Alien existe… en poisson


La science-fiction n’a rien inventé. S’ils pensent avoir créé un alien parfait, ils se trompent. La mer, dans ses profondeurs a des créatures toutes aussi impressionnantes .. Le black dragonfish est pour sa part un aspect venu d’ailleurs. C’est la femelle qui est plus spectaculaire par ses dents.
Nuage

 

Alien existe… en poisson

 

Le "black dragonfish" ou une restitution d'Alien dans l'océan.

Le « black dragonfish » ou une restitution d’Alien dans l’océan. © WWF

Dans la famille des bestioles effrayantes, je demande le « black dragonfish » ! Un poisson impossible à croiser pour le plus grand bonheur de tous, excepté peut-être pour les fans d’Alien.

INSOLITE.  L’océan grouille de bestioles plus ou moins effrayantes : requin-lézard, poisson à crocs, poisson vipère… et poisson alien.

Que les fans du film Alien se réjouissent, il existe et se nomme le « black dragonfish » ! Aussi connu sous le nom d’Idiacanthus atlanticus, ce poisson vit dans des eaux subtropicales à 2000m de profondeur. Comme les créatures vivant dans les abysses, il est capable de produire sa propre luminosité grâce à des photophores (organes électroluminescents), placés sous ses yeux. Contrairement aux autres espèces, il peut émettre aussi bien en rouge (voire infrarouge) qu’en bleu et percevoir sa propre lumière. Cet avantage oculaire lui permet de traquer sa proie, alors que la plupart des espèces de cet environ usent de leur lumière bleue pour attirer leur futur repas. En outre, ces créatures possèdent un dysmorphisme sexuel assez remarquable : la femelle mesure 40 cm de long et possède une belle rangée de dents à vous faire pâlir. Alors que le mâle semble tout à fait inoffensif avec sa taille de 5 cm et son absence de dentition. Sans compter qu’il n’a pas de système digestif. Bien que ces bêtes fassent peur à l’âge adulte, il en est tout autrement à l’état de larve. Leurs yeux sont totalement écartés de leur corps, et reposent sur de longues tiges, leur donnant ainsi un faux air de Jar Jar Binks dans Star Wars. 

 

© Carole Baldwin

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi nous imaginons les aliens comme des petits hommes verts


Je me souviens dans mon enfance, mon petit frère et moi, nous parlions des Martiens, on disait que c’était des bonhommes verts. Ou nous avons pris ces faits, aucune idée. Nous n’étions pas les seuls de toute manière pour croire qu’ils étaient verts. Aujourd’hui, on sait qu’ils pourraient avoir d’autres formes qu’humaine, autres couleurs. C’est probablement pour cette raison que les films de science-fiction prennent de plus en plus des modèles dans la nature.
Nuage

 

Pourquoi nous imaginons les aliens comme des petits hommes verts

/

Capture d’écran de la bande-annonce du film Paul | via Youtube License by

Repéré par Aurélie Rodrigues

C’est la faute de la science-fiction

Selon vous, à quoi ressemble un alien? Plutôt à un petit homme vert ou à une méchante créature aux dents acérées? En réalité, personne ne le sait. Alors pourquoi ces êtres nous semblent-ils si familiers?

D’E.T, à Mars Attacks en passant par la saga Alien, la science-fiction a façonné notre imaginaire. La culture populaire a construit notre façon d’appréhender les formes de vies extraterrestres. En fait, quand nous pensons aux aliens, nous pensons à des produits sortis tout droit de l’imagination de quelqu’un d’autre.

Le premier film avec des aliens, A Trip to the Moon de Georges Méliès sorti en 1902, montrait des extraterrestres avec une apparences humanoïde. Il en va de même pour les films de science-fiction de ces dernières décennies. Par exemple, dans la saga Alien, les Xénomorphe ont une tête, des bras et des jambes. Pourquoi? Selon Charley Henley, superviseur effets visuels et spéciaux –qui a notamment travaillé sur la saga alien, ce choix est dû à notre volonté de les faire à notre image. Ainsi, via l’anthropomorphisme nous pouvons nous identifier à eux. Même s’il est vrai que le contact humain/alien peut s’avérer plus difficile que prévu dans certains cas…

Du côté des scientifiques, la question de l’apparence physique des extraterrestres n’appelle pas du tout la même réponse:

«Notre apparence est le résultat de milliards d’années d’évolution sur Terre. Il n’y pas de raison de penser que le développement d’une autre forme de vie serait le même que le nôtre. Il faudrait faire partie de la même planète», a déclaré Andrew Siemion, directeur de l’institut SETI –pour la recherche d’une intelligence extraterrestre– dans un entretien à Vox.

Quand la fiction s’inspire de la réalité

La première mention d’extraterrestres dans une oeuvre de fiction remonte au Xe siècle. Au Japon, le Conte du coupeur de bambou ou Taketori monogatari raconte l’histoire de la princesse Kaguya-hime envoyée sur Terre depuis la Lune afin d’être protégée de la guerre.

Cependant, il faudra attendre 1946 avec la sortie de The Green Man: A Visitor From Space écrit par Harold Sherman pour voir apparaître le premier extraterrestre vert.

Par ailleurs, le mythe de l’alien vert n’a fait que s’intensifier après le récit du capitaine Edward J. Ruppelt. Le chef du Projet Blue Book de l’US Air Force racontait que l’armée américaine conservait des soucoupes volantes et des «petits hommes verts». Toujours aux États-Unis, un autre témoignage avait relancé la question alien. En 1955, la famille Sutton déclare avoir été attaquée par des petits hommes gris dans sa ferme du Kentucky.

La science-fiction fait partie du paysage cinématographique hollywoodien depuis les années 1950. Ces dernières années, les avancées technologiques ont permi aux réalisateurs d’expérimenter avec le design des aliens. Cependant, il est difficile de se défaire d’années de culture populaire ancrée dans notre imaginaire.

«Plus on s’éloigne de l’imaginaire collectif plus il est difficile d’arriver à faire croire que c’est réaliste», explique Charley Henley.

De fait, les réalisateurs cherchent souvent de l’inspiration dans la nature. Par exemple, le Néomorphe dans Alien: Covenant s’inspire du requin-lutin. Parfois appelé requin golebin, ce squale vit en eaux profondes. Son long museau aplati et sa mâchoire recouverte de dents capable de se décrocher pour mordre ses proies en font un spécimen parfait pour la science-fiction.

Toutefois, une question subsiste: sommes-nous vraiment seuls dans l’univers?

http://www.slate.fr/

20 Photos Historiques


Des photos racontent un moment particulier, certaines ont rapport avec l’histoire de notre monde, des moments difficiles et des moments joyeux. Les photos sont des preuves du passé
Nuage

 

20 Photos Historiques

 

Dorothy Counts a été la première fille à fréquenter une école ouverte aux blancs. Ses nouveaux compagnons se moquent d’elle. Charlotte, 1957.

image: Don Sturkey

Nikola Telsa travaille dans son laboratoire et avec son émetteur d’amplification.

Un enfant autrichien reçoit une nouvelle paire de chaussures. Nous sommes dans la période de la Seconde Guerre mondiale.

image: LIFE Magazine

La tombe d’une femme catholique et de son mari protestant en Hollande, 1888.

Femmes et enfants juifs libérés d’un train qui se dirigeait vers un camp de concentration, 1945.

Un homme refuse de faire le salut nazi lors d’un défilé militaire en Allemagne en 1936.

image: wikimedia

Les organisateurs et les participants au marathon de Boston de 1967 tentent d’empêcher Kathrine Switzer de participer à cet événement sportif.

Switzer a résisté aux pressions et aux insultes, terminant la course en 4 heures et 20 minutes.

Un enfant nommé Harold Whittles écoute des sons pour la première fois. C’était en 1974.

image: Jack Bradley

En quête de travail dans les années 1930.

image: Source

Je sais faire trois métiers, je parle trois langues, j’ai fait la guerre pendant trois ans, j’ai trois enfants et je suis sans travail depuis trois mois: tout ce que je veux, c’est un travail.

Le jour où la Suède est passée de la conduite à gauche à la conduite à droite: 1967.

image: Jan Collsiöö

La réaction de certains soldats allemands devant les images de ce qui se passait dans les camps de concentration que le régime nazi avait construit au fil des ans.

image: Source

Certains résidents de Berlin-Ouest montrent leurs enfants à leur famille restée dans l’est de Berlin – 1961.

image: Source

La construction de la Statue de la Liberté: 1884.

Une danseuse tente de prouver son innocence au juge après avoir été accusée de porter des sous-vêtements trop succincts.

Un couple de lesbiennes au Monocle à Paris – 1932.

image: Georges Brassai

Bolaji Badego, un étudiant nigérian en design, en costume d’Alien. Il est devenu célèbre pour cette unique apparition cinématographique – 1978.

Les restes du cosmonaute russe Vladimir Komarov, le premier homme à être décédé lors d’une mission aérospatiale mal terminée (24 avril 1967).

image: RIA Novosti/Photo Researchers Inc.

Après de nombreuses années d’emprisonnement en Sibérie, ce soldat allemand rencontre sa fille pour la première fois. La fille a déjà 12 ans (1956).

image: Source

Un soldat écossais joue de la cornemuse sur les restes d’un champ de bataille – Première Guerre mondiale.

L’arrivée de la Joconde au Musée du Louvre, où elle est conservée depuis 1914.

http://www.regardecettevideo.fr

Les extraterrestres existeraient, mais ils sont en pleine hibernation, selon cette étude


Il y a-t-il des civilisations intelligentes dans l’univers ? Pour le moment personne ne peut le prouver. Alors, les scientifiques font des hypothèses : Soit que nous sommes seuls l’univers, me paraît personnellement impossible surtout que l’univers est grand, très grand. Soit qu’ils sont trop éloignés, cela me semble très possible .. Mais une nouvelle hypothèse que les extraterrestres sont en mode d’estivation. J’en doute ! À moins qu’ils ne veulent pas entrer en contact ou qu’ils ne sont pas rendus à ce stade
Nuage

 

Les extraterrestres existeraient, mais ils sont en pleine hibernation, selon cette étude

 

UNIVERSE

Le HuffPost  |  Par Grégory Rozières

Sommes-nous seuls dans l’univers? Une question qui hante depuis des siècles une partie de l’humanité. Pas uniquement les fans d’extraterrestres. Depuis quelques temps, les astrophysiciens essayent aussi de répondre à une question qui semble paradoxale.

Vu l’âge de l’univers, si une civilisation extraterrestre existait, elle aurait certainement eu le temps de s’étendre sur des milliers de mondes, voire de nous rendre visite. Et vu l’immensité de l’univers, difficile d’imaginer, statistiquement, le fait d’être la seule civilisation capable d’explorer l’espace. Alors, où sont-ils donc? Un paradoxe énoncé par Enrico Fermi, l’un des créateurs de la bombe atomique, dans les années 50.

Depuis, des dizaines de solutions, plus ou moins farfelues ont été imaginées. Et des chercheurs de l’université d’Oxford viennent récemment de rajouter ce qui est, à leur yeux, une des réponses les plus plausibles, rapporte Gizmodo. Les extraterrestres pourraient bien exister un peu partout dans l’univers. Ils seraient simplement en train d’hiberner.

Il fait trop chaud pour travailler

Enfin, il faudrait plutôt remplacer hibernation par le terme « estivation », notent les auteurs de cette étude, à paraître dans la revue Journal of the British Interplanetary Society). Car d’hypothétiques aliens n’attendraient pas que le printemps arrive, mais plutôt que la température baisse.

Pourquoi? Les auteurs se sont demandé ce que deviendrait une civilisation très avancée. Après avoir exploré une grosse partie de l’univers, réalisé ce qu’il est possible de faire selon les lois de la physique, elle « se concentrerait maintenant principalement sur des choses ‘culturelles’ internes », précise sur son blog Anders Sandberg, l’un des auteurs. Bref, du traitement d’informations.

Or, et c’est là que la théorie prend son sens, si une telle société veut bénéficier de la puissance informatique la plus énorme possible, il ne faudrait surtout pas se lancer dans des calculs compliqués maintenant. Pourquoi? Car il faut de l’énergie pour faire tourner un ordinateur, aussi développé soit-il.

Et c’est là que la chaleur rentre en jeu: les lois de la thermodynamique impliquent qu’un ordinateur sera 10 fois plus efficace s’il fait 10 fois plus froid. Or, si l’univers est froid (3 degrés Kelvin), il se refroidit quotidiennement, tout doucement. Dans quelques milliers de milliards d’années, le vide spatial frôlera le zéro absolu.

Des robots gardiens en attendant le réveil

Cela voudrait dire qu’il faudrait beaucoup, beaucoup moins d’énergie, et donc de ressources, pour réaliser le même calcul. « 10 avec 30 zéros derrière » fois moins. Les auteurs de l’étude se disent donc qu’une civilisation très avancée se mettrait d’elle-même en estivation, ne dépensant plus de ressources en attente de jours meilleurs.

Il serait donc logique de ne pas voir de signe d’extraterrestres avec tous nos instruments et télescopes: la phase d’expansion d’une civilisation serait au final assez courte et rare, au vu des échelles de temps de l’univers, qui se comptent en milliard d’années. Tous les êtres bien plus vieux que nous seraient donc en attente d’un refroidissement.

En attendant, les aliens auraient pu mettre en place des technologies automatisées censées protéger leurs ressources pour des temps meilleurs. A la fois d’autres civilisations voulant venir les piller, mais aussi d’événements cosmiques détruisant de la matière et de l’énergie, comme l’émergence de trous noirs.

Mais nous n’avons rien observé de similaire. Sauf que, rappellent les auteurs, une civilisation extraterrestre n’aurait pas obligatoirement besoin de garder ainsi des millions d’étoiles. Rien que l’énergie de la Terre serait suffisante, d’ici quelques milliers de milliards d’années, pour faire autant de calculs que l’énergie de l’univers observable actuellement.

Une réponse parmi d’autres

Si tous ces calculs sont corrects, cela ne veut pas dire pour autant qu’Anders Sandberg croit dur comme fer à cette réponse au paradoxe de Fermi.

« Je pense personnellement que la raison la plus probable qui explique que nous ne voyons pas d’extraterrestres, c’est simplement qu’ils n’existent pas ou sont très éloignés de nous », affirme-t-il.

Il prévoit justement d’écrire un article sur le sujet. Il estime que les probabilités d’émergence de la vie et de l’intelligence pourraient être très faibles, plus qu’on ne le pense.

 Pour autant, « si cette hypothèse n’est pas vraie, alors l’estivation est selon moi une réponse très plausible », précise le chercheur.

Surtout, « comprendre le potentiel et les limites de l’intelligence dans l’univers nous dit des choses de nos propres chances de survie », estime-t-il.

Message donc à nos lointains descendants: pensez à garder de l’énergie pour vos questions les plus compliquées à poser à un ordinateur avant la fin de l’univers. Espérons que la réponse ne sera pas 42.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Plus de 100 chirurgies esthétiques pour ressembler à un alien


Je veux bien être impartiale, mais je trouve cela, vraiment horrifiant que des personnes qui ont de l’argent peuvent changer leur visage de cette façon. Ce gars à l’air jeune, mais plus tard, cette allure va-t-il toujours lui plaire ? Et s’il fait enlever tous ses organes sexuels, si ce n’est pas déjà fait plus tard, le regrettera-t-il ? Pourquoi, ne pas vivre avec la tête qu’on a sans chercher à être autre chose ?
Nuage

 

Plus de 100 chirurgies esthétiques pour ressembler à un alien

 

Plus de 100 chirurgies esthétiques pour ressembler à un alien

Photos Instagram

Un Américain de 22 ans a subi plus de 100 chirurgies esthétiques pour pouvoir ressembler à un extraterrestre.

«Je me sens dans la peau d’un extraterrestre. Je veux que les gens me voient un hybride. Pas un homme ni une femme», a-t-il expliqué au quotidien britannique Daily Mail.

Vinny Ohh a dépensé plus de 50 000 $ pour parfaire son apparence et compte bien investir encore dans ce domaine. Il a notamment subi une augmentation des lèvres, plusieurs opérations du nez et de nombreuses interventions au front et aux joues pour modifier l’apparence de son visage.

Mannequin et maquilleur à ses heures, le Californien utilise fréquemment des lentilles noires pour parfaire son personnage.

«Je ne veux pas que les gens pensent que je tente de me transformer en femme, a-t-il souligné. Ce que je veux, c’est que les gens me voient comme un hybride.»

Ce n’est pas tout.

«Je veux être une personne sans sexe depuis mes 17 ans, a-t-il ajouté. Je peux vivre sans organes sexuels. Je me sens dans la peau d’un extraterrestre, avec une grande tête et sans sourcils.

 

Merci Jack pour la vidéo

http://fr.canoe.ca

Alien existe… en poisson


Pas besoin d’aller très loin pour imaginer des aliens, juste à plonger au plus profond des océans, dans les abysses pour voir des créatures dignes des films d’horreur
Nuage

 

Alien existe… en poisson

 

 

Le "black dragonfish" ou une restitution d'Alien dans l'océan. © WWF

Le « black dragonfish » ou une restitution d’Alien dans l’océan. © WWF

Dans la famille des bestioles effrayantes, je demande le « black dragonfish » ! Un poisson impossible à croiser pour le plus grand bonheur de tous, excepté peut-être pour les fans d’Alien.

INSOLITE.  L’océan grouille de bestioles plus ou moins effrayantes : requin-lézard, poisson à crocs, poisson vipère… et poisson alien. Que les fans du film Alien se réjouissent, il existe et se nomme le « black dragonfish » ! Aussi connu sous le nom d’Idiacanthus atlanticus, ce poisson vit dans des eaux subtropicales à 2000m de profondeur.

Comme les créatures vivant dans les abysses, il est capable de produire sa propre luminosité grâce à des photophores (organes électroluminescents), placés sous ses yeux. Contrairement aux autres espèces, il peut émettre aussi bien en rouge (voire infrarouge) qu’en bleu et percevoir sa propre lumière. Cet avantage oculaire lui permet de traquer sa proie, alors que la plupart des espèces de cet environ usent de leur lumière bleue pour attirer leur futur repas. En outre, ces créatures possèdent un dysmorphisme sexuel assez remarquable : la femelle mesure 40 cm de long et possède une belle rangée de dents à vous faire pâlir. Alors que le mâle semble tout à fait inoffensif avec sa taille de 5 cm et son absence de dentition. Sans compter qu’il n’a pas de système digestif. Bien que ces bêtes fassent peur à l’âge adulte, il en est tout autrement à l’état de larve. Leurs yeux sont totalement écartés de leur corps, et reposent sur de longues tiges, leur donnant ainsi un faux air de Jar Jar Binks dans Star Wars. 

© Carole Baldwin

© Indoona

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une momie d’alien pétrifiée à la surface de Mars ?


On en fini pas avec des spéculations d’extraterrestres sur la planète Mars. On voit bien ce que l’on veut voir et ce n’est pas nécessairement une réalité
Nuage

 

Une momie d’alien pétrifiée à la surface de Mars ?

 

S’agit-il d’un roche ou d’un alien pétrifié ?[DR / NASA]

Le cliché a été pris en août 2014 par le robot Curiosity et mis en ligne depuis sur le site de la NASA dédié aux observations martiennes. Un passionné de phénomènes paranormaux est persuadé qu’on peut y distinguer la dépouille d’un alien.

De fait, plusieurs éléments visuels semblent correspondre à l’image que l’on se fait habituellement d’un extraterrestre : petit corps et crâne démesuré. La créature semble couchée dans une position analogue à celle des momies égyptiennes qui reposent sous l’atmosphère terrestre.

alien_detail_ok.jpg 

(DR / NASA)

Pareidolie ?

Néanmoins, la conclusion de cette observation est peut-être un peu hâtive : il s’agit bien plus probablement d’une pareidolie classique et l’alien supposé n’est sans doute qu’un rocher de forme caractéristique.

De telles illusions sont très fréquentes chez les ufologues acharnés. Au cours des mois écoulés, certains ont déjà affirmé avoir observé nombre d’objets atypiques à la surface de la planète rouge, comme une bible, un fossile de dinosaure, un homme, une tête d’Obama, un masque africain ou encore un crocodile.

http://www.directmatin.fr/