Des canons à neige, une solution contre la fonte des neiges en Antarctique?


Est-ce une idée loufoque d’utiliser des canons à neige pour stabiliser l’Antarctique et éviter l’élévation du niveau de la mer et éviter des villes de disparaitre ? Il faudrait quand même environ 7 400 milliards de tonnes de neige. Cela a condition de réduire radicalement les émissions de gaz à effet de serre.

Nuage


Des canons à neige, une solution contre la fonte des neiges en Antarctique?

Il faudrait au moins 7 400 milliards de tonnes de neige pour stabiliser les glaciers.

  • Agence France-Presse

Comment contrer le dégel de l’Antarctique occidental et la hausse du niveau des océans? Pomper l’eau issue de la fonte des glaces pour la rejeter sur la calotte glaciaire grâce à des canons à neige, suggère une étude parue mercredi.

Cette zone de l’Antarctique contient suffisamment d’eau gelée pour faire monter le niveau des océans de la planète d’environ six mètres. Une simple hausse d’un mètre obligerait 190 millions de personnes à partir de chez eux et une augmentation de trois mètres mettrait en péril des mégalopoles comme New York, Shanghai et Tokyo.

Les scientifiques craignent en particulier que les glaciers de Pine Island et de Thwaites – qui renferment assez de glace pour élever le niveau des mers de trois mètres -, aient atteint un point de non-retour où ils continueraient à fondre, quels que soient les efforts menés contre les émissions de gaz à effet de serre.

Une solution de dernier recourt

Alors que limiter le réchauffement climatique pourrait ne pas suffire à éviter les catastrophes, différentes pistes technologiques, souvent réunies sous le terme de géo-ingénierie, sont envisagées. Mais peu d’entre elles concernent le problème de l’élévation du niveau des océans.

Des chercheurs du Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK) ont donc imaginé cette solution de pompage de la glace fondue pour la projeter sur la calotte glaciaire.

“C’est une chose terrible à faire, il n’y a pas de doute à ce sujet, et nous ne suggérons pas de le faire à tout prix”, explique Anders Levermann, physicien au PIK et auteur principal de l’étude parue dans Science Advances.

“Mais tous les modèles montrent que si nous nous en tenons au réchauffement de 2°C de l’Accord de Paris, nous aurons finalement une hausse de cinq mètres du niveau de la mer, voire plus”, a-t-il dit à l’AFP.

Le prix d’une station lunaire

Pour stabiliser les glaciers, il faudrait au moins 7 400 milliards de tonnes de neige.

Anders Levermann insiste sur le fait qu’il ne s’agit que d’une hypothèse et que toute mesure de cette nature devrait s’accompagner d’une réduction radicale des émissions de gaz à effet de serre pour avoir une chance de réussir.

Le système pourrait être alimenté par 12 000 éoliennes et comprendre des centaines de canons à neige pour pulvériser de la poudreuse sur une zone de la taille du Costa Rica.

Une telle infrastructure, dont le coût n’est pas chiffré, nécessiterait “quelque chose ressemblant à une station lunaire en Antarctique”, a estimé Anders Levermann.

Des solutions imaginées par le passé pour parer la fonte de l’Antarctique ouest incluaient l’édification de quatre colonnes sous-marines hautes de 300 m pour retenir le glacier ou un mur haut de 50 à 100 m et long de 80 à 120 km.

Anders Levermann a admis que le projet du PIK, s’il était réalisable, pourrait avoir des effets “terribles” en Antarctique, mais que cette solution en vaudrait la peine si elle permet de limiter l’élévation du niveau des océans.

“C’est aussi grand que l’Amérique du Nord, du Mexique au Canada. Il n’y a pas d’endroit sur terre qui soit protégée à une telle échelle”, fait-il valoir.

“Nous ferions de l’Antarctique ouest une zone industrialisée”, reconnaît-il. “Mais si nous déstabilisons (la calotte glaciaire), tout changera de manière dramatique de toute façon.”

https://quebec.huffingtonpost.ca/

L’Antarctique de l’ouest fond plus vite qu’estimé


Il y a des iles que si le niveau des mers augmentent seront en danger de disparaitre et il semble qu’en effet que l’Antarctique Occidental fait des siennes et contribuent a la montée du niveau de l’eau …
Nuage

 

L’Antarctique de l’ouest fond plus vite qu’estimé

 

Un glacier en Antarctique.... (Photo: AFP/BRITISH ANTARCTIC SURVEY/NASA)

Un glacier en Antarctique.

PHOTO: AFP/BRITISH ANTARCTIC SURVEY/NASA

Agence France-Presse
Paris

La couverture de glace de l’Antarctique occidental, dont la fonte contribuerait pour quelque 10% à la hausse globale des océans, se réchauffe deux fois vite que ce qu’on pensait, indique une étude américaine publiée dans la revue Nature Geoscience.

Cette partie de l’Antarctique est l’une des régions se réchauffant le plus rapidement sur Terre, écrivent les chercheurs américains. La hausse de la température y atteint 2,4 degrés depuis 1958, ont-ils calculé après avoir revu et complété des relevés de températures portant sur la période 1957-2011.

Cette hausse est deux fois plus importante que ce qui était estimé et représente trois fois la hausse moyenne à la surface du globe sur la même période, selon l’un des auteurs, David Bromwich, du Byrd Polar Research Center.

«Nos relevés suggèrent que le réchauffement estival continu en Antarctique occidental pourrait perturber l’équilibre de surface de la couverture de glace, ce qui fait que la région pourrait contribuer encore davantage à la hausse globale du niveau des océans», souligne-t-il dans un communiqué.

Les scientifiques estiment actuellement que l’écoulement des glaces vers l’océan est responsable de 10% environ de la hausse globale des mers liée au changement climatique, une menace majeure pour de nombreuses villes côtières dans les décennies à venir.

La couverture glaciaire, énorme masse d’une épaisseur pouvant atteindre 4 kilomètres et couvrant la partie continentale et s’étendant sur la mer, diminue dans cette région plus vite qu’ailleurs en Antarctique.

Les relevés de la station Byrd, établie en 1957 dans le centre de l’Antarctique occidental, étaient incomplets. David Bromwich et des chercheurs provenant de divers instituts de recherche américains ont utilisé différentes sources pour compléter les trous dans les relevés et corrigé des erreurs de calibrage.

«L’Antarctique occidental est une des régions qui changent le plus rapidement sur Terre, mais c’est aussi l’une des moins connues», rappelle M. Bromwich.

http://www.lapresse.ca