Le Saviez-Vous ► Le virus qui rend idiot.


Une découverte qui a été faite il y a quelque temps, d’un virus que l’on trouve dans la gorge qui aurait un impact sur les fonctions cognitives de l’être humain
Nuage

 

Le virus qui rend idiot.

Des touristes sur une plage à côté d’une montagne d’algues vertes, dans la province chinoise de Shandong en 2013 (image d’illustration). CHINE NOUVELLE/SIPA

Barbara Krief

Le chlorovirus ATCV-1 se situe dans la gorge des patients et affecte leur cerveau, entraînant un affaiblissement de leurs fonctions cognitives. 

Un virus susceptible de nous rendre stupides, ou du moins d’altérer nos capacités cognitives, a été découvert par des chercheurs américains. Nommé chlorovirus ATCV-1, il se loge dans la gorge et affecte le cerveau humain, entraînant un affaiblissement des fonctions visuelles et de la capacité à se situer dans l’espace, révèle le quotidien britannique « The Independent« .

Les gènes de la mémoire et de l’émotion seraient également touchés par le chlorovirus ATCV-1, selon l’étude des scientifiques de l’école de médecine Johns Hopkins et de l’université du Nebraska aux Etats-Unis.

Un virus présent dans les algues vertes

Repéré à l’origine dans les algues vertes, le virus n’avait encore jamais été observé chez l’homme. C’est par hasard, en étudiant les microbes qui se nichent dans nos gorges, que les chercheurs ont découvert son existence. A leur grand étonnement, l’ADN du virus présent dans la gorge des patients correspond à celui présent dans les algues vertes.

Comment est-il arrivé dans la gorge de l’homme ? Les scientifiques ne parviennent pas encore à l’expliquer. Sa présence est d’autant plus étrange qu’il n’est pas nécessaire d’avoir été en contact direct avec l’algue pour être porteur du virus, qui pourrait d’ailleurs exister depuis des années sans qu’aucun médecin ne l’ai jamais détecté.

Le docteur Robert Yolken, le virologue à l’origine de cette étude, explique :

Nombre de différences physiologiques entre une personne A et une personne B sont inscrites dans le code génétique qui nous est transmis par nos parents, mais certaines de ces différences sont influencées par l’interaction entre nos gènes et la variété de micro-organismes dont nous sommes porteurs. »

44% des testés infectés par le virus

Sur 92 participants, 40 ont été testés positif au virus de l’algue. Les 44% porteurs du virus ont moins bien réussi les tests créés pour mesurer leur rapidité et la performance de leurs capacités visuelles. Ils ont aussi obtenu de moins bon résultats aux épreuves destinées à mesurer leur attention.

Selon l’étude, publiée dans le « Proceedings of the National Academy of Sciences« , certains microbes peuvent avoir un impact déterminant sur les fonctions cognitives humaines, même chez les sujets en bonne santé.

« C’est le début, je pense, de l’étude d’un autre genre d’agents infectieux. Il ne s’agit pas de ceux qui viennent, abîment le corps humain, puis partent, comme Ebola […] mais de ceux que nous portons avec nous pendant une longue période et qui ont des effets subtiles sur notre comportement cognitif », explique le professeur Robert Yolken au journal en ligne « Healthline« . 

Changer le microbiome des patients porteurs du virus

Le biologiste James Van Etten, de l’Université du Nebraska, est le premier à avoir identifié le virus présent chez les algues il y a une trentaine d’années. Il raconte :

De plus en plus d’études montrent que les micro-organisme dans notre corps ont bien plus d’influence que tout ce que quiconque aurait pu prévoir. »

Le challenge pour les chercheurs : trouver des solutions pour améliorer les capacités cognitives des patients et leur comportement en changeant la composition de leur microbiome, l’équilibre entre les bactéries et les virus présents dans le corps humain.

http://tempsreel.nouvelobs.com

L’eau et ses enjeux


Ce fut pour l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le 22 mars dernier que ces photos ont été présenté Le photographe Yann Arthus-Bertrand nous transporte autour du monde. c’est dans un documentaire Même si nous sommes en avril, le problème de l’eau est toujours d’actualité. Chez moi, l’eau sort du robinet a la demande, l’eau potable est présente partout mais malheureusement nous la gaspillons .. peut-être qu’en voyant ces photos, nous prendrons conscience que l’eau potable n’est pas pour laver une auto ou une cour a grande eau avec le tuyau de jardin, ni prendre douche d’une heure .. ou se laver les dents pendant que l’eau coule pour rien car semble t’il qu’il a des personnes qui n’ont jamais goûter a l’eau …
Nuage

 

L’eau et ses enjeux

 

 

La Soif du Monde

Dans le documentaire La Soif du Monde, on découvre les enjeux de l’accès à l’eau et l’importance de cette matière première,.© CALT Production / HOPE Production


La force de l’eau

Lors d’une inondation, la force des torrents d’eau suffit à déraciner les arbres.© Yann Arthus-Bertrand / Altitude-Paris


Les maisons sur les termitières

Depuis de nombreux siècles, ils vivent au cœur d’un marais, leurs maisons construites à même d’anciennes termitières, au plus près de l’eau. © Yann Arthus-Bertrand / Altitude-Paris


L’eau noire du Tonlé Sap

Le Tonlé Sap est le plus grand lac d’eau douce de toute l’Asie, et pourtant, y vivre ne permet pas d’avoir accès à l’eau potable. Complètement pollué, il est de moins en moins poissonneux et l’eau, noire, est encore bue par les Cambodgiens. © CALT Production / HOPE Production


Les algues vertes de Bretagne

L’élevage intensif de porcs permet de se servir du lisier comme engrais sur les champs. A cause du nitrate ainsi rejeté dans la mer, les algues vertes se développent. Elles ne sont pas dangereuses mais peuvent le devenir en se décomposant, car elles dégagent un gaz nocif. © Yann Arthus-Bertrand / Altitude-Paris


Bassin creusé main

Le Rajasthan, au nord de l’Inde, est une région soumise à de fréquentes périodes de sècheresse. Alors, lorsque la pluie tombe, les femmes creusent à la main un bassin destiné à retenir l’eau  © CALT Production / HOPE Production


Le barrage : quand l’eau noie les vallées

Même s’ils causent des dégâts sur les écosystèmes et provoquent des déplacements de populations, ils sont utiles en tant qu’énergie verte et permettent l’irrigation. © CALT Production / HOPE Production


La guerre du canal soudanais

Au Soudan du Sud, la construction du canal de Jonglei a déclenché une guerre car les ressources en eau sont extrêmement rares et précieuses.© Yann Arthus-Bertrand / Altitude-Paris


Les pieds dans l’eau

Les habitants des pays qui connaissent de fréquentes inondations ont appris à gérer la vie les pieds dans l’eau. Toutefois, l’eau contaminée, polluée, peut toujours être un danger pour leur santé. © CALT Production / HOPE Production


L’accès à l’eau potable

L’eau fait cruellement défaut à plus d’un milliard d’êtres humains : il existe encore de lieux où les gens n’ont jamais goûté d’eau potable de leur vie ! Dans ce village d’Afrique, un puits foré pourra sauver des vies et libérer les femmes d’une tâche harassante, aller chercher l’eau à la rivière. © Yann Arthus-Bertrand / Altitude-Paris


Les barges du fleuve Congo

Sur le fleuve Congo, l’eau sert aussi au commerce, comme sur les barges, d’immenses radeaux de troncs d’arbres qui sont en fait des marchés ambulants.. © Yann Arthus-Bertrand / Altitude-Paris


http://www.linternaute.com