Les chats goutent, les chiens dévorent


Donner à manger à un chien et il se changera en glouton, et même si c’est un aliment nouveau. Donné à manger à un chat, il prendra son temps et encore plus, si l’aliment lui est inconnu
Nuage

 

Les chats goutent, les chiens dévorent

Les chats gouttent les nouveaux aliments avec beaucoup de méfiance. © SIPANY/SIPA

Les chats gouttent les nouveaux aliments avec beaucoup de méfiance. © SIPANY/SIPA

Par Anne-Sophie Tassart

Une récente étude révèle pourquoi les chats sont si tatillons à goûter de nouveaux aliments alors que les chiens les dévorent.

AMER. Les propriétaires l’ont déjà sûrement remarqué : les chats (Felis silvestris catus) prennent du temps à goûter un nouvel aliment tandis que la plupart du temps, les chiens le dévorent goulûment.

Une étude publiée surPlusONE* explique les raisons de cette différence facilement observable. Le chat domestique est un carnivore obligatoire : normalement, il ne consomme que des produits provenant de viandes animales. De ce fait, il n’a pas besoin de détecter le sucre ou l’amertume présents dans les plantes et pourtant il en est capable. Normalement, cette capacité devrait être réservée aux herbivores car elle leur permet de se protéger contre d’éventuels poisons contenus dans les plantes et qui leur donnent un goût acide ou amer. Grâce à un récepteur particulier, le Tas2r2, les chats détectent ces goûts de la même manière que les herbivores. Ils possèdent même 12 gènes différents permettant de sentir l’amertume d’un aliment ! Mais là n’est pas la différence car les chiens les possèdent également, tout comme les furets et les ours. Alors où se situe la particularité des chats ? C’est dans la finesse de la détection des composés que les petits félins sont les plus performants : ils sont plus sensibles à l’amertume et ont une palette de détection des composés amers plus large. Ils vont donc mettre plus de temps à goûter un aliment nouveau qui peut potentiellement ne pas leur plaire ou être nocif, prenant la nourriture par petites quantités et la mâchant lentement.

Une détection efficace de la toxicité d’une proie

Une autre question se pose : pourquoi nos chats domestiques restent si bien armés pour la détection des poisons ? Les chercheurs pensent que le maintien des récepteurs sensibles à l’amertume et à l’acidité est dû à la présence de poison chez certaines proies vertébrées ou invertébrées consommés par ces félins. Les propriétaires savent bien qu’il est très difficile de contrôler le régime d’un chat qui sort régulièrement à l’extérieur et qui passe beaucoup de temps à chasser.

Ces animaux consomment souvent des grenouilles ou encore des crapauds dont la peau ou l’organisme peut contenir des éléments toxiques. La détection d’un goût désagréable permettrait à l’animal d’arrêter son festin au bon moment. Une autre raison pourrait expliquer la particularité des chats : selon l’un des chercheurs, chez l’humain, ces récepteurs ne sont pas seulement présents dans la bouche mais ils sont également situés dans les poumons et le coeur et ils permettraient la détection d’infection. Il est possible que les récepteurs des chats possèdent également cette double compétence.

Source : PlosONE

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le diabète chez le chat : 5 choses à savoir sur le chat diabétique


Les animaux domestiques aussi peuvent avoir le diabète. On voit rarement un animal sauvage faisant de l’embonpoint. Alors peut-être que les chats et les chiens qui nous côtoient ont plus de risques …. Enfin, c’est une supposition de ma part
Nuage

 

Le diabète chez le chat : 5 choses à savoir sur le chat diabétique

 

 Cette maladie ne touche pas seulement les humains. Nos animaux de compagnie, et notamment les chats, souffrent eux aussi de diabète, le plus souvent sucré. 1 chat sur 500 en souffrirait. 

Un chat diabétique peut vivre une vie presque normale, dès lors que la maladie est prise en charge suffisamment tôt et qu’un traitement adapté est rigoureusement suivi.

Les causes du diabète chez le chat

Un dysfonctionnement du pancréas peut engendrer un ralentissement de la production d’insuline. Ce déficit d’insuline empêche les cellules du corps d’utiliser correctement le glucose dont le taux dans le sang augmente.

Une mauvaise alimentation, trop sucrée, peut être à l’origine du diabète chez le chat, comme chez les hommes. Il arrive aussi que des médicaments, comme les corticoïdes, favorisent l’apparition de la maladie.

Les symptômes du diabète chez le chat

Un chat souffrant de diabète urine beaucoup plus souvent et se déshydrate donc plus rapidement. Ses urines sont plus collantes que d’habitude, car elles sont riches en sucre. Un chat diabétique se met aussi à perdre du poids alors que son appétit est plus vorace. Un poil en mauvaise santé et un état léthargique sont également des signes qui peuvent vous alerter.

Au moindre doute, n’attendez pas pour emmener votre chat chez le vétérinaire. Lui seul pourra confirmer ou non que votre chat est diabétique.

chat eau robinet
Une soif inhabituelle est l’un des signes qui doivent vous alerter. (© Flickr – Dave Dudgale)

A plus long terme, le chat peut développer des infections urinaires à répétition, ainsi que de la plantigradie (le chat marche sur la plante des pieds). En cas de crise, le chat peut être pris de vomissements et tomber dans le coma. Il doit alors être conduit en urgence chez le vétérinaire.

Quels sont les chats plus touchés par le diabète ?

Chez les chats, les femelles sont plus prédisposées que les mâles au diabète sucré.

Cette maladie touche aussi souvent les chats obèses et les chats âgés de 6 à 10 ans. Le diabète juvénile félin est plus rare.

Comment soigner un chat diabétique ?

Le diabète du chat ne peut pas être guéri, mais ses conséquences peuvent être amoindries. Un chat souffrant de diabète sucré devra suivre un traitement à vie à base d’insuline. Deux injections par jour, à heures fixes, devront être réalisées. Certains chats parviennent à se passer de ces injections après quelques semaines seulement de traitement. Ils sont alors en rémission clinique.

Mais ces chats devront malgré tout être régulièrement suivis par le vétérinaire, car la maladie peut toujours se réveiller.

chat gamelle croqiettes
Le chat diabétique a besoin d’une alimentation adaptée, définie par le vétérinaire. (© Flickr )

Outre l’insuline, une alimentation adaptée au chat diabétique est nécessaire. Si les propriétaires du chat sont vigilants, tant pour son alimentation que pour son traitement à base d’insuline, l’espérance de vie du chat diabétique peut atteindre celle d’un chat qui n’est pas malade.

Le diabète insipide chez le chat 

Bien plus rare que le diabète sucré, le diabète insipide félin est provoqué par un dysfonctionnement de l’hypophyse. Celle-ci produit moins d’hormone antidiurétique et engendre diurèse (urines fréquentes et abondantes) et polydipsie (soif).

http://wamiz.com/

Plainte contre Nestlé pour complicité d’esclavage en Thaïlande


Nous achetons beaucoup de produits de grandes compagnies reconnues à travers le monde, sans connaitre leurs sombres secrets. Nestlé accusé de profiter de certains produits issus de l’esclavage et de trafic humain
Nuage

 

Plainte contre Nestlé pour complicité d’esclavage en Thaïlande

 

Le géant de l'agroalimentaire Nestlé a été accusé jeudi de soutenir... (PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS)

PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS

Agence France-Presse
NEW YORK

 

Le géant de l’agroalimentaire Nestlé a été accusé jeudi de soutenir consciemment l’esclavage qui sévit dans le milieu de la pêche en Thaïlande en utilisant des fruits de mer dans des produits alimentaires pour chats, a annoncé un cabinet d’avocat ayant lancé des poursuites en nom collectif.

«Des acheteurs de produits pour animaux ont porté plainte aujourd’hui contre Nestlé, accusant le fabricant d’aliments de soutenir en toute connaissance de cause un système d’esclavage et de trafic d’êtres humains pour produire des aliments pour chats de la marque Fancy Feast, tout en cachant sa complicité avec des violations des droits de l’Homme», a annoncé le cabinet Hagens Berman dans un communiqué.

Selon cette plainte, «Nestlé importe via un fournisseur thaïlandais, Thai Union Frozen Products PCL, plus de 28 millions de livres (12 000 tonnes) d’aliments pour animaux à base de fruits de mer pour de grandes marques vendues en Amérique dont une partie sont produits dans des conditions d’esclavage».

Des hommes et des garçons venus de pays plus pauvres que la Thaïlande comme le Cambodge ou la Birmanie sont vendus à des capitaines de bateaux de pêche, qui exigent d’eux un travail dangereux et harassant à raison de 20 heures par jour, en les payant très peu ou pas du tout, sous peine d’être battus ou même tués, accuse encore la plainte.

«En cachant cela au public, Nestlé a de fait conduit des millions de consommateurs à soutenir et encourager l’esclavage dans des prisons flottantes», a accusé l’un des associés du cabinet, Steve Berman, cité dans le communiqué, en invitant les utilisateurs des marques en cause à se joindre à cette plainte.

La plainte a été déposée au tribunal fédéral du centre de la Californie.

http://www.lapresse.ca/