Les applications sont aussi des mouchards pour la NSA


Cela me fait penser à un film, que malheureusement, je ne me souviens plus du titre, ce genre d’espionnage avec tout fil de télé-communication est un accès à la vie privée. Comme quoi la fiction est une réalité
Nuage

 

Les applications sont aussi des mouchards pour la NSA

 

Les

Les applications compromettent la sécurité de votre téléphone. Photo Reuters

WASHINGTON – La NSA, l’agence américaine de renseignement chargée des interceptions de communications, et son homologue britannique du GCHQ collectent quantité de données sur les utilisateurs d’applications sur téléphones, que ce soit Facebook ou Google Maps, a révélé lundi le New York Times.

Après les révélations sur la collecte des métadonnées téléphoniques, la récupération des textos ou encore la surveillance des plateformes de jeux en ligne, de nouveaux documents fournis par l’ancien consultant Edward Snowden dévoilent encore un peu plus la portée des activités de surveillance de la NSA.

Selon le Times, qui s’appuie sur ces documents, à chaque fois que quelqu’un utilise une application sur son téléphone, ce programme fait apparaître quantité de données sur la localisation de l’utilisateur ou encore la liste de ses contacts, des données que la NSA et le GCHQ britannique récupèrent dans le cadre de leurs vastes programmes de collecte.

Un rapport cité par le quotidien note ainsi que toute mise à jour du système d’exploitation Android envoie sur le réseau 500 lignes de données sur l’historique du téléphone et son utilisation, des données captées par les agences de renseignement.

La NSA s’est retranchée derrière sa ligne de défense désormais habituelle, en affirmant que «les communications des personnes qui ne sont pas des cibles étrangères valides n’intéressent pas la NSA».

L’agence «ne dresse pas le profil des Américains ordinaires. Nous collectons seulement les communications qui sont autorisées par la loi pour des raisons de surveillance et de contre-espionnage de cibles étrangères, quels que soient les moyens techniques utilisés par les cibles», a affirmé une porte-parole de la NSA, Vanne Vines.

Cette surveillance des applications de smartphones est décrite comme une «pépite» dans un document de la NSA datant de 2010.

Pour la seule année 2007, l’agence américaine aurait consacré 767 millions de dollars à ce programme, quatre fois plus que l’année précédente, selon un autre document cité par le Times.

Face au scandale sur l’ampleur de la surveillance de la NSA, le président Barack Obama a annoncé un encadrement plus strict de ses activités de collecte des métadonnées téléphoniques (les informations concernant la durée des appels et les numéros appelés sur un téléphone).

Rien n’a cependant été dit sur la surveillance des programmes informatiques susceptibles de laisser un accès aux données personnelles.

http://fr.canoe.ca/

Des applications pour divertir Minou


Il y a beaucoup de jeux qu’on peut avoir sur les téléphones intelligents, et tablettes, certains sont gratuits ou du moins, une partie d’autres moyennant quelques dollars … De quoi à faire passer le temps, mais ce n’est pas juste les êtres humains qui peuvent en profiter, les chats aussi. Friskies a conçu des jeux pour les tablettes pour que les chats puissent être aussi connectés que leur maître
Nuage

 

Des applications pour divertir Minou

 

Friskies, marque de nourriture pour animaux, a conçu... (Getty Images/iStockphoto)

Friskies, marque de nourriture pour animaux, a conçu sept applications gratuites pour iPad et Android.

GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO

STÉPHANIE VALLET
La Presse

Les applications pour animaux sont un nouveau segment dans lequel se lancent les marques, car nombreux sont les maîtres attentionnés qui semblent déjà partager leur iPad avec leur chat!

Minou jouit maintenant lui aussi des avancées de la technologie grâce à des applications qui lui sont entièrement consacrées. Pionnière en la matière, la marque de nourriture pour animaux Friskies a conçu sept applications gratuites pour iPad et Android. Friskies n’est visiblement pas la seule entreprise à avoir compris comment séduire les chats, qui pourront désormais se dégourdir les pattes en jouant avec une tablette, tout comme leur maître.

«Quand le premier iPad est sorti en 2010, quelques vidéos de chats intrigués par la tablette de leur propriétaire ont fait surface sur YouTube. Notre équipe de création et notre service numérique ont vite compris qu’il y avait quelque chose d’intéressant à faire. On a donc créé un prototype de jeu pour que les chats puissent jouer avec un iPad», explique Alison Coburn, porte-parole de Friskies.

L’équipe de création de Friskies a donc commencé par observer le comportement des chats afin de mieux connaître les mouvements qu’ils font naturellement, de comprendre quelles sont les couleurs qu’ils préfèrent et de choisir le bon volume sonore pour ne pas les effrayer.

«On vient tout juste de lancer notre septième application. L’an dernier, on a créé You vs Cat, notre première application de type « interespèce ». Les gens se demandent souvent ce qui peut bien se passer dans la tête de leur chat, et le fait de pouvoir partager ça avec eux est génial», précise la porte-parole de Friskies.

Vous vous demandez, bien sûr, si votre précieuse tablette achetée plusieurs centaines de dollars survivra à l’opération. N’ayez crainte, des tests ont été menés par Friskies et l’écran tactile semble avoir résisté à tous les assauts de Minou! Par contre, si vous utilisez une pellicule de protection sur votre écran, vous devrez la retirer avant de laisser jouer votre chat, car elle ne durera pas.

La Presse a testé pour vous les principales applications offertes. Si elles fonctionnent toutes selon le même principe (attraper une proie avec les pattes), toutes ne captent pas l’attention des chats. En raison de leurs tempéraments différents, tous les chats ne sont pas aussi sensibles à ce type de jeu et pourraient tout simplement ignorer les applications. Les chats les plus jeunes ont aussi été les plus joueurs. Nous avons également testé l’intérêt de quelques chiens pour certaines applications pour chats: mis à part quelques traces de truffe sur l’écran, rien de très concluant!

Les meilleures applications pour chats

> Game for Cats: c’est sans aucun doute le jeu testé par La Presse qui a été le plus populaire auprès des chats. Qu’il s’agisse du laser ou de la petite souris à attraper (un point marqué chaque fois qu’il touche sa cible), le chat semble prendre un réel plaisir à chasser sa proie. Gratuite, l’application peut être améliorée moyenant un supplément de 1,99$, qui donne droit à des papillons et à des souris que vous pouvez diriger à partir de votre iPhone. Vous pourrez également publier le score de votre chat sur les réseaux sociaux.

> JitterBug: gratuite, cette application est offerte sur iPad, mais aussi sur iPod Touch. Des insectes de tout genre grouillent sur l’écran, et le chat doit les écraser en 5 manches de 15 secondes. Il existe un mode où le temps n’est pas limité. Âmes sensibles s’abstenir: le bruit des insectes écrasés peut être désagréable au bout d’un moment.

> Cat Fishing 2: une création gratuite de Friskies. Sans doute l’application la plus complexe pour chat: des poissons nagent à la surface de l’eau et le chat peut les attraper avec sa patte, et même les retenir quelques secondes. Le nombre de poissons qui apparaissent en même temps augmente graduellement, jusqu’à atteindre trois. Friskies a créé dans le même esprit des applications avec des papillons (Happy Wings) ou des morceaux de poulet, de fromage, etc. (Tasty Treasure Hunt).

> Paint for Cats: pour 1,99$, cette application du même créateur de Game for Cats vaut le détour. Votre chat jouera avec de la peinture sur l’écran de votre iPad en se laissant guider par une souris qu’il essaiera d’attraper. Dix différentes palettes peuvent être choisies (Psychedelic, Shadow Cat, The Dubious Litter Box) et vous pourrez imprimer ou partager l’oeuvre de Minou sur les réseaux sociaux!

http://www.lapresse.ca

Attention! Facebook s’infiltre dans Android… et votre vie privée!


On entend parler de Facebook Home qui a commencé a être offert aux Américains sur les téléphones cellulaires récents sous Android. Il est important de lire ce que cela peut engager comme partage des données, pour que si vous l’installez de désactiver ce qui pourrait être gênant pour vous
Nuage

 

Attention!

Facebook s’infiltre dans Android… et votre vie privée!

 

Attention! - Facebook s'infiltre dans Android… et votre vie privée!

Photo Facebook

Facebook a annoncé cette semaine qu’elle entamait le déploiement de l’application Home à l’extérieur des États-Unis. Attention, sachez à quoi vous attendre avant de l’installer sur votre téléphone. 

Home, c’est bien plus qu’une application Facebook pour Android. Il s’agit en fait d’une couche logicielle pouvant être ajoutée aux téléphones Android de dernière génération afin de non seulement modifier l’écran d’accueil, mais l’expérience même d’Android.

Grâce à Home, il devient donc possible à Facebook de littéralement prendre le contrôle des téléphones sur lesquels l’application roule, puisque la « couche logicielle » que constitue Home enveloppe tout le reste du système d’exploitation.

Vous prenez une photo? L’application pourra immédiatement vous offrir de la partager, puisque la photo a été prise via la FONCTION «photo» de Facebook et non l’application «appareil photo» de votre appareil mobile.

Et c’est là où les gens de Facebook ont fait preuve de génie: ils parviennent à couper l’herbe sous le pied de Google en s’infiltrant au cœur même de l’expérience des appareils.

Plus besoin de concevoir et développer «un» téléphone Facebook: TOUS les téléphones de dernière génération, peu importe la marque ou le modèle, peuvent devenir des téléphones Facebook!

Imaginez… vous jouez à un jeu et la photo d’un contact apparaît sous forme de petite bulle à l’écran pour vous aviser que vous avez un message en attente. Les systèmes d’exploitation actuels offrent déjà quelque chose de semblable : ils affichent une portion du message. Le centre de notifications iOS le fait aussi… mais pas d’une façon aussi esthétique et attrayante.

Les avis de message actuels sont plutôt froids, carrés, textuels. Ici, on parle du visage d’un contact, d’une personne que l’on reconnait instantanément. On donne envie à l’utilisateur d’aller tout de suite lire son message, d’aller utiliser Facebook.

Car plus les gens utilisent Facebook, plus ils y passent du temps. Plus ils y passent du temps, plus ça devient intéressant pour les annonceurs.

Et l’histoire devient moins rose lorsque l’on commence à se questionner sur l’accès accordé à Facebook à nos données, lorsque l’on utilise cette couche logicielle. Facebook possède déjà certaines informations sur vos contacts, mais certains d’entre eux n’ont pas donné de numéro de téléphone ou une adresse courriel distincte (que ce soit par mesure de sécurité ou pour toute autre raison).

Or, une fois que vous utiliserez Home et que tout passera par Facebook, il n’y aura qu’un pas à faire avant de pouvoir jumeler les informations de vos contacts, les échanges de messages ou courriels, vos photos et autres interactions avec vos applications.

Il n’en reste pas moins que l’interface de Home semble très intuitive et conviviale et plusieurs ont hâte de l’essayer sur un appareil Android. Par contre, il est important de garder à l’esprit qu’il est possible de revenir en arrière ou de désactiver Home, comme toutes les autres applications de remplacement de l’écran d’accueil, via les paramètres de son appareil.

Les «Chat Heads» arrivent sur iOS…

Facebook a aussi récemment annoncé l’ajout de la fonction «Chat Heads» (en français: «têtes de clavardage») sur iOS. Cette fonction ne fonctionnera toutefois qu’à l’intérieur de l’application Facebook sous iOS, le système d’exploitation d’Apple était moins ouvert que celui de Google – et l’on doit admettre que, pour une fois, il s’agit probablement d’une bonne chose.


Faites vos devoirs!


Il ne vous reste plus qu’à lire les conditions d’utilisation de Home très attentivement, pour savoir si Facebook s’approprie un droit d’utilisation de tout contenu créé ou accédé sur votre appareil, lorsque celui-ci passe à travers Home… et si vous approuvez une telle pratique ou non.


Nous verrons si les gens de Facebook ont appris du cas Instagram, en décembre dernier.

http://fr.canoe.ca

Maux de tête aux parents et aux policiers Une application permet le partage de sextos


L’application Snapchat pour les cellulaires est en vogue depuis quelques temps sauf que des jeunes l’emploient pour des photos explicites ( des sextos) pensant qu’ils ne risquent rien vue que le message s’efface au bout de 10 secondes. Mais pourtant, rien n’est moins sur ..
Nuage

 

Maux de tête aux parents et aux policiers

Une application permet le partage de sextos

 

Une application permet le partage de sextos

Crédit photo : gracieuseté

L’application Snapchat a commencé à se répandre dans les écoles d’Ottawa de manière troublante

Par Danielle Bell | Agence QMI

L’application Snapchat, qui est la plus récente nouveauté dans le monde du cellulaire qui crée un engouement chez les adolescents, a commencé à se répandre dans les écoles d’Ottawa de manière troublante.

Cette application de partage de photos pour les appareils mobiles iPhone et Android, permet de faire parvenir des photos qui s’effacent de l’appareil du destinataire 10 secondes après avoir été vues.

Cette application, qui a gagné en popularité, est un outil pour transmettre des textes ou des photographies sexuellement explicites, ce qu’on appelle des sextos. Des policiers en milieu scolaire ont été les premiers à noter son apparition vers le mois d’octobre.

«C’est une façon facile pour les jeunes d’envoyer des sextos», a déclaré la policière en milieu scolaire d’Ottawa, Carrie Archibald. C’est comme un nouveau phénomène. C’est de cette façon qu’ils communiquent, parce qu’ils pensent qu’ils ne peuvent pas se mettre dans le trouble.»

Snapchat n’est que l’une des nombreuses façons pour les jeunes d’utiliser leur cellulaire pour transmettre des images et des messages, dont certains parents pourraient n’avoir aucune idée, a indiqué la police.

«Ils ne savent vraiment pas que leur enfant a quatre ou cinq moyens pour rejoindre leurs amis, a déclaré la policière Archibald. Il ne s’agit plus de Facebook.»

La police souhaite maintenant accroître la vigilance des parents, tout en encourageant la discussion avec leurs enfants.

L’application Snapchat efface la photo, ce qui rend difficile pour la police de la retracer, mais cela ne veut pas dire que quelqu’un ne fera pas une capture d’écran de celle-ci, pour ensuite la diffuser.

La police du New Jersey fait d’ailleurs enquête sur un scandale concernant la diffusion de sextos par l’application Snapchat, qui pourrait mener à des accusations de pornographie juvénile.

http://tvanouvelles.ca

Gadget ► Une application pour se brosser les dents convenablement


Un chausson avec ca .. les dentistes n’auront qu’aller remplir leur carte de chômage !!! hum je me demande s’il y a aussi une application pour ça (demande de chômage) ! C’est un peu pas mal exagéré mais bon ! C’est une preuve encore une fois qu’on est très matérialiste Hein ?
Nuage

 

Une application pour se brosser les dents convenablement

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/branchezvous/brush-l.jpg

Brossez-vous vos dents pendant deux bonnes minutes au moins deux fois par jour? La brosse Beam et son application peuvent vous aider à prendre soin de votre bouche.

Et oui, ça existe! Disponible au coût de 50$, la brosse à dents manuelle Beam est équipée de capteurs qui enregistrent la durée et le moment du brossage de dents. Ces données sont ensuite transmises par Bluetooth (ha!) à une application gratuite préalablement téléchargée sur téléphone intelligent (iOs et Android).

Pour motiver toute la famille à adopter de saines habitudes dentaires, l’application présente différentes fonctionnalités. D’abord, un chronomètre coloré fixé à deux minutes, le temps de brossage optimal suggéré par les dentistes. Pendant que le temps s’écoule et qu’on s’affaire avec la brosse Beam, il est également possible d’écouter sa chanson préférée. Les informations enregistrées sont présentées sous forme de joli tableau et des défis concrets pour améliorer son « score dentaire » sont proposés. L’application nous averti également quand il est temps de changer la tête de la brosse à dents.

Basée à Louiseville au Kentucky, Beam est une toute nouvelle entreprise qui se spécialise dans « l’hygiène dentaire digitale ». Elle croit qu’en encourageant une bonne santé dentaire, c’est la santé globale qu’on améliore.

Sources : iGeneration, Beam

http://www.branchez-vous.com

Internet et vie privée – Google qui sait tout


Je me sens comme un poisson dans un aquarium qu’on veut appâter avec un gros vers bien dodu ou comme dans l’histoire du livre  »1999 » c’est a dire le Big Brother a force de voir comment on nous suit a la trace dans le but de faire de l’argent avec nous et tant pis pour les dommages collatéraux des internautes ..
Nuage

 

 

Internet et vie privée – Google qui sait tout

Jean-Robert Sansfaçon 

 Depuis hier, Google se donne le droit de recouper tous les renseignements, des plus banals aux plus confidentiels, associés aux activités Internet dès lors que nous accédons à un site via un compte personnel. Gratuit, Google? Oui, mais tellement coûteux!

Pour la majorité des internautes, Google est d’abord un moteur de recherche génial dont plus personne ne peut se passer. Mais pour des millions d’entre eux, c’est aussi la messagerie Gmail, le fureteur Google Chrome, le réseau social Google+, YouTube et le système d’exploitation de téléphones Android, pour ne nommer que quelques-uns des 60 services de cette société.

Jusqu’à récemment, chacun d’entre eux avait ses propres règles de confidentialité. Depuis hier, Google regroupe et recoupe tous les renseignements concernant les préférences, la navigation, les recherches, la localisation, les contacts, les numéros de téléphone de ses usagers dès lors qu’ils ouvrent une session via un compte personnel enregistré auprès de l’un ou l’autre de ces services.
 
Pour Google, cette façon de faire vient simplifier ses nombreuses politiques de confidentialité antérieures tout en facilitant la vie des internautes à qui elle pourra suggérer des activités, des achats et des recherches en ligne correspondant à leur profil. Mais l’objectif premier, on l’aura compris, est évidemment de changer en or la quantité monstrueuse de renseignements accumulés grâce à sa capacité sans précédent de rejoindre une clientèle cible chère aux annonceurs. Rappelons que Google contrôle déjà près de 40 % du marché mondial de la publicité Internet.
 
Dans une lettre qu’elle a fait parvenir à la compagnie, la semaine dernière, la commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart, s’inquiète, à l’instar de ses homologues provinciaux et ceux de l’Union européenne, du fait que la nouvelle politique de Google accentue la concentration déjà forte de renseignements «sensibles» sans permettre aux utilisateurs d’y échapper. Du même souffle, elle demande à Google de préciser de quelle façon les internautes pourront faire effacer ces données confidentielles après un certain temps, comme c’était le cas jusqu’ici.
 
Au sujet des téléphones qui utilisent le système Android de Google, la commissaire est encore plus sceptique étant donné la quantité encore plus grande de renseignements personnels transmis involontairement par les propriétaires de portables dits intelligents.
 
Personne n’est forcé d’utiliser l’un ou l’autre des services Google, c’est vrai. Chaque internaute doit lui-même faire l’effort de réduire son exposition à la curiosité maladive des Google, Facebook, Apple ou Microsoft de ce monde. Et cela est possible en diversifiant ses fournisseurs de services
(messagerie, fureteur, moteur de recherche…) et en évitant de passer par un compte personnel pour accéder aux sites et aux moteurs de recherche de son choix.
 
Mais dans un contexte de progrès technologiques complexes, faussement conviviaux et le plus souvent mystérieux pour le commun des mortels, cette responsabilité personnelle a ses limites.
 
Il est anormal que des entreprises déjà toutes puissantes sur le plan financier ne soient pas soumises à des règles très strictes en matière de pratiques commerciales et de respect de la vie privée.
 
Internet est un service essentiel au même titre que le téléphone et la poste, il y a 25 ans. Il fait partie de la vie de la plupart des gens et c’est à leurs gouvernements qu’il revient d’adopter les lois et d’exercer les contrôles nécessaires. Car, à n’en pas douter, l’autodiscipline ne suffit pas.

http://www.ledevoir.com

Répondre au téléphone aux toilettes? Bien sûr…


 

 Même si on appelle les téléphones d’intelligents reste a savoir si les utilisateurs sont tout autant intelligent .. Répondre au toilettes a la maison, avec les téléphone sans fil nous l’avons sans doute tous fait .. mais en prendre une habitude ouch !!!! Je comprend pourquoi que les surfaces des téléphones portables sont un nid de microbes beurkkk . Un moment donné il faut déconnecté. Alors que regarder la télévision en même temps qu’aller surfer sur internet .. ca je le fait souvent
Nuage

Répondre au téléphone aux toilettes? Bien sûr…

 

 

Temps libres - Répondre au téléphone aux toilettes? Bien sûr...

© Shutterstock

Selon un sondage publié le 30 janvier par l’agence 11mark, spécialisée en marketing, 75 % des Américains avouent utiliser leur téléphone aux toilettes. Et parmi eux, les possesseurs de BlackBerry sont les plus nombreux à avouer y passer des appels téléphoniques.

Pour ce sondage réalisé tout au long du mois d’octobre 2011, 11mark a interrogé 1000 utilisateurs de téléphones portables. Il en ressort que 75 % des Américains envoient des messages (textos et courriels) et répondent même parfois à des appels lorsqu’ils sont aux toilettes.

Les utilisateurs d’appareils tournant sous Android sont les plus nombreux à admettre l’utilisation de leur téléphone intelligent aux toilettes (87 %). Ils sont suivis de près par les utilisateurs de BlackBerry (84 %). Viennent ensuite les possesseurs d’iPhone (77 %).

Cependant, de tous les sondés, ce sont les possesseurs de BlackBerry qui sont les plus nombreux à avouer téléphoner au petit coin (75 %), quand 67 % des utilisateurs Android et 60 % des utilisateurs iPhone déclarent l’avoir déjà fait.

Selon l’étude, il existe peu de différences entre les pratiques féminines et masculines: 74 % des hommes et 76 % des femmes admettent l’utilisation du téléphone aux toilettes. En revanche, ce sont les hommes qui semblent l’y utiliser à des fins professionnelles: 20 % des hommes interrogés disent passer des appels liés au travail depuis les toilettes, contre 13 % des sondées.

Ces résultats reflètent l’extrême prévalence du mobile et du besoin de connectivité au quotidien. Une étude Nielsen/Yahoo publiée à la fin du mois de janvier montrait que 86 % des utilisateurs américains de téléphones portables surfaient sur internet via leur téléphone tout en regardant la télévision, principalement pour fréquenter les réseaux sociaux.

 

http://fr.canoe.ca/