Le Saviez-Vous ► Comment font les paresseux pour survivre face aux prédateurs alors qu’ils sont si lents ?


Le paresseux est reconnu par sa lenteur. Avec raison, car il se déplace environ à une vitesse de 0,15 km/h. Par contre dans l’eau, il est un peu plus rapide, mais il est plus s’exposer au danger que s’il est dans les arbres.
Nuage


Comment font les paresseux pour survivre face aux prédateurs alors qu’ils sont si lents ?


Matthieu Dražić, Etudiant chez Polytech Nantes
Traducteur ·


Serge Elia, Amoureux d’animaux
Auteur original


Cette réponse peut ne pas être une traduction fidèle de la réponse de Serge Elia à Quora en anglais : Being so slow, how do sloths survive predators?

Le paresseux est peut-être le mammifère le plus lent de la planète (environ 0,15 km/h), mais sa lenteur s’avère être l’arme ultime de survie dans une jungle inhospitalière remplie de prédateurs.

Voyez-vous, lorsque des algues et des champignons se développent sur la fourrure d’un paresseux, l’animal devient pratiquement invisible – ainsi, grâce au pouvoir de camouflage des champignons et des algues, il se fond dans le feuillage tropical -, et un chasseur affamé passe sans même l’apercevoir. De plus, les algues et les champignons sont bio-actifs contre les souches de parasites qui peuvent causer le paludisme et d’autres maladies tropicales.

Vous devez aussi savoir que le paresseux est tout sauf paresseux, car il compte sur l’invisibilité et l’indolence pour survivre dans son habitat et échapper à la prédation.

Au besoin, un paresseux peut aller nager dans la rivière – ce faisant, les paresseux sont des nageurs très puissants, capables d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 13,5 mètres par minute (plus vite que dans les arbres), tout en restant prudent et chanceux….

C’est ainsi que les paresseux, malgré leur lenteur, survivent dans les environnements les plus hostiles, comme les jungles d’Amérique centrale et du Sud.

https://fr.quora.com/Com

Ce poisson peut ressentir un chagrin d’amour


Un poisson d’origine d’Amérique centrale, le cichlidé zébré est un poisson monogame. Il semble que s’il est séparé de son conjoint (e), le poisson n’a plus le même enthousiasme. Les chercheurs qualifient cela comme une peine d’amour.
Nuage


Ce poisson peut ressentir un chagrin d’amour 

Le cichlide zebre est aussi un poisson qui protege particulierement son territoire.

Le cichlidé zébré est aussi un poisson qui protège particulièrement son territoire.

© Dominique Halleux / Biosphoto

Une étude menée sur le cichlidé zébré, un poisson tropical, montre qu’il supporte mal d’être séparé de sa moitié. Une première chez les animaux.


Source AFP

Les poissons sont-ils des romantiques comme les autres ? C’est peut-être le cas au moins pour le cichlidé zébré, un poisson tropical, capable d’éprouver un « chagrin d’amour » lorsqu’il est séparé de sa moitié. C’est ce que viennent de découvrir des chercheurs en s’appuyant sur un test de comportement permettant de mesurer le pessimisme de l’animal. Le cichlidé zébré, dont le nom scientifique est Amatitlania siquia, est un petit poisson monogame qui forme des couples stables dans le temps. Les deux partenaires construisent ensemble le nid et s’occupent de façon coordonnée des œufs et de l’élevage des alevins.

« Pour accéder à l’état émotionnel de ces poissons de manière objective sans projeter d’anthropomorphisme dans l’analyse, nous avons recouru au test du biais du jugement », utilisé aussi sur l’homme, déclare à l’Agence France-Presse François-Xavier Dechaume-Moncharmont, enseignant en comportement animal à l’université de Bourgogne à Dijon (France).

Grâce à ce test, utilisé pour la première fois sur un poisson, les chercheurs sont parvenus à montrer que, lorsqu’une femelle était séparée de son partenaire, elle devenait « pessimiste ».

Il s’agit de « la première démonstration d’un attachement émotionnel à son partenaire chez une espèce autre que l’espèce humaine », selon François-Xavier Dechaume-Moncharmont, coauteur de l’étude, publiée mercredi dans Proceedings of Royal Society B.

« Boîte ambiguë »

L’attachement émotionnel chez les oiseaux, qui sont souvent monogames contrairement aux poissons, n’a pas encore été exploré, précise ce chercheur CNRS qui travaille depuis une dizaine d’années sur le cichlidé zébré. Pour mener leurs expériences, les biologistes ont d’abord appris aux poissons à ouvrir de petites boîtes en soulevant le couvercle avec leur bouche. Puis ils ont enseigné au cichlidé zébré à distinguer les boîtes recelant un appétissant ver de vase d’autres boîtes qui, elles, étaient vides, et cela, grâce à la couleur du couvercle (noir ou blanc selon les cas). Les boîtes étaient posées soit à gauche soit à droite dans l’aquarium. Alors que les poissons se précipitaient sur la boîte cachant un ver, ils mettaient plusieurs minutes à ouvrir celle qui n’avait rien.

Le test du biais du jugement a commencé lorsqu’on leur a proposé une « boîte ambiguë » avec un couvercle gris, intermédiaire entre le blanc et le noir, placée au milieu de l’aquarium.

« Les poissons optimistes vont penser qu’elle contient de la nourriture et ils vont ôter assez vite le couvercle. Alors que les pessimistes vont croire qu’il n’y a rien à manger et ils vont y aller lentement », indique le chercheur.

Pour tester l’attachement émotionnel de ces animaux, les scientifiques ont ensuite séparé les couples.

« Nous avons montré que cela augmentait le pessimisme de la femelle », et cela très rapidement.

La femelle mettait nettement plus de temps à s’intéresser à la boîte au couvercle gris que lorsque son mâle était dans l’aquarium. Au bout de 48 heures, le mâle était remis dans l’aquarium où nageait sa femelle, dans un souci de bien-être animal. Par la suite, l’équipe a mené le même type d’expérience sur les mâles. Les premiers résultats sont similaires.

Un intérêt évolutif ?

L’équipe de chercheurs aimerait bien savoir combien de temps dure un chagrin d’amour chez ces petits poissons d’eau douce qui vivent notamment en Amérique centrale. Mais il faudrait les séparer longtemps, « ce qui pose des problèmes éthiques », note l’enseignant.

Au vu des résultats, « on peut imaginer que l’attachement émotionnel au partenaire est quelque chose d’utile au couple et qu’il présente un intérêt évolutif », estime-t-il.

S’il se révèle être un grand amoureux, le cichlidé zébré est aussi un petit poisson bagarreur, aux dents acérées. Soucieux de son territoire, il n’apprécie pas trop les autres espèces lorsque son aquarium est petit.

https://www.lepoint.fr

Les traces de plus de 60 000 structures édifiées par les Mayas révélées


LiDar est un radar qui peut passer à travers la végétation reflétée par le sol et les structures rocheuses. Grâce à cette technologie, il a été possible de trouver des structures de la civilisation Maya. Des découvertes qui auraient pris plusieurs dizaines d’années à trouvées. Cependant, il faut maintenant que les archéologues confirment en temps réel ces découvertes … Imaginez, ils ne sont qu’à 8 % de la surface étudiée.
Nuage

 

Les traces de plus de 60 000 structures édifiées par les Mayas révélées

 

On voit en trois dimensions des traces de constructions (maisons, forts, temples) de différentes formes.

Vestiges de constructions mayas au Guatemala révélés par la technologie LiDAR.  Photo : Francisco Estrada-Belli/PACUNAM

 

Des images sans précédent ont permis à une équipe de chercheurs étrangers de révéler des détails inconnus de l’empire maya. Leurs résultats, récemment publiés, pourraient changer notre façon de voir cette civilisation mystérieuse.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Pendant longtemps, partir à la recherche d’une civilisation perdue impliquait la réunion de spécialistes prêts à s’aventurer au cœur de territoires inconnus pendant de longues périodes. De nos jours, bien que le travail sur le terrain demeure irremplaçable, l’observation radar peut révéler l’étendue d’une civilisation avec une précision et une rapidité jamais obtenues auparavant.

Ce type d’observation a mené à une découverte révolutionnaire au mois de février dernier. Une équipe de chercheurs américains et guatémaltèques a révélé au monde des images préliminaires saisissantes de l’ampleur de la civilisation maya, qui a prospéré pendant 2500 ans à travers la péninsule du Yucatan, qui couvre le sud du Mexique ainsi que plusieurs pays d’Amérique centrale.

Lever le voile sur le passé

Les œuvres et les connaissances du peuple maya ont piqué la curiosité des archéologues et du public pendant des décennies. Malheureusement, tout ce qui nous reste d’eux sont des ruines ensevelies sous la jungle et difficilement accessibles.

Utilisant la technologie du LiDAR (Light Detection And Ranging), dont le principe est similaire à celui du radar, mais qui utilise des rayons laser au lieu d’ondes radio, les scientifiques ont pu voir à travers la végétation qui recouvre une bonne partie du territoire anciennement contrôlé par cet empire. Des mois d’analyses plus tard, le fruit de leurs recherches a été publié dans un article de la revue Science.

Ces impulsions laser ont la propriété de passer à travers la végétation, mais d’être reflétées par le sol et les structures rocheuses.

La façon dont les ondes sont altérées au contact du sol permet de révéler les changements topographiques et les structures artificielles, créant ainsi des images 3D de la surface, comme si la forêt y avait été coupée à blanc.

Animation montrant l’utilisation de la technologie LiDAR sur le site de Tikal, au Guatemala

Un empire complexe et interconnecté

Au total, les chercheurs ont survolé et cartographié plus de 2144 kilomètres carrés de la péninsule, ce qui leur a permis de repérer le chiffre impressionnant de 61 480 structures inconnues à ce jour. Parmi ces dernières, on retrouve des maisons, petites et grandes, des temples et des pyramides, mais aussi des territoires agricoles, des canaux d’irrigation et même des fortifications et autres structures défensives.

Bien que la densité moyenne des bâtiments soit estimée à 29 structures par kilomètre carré, ces derniers n’étaient pas uniformément répartis et étaient divisés en centres urbains de toutes tailles, de la région rurale jusqu’aux grandes villes, le tout entrecoupé de plus petits centres urbains. Plus de 106 kilomètres de routes reliaient entre elles les différentes régions découvertes.

Les chercheurs estiment que si la configuration des structures observées dans leur échantillonnage aérien était représentative des 95 000 kilomètres carrés qui formaient l’empire maya à son zénith, cette civilisation aurait pu abriter 7 à 11 millions de personnes entre les années 650 et 800 de notre ère.

Les relevés effectués ont aussi montré que les Mayas étaient capables de travailler en profondeur leur environnement et la géographie de la région, ce qui leur permettait de produire l’agriculture intensive qui aurait été nécessaire à la survie d’une telle population. Parmi les observations, on a même constaté l’utilisation d’agriculture en terrasses, un mode de culture en paliers permettant d’exploiter les flancs de montagnes.

Ces observations aériennes ont permis aux archéologues de gagner des années de recherches , mais devront quand même être confirmées par une observation directe sur le terrain, ce que les scientifiques ont pu faire jusqu’à maintenant avec 8 % de la surface étudiée.

L’utilisation du LiDAR pourrait permettre d’accélérer les découvertes dans un grand nombre de régions archéologiquement importantes à travers le monde.

https://ici.radio-canada.ca/

Un juge américain fait rebrousser chemin à un avion transportant des migrantes expulsées


Je trouve encourageant que certains juges aux États-Unis ne se laisse pas piler sur les pieds par le gouvernement américains.
Nuage

 

Un juge américain fait rebrousser chemin à un avion transportant des migrantes expulsées

 

Un panneau signalétique montrant les douanes pour les passagers en immigration dans un aéroport.

Une femme et sa fille pensaient bien atterrir quelque part en Amérique centrale, jeudi, mais une décision in extremis d’un juge fait en sorte qu’elles sont toujours aux États-Unis. Photo : iStock

Un juge de Washington a ordonné jeudi qu’un avion renvoyant chez elles une mère et sa fille ayant demandé l’asile aux États-Unis rebrousse chemin, et a menacé le secrétaire américain à la Justice de le poursuivre pour outrage à magistrat, a indiqué une ONG.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les deux migrantes avaient porté plainte pour contester leur expulsion vers un pays d’Amérique centrale, et une audience consacrée à leur requête s’est tenue jeudi, a expliqué l’ACLU, importante organisation de défense des droits civiques, qui a déposé la plainte en leur nom.

Selon l’ONG, le juge avait bloqué leur expulsion en attendant d’examiner l’affaire.

Mais « alors que nous étions devant la cour, nous avons appris que le gouvernement avait expulsé une cliente et son jeune enfant à peine quelques heures auparavant, mettant leurs vies en danger, a affirmé l’ACLU dans une série de tweets. Cela contredit l’engagement du gouvernement devant la cour selon lequel PERSONNE ne serait expulsé avant le lendemain, au plus tôt ».

« Le juge a ordonné au gouvernement de faire rebrousser chemin à l’avion et de ramener la mère demanderesse d’asile et son enfant aux États-Unis », a-t-elle ajouté. Et « il a dit que si le problème n’était pas résolu, il envisagerait des poursuites pour outrage à magistrat, visant pour commencer le secrétaire à la Justice » Jeff Sessions.

Cité par le Washington Post, le juge Emmet G. Sullivan a qualifié la décision du gouvernement de les expulser de « scandaleuse ».

Que quelqu’un qui cherche à obtenir justice aux États-Unis soit expulsé pendant que ses avocats plaident en sa faveur? […]. Je ne suis pas du tout content. C’est inacceptable. Le juge Emmet G. Sullivan

La mère et sa fille font partie d’un groupe de migrants « fuyant les violences conjugales et la brutalité des gangs » en Amérique centrale, ayant déposé plainte mardi avec l’aide de l’ACLU et du Center for Gender and Refugee Studies pour éviter l’expulsion.

https://ici.radio-canada.ca

Donald Trump signe un décret pour éviter la séparation des familles


L’opinion mondiale a fini par entendre raison à Donald Trump, même sa femme et sa fille étaient semble-t-il contre le fait de séparer les enfants aux parents qui ont immigré illégalement. Donald Trump prétend qu’il ne veut pas séparer les familles. Hummm qui le croit sincère ? Reste à savoir ce qu’il fera pour la prochaine étape
Nuage

 

Donald Trump signe un décret pour éviter la séparation des familles

 

The Associated Press

Le président américain Donald Trump a signé mercredi un décret mettant fin à la séparation des familles de migrants ayant franchi clandestinement la frontière avec le Mexique.

“Je n’aimais pas voir des familles être séparées”, a-t-il déclaré lors de la cérémonie de signature du décret, après avoir annoncé dans la matinée, dans un spectaculaire retournement, qu’il allait mettre fin à cette pratique qui lui a valu de très nombreuses critiques.

Depuis l’annonce début mai d’une «tolérance zéro» du gouvernement sur l’immigration illégale, plus de 2300 enfants et jeunes migrants ont été séparés de leurs familles, après leur arrestation à la frontière, fuyant, pour la plupart, la violence qui ronge l’Amérique centrale.

 

«Nous voulons garder les familles ensemble», a expliqué M. Trump depuis la Maison Blanche.

«Je signerai quelque chose bientôt», a-t-il poursuivi, expliquant espérer que cela serait suivi par une loi.

Auparavant, le chef de file des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan, avait annoncé qu’il soumettrait au vote jeudi un projet de loi afin de résoudre la question du statut de ces jeunes sans-papiers.

«Avec notre loi, quand les gens seront poursuivis pour avoir franchi illégalement la frontière, les familles resteront ensemble pendant toute la procédure légale, sous l’autorité de la Sécurité intérieure», a déclaré le «speaker» de la Chambre basse du Congrès où les républicains sont majoritaires.

Le texte devra ensuite passer au Sénat où les républicains disposent d’une faible marge (51-49) avant d’être validé par le président.

Les images de ces milliers d’enfants en pleurs arrêtés puis placés dans des centres, divisés en cages de fer ou dans des camps faits de tentes, ont fait scandale. À New York, une chaîne de télévision a diffusé mercredi des images de cinq fillettes accompagnées d’adultes, parlant espagnol, marchant en pleine nuit vers un centre d’accueil du quartier de Harlem, suggérant que ces enfants sont placés incognito.

De nombreux responsables américains comme étrangers ont appelé le gouvernement à abandonner ces pratiques.

a première ministre britannique Theresa May a jugé «profondément choquantes» ces images «d’enfants détenus dans ce qui semble être des cages».

«Ce qui se passe aux États-Unis est inacceptable», a affirmé à son arrivée au Parlement canadien le premier ministre Justin Trudeau.

«La façon dont nous traitons les plus vulnérables définit qui nous sommes en tant que personnes, pays et communauté internationale», a-t-il indiqué dans un communiqué séparé, à l’occasion de la Journée internationale des réfugiés.

«La dignité de la personne ne dépend pas de son statut de citoyen, de migrant ou de réfugié. Sauver la vie de qui s’échappe de la guerre et de la misère est un acte d’humanité», a également assuré le pape François sur Twitter.

Alors que Washington a annoncé un durcissement de la procédure des demandes d’asile, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a pourtant assuré sur Twitter que les États-Unis «continueront à aider les réfugiés les plus vulnérables, conformément aux valeurs profondes du peuple américain».

Thorbjorn Jagland, le secrétaire général du Conseil de l’Europe a pour sa part estimé que M. Trump n’était plus le «leader moral» de la planète et ne pouvait plus «parler au nom du monde libre», un langage qui tranche avec la réserve habituelle de cette instance chargée de défendre la démocratie et le droit sur le Vieux Continent.

Le quotidien français Le Monde a dénoncé «une véritable prise d’otages» opérée par Donald Trump destinée à «pousser le Congrès à adopter (ses) mesures extrêmement restrictives en matière d’immigration». «C’est aussi un signe envers les migrants «que les États-Unis ont renoncé à toute forme d’humanité envers eux».

La ligne très dure de Donald Trump sur l’immigration — légale ou illégale — ne semble pourtant pas ralentir le flot des arrivées. Les États-Unis sont redevenus l’an dernier le premier pays de demandes d’asile dans l’OCDE avec 330 000 requêtes, devant l’Allemagne, a indiqué mercredi l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Son secrétaire général, José Angel Gurria, en a profité pour déclarer que «la séparation n’est certainement pas dans le meilleur intérêt de l’enfant», ajoutant que “la sécurité de l’État et l’humanité basique ne sont pas incompatibles».

La colère monte aussi dans la société civile. La journaliste de MSNBC Rachel Maddow a été prise de sanglots mardi soir en lisant une information de l’agence Associated Press (AP) selon laquelle les autorités ont mis en place trois centres destinés aux bébés et aux très jeunes enfants de demandeurs d’asile.

http://journalmetro.com

Enfin élucidée, l’origine de la patate douce éclaire l’histoire des Hommes


    La patate douce est apparue bien avant la présence des êtres humains, il y a 800 000 ans, en Amérique Centrale, puis elle hybrider avec une autre espèce il y a 56.000 ans. Si on la retrouve ailleurs ce n’est pas par l’importation de l’homme, mais plutôt par les vents, la mer et les oiseaux
    Nuage

     

    Enfin élucidée, l’origine de la patate douce éclaire l’histoire des Hommes

     

    C’est une belle réunion de famille pour la patate douce. Après être partie à la conquête de la Polynésie et des quatre coins du monde, elle retrouve enfin son ancêtre demeuré au foyer, en Amérique centrale. En grande aventurière, elle n’a pas attendu l’arrivée des navigateurs polynésiens, ni des Européens, pour traverser le Pacifique.

    La patate douce, ce savoureux tubercule tropical consommé de par le monde, nourrit autant les débats que les estomacs. Originaire d’Amérique, elle a colonisé la Polynésie bien avant les grandes explorations européennes, ce qui a poussé les historiens à supposer que les austronésiens auraient rapporté eux-mêmes la plante sur leurs îles durant l’époque précolombienne. De plus, l’ascendance et l’évolution de la patate douce restent bien énigmatiques : certains chercheurs lui trouvent de multiples ancêtres, d’autres un seul.

    Le saviez-vous ?

    En plus de son goût délicieux, la patate douce possède de nombreuses vertus. Elle est notamment source de bêta-carotène, précurseur de la vitamine A.

    Or, en se penchant à leur tour sur ces questions, Pablo Muñoz-Rodriguez et ses collègues à l’université d’Oxford, à l’université d’Oregon et au Centre international de la pomme de terre de Lima au Pérou, ont trouvé des résultats qui pourraient changer la donne. En effet, les chercheurs ont conduit une étude phylogénétique extensive sur la patate douce et toutes les espèces apparentées, et lui ont découvert une origine unique : elle descend d’une plante d’Amérique centrale et des Caraïbes appelée Ipomoea trifida.

    Mais les révélations sur l’histoire de la patate douce vont encore plus loin.

    « En plus d’identifier son géniteur, nous avons également découvert que la patate douce est née bien avant les êtres humains, il y a au moins 800.000 ans, » déclare à la presse Robert Scotland, co-auteur de ces travaux, publiés dans le journal Current Biology. « Nos résultats réfutent la théorie dominante et remettent en question l’existence de contacts précolombiens à travers le Pacifique » poursuit Pablo Muñoz-Rodriguez.

    Les autres indices de ces contacts, à savoir l’analyse ADN des êtres humains et des poulets, sont aujourd’hui contestés, rappellent les chercheurs dans leur publication. Le seul témoin biologique restant était la patate douce. Renversant le mythe, ils expliquent la présence de ce légume en Polynésie par une dispersion naturelle, par le vent, la mer ou les oiseaux.

    L’espèce I. tuboides (numérotée 1), endémique des îles Hawaï (en orange à gauche de la carte), a divergé depuis au moins 1,1 million d’années de ses plus proches parents (numérotés 1, 2, 3 et 4), tous confinés au Mexique et en Amérique centrale (en orange sur la carte). Sa présence à Hawaï, à 5.200 km de la côte américaine, s’explique très probablement par une dispersion naturelle, par le vent, la mer ou les oiseaux. © Pablo Muñoz-Rodriguez et al., 2018, Current Biology

    L’espèce I. tuboides (numérotée 1), endémique des îles Hawaï (en orange à gauche de la carte), a divergé depuis au moins 1,1 million d’années de ses plus proches parents (numérotés 1, 2, 3 et 4), tous confinés au Mexique et en Amérique centrale (en orange sur la carte). Sa présence à Hawaï, à 5.200 km de la côte américaine, s’explique très probablement par une dispersion naturelle, par le vent, la mer ou les oiseaux. © Pablo Muñoz-Rodriguez et al., 2018, Current Biology

    La patate douce a 800.000 ans et a traversé le Pacifique toute seule

    Dans le cadre cette étude, les chercheurs ont analysé 199 spécimens de patates douces, de son nom latin Ipomoea batatas, et de plantes sauvages apparentées appartenant au genre Ipomoea. Ils ont procédé à un séquençage de l’ADN du noyau et de celui des chloroplastes – des organitesprésents dans les cellules des plantes.

    Cette méthodologie, plus complète que celles qui se restreignent à l’ADN nucléaire, a produit des arbres phylogénétiques en apparence discordants : tandis que l’ADN du noyau pointe vers une origine unique, en établissant que I. trifida est son plus proche parent, l’ADN chloroplastique indique deux origines génétiques. Pour réconcilier les résultats, les chercheurs postulent que I. trifida a joué un double rôle dans l’évolution de la patate douce.

    « Nous arrivons à la conclusion que la patate douce a évolué à partir de son géniteur il y a au moins 800.000 ans. Puis, après que les deux espèces soient devenues distinctes, elles se sont hybridées » explique Pablo Muñoz-Rodriguez.

    La patate douce Ipomoea batatas (A) et cinq espèces fortement apparentées : I. trifida (B), I. triloba (C), I. ramosissima (D), I. cordatotriloba (E) et I. leucantha (F). © Pablo Muñoz-Rodriguez et al., 2018, Current Biology

    La patate douce Ipomoea batatas (A) et cinq espèces fortement apparentées : I. trifida (B), I. triloba (C), I. ramosissima (D), I. cordatotriloba (E) et I. leucantha (F). © Pablo Muñoz-Rodriguez et al., 2018, Current Biology

    Ainsi, I. trifida aurait été impliquée dans un évènement d’hybridation avec la patate douce dans les 56.000 ans qui ont suivi la divergence entre les deux espèces. Au cours de ce croisement, le génome chloroplastique de I. trifida s’est introduit dans les chloroplastes de la patate douce, sans transfert d’ADN nucléique. Ce phénomène, courant dans l’évolution des espèces, a engendré deux lignées de patates douces qui diffèrent seulement par leur ADN chloroplastique.

    Pour finir, les chercheurs ont également étudié des patates douces collectées dans les îles de l’actuelle Polynésie française en 1769, par Joseph Banks et Daniel Solander, durant l’expédition du capitaine Cook. Ils ont découvert que cette variété de patate douce possède une signature génétique unique. Elle aurait divergé des spécimens américains il y a au moins 100.000 ans et serait isolée du continent depuis plusieurs millénaires.

    D’après les chercheurs, la patate douce s’est retrouvée naturellement en Polynésie, sans intervention humaine. Ce genre de voyage s’observe effectivement chez d’autres espèces apparentées. En outre, bien qu’ils n’aient pas étudié personnellement la flottabilité des graines de patates douces, des travaux antérieurs ont montré que celles de plusieurs espèces du genre Ipomoea pouvaient résister sur de longues distances en mer.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Une nouvelle recherche réécrit l’histoire de la patate douce. Apparue en Amérique bien avant les êtres humains, elle a traversé l’océan Pacifique pour s’implanter en Polynésie sans eux.

  • Cela remet en doute l’hypothèse d’un contact entre la Polynésie et l’Amérique à l’époque précolombienne.

https://www.futura-sciences.com/

La souris qui drague en chantant


Une petite souris brune habitant la forêt en Amérique Centrale chante pour trouver une partenaire. Le chant dure au moins 20 secondes chez les mâles alors que les femelles chantent moins longtemps
Nuage

 

La souris qui drague en chantant

 Une souris Scotinomys teguina mâle.

Une souris Scotinomys teguina mâle  Photo : Université du Texas/Bret Pasch

Oubliez les cris stridents et inaudibles de leurs congénères : pour séduire, la Scotinomys teguina, une petite souris brune des forêts d’Amérique centrale, chante haut et fort.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Certains animaux développent des caractéristiques bien particulières pour augmenter leurs chances de se reproduire : le paon déploie sa queue, certains coléoptères bardent leur pénis d’épines… Le mâle Scotinomys teguina, lui, joue de ses cordes vocales.

Mais la sélection sexuelle ou la lutte pour la reproduction – l’un des deux mécanismes de la sélection naturelle – représente un coût pour l’animal, notamment énergétique. Pourquoi certains mâles investissent plus dans la reproduction que d’autres?

« Les mâles chanteurs n’interprètent leur difficile répertoire, coûteux en termes d’énergie, que s’ils pensent avoir assez d’énergie pour produire la chanson » et « combattre ou fuir », explique Tracy Burkhard de l’Université du Texas, coauteure de l’étude.

En cherchant à comprendre comment cela était possible, les chercheurs ont découvert que les mâles Scotinomys teguina qui chantaient le plus longtemps et le plus fréquemment présentaient des concentrations plus élevées en leptine.

Cette hormone est liée aux réserves de graisse dont dispose l’organisme. Plus on a de graisses (donc d’énergie en réserve) plus on produit de leptine.

« Nos résultats laissent à penser que les mâles peuvent être « attentifs » aux signaux qu’envoie leur organisme, qu’ils semblent capables d’adapter leur chant à l’énergie dont ils disposent », précise Tracy Burkhard à l’AFP.

Selon l’étude, parue dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B, les souris mélomanes émettent des trilles (ils répètent rapidement et alternativement deux notes conjointes), une composition à mi-chemin entre le chant du criquet et celui d’un bébé oiseau.

Leurs compositions peuvent durer jusqu’à 20 secondes, alors que les appels de la plupart des autres espèces de souris ne durent que trois secondes, détaille Tracy Burkhard.

Les femelles de l’espèce ont également été pourvues du don du chant, mais les mâles chantent plus longtemps et plus souvent.

Pour entendre le chant de la souris Scotinomys teguina :

 

Ralenti du chant d’un mâle Scotinomys teguina. Crédit : Bret Pasch, Country mouse studio – Youtube, Licence de paternité Creative Commons

 

https://ici.radio-canada.ca/