À cause des humains, les crevettes sont sous Prozac


Cela peut faire, mais c’est vraiment dramatique, les animaux marins absorbent toutes sortes de médicaments. Des antidépresseurs, des médicaments pour la fertilité, des antifongiques, somnifères et autres, il y a des gens qui jettent des médicaments dans les toilettes, mais il y a aussi les molécules pharmaceutiques qui peuvent se retrouver jusqu’en Antarctique.
Nuage

 

À cause des humains, les crevettes sont sous Prozac

 

Les emojis crevette selon Apple, Google, Microsoft, Twitter et Facebook

Les emojis crevette selon Apple, Google, Microsoft, Twitter et Facebook

Repéré par Lucile Bellan

Repéré sur The Atlantic

Et nombreux sont les animaux, marins ou non, qui absorbent des quantités démentielles d’anti-dépresseurs.

C’est une forme de pollution dont on ne parle jamais: des molécules pharmaceutiques, rejetées par des usines de production mais également via les évacutations d’eau des particuliers, se retrouvent dans l’eau des rivières, contaminant des centaines d’espèces sauvages, des oiseaux aux mammifères en passant par les mollusques et les crustacés. Si les cours d’eau proches des hôpitaux et des stations d’épuration obsolètes sont évidemment les premiers concernés par cette pollution, il semble qu’aucune zone aquatique ne soit réellement protégée, puisque de l’eau contaminée a même été retrouvée en Antarctique.

Le site The Atlantic rappelle que les cours d’eau du monde entier contiennent aujourd’hui un nombre incroyable de molécules pharmaceutiques tels que des antifongiques ou des antibiotiques. Les analystes ont aussi relevé des traces d’anti-douleurs, de somnifères, d’antidépresseurs ou encore de médicaments permettant de relancer la fertilité ou de lutter contre les maladies dégénératives.

Des scientifiques affirment qu’à ce rythme, la pollution aux médicaments pourrait augmenter de deux tiers d’ici 2050. Des études récentes prouvent qu’à ce jour, un ornithorynque vivant en Australie dans une zone contaminée peut ingérer chaque jour une quantité d’antidépresseurs dépassant la moitié de la dose journalière recommandée d’antidépresseurs pour une personne adulte.

Les scientifiques étudient désormais les conséquences d’une telle pollution en laboratoire. Parmi leurs découvertes, il y a le fait que les amphétamines modifient le temps de développement des insectes. Il a également été démontré que les antidépresseurs empêchent les seiches de profiter de leur capacité naturelle d’apprentissage et de mémorisation. Quant aux crevettes sous Prozac, elles ont tendance à nager vers des sources de lumière de façon totalement inconscientes et donc à faire baisser considérablement leur espérance de vie.

Il n’est plus à contester que les antidépresseurs et les drogues diverses et variées vivent aujourd’hui un âge d’or. Seulement c’est une chose de s’intoxiquer… et c’en est une autre d’intoxiquer par la même occasion tout le règne animal.

http://www.slate.fr/

Le burn-out, un mal qui touche aussi les chiens


Je trouve terrible que des antidépresseurs sont prescrits à des animaux ? Comment se fait-il que nos animaux de compagnie peuvent développer des comportements dépressifs ? Pourquoi avoir des animaux si nous laissons notre propre stress les envahir ?
Nuage

 

Le burn-out, un mal qui touche aussi les chiens

 

chien brun out dépression

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Kevin Bond – Flickr

Si au fil des millénaires, notre meilleur à 4 pattes n’a jamais cessé de s’adapter à l’homme, notre mode de vie urbain, notre rythme quotidien souvent effréné et stressant, n’est pas aisé à supporter. Une étude tend même à prouver que les chiens sont eux aussi victimes parfois de burn-out.

Des chiens victimes de fatigue chronique

Cette recherche, relayée par le Dailymail et menée par un hôpital animalier de Zurich, révèle en effet combien nos chiens sont angoissés et fatigués. Certains souffriraient de « fatigue chronique », un mal engendré par les tensions et pressions que nous leur transmettons. Les cas de dépressions seraient de plus en plus nombreux, et avec eux le nombre d’antidépresseurs pour chiens prescrits par les vétérinaires.

Comme le rappelle Maya Bram, l’un des auteurs de l’étude, les chiens, tout comme les chats d’ailleurs, ont comme leurs humains besoin de longs moments de calme et de repos. Chose que bons nombre de maîtres ne sont plus capables de leur offrir, non pas parce qu’ils n’en ont pas envie, mais parce qu’ils n’en ont pas le temps.

L’étude met en lumière un cas précis, celui d’un Boder Collie baptisé Silver. Le chien a quitté l’Angleterre pour la Suisse auprès de sa maîtresse, Gabi Thurnherr. Cette dernière raconte que l’animal est devenu très anxieux, à tel point qu’il attaquait sa propre ombre en se précipitant sur elle tout en grognant et aboyant. C’est grâce à une thérapie alliée à des antidépresseurs qu’il a pu s’apaiser.

« La paix est un concept étranger à de nombreux animaux »

« Grâce aux médicaments il a bien répondu à la thérapie et a retrouvé la paix » explique Maya Bram avant de déplorer : « Beaucoup d’animaux et leurs propriétaires ne connaissent jamais la paix parce qu’ils sont trop occupés. La paix est un concept étranger à de nombreux animaux alors que les chiens ont besoin de beaucoup de repos ».

Les cas de dépressions sont devenus si nombreux chez nos compagnons à 4 pattes qu’une version canine du Prozac a été créée en 2010 : le Reconcile. Il est aussi souvent prescrit aux chiens souffrant d’anxiété de séparation parce que leurs humains sont trop souvent absents.

http://wamiz.com/