Une superbe rivière en Colombie se pare de cinq couleurs


Surnommé la rivière aux 5 couleurs ou la rivière qui coule du paradis près de la ville La Macarena en Colombie ressemble à toutes les rivières. Pourtant, une algue rouge pousse de septembre à novembre quand l’eau est au niveau de l’eau est basse. Le sable jaune avec les plantes aux alentours donne un effet spectaculaire qui transforme l’eau en arc-en-ciel.
Nuage


Une superbe rivière en Colombie se pare de cinq couleurs

Algues rouges et ouragans ne font pas bon ménage


La Floride était aux prises avec des algues rouges, toxique pour les poissons et en plus, elles peuvent être nocives pour la santé pulmonaire pour l’homme. Avec l’ouragan Michael qui on le sait a fait beaucoup de dégâts, un phénomène a été observé. L’ouragan a repoussé les algues des plages de la Floride enfin … tout dépend de la quantité d’eau lors  des inondations
Nuage

 

Algues rouges et ouragans ne font pas bon ménage

 

L'algue rouge est toxique, capable d'empoisonner les poissons... (ARCHIVES AFP)

L’algue rouge est toxique, capable d’empoisonner les poissons et de causer des problèmes respiratoires aux humains.

Agence Science Presse

D’un point de vue froidement scientifique, l’ouragan Michael qui a frappé la Floride mercredi après-midi sera l’auteur d’une expérience inédite, dont les résidants se seraient bien passés : qu’arrive-t-il lorsqu’une invasion d’algues rouges à proximité des côtes est soulevée par une telle tempête et retombe sur la terre ferme ?

Il faut rappeler que l’algue rouge est toxique, capable d’empoisonner les poissons et de causer des problèmes respiratoires aux humains. Elle ne peut pas survivre sur la terre, mais les biologistes marins interrogés cette semaine semblaient n’avoir jamais été témoins d’une situation au cours de laquelle le déplacement d’aussi énormes masses d’eau avait déplacé dans son sillage ces algues jusqu’à l’intérieur d’une ville ou des champs.

Ce serait la première fois, aux États-Unis du moins, qu’une invasion d’algues rouges de cette importance et un ouragan majeur entraient en collision. Mais ce ne sera sûrement pas la dernière, considérant que les invasions d’algues rouges, à travers le monde, semblent se faire plus fréquentes, réchauffement climatique aidant. Le bon côté des choses, c’est qu’un ouragan apporte aussi avec lui d’énormes quantités de pluie, donc de l’eau douce, laquelle est néfaste pour les algues. Mais le mauvais côté, c’est que des pluies abondantes peuvent aussi faire déborder les égouts et rejeter dans la mer quantité de nos déchets organiques, dont raffolent les algues.

https://www.lapresse.ca

Découverte d’une plante fossilisée, vieille d’1,6 milliard d’années


Il est plutôt rare qu’on entend parler d’un fossile, même pour une plante qui daterait à plus d’1 milliards d’années et c’est pourtant le cas. Alors, que cette plante démontre que la vie multicellulaire existerait bien plus tôt que les scientifiques croyaient
Nuage

Découverte d’une plante fossilisée, vieille d’1,6 milliard d’années

 

Des scientifiques ont découvert en Inde la plus ancienne plante fossilisée connue, apparemment une algue rouge, vieille de 1,6 milliard d’années.

Cette découverte laisse penser que la vie multicellulaire avancée existait sur la Terre bien plus tôt qu’on ne le croyait jusqu’alors, expliquent ces chercheurs dont les travaux sont publiés mardi dans la revue américaine PLOS Biology.

Le fossile indien est 400 millions d’années plus ancien que les algues rouges fossilisées mises au jour avant cela, et de loin la plus vieille plante fossilisée jamais découverte. Cela suggère que la datation des premières branches de l’arbre de la vie doit être révisée.

Ces scientifiques ont trouvé deux types de fossiles qui ressemblent à l’algue rouge dans des roches sédimentaires exceptionnellement bien préservées à Chitrakoot, dans la partie centrale de l’Inde. L’un est celui d’une plante de type filandreux et l’autre charnue. Les scientifiques ont pu voir les structures internes des cellules, dont des faisceaux de filaments qui forment la partie charnue caractéristique des algues rouges.

« On ne peut pas être totalement certains qu’il s’agit d’algues rouges pour des spécimens aussi anciens dans lesquels il ne reste pas d’ADN, mais les traits correspondent bien à la morphologie et à la structure d’une algue rouge », explique Stefan Bengtson, professeur émérite de paléozoologie au Musée suédois d’histoire naturel, un des co-auteurs de cette découverte.

Les premières traces de vie sur Terre datent d’au moins 3,5 milliards d’années. Il s’agissait d’organismes unicellulaires qui, à la différence des eucaryotes, les organismes multicellulaires (animaux, plantes, champignons), n’ont pas de noyau. Des grands organismes eucaryotes multicellulaires sont devenus fréquents beaucoup plus tard dans l’histoire de la planète, il y a environ 600 millions d’années, à l’approche de la transition vers l’ère phanérozoïque, la période durant laquelle la vie est visible.

Les découvertes des premiers organismes eucaryotes multicellulaires ont été sporadiques et difficiles à interpréter, compliquant la tâche des scientifiques pour reconstituer et dater l’arbre de la vie.

« L’ère de la vie visible semble avoir commencé beaucoup plus tôt qu’on ne pensait », relève le professeur Bengtson.

Cette algue rouge était piégée dans des formations calcaires contenues dans des sédiments de phosphorite vieux de 1,6 milliard d’années.

Les chercheurs ont pu regarder à l’intérieur de l’algue par tomographie microscopique aux rayons X, qui fournit des images en trois dimensions. Ils ont pu entre autres observer dans chaque cellule de l’algue ancienne ce qui semble être des parties de chloroplaste, où se produit la photosynthèse dans les plantes. Ces scientifiques ont également vu distinctement des structures régulières au centre de la membrane de toutes les cellules, ce qui est typique de l’algue rouge.

 

http://www.7sur7.be/