas prouvée…), les Indiens brûlent depuis toujours, et avec plus de succès, les feuilles du margousier ou neem (Azadirachta indica). L’huile extraite des graines de cet arbuste est en effet un puissant insecticide, employé en agriculture en Europe, au Canada et aux États-Unis (mais non encore homologué en France).

L’arbre à thé (Melaleuca alternifolia), d’origine australienne, est à l’origine du tea-tree oil, une huile essentielle qui déplaît fortement aux moustiques. Quant à l’eucalyptus citronné (Corymbia citriodora), on s’est aperçu que le résidu de la distillation, un composé appelé PMD (p-menthane-3,8-diol), est un répulsif à insectes encore plus efficace que son huile essentielle. Aussi puissant que le DEET mais d’origine naturelle, il est enregistré sous la marque Citriodiol et rentre dans la composition de plusieurs produits anti-moustiques.

Enfin, si vous tombez sur des moustiques particulièrement teigneux ou à l’odorat défaillant, il ne vous restera plus qu’à suivre le conseil ultime du Ministère australien de la santé:

«If all else fails, keep running!». Autrement dit: courez!

http://www.lefigaro.fr/

13 effets bénéfiques surprenants de l’ail


Un rhume, une écharpe, déglacer un trottoir, un pesticide et autres trucs qui ont tous un ingrédient commun : l’ail.
Nuage

 

13 effets bénéfiques surprenants de l’ail

 

Essayez l’ail pour ses propriétés inattendues sur la santé et la beauté, sans compter ses usages cachés en bricolage.

Par Alyssa Jung

 

Pour faire pousser vos cheveux

L’ail pourrait bien vous permettre d’en finir avec la chute de vos cheveux parce qu’il contient des taux élevés d’allicine, un composé soufré semblable à celui que l’on trouve dans les oignons et dont on se sert pourt raiter efficacement la chute des cheveux. Frottez des tranches de gousses d’ail sur votre cuir chevelu en les écrasant pour en tirer le maximum de bienfaits. Vous pouvez aussi faire infuser l’ail dans l’huile et masser votre cuir chevelu avec cette huile.

Pour nettoyer l’acné

Ce n’est peut-être pas l’ingrédient principal parmi les produits que vous utilisez contre l’acné, mais sachez que l’ail est un grand remède naturel pour effacer les marques cutanées inélégantes. Les antioxydants qu’il contient tuent les bactéries; frottez donc une tranche de gousse d’ail sur vos boutons d’acné pour un traitement topique efficace.

Pour prévenir et traiter le rhume

Les antioxydants qu’il contient font de l’ail un ingrédient puissant pour aider votre système immunitaire à combattre le rhume. Mettez-en dans vos plats tous les jours. Si le rhume vous menace, essayez de boire du thé d’ail : faites infuser de l’ail écrasé ou émincé dans de l’eau chaude pendant plusieurs minutes, faites couler dans une passoire et buvez. Ajoutez un peu de miel ou de gingembre pour améliorer le goût.

Pour contrôler votre poids

L’ail pourrait vous aider à contrôler votre poids, selon la nutritionniste Cynthia Sass, qui cite une étude montrant que les souris nourries avec des aliments contenant beaucoup d’ail ont perdu du poids et des réserves de graisse. Essayez de mettre de l’ail tous les jours dans vos repas pour en rehausser le goût, bien sûr, mais aussi pour rendre service à votre tour de taille.

Pour enlever une écharde

Placez une tranche d’ail sur l’écharde, couvrez d’un pansement ou de ruban adhésif fort : ceci est un remède de rebouteux connu depuis des années. Comme les remèdes naturels gagnent en popularité, sachez que les blogueurs jurent que celui-là marche!

Pour traiter le pied d’athlète

Comme l’ail a des propriétés antifongiques, il pourrait permettre d’éliminer le pied d’athlète et ses démangeaisons. Trempez vos pieds dans un bain d’eau tiède dans lequel vous aurez mis de l’ail écrasé.

Pour éloigner les moustiques

Les chercheurs ne savent pas pourquoi, mais les moustiques ne semblent pas aimer l’ail. Une étude faite en Inde a trouvé que les gens qui se frottaient les bras et les jambes avec une mixture aillée n’étaient pas ennuyés par ces mordeurs ailés. Préparez une solution à base d’huile d’ail, de vaseline et de cire d’abeille pour obtenir un antimoustique naturel, ou bien placez des gousses d’ail dans votre proximité immédiate.

Soulager les feux sauvages

Étendre de l’ail écrasé directement sur le feu sauvage est un remède maison populaire; on croit que les propriétés anti-inflammatoires naturelles de l’ail peuvent aider à diminuer la douleur et l’enflure. Les suppléments d’ail accélèreraient le processus de guérison selon ecosalon.com.

Pour réparer une fissure dans du verre

Avez-vous remarqué que vos doigts sont collants quand vous avez manipulé de l’ail? C’est cette qualité adhésive naturelle qui fait que certaines personnes ne jurent que par l’ail pour réparer une fissure fine dans un verre. Écrasez quelques gousses et faites pénétrer le jus dans la fissure, puis ôtez l’excédent.

Pour déglacer le trottoir

Une ville de l’Iowa a distribué du sel d’ail pour déglacer les rues. La prochaine fois que vous tomberez sur un vieux bocal de sel d’ail dans votre armoire à épices, gardez-le pour l’hiver !

Pour protéger les plantes

Les insectes nuisibles au jardin n’aiment pas l’ail : fabriquez un pesticide naturel avec de l’ail, de l’huile minérale, de l’eau et du savon liquide. Placez le tout dans un vaporisateur et répandez sur vos plantes pour éloigner les insectes ravageurs.

Pour attraper plus de poissons

Les poissons sont tellement attirés par la senteur de l’ail que les fabricants vendent des leurres qui présentent cette odeur. Mais vous pouvez fabriquer vous-même vos appâts avec des débris de nourriture et plein de gousses d’ail. 

http://selection.readersdigest.ca

Une literie «anti-moustique» de la préhistoire


Un site préhistorique riche en information de la vie de ses hommes et femmes qui ont peuplés  la terre et côtoyer eux aussi des insectes qui leur menaient la vie difficile d’ou les moyens naturels pour se protéger
Nuage

Une literie «anti-moustique» de la préhistoire

Une literie «anti-moustique» de la préhistoire

© AFP PHOTO | Christopher Miller

Séjour et chambre à coucher à l’épreuve du paludisme. Des hommes préhistoriques de l’actuelle Afrique du Sud avaient inventé le concept, il y a plus de 75 000 ans, en recouvrant leurs tapis de sol de plantes aux vertus insecticides.

L’abri sous roche du site de Sibudu, dans la province du Kwazulu-Natal, vient de livrer la plus ancienne trace connue de litière végétale et d’utilisation de plantes médicinales, grâce aux travaux d’une équipe de chercheurs dirigés par le professeur Lyn Wadley, qui présentait au public vendredi ses résultats à l’université du Witwatersrand de Johannesburg, le jour même où son étude paraissait dans la revue Science.

«Cryptocarya woodii»

Les scientifiques ont découvert et étudié des litières fossilisées, dont la plus ancienne date de 77 000 ans. Particulièrement bien préservée, elle se compose d’une couche de tiges de joncs et de carex (une plante de la même famille), recouverte d’une très mince couche de feuilles de la plante «Cryptocarya woodii».

Ce sont les feuilles de cet arbuste qui contiennent des produits chimiques aux vertus insecticides et larvicides et qui, une fois écrasées, ont la propriété de repousser les moustiques.

«Le choix de ces feuilles pour la construction de litières suggère que les premiers occupants de Sibudu avaient une connaissance précise des plantes autour de leur abri, et qu’ils en connaissaient les vertus médicinales», assure Lyn Wadley.

«J’irai jusqu’à dire qu’il s’agit du tout premier système de soins d’hygiène et de santé», ajoute avec un sourire la scientifique, soulignant que la lutte contre les moustiques était un enjeu vital dans cette zone, où le paludisme a dû être un danger mortel pendant des milliers d’années.

Ossements et outils

Les ossements d’animaux et les outils retrouvés mêlés aux joncs et aux feuillages démontrent par ailleurs que ces couvertures végétales servaient non seulement de lit, mais également de lieu de vie, de repas et de travail. Permettant de passer des heures et d’élever les enfants, hors de portée des moustiques, mais aussi des parasites.

Les chercheurs de l’équipe, sud-africains, américains et allemand, ont établi que les litières étaient régulièrement brûlées par leurs occupants, ce qui prouve une volonté d’assainir le site entre deux périodes d’occupation.

«Il est rare que les archéologues puissent rendre compte des activités domestiques des hommes préhistoriques», s’est réjouit le professeur Wadley. «C’est ce qui rend cette découverte si particulière».

Le site de Sibudu, fouillé depuis 1998, était déjà connu pour sa richesse. On y a mis au jour des coquillages perforés, probablement utilisés pour la confection de bijoux, mais aussi des pointes d’os taillées pour la chasse, ainsi que des collets et des pièges. De la colle permettant d’emmancher les outils de pierre a également été produite sur place.

Lyn Wadley et d’autres chercheurs y ont aussi trouvé des indices permettant de penser que la technique de l’arc et des flèches y a été développée.

http://fr.canoe.ca