Le syndrome d’auto-brasserie, ou comment être ivre sans boire d’alcool


Présenter des symptômes d’ivresse, et même un test alcoolémie positive sans boire est-ce possible, ? C’est possible mais rare. Le syndrome d’auto-brasserie, les glucides qui se changent en alcool dans l’estomac. Ce qui ne doit pas être évident à vivre.
Nuage


Le syndrome d’auto-brasserie, ou comment être ivre sans boire d’alcool


Photo: Joey Huang via Unsplash

Photo: Joey Huang via Unsplash

Repéré par Thomas Messias

Repéré sur The Independent

Sans avoir rien bu, les victimes de cette maladie peuvent pourtant présenter une alcoolémie alarmante.

Un conducteur américain vient d’être arrêté par la police en raison d’un taux d’alcool deux fois plus important que le maximum autorisé, raconte The Independent. Si l’homme, comme tant d’autres avant lui, a juré sur ce qu’il avait de plus cher qu’il n’avait pas bu une goutte d’alcool, il fait partie des rares personnes à dire la vérité.

Conduit jusqu’à un hôpital pour des analyses plus approfondies, l’homme s’est finalement avéré être victime d’une maladie rare, le syndrome d’auto-brasserie. Perturbé par la présence d’un champignon, son système digestif transformait les glucides en alcool. Des bactéries peuvent également être à l’origine du développement de ce syndrome, qui touche plus fréquemment les personnes obèses, diabétiques, ou souffrant de la maladie de Crohn.

Également touchée par cette maladie, Barbara Cordell a écrit My Gut Makes Alcohol! («Mon intestin produit de l’alcool!»), dans lequel elle revient sur les causes et les conséquences du syndrome. Elle demande notamment au corps médical de faire preuve de plus de vigilance, cette maladie trop rarement diagnostiquée pouvant provoquer des malentendus et des drames.

En 2014, un chauffeur routier atteint par le syndrome perdait le contrôle de son camion, répandant 11.000 saumons sur l’autoroute. Plus récemment, un Américain souffrant de dépression, de problèmes de mémoire et de pics d’agressivité a dû faire des pieds et des mains pour prouver qu’il ne buvait pas en cachette, et que l’ingestion d’une quantité élevée de glucides était responsable de ses problèmes.

Les symptômes de l’alcoolisme, sans l’alcool

L’un des problèmes des personnes atteintes par le syndrome d’auto-brasserie est qu’elles ont énormément de difficultés à prouver qu’elles ne sont pas alcooliques. Certaines sentent l’alcool comme si elles venaient d’en boire, et d’autres sont victimes de nausées et de maux de têtes chroniques, comme si elles vivaient une cuite infinie ou une gueule de bois permanente.

Il est toutefois possible de vivre avec la maladie, à condition de se soigner contre la bactérie ou le champignon responsable, de prendre des probiotiques ou d’adapter son régime alimentaire afin de consommer le moins de glucides possible.

Barbara Cordell dirige actuellement un groupe de parole et de soutien pour plus de 200 personnes touchées. Depuis l’écriture de son livre, elle affirme avoir été contactée par un demi-millier d’hommes et de femmes disant souffrir du même type de maladie. S’il est actuellement impossible de donner des chiffres plus précis, elle semble persuadée que le nombre de victimes du syndrome d’auto-brasserie est bien plus élevé qu’on ne voudrait le croire.

http://www.slate.fr/

Ce Chinois est porteur d’une bacté­rie qui le rend ivre en perma­nence


Avec avec un taux de 19%, ce jeune Chinois, ne passera pas un test d’alcoolémie s’il conduit. Une bien étrange maladie, car il ne consomme aucun alcool. Cela doit être quand même désagréable de se sentir toujours ivre, en plus de supporter le jugement des autres
Nuage

Ce Chinois est porteur d’une bacté­rie qui le rend ivre en perma­nence


par  Nicolas Pujos


En Chine, des cher­cheurs ont détecté dans le foie d’un patient de 27 ans la présence d’une bacté­rie qui produit les mêmes effets que l’in­ges­tion d’une grande quan­tité d’al­cool, révèlent-ils dans une étude parue le mois dernier dans la revue Science Daily.

Lorsque l’homme, visi­ble­ment ivre, est venu trou­ver les méde­cins, son histoire avait de quoi surprendre : il affir­mait ne pas boire une goutte d’al­cool mais se trou­ver constam­ment dans un état d’ivresse handi­ca­pant. Après des analyses, les cher­cheurs chinois ont iden­ti­fié dans ses selles un microbe appelé Kleb­siella pneu­mo­niae, qui pour­rait être à l’ori­gine du taux d’al­coo­lé­mie élevé du patient. Quand le taux normal de cette bacté­rie chez l’être humain est de 0,02 %, il attei­gnait 19 % chez le jeune homme.

« Notre étude montre que K. pneu­mo­niae est très proba­ble­ment l’une des causes de sa mala­die. Ces bacté­ries endom­magent votre foie, tout comme l’al­cool, sauf que vous n’avez pas le choix », déclare le Dr Jin Yuan de l’ins­ti­tut pédia­trique de Pékin, coau­teur de l’étude.

Pour le Dr Di Liu de l’Aca­dé­mie chinoise des sciences, le constat est sans équi­voque. « Le fait d’avoir ces bacté­ries dans votre intes­tin signi­fie que votre corps est constam­ment exposé à l’al­cool.»

L’his­toire ne dit pas si le jeune homme a pu retrou­ver un peu de sobriété.

Source : Science Daily

https://www.ulyces.co/

Science décalée : l’homme qui faisait de la bière dans ses intestins


Un syndrome heureusement rare, mais qu’il est heureusement possible de soigner. La flore intestinale est importante, si elle est endommagée un champignon peut s’y installer
et changer le sucre, pâte, pomme de terre … en alcool et augmenter considérablement le taux d’alcoolémie dans le sang
Nuage

 

Science décalée : l’homme qui faisait de la bière dans ses intestins

 

Par Janlou Chaput, Futura

Publié le 04/11/2017

Un États-Unien de 61 ans se présente aux urgences pour cause de vertiges. L’éthylomètre révèle une alcoolémie de 3,7 g/l. Pourtant, l’individu promet qu’il n’a pas bu une goutte d’alcool. Menteur ou victime d’un syndrome rare ? La deuxième hypothèse, évidemment !

Drôle d’histoire que celle qui est récemment arrivée à un Texan. Ce sexagénaire était ivre alors même qu’il affirmait n’avoir rien bu. D’où venait cet alcool qui lui gâchait la vie ? Les résultats de cette enquête sont parus dans l’International Journal of Clinical Medicine.

Le contexte : ivre sans boire d’alcool

En novembre 2009, un homme se présente aux urgences d’un hôpital texan. En revenant de l’église, il raconte souffrir de vertiges importants. Les symptômes classiques d’une intoxication alcoolique. L’éthylomètre est sans appel : 3,7 g d’alcool par litre de sang, soit 7 fois plus que ce qui est autorisé en France pour conduire (0,5 g/l). Aurait-il abusé du vin de messe ? Le sexagénaire nie les faits, mais le personnel médical doute de sa bonne foi. Pourtant sa femme, infirmière, confirme les propos de son mari.

Un cas étrange qui interpelle Barbara Cordell, du Panola College et Justin McCarthy, gastro-entérologue dans la ville de Lubbock. Et si ce patient disait vrai ? En discutant avec lui, ils apprennent que l’homme a subi une opération du pied qui l’a obligé à prendre par la suite un traitement antibiotique. Depuis, il disait se sentir mal après avoir bu deux bières et ressentait même l’ébriété sans avoir consommé d’alcool.

C’est alors que son épouse, intriguée par la question, a expliqué avoir mené ses propres recherches et suppose que son mari souffre du syndrome de fermentation intestinale, un trouble rare et très peu documenté. Alors, en avril 2010, le protagoniste est invité à revenir pour participer à une petite expérience afin de vérifier l’hypothèse.

L’étude : les levures de la bière dans les intestins

Il est placé dans une chambre et interdit de visite. Ses affaires sont fouillées de manière à s’assurer qu’aucune fiole d’alcool n’y est cachée. Ainsi isolé durant 24 h, le patient reçoit une alimentation riche en sucres, avec notamment des friandises. Toutes les deux heures, l’alcoolémie est évaluée par un éthylomètre. Verdict : son taux d’alcool dans le sang est monté jusqu’à 1,2 g/l. Des prélèvements révèlent la présence dans ses intestins d’une levure :

 Saccharomyces cerevisiae.

La levure Saccharomyces cerevisiae est un champignon unicellulaire circulaire très familier et surtout non pathogène. Sauf dans certains cas... © AJC1, Flickr, cc by nc sa 2.0

La levure Saccharomyces cerevisiae est un champignon unicellulaire circulaire très familier et surtout non pathogène. Sauf dans certains cas… © AJC1, Flickr, cc by nc sa 2.0

Ce champignon unicellulaire est célèbre car il est aussi bien utilisé par les boulangers pour faire lever le pain que par les brasseurs pour alcooliser la bière (d’ailleurs, cerevisiae et cervoise ont la même étymologie). Retrouvée fréquemment, cette levure n’est normalement pas pathogène car elle ne fait que transiter dans le tube digestif. Malheureusement pour cet Américain, les antibiotiques utilisés après son opération ont probablement débarrassé son tube digestif d’une bonne partie de sa flore intestinale. Le champignon a donc profité du vide pour coloniser les lieux.

Ainsi, à chaque fois que cet homme consommait sucré (friandises, pâtes, pommes de terre, soda, etc.), les levures transformaient le glucose en éthanol pour produire l’énergie nécessaire à leur métabolisme. Voilà pourquoi l’alcoolémie montait parfois en flèche. Six semaines de régime sans sucre combiné à un antifongique ont eu raison des levures.

L’œil extérieur : une maladie rare, des conséquences importantes

Dans la littérature scientifique, seules quelques situations similaires ont été rapportées. Dans les années 1970, une bonne douzaine de cas ont été décrits dans deux études. Mais sur les 30 dernières années, on en dénombre moins qu’il n’y a de doigts sur une main. Évidemment, dans un premier temps, les médecins sont un peu stupéfaits, car il est bien plus fréquent d’avoir affaire à des personnes alcoolodépendantes qui se cachent pour boire. Ici, ce n’est pas le cas. Cependant, il peut arriver que le traitement soit le même : certains patients, notamment une adolescente de 13 ans, ont eu droit à une cure de désintoxication pour apprendre à supporter le manque.

http://www.futura-sciences.com

Le ventre de cet homme produit de l’alcool tout seul


Je plains cet homme d’être mal jugé quand il semble être ivre alors que c’est un cas très rare qui quand même heureusement, a été diagnostiqué
Nuage

 

Le ventre de cet homme produit de l’alcool tout seul

 

Contrairement à ce que vous pensez, être ivre sans avoir à ouvrir votre porte monnaie est bien moins drôle que cela peut en avoir l’air. En témoigne cette histoire vraie. Nous sommes en 2009 lorsqu’un Texan de 61 ans se présente aux Urgences locales à la suite d’une sévère intoxication alcoolique.

Alors que l’homme insiste sur le fait qu’il n’a pas bu une seule goutte d’alcool, les médecins diagnostiquent un taux d’alcoolémie de 0,35g/L de sang; soit près de cinq fois supérieur à la limite légale pour conduire dans l’État. Or, cela fait désormais six ans que l’homme ne peut plus boire plus de deux bières sans être excessivement saoul.

Son cas a été l’objet d’une étude scientifique publiée récemment. Il a en effet fallu des semaines d’examens médicaux pour découvrir que le patient était en réalité atteint par une affection insolite.

Une distillerie vivante

Ne parvenant à établir un diagnostic, l’équipe médicale qui l’a reçu décide alors de réaliser une expérience: l’homme est isolé dans une chambre vide, sa nourriture est contrôlée et toutes visites lui sont interdites.

Reste que son taux d’alcoolémie ne cesse de croître pendant la journée, pour finalement atteindre 0,12g/L. Le diagnostic est clair: cet homme peut synthétiser de l’alcool, la levure stockée dans son intestin transformant le sucre en éthanol.

Cette accumulation particulière de Saccharomyces cerevisiae (levure de bière) peut survenir après une prise importante d’antibiotiques. En tuant toutes les bactéries, les médicaments laissent le champ libre à la levure de bière.

Le pauvre sexagénaire, qui était d’ailleurs équipé d’une brasserie à domicile, n’aura donc plus besoin de se servir de l’appareil à des fins personnelles.

Selon l’étude publiée dans l’International Journal of Clinical Medicine, le traitement proposé pour venir à bout de ce dysfonctionnement organique est une bonne dose d’anti-fongiques et d’un régime faible en glucides.

http://quebec.huffingtonpost.ca