Le Saviez-Vous ► Gare à l’allergie au soleil


Il a ceux qui sont sensibles au soleil qui généralement touche les personnes à peau claire. Et il y a aussi ceux qui ont une allergie au soleil qui peut être génétique ou provoquer par certains médicaments.
Nuage

 

Gare à l’allergie au soleil

 

Gare à l'allergie au soleil

Jeudi 2 août 2018.

La sensibilité et l’allergie au soleil sont deux affections cutanées différentes. L’allergie au soleil, plus fréquente qu’il n’y paraît, toucherait 10 à 15% de la population mondiale.

L’allergie au soleil existe réellement

L’allergie au soleil, de son nom médical lucite, existe réellement. D’après une récente étude réalisée par le site She Knows, 10 à 15% de la population mondiale serait même touchée par cette maladie. Il ne faut d’ailleurs pas la confondre avec la sensibilité au soleil, qui se caractérise par une peau fragile qui marque rapidement en cas de forte exposition aux rayons ultra-violets (UV). Autrement dit, la sensibilité au soleil concerne principalement des personnes à la peau claire, qui deviennent rouge écrevisse après quelques heures d’exposition au soleil et ce, malgré une protection solaire.

L’allergie au soleil, également dénommée « éruption lumineuse polymorphe ou photosensibilité  », est provoquée par un processus génétique ou médicamenteux.

L’Organisation mondiale de la santé explique que lorsqu’elles sont exposées au soleil, les cellules cutanées se modifient. L’allergie au soleil apparaît lorsque le système immunitaire d’une personne ne reconnaît pas ces modifications. En rejetant ces cellules cutanées modifiées, le système immunitaire donc provoque la maladie.

L’allergie au soleil n’est pas permanente

Si vous avez développé une allergie au soleil à la suite d’une prise médicamenteuse régulière, vous serez sûrement soulagé d’apprendre que cette affection est le plus souvent éphémère. Il arrive fréquemment qu’une allergie au soleil apparaisse soudainement avant de disparaître après une ou deux années. Dans tous les cas, si vous en constatez des symptômes sur votre corps ou sur celui d’un proche, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Plusieurs mesures préventives permettent également d’éviter de contracter une allergie au soleil voire d’en limiter les effets. Quelle que soit la couleur de votre peau, même pour les plus brunes, pensez à vous protéger avec de la crème solaire durant la période estivale. Vous pouvez également éviter de vous exposer aux heures les plus chaudes de la journée, soit généralement entre 11h30 et 15h30. Sachez enfin que plusieurs médicaments interdisent de s’exposer au soleil lors du traitement. Lire les précautions d’utilisation de ces produits pourrait donc aussi aider. 

Flore Desbois

https://www.passeportsante.net/

L’allergie au soleil, ça existe


Nous sommes contents quand la venue de l’été nous donne plus de liberté pour sortir plus légèrement, par contre il ne faut pas oublier de se protéger la peau. Il y a des gens qui ont besoin encore plus de protection, car ils sont allergiques à cette boule de feu et ont des éruptions cutanées. Ce sont surtout des jeunes femmes qui ont la peau claire qui est les plus susceptibles d’avoir cette allergie
Nuage

 

L’allergie au soleil, ça existe

 

muratart/shutterstock.com

Vieillissement cutané prématuré, développement de cancers, atteintes oculaires… Les dangers à long terme du soleil sans protection adaptée sont de mieux en mieux connus. Mais saviez-vous qu’une exposition même raisonnable pouvait se solder instantanément par des rougeurs et des démangeaisons sur les peaux prédisposées ?

C’est un phénomène peu connu des vacanciers et pourtant, 10 à 20% de la population souffrirait de lucite estivale, dont une très grande majorité de jeunes femmes ayant la peau claire. Cette allergie au soleil se traduit par une éruption de petits boutons rouges au niveau du décolleté, des épaules, des bras, des jambes et du dessus des pieds. Cet urticaire peut provoquer de fortes démangeaisons. Si dans la plupart des cas les symptômes régressent spontanément en 5 à 15 jours, à condition bien sûr de supprimer toute exposition solaire, les récidives sont inévitables. La prescription d’antihistaminiques et/ou de cortisone est parfois nécessaire pour soulager la poussée.

Protection SPF 50+ obligatoire

Pour tenter d’échapper à la lucite estivale, une seule solution : s’exposer très progressivement (pas plus de 20 minutes le premier jour) et utiliser, même par temps nuageux, des crèmes solaires indices 50 spécifiques peaux intolérantes. Si cela ne suffit pas, le dermatologue peut prescrire un traitement préventif à base d’antioxydants ou d’antipaludéens de synthèse, voire des séances de photothérapie. Attention, ces expositions aux UV dans un but thérapeutique n’ont rien à voir avec des séances d’UV en cabine de bronzage. Ces dernières ne préparent en rien la peau au soleil. Pire, elles lui font courir de gros risques.

https://destinationsante.com

Crèmes solaires : les meilleures et les pires selon « 60 Millions »


Qu’est-ce que je trouve odieux se sont des produits qui est vendu spécialement pour les enfants, mais qui pourraient être dangereux eux. En matière de crème solaire, c’est important de protéger la peau de nos enfants, car le cancer de la peau est surtout une conséquence des coups soleil à l’enfance. A noter qu’une bonne crème solaire peut-être utilisé autant par les enfants que les adultes, il n’est donc pas besoin d’acheter une crème pour enfants et une autre pour adulte
Nuage

 

Crèmes solaires : les meilleures et les pires selon « 60 Millions »

 

 

Le magazine 60 Millions de consommateurs de l’Institut national français de la consommation a évalué l’efficacité de la protection et la toxicité potentielle de 10 crèmes solaires pour adultes et 9 pour enfants.

La marque Avène (Eau thermale) arrive largement en tête, avec une note de 18/20 chez les enfants comme chez les adultes.

Parmi les produits pour enfants, deux produits sont épinglés :

  • Lancaster wet skin sun for kids (9,5/20) contient de l’ethylhexyl methoxycinnamate. La présence de ce filtre UV, considéré comme un perturbateur endocrinien potentiel, « est particulièrement inacceptable> » dans un produit destiné aux enfants, estime le magazine.

  • Le spray hydratant bio Lovea Kids (6,5/20) affiche un indice qui correspond à la catégorie haute protection alors qu’il devrait être classé à faible protection.

Les crèmes solaires pour enfants n’apportent pas plus de garanties en matière de protection et de composition que les autres, précise le magazine. Pourtant, elles coûtent souvent plus cher. Toute la famille peut donc utiliser la même crème solaire.

Des crèmes pour enfants contiennent des filtres solaires qui sont perturbateurs endocriniens potentiels mais aussi des ingrédients susceptibles de provoquer des allergies au soleil (un comble pour une crème solaire !) ou des molécules parfumantes elles aussi potentiellement allergisantes.

Parmi les produits pour adultes, quatre crèmes n’obtiennent pas la moyenne :

  • Bioderma photoderm MAX brume solaire,

  • Lancaster wet skin sun sport,

  • Garnier Ambre solaire sensitive expert+ brume sèche protectrice

  • Clarins spray solaire lait fluide sécurité.

    Les trois premiers contiennent des perturbateurs endocriniens potentiels et le quatrième affiche un indice qui correspond à une « très haute protection » alors qu’il est à la limite de la catégorie « haute protection ».

C’est le niveau de protection solaire qui doit guider le choix, souligne « 60 Millions ». Pour les enfants – comme pour les personnes à la peau et aux cheveux clairs, qui ne bronzent pas et qui prennent facilement des coups de soleil –, il faudra opter pour un produit haute ou très haute protection.

Le magazine rappelle aussi que la meilleure protection solaire reste celle conférée par les vêtements.

Crèmes solaires pour enfants : plainte pour tromperie contre 5 fabricants (UFC-Que Choisir, 2016)

Pour plus d’informations sur les crèmes solaires, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : 60 Millions de consommateurs, Doctissimo.

http://www.psychomedia.qc.ca