Alabama: un garçon de 14 ans abat les cinq membres de sa famille


Qu’est-ce qui peut bien se passer dans la tête d’un adolescent pour tuer sa famille ? Comment il se fait qu’il puisse avoir eu accès à une arme ? Comment peut-on tuer froidement ses frères et soeurs dont un bébé ?
Nuage


Alabama: un garçon de 14 ans abat les cinq membres de sa famille

PHOTO AP

Un policier boucle la scène du crime, à Elkmont, dans le nord de l’Alabama.

(Elkmont) Un adolescent de l’Alabama qui avait appelé le 911 en affirmant avoir entendu des coups de feu a reconnu avoir tué cinq membres de sa famille, dont ses trois jeunes frères et sœurs, ont annoncé les autorités, mardi.

ASSOCIATED PRESS

Les policiers qui se sont rendus mardi matin au domicile à Elkmont ont découvert un adulte et deux mineurs morts sur les lieux. Un autre adulte et un mineur grièvement blessés ont été transportés à l’hôpital, où ils ont rendu l’âme par la suite.

Le bureau du shérif du comté de Limestone a annoncé qu’un adolescent de 14 ans avait avoué être l’auteur des meurtres. Le shérif Mike Blakely a déclaré que les victimes étaient le père, la belle-mère et les frères et sœurs de l’adolescent.

Les enfants tués sont un bébé âgé de six mois, une fillette de cinq ans et un garçon de six ans. Le père de l’adolescent était âgé de 38 ans, tandis que sa belle-mère avait 35 ans.

Le porte-parole du shérif, Stephen Young, a affirmé que le jeune homme avait d’abord raconté au 911 qu’il était au sous-sol lorsqu’il avait entendu des coups de feu au rez-de-chaussée de la maison. Confronté aux incohérences de son récit, il aurait finalement avoué le crime.

AP

La police était sur les lieux du drame, mardi.

Les enquêteurs ont trouvé l’arme de poing qui aurait été utilisée. L’arme avait été lancée le long de la route près de la résidence.

On ne sait pas pour le moment ce qui aurait pu motiver l’adolescent à commettre un tel crime.

M. Young a indiqué que le jeune homme pourrait être jugé comme un adulte et pourrait être passible de la peine de mort.

https://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► L’épave du dernier négrier américain illumine un sombre passé


Certains ont pensé que trouver le Clotilda , le dernier négrier  qui transportait des esclaves d’Afrique vers les États-Unis pourrait causer des conflits. Mais tout le monde veulent savoir son origine et les Afro-américains ont le droit de connaitre leur propre histoire aussi douloureuse qu’elle soit. Pour tout le monde l’Histoire, nous donne des leçons, malheureusement, à voir ce qui se passe encore aujourd’hui .. Nous ne sommes pas encore assez mature pour comprendre.
Nuage

L’épave du dernier négrier américain illumine un sombre passé

Le Clotilda est le dernier bateau à avoir transporté des Africains arrachés à leur terre natale pour les emmener de force aux États-Unis, quelques années avant l’abolition de l’esclavage.

Par Raphaël Bouvier-Auclair

« Parfois, des gens vont dire que leur arrière-arrière-grand-père était un grand général. Eh bien, mon arrière-arrière-grand-père est arrivé ici nu à bord d’un bateau », lance Jocelyn Davis.

La jeune femme est la descendante directe de Charlie Lewis, l’un des derniers esclaves arrivé malgré lui aux États-Unis, en 1860.

Jocelyn Davis est descendante de Charlie Lewis, un passager du Clotilda.

Jocelyn Davis est descendante de Charlie Lewis, un passager du Clotilda.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Signe de l’importance qu’elle accorde à son héritage, elle nous donne rendez-vous dans le cimetière d’Africatown, à Mobile en Alabama, un quartier fondé par quelques dizaines d’esclaves, dont son ancêtre, qui ont été emmenés de force à bord d’un navire nommé le « Clotilda ».

Ici et là dans le quartier, des murales, des plaques commémoratives et des statues ont été installées pour s’assurer que leur traversée ne se transforme pas en légende.

Jocelyn Davis devant une plaque rendant hommage à quelques passagers du Clotilda qui ont fondé une église locale.

Jocelyn Davis devant une plaque rendant hommage à quelques passagers du Clotilda qui ont fondé une église locale.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Au moment où les États-Unis soulignent l’arrivée, il y a 400 ans, des premiers esclaves africains en Amérique du Nord britannique, Jocelyn et d’autres descendants ont appris que la preuve la plus tangible de la traversée de leurs ancêtres a été retrouvée.

Ma grand-mère n’a pas pu voir cela. Mon arrière-grand-mère n’a pas pu voir cela. Je suis heureuse de savoir que je pourrai raconter l’histoire de la découverte du Clotilda. Jocelyn Davis, descendante d’un passager du Clotilda

L’arrivée clandestine du dernier navire d’esclaves

En 1860, à la veille de la guerre civile américaine, un riche planteur de coton et armateur de Mobile, Timothy Meaher, a mandaté un capitaine pour organiser une traversée transatlantique qui lui permettrait de se procurer de nouveaux esclaves en Afrique.

Une plaque rappelle l’endroit où se trouvait le marché d’esclaves à Mobile, en Alabama.

Une plaque rappelle l’endroit où se trouvait le marché d’esclaves à Mobile, en Alabama.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

L’opération était illégale. Bien que l’esclavage était permis dans plusieurs États américains, notamment dans le sud, le commerce international d’esclaves avait été interdit en 1808. Des lois que Timothy Meaher entendait justement contourner, selon l’universitaire Sylviane Diouf, qui a consacré un livre à l’histoire du Clotilda.

L’histoire raconte que c’est à la suite d’un pari avec un homme du nord, au cours duquel il a parié 100 $ qu’il pouvait introduire des Africains au nez et à la barbe des autorités, explique-t-elle.

Le Clotilda a donc quitté les États-Unis en mars 1860 pour se rendre au Bénin. C’est à partir de ce pays d’Afrique de l’Ouest que 110 esclaves ont entrepris malgré eux une longue traversée d’environ deux mois.

Ce voyage entre l’Afrique et les États-Unis, c’était horrible, relate Margaret Fowler, directrice du Musée d’histoire de Mobile, où une partie de l’exposition permanente traite des conditions de détention sur les navires d’esclaves : des passagers nus, enchaînés et entassés dans la cale.

Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.

Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

La traversée du Clotilda a été peu documentée, note Sylviane Diouf.

Ils ont dit qu’ils avaient soif et que deux personnes étaient mortes. On n’en sait pas plus. C’est assez caractéristique. Très peu d’Africains qui ont vécu la traversée ont décrit ce qui s’est passé, indique-t-elle.

Une fois arrivé près de Mobile, l’équipage du bateau a évacué les esclaves, avant de s’attarder au sort à réserver au navire qui les avait transportés depuis l’Afrique.

Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.

Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Ils se sont rendu compte aussi que les autorités avaient eu vent de leur arrivée. Donc, l’idée a été d’apporter le bateau dans un bayou et de le brûler. Et c’est donc ce qui s’est passé. Le Clotilda a été mis à feu le soir de son arrivée, raconte Mme Diouf.

La structure restante du navire a été ensevelie, faisant sombrer avec elle une partie de son histoire.

Il n’y a pas eu de conséquences pour le propriétaire ni pour le capitaine.  Margaret Fowler, directrice du Musée d’histoire de Mobile

Ils n’ont jamais été condamnés, malgré des accusations de trafic clandestin d’esclaves.

Une épave difficile à retrouver

Avec le temps, plusieurs autres navires ont rejoint le Clotilda dans les eaux boueuses de la rivière Mobile. Le cours d’eau, peuplé d’alligators, est devenu un véritable cimetière d’épaves.

La rivière Mobile, entourée de bayous, où l’épave du Clotilda a été retrouvée.

La rivière Mobile, entourée de bayous, où l’épave du Clotilda a été retrouvée.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

En janvier 2018, Ben Raines, un journaliste de Mobile, a trouvé ce qu’il pensait être les restes de ce navire, mais il se trompait.

Toutefois, six mois plus tard, ce passionné d’histoire et de navigation a découvert de nouvelles pièces de bateau dans l’eau. Et cette fois, il était convaincu de l’authenticité de sa trouvaille.

Ben Raines dans l'eau, tenant dans ses mains des pièces d'une épave de bateau.

Le journaliste Ben Raines, avec une pièce de l’épave du Clotilda.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Grâce à la coopération d’un établissement universitaire de la région, M. Raines a pu consulter les écrits du capitaine du Clotilda et d’autres preuves historiques. J’avais éliminé d’autres épaves parce qu’elles n’étaient pas de la bonne grandeur ou parce qu’elles étaient faites de métal, donc trop modernes. Il restait donc seulement ce navire, explique-t-il.

Après environ un an d’attente, et avec la collaboration de plusieurs autres établissements, la Commission historique de l’Alabama a finalement authentifié la découverte. Le Clotilda, disparu depuis 160 ans, avait finalement été retrouvé.

À Mobile, la découverte n’a pas fait l’affaire de tous.

On m’a dit : « Vous attisez les ennuis, vous n’auriez jamais dû chercher ce bateau », relate Ben Raines.

Le journaliste Ben Raines a étudié des cartes et des preuves historiques pour trouver l’épave du Clotilda.

Le journaliste Ben Raines a étudié des cartes et des preuves historiques pour trouver l’épave du Clotilda.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

C’est une histoire à la fois fantastique et terrible qui devait être racontée. La seule manière d’y parvenir, c’était de trouver le navire, puisque c’est le véhicule qui a amené ces gens ici. Ben Raines, journaliste et passionné d’histoire

Quelque chose de bien ressort toujours du mal. Et c’était du mal, ajoute-t-il.

Un souvenir bien vivant

Mais à Mobile, il n’y a pas que l’épave du navire qui permet de raconter l’histoire des passagers du Clotilda.

Le quartier Africatown, à Mobile.

Le quartier Africatown, à Mobile.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Après avoir été affranchis à la fin de la guerre de Sécession, en 1865, une trentaine d’anciens passagers du navire ont décidé de fonder en périphérie de la ville le quartier Africatown. Cinq ans après leur arrivée, incapables de retourner dans leur Bénin natal, ils ont créé leur coin d’Afrique dans le sud des États-Unis.

L’un des derniers passagers du Clotilda, Cudjoe Lewis, y a vécu jusqu’en 1935. Des dizaines de descendants habitent toujours dans le quartier établi par leurs ancêtres.

Un buste à la mémoire de Cudjoe Lewis, l’un des derniers survivants du Clotilda.

Un buste à la mémoire de Cudjoe Lewis, l’un des derniers survivants du Clotilda.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

C’est difficile parce que l’histoire du Clotilda avait été niée, quelquefois oubliée, pendant un demi-siècle après l’incident. Alors, de retrouver le Clotilda dans une forme physique, cela donne une expression solide à l’espoir des résidents d’Africatown. Margaret Fowler, directrice du Musée d’histoire de Mobile

Dans les rues d’Africatown, la découverte du Clotilda est effectivement source d’espoir.

Bien que l’épave soit toujours sous l’eau et que l’opération visant à l’en retirer s’annonce longue et complexe, certains résidents du quartier réclament déjà qu’elle soit installée ici plutôt que dans une institution nationale.

Darron Patterson est un descendant de Polly Allen, passager du Clotilda.

Darron Patterson est un descendant de Polly Allen, passager du Clotilda.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Darron Patterson, un descendant de Pollee Allen, un autre passager du Clotilda, imagine déjà un musée ou un mémorial qui permettrait à la fois de partager l’histoire de son ancêtre, mais aussi de donner un coup de main à un quartier qui en a bien besoin sur le plan économique.

Il y a beaucoup de maisons abandonnées, beaucoup de gens ont quitté le quartier, souligne M. Patterson, qui s’est lui-même installé dans un autre secteur de la ville.

Africatown a déjà connu des jours meilleurs, en effet.

Le quartier Africatown fait face à plusieurs problèmes, notamment la pauvreté.

Le quartier Africatown fait face à plusieurs problèmes, notamment la pauvreté.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Des maisons placardées et des terrains vagues ponctuent le paysage. En plus des difficultés liées à la pauvreté, le quartier a connu des problèmes environnementaux causés par les usines environnantes et il a subi certains dommages quand est passé l’ouragan Katrina, en 2005.

Il y a eu tellement de changements. Il faut maintenant une métamorphose, comme celle d’un phénix qui renaît de ses cendres. Darron Patterson, descendant d’un passager du Clotilda

Dans le quartier Africatown, plusieurs maisons sont abandonnées.

Dans le quartier Africatown, plusieurs maisons sont abandonnées.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

Il faudra beaucoup plus, ce n’est qu’un début, estime Lorenzo, résident d’Africatown, qui doute qu’un musée dédié au Clotilda mette fin à tous les problèmes de son quartier.

Mais Jocelyn Davis, qui vit elle aussi à Africatown, pense qu’on aurait tort de minimiser l’attrait touristique de cette découverte.

Il y a un musée du lynchage qui se porte bien à Montgomery. S’il y a des gens qui vont visiter un musée sur le lynchage, il y aura certainement des gens qui viendront voir le Clotilda, ajoute cette descendante d’un de ses passagers.

La fin d’un chapitre

En juin, Mme Davis s’est rendue pour la première fois près de l’endroit où se trouve l’épave du navire, sur la rivière Mobile. Elle y accompagnait le journaliste Ben Raines.

Elle repense au voyage de son ancêtre Charlie et des 109 autres esclaves qui ont fait le trajet avec lui.

En juin, Jocelyn Davis s’est rendue pour la première fois à l’endroit où l’épave du Clotilda a été découverte, sur la rivière Mobile.

En juin, Jocelyn Davis s’est rendue pour la première fois à l’endroit où l’épave du Clotilda a été découverte, sur la rivière Mobile.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

J’imagine les cris, les pensées qu’ils ont eus en arrivant ici. Jocelyn Davis, descendante d’un passager du Clotilda

La jeune femme entend maintenant se rendre au Bénin, question d’en apprendre plus sur ses origines. Pour elle, l’histoire est loin d’être terminée.

Mais la découverte de l’épave du Clotilda représente à tout le moins un moment charnière dans l’histoire de l’Alabama et des États-Unis.

Une photo en noir et blanc montre un esclave dans un jardin, de jour.

Une photo de Charlie Lewis, passager du Clotilda et ancêtre de Jocelyn Davis.PHOTO : RADIO-CANADA / RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR

C’est le dernier navire qui a emmené des gens en état de servitude dans ce pays. C’est la fin d’une époque, note M. Raines.

Pour la famille Davis, c’est aussi la fin d’un long chapitre.

Nous voulons tous pouvoir tourner la page. C’est maintenant possible, non seulement pour moi, mais aussi pour mes ancêtres, dit Jocelyn Davis.

https://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► 12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Il s’en passe des choses sur Terre. Des phénomènes météorologiques inusités se sont passé un peu partout dans le monde. Même si cela s’explique scientifiquement, ce qui est particulier est que tout cela s’est passé en 2018
Nuage


12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Ces dernières années, le monde entier s’est habitué à des tempêtes violentes, des vagues de chaleur ou de froid, des sécheresses – bref, à toutes sortes de conditions météorologiques atypiques pour certaines régions. Mais certaines anomalies naturelles sont si étranges qu’elles se distinguent même parmi les événements météorologiques les plus inhabituels.


Par exemple, en mars 2018, les habitants de l’Alabama ont dû se protéger des énormes morceaux de glace qui tombaient du ciel pour sauver leur vie. Après la tempête, on aurait dit que l’endroit avait été saccagé par des sauvages : vitrines brisées, pare-brise fendus, panneaux d’affichage cassés et trous dans les toitures. Voici les 12 phénomènes les plus déroutants de ces dernières années.

Sommaire


Des gouttelettes microscopiques qui ont créé un nuage devant les chutes, ainsi que la brume, ont formé une croûte de glace au-dessus de l’eau.


Imagine des douzaines de gueules d’alligators qui dépassent de la surface, immobiles et pris dans la glace. Il s’agit d’une technique très spéciale utilisée par les crocodiles pour survivre à un temps anormalement froid.


En mars 2018, les gens qui ont levé les yeux vers le ciel dans le nord du Nevada ont pu voir le nuage le plus rare et le plus étrange de leur vie – un nuage en forme de fer à cheval.


À l’hiver 2018, les habitants du désert du Sahara, l’une des régions les plus arides et chaudes de la planète, se sont réveillés en découvrant une épaisse couche de neige qui recouvrait le sable.


Le cœur de l’orage, qui se produit chaque année, stagne au-dessus du lac Maracaibo, au Venezuela, et il s’élève bien plus haut qu’un orage classique. Ce phénomène naturel dure jusqu’à 160 jours et génère près de 300 éclairs par jour !


– En 2018, l’Europe de l’Est a été témoin d’un événement aussi beau qu’effrayant. Ceux qui sont allés skier en Bulgarie, en Roumanie, en Russie ou en Ukraine à la fin du mois de mars ont glissé sur des pistes orange sous un ciel teinté de rouge.


– Cela s’est produit le 11 mai 2018, non loin d’Amarillo, au Texas. L’incendie n’a pas seulement créé un nuage massif et dense très haut dans les airs, mais sa chaleur a également provoqué un violent orage qui a ensuite déversé des tonnes de grêlons de la taille d’une pièce de monnaie à 96 km de là, dans le comté de Wheeler.


Ce phénomène naturel a commencé non loin de Charleston, dans le New Hampshire, et a voyagé vers la ville de Webster dans le comté de Merrimack. Il a fallu 33 minutes à la tornade pour parcourir 58 km et devenir la troisième sur la liste des tornades à plus longue traînée en Nouvelle-Angleterre.


– Au cours de la première semaine de janvier 2018, un temps exceptionnellement froid dans le nord-est des États-Unis a gelé l’océan Atlantique à North Falmouth, Massachusetts !


Les 20 et 21 février 2018, les habitants du nord-est des États-Unis ont connu l’un des événements météorologiques les plus extraordinaires de ces derniers temps, à savoir… une vague de chaleur !


– Même si l’île de Terre-Neuve, au large du Canada, ne peut pas vraiment être considérée comme l’endroit le plus chaud de la planète, il n’y fait pas si froid que ça. Un front froid provenant de la côte de Terre-Neuve a recouvert plusieurs régions de l’île d’une couche de neige de 5 cm d’épaisseur.


Les Chutes du Niagara gelées 0:29

Des alligators coincés dans l’eau 1:21

Un nuage en forme de fer à cheval 2:10

Une tempête de grêle battant tous les records 2:57

De la neige dans le désert 3:47

Une tempête de 160 jours 4:30

De la neige orange 5:15

Un feu de forêt ayant causé un orage 6:34

Une tornade à longue traînée 7:10

L’Atlantique gelé 7:42

Une vague de chaleur en février 8:03

De la neige en été à Terre-Neuve 8:54


Musique par Epidemic Sound https://www.epidemicsound.com/

L’apparition d’un grand nombre de « super nids » de guêpes en Alabama interroge les entomologistes


J’ai été piqué une seule fois par une guêpe en jouant au frisbee avec mes petites filles trop près d’un petit nid de guêpes caché dans les branches d’une épinette et ouach ? Des super nids comme en Alabama, je n’oserais pas du tout m’approcher. Cela n’est pas extraordinaire pour eux, ils en ont déjà vu. Cependant, cette année, ils ont apparu 1 mois plus tôt et en plus grand nombre et dans des endroits assez inusités.

Nuage


L’apparition d’un grand nombre de « super nids » de guêpes en Alabama interroge les entomologistes


super nids guepes

| Charles Ray

Thomas Boisson

Les super nids sont de grandes structures construites par les guêpes, pouvant contenir jusqu’à 300’000 occupants et, parfois, plusieurs reines simultanément. Cette année, le nombre de super nids fleurit inhabituellement en Alabama, tant et si bien que les entomologistes ne comprennent pas encore la recrudescence de ces derniers, ni pourquoi ils apparaissent si tôt dans l’année.

La dernière fois que cela s’est produit, c’était en 2006. La plupart des années, l’Alabama ne voit qu’un ou deux super nids de guêpes : des forteresses de guêpes géantes que parfois même les professionnels n’osent pas toucher. En 2006, au moins 90 de ces super-formations sont apparues en Alabama. Maintenant, il semble que cela se reproduise — et selon les autorités,  2019 pourrait même être pire.

Selon l’entomologiste Charles Ray, l’éclosion de super nids de 2006 n’a débuté qu’en juin de la même année. Cette année, ces super nids « stables » — qui peuvent survivre en hiver, contrairement aux nids habituels — ont commencé à apparaître en mai.

super nid maison

Les super nids de guêpes sont bien plus étendus que les nids ordinaires. Crédits : Charles Ray

« Nous les avons trouvés attachés à l’extérieur de la maison et à d’autres endroits où vous ne vous attendriez pas à les trouver » explique Ray. « Le plus grand nombre de guêpes que j’ai compté dans un nid stable est d’environ 15’000, soit trois à quatre fois plus qu’un nid normal. Cependant, un nid en Caroline du Sud comptait plus de 250’000 guêpes ».

Ray, qui travaille en tant que chercheur à l’Université Auburn en Alabama, a confirmé quatre super nids cette année.

Un nombre anormal de super nids à cette période de l’année


Pour 2019, cela fait déjà le double, voire le quadruple, du nombre moyen de super nids annuels — mais ce n’est pas le nombre qui préoccupe Ray, plutôt le moment de leur apparition.

« Si nous les voyons un mois plus tôt qu’en 2006, je crains fort qu’il y en ait un grand nombre dans l’État. Les nids se développent rapidement » indique le chercheur.

super nid matelas

Les autorités demandent aux populations de rester vigilantes, les super nids peuvent être construits dans divers endroits, même les plus inattendus (ici, un matelas). Crédits : Charles Ray

Un nid ordinaire de guêpes peut atteindre 4000 à 5000 ouvrières et ne dépasse généralement pas la taille d’un ballon de volley. Les super nids peuvent être étendus sur plusieurs mètres de large, englobant un grand nombre de guêpes et parfois de multiples reines — ce qui, selon Ray, est le meilleur moyen d’identifier un super nid.

Des super nids persistants aux occupants agressifs

En plus des quatre super nids qu’il a confirmés en personne, Ray en a identifié plusieurs autres sur des images qui lui ont été envoyées. Habituellement, les nids de guêpes sont détruits pendant l’hiver, les ouvrières ne pouvant généralement pas survivre pendant les mois les plus froids, ou finissent par manquer de nourriture.

super nid voiture

Comme dans le cas de cette voiture, les guêpes peuvent construire des super nids dans des endroits relativement clos afin de résister aux conditions hivernales. Crédits : Charles Ray

Par temps chaud, cependant, ces conditions ne sont pas toujours aussi menaçantes, ce qui permet de créer des nids pérennes et persistants, en particulier si davantage de guêpes survivent à la vague de froid jusqu’au printemps suivant.

« Avant tout, ne dérangez pas le nid. Bien que ces nids géants semblent souvent moins agressifs que les petites colonies, il est important que les gens ne les dérangent pas » avertit Ray.

« Contrairement aux autres insectes piqueurs, les guêpes n’hésitent pas à piquer les gens. Contrairement aux abeilles, elles ne perdent pas leur dard, de sorte que chaque insecte peut piquer à plusieurs reprises, et ils attaquent généralement en grand nombre. Ils sont particulièrement dangereux en été » explique l’entomologiste Xing Ping Hu.

Sources : Alabama University

https://trustmyscience.com/

É.-U.: un enfant de deux ans se tue en jouant avec un pistolet


Je ne sais pas quand les parents vont comprendre que des enfants fouinent partout, quand ils vont comprendre que des armes à feu peuvent être un super jouet pour eux, sauf que ca tue ! Les pro- armes sont tellement fières de leurs joujoux qu’ils négligent le côté sécuritaire. Faut-il vraiment d’autres tueries ou « accidents » mortels pour comprendre le bon sens ?
Nuage

 

É.-U.: un enfant de deux ans se tue en jouant avec un pistolet

 

C'est une « situation malheureuse, effroyable », a commenté le... (Photo JEWEL SAMAD, AFP)

C’est une « situation malheureuse, effroyable », a commenté le porte-parole de la police.

PHOTO JEWEL SAMAD, AFP

 

Agence France-Presse
Washington

Un enfant de deux ans s’est tué en jouant avec un pistolet caché sous un oreiller à Jonesboro, dans le sud des États-Unis, alors que ses parents dormaient, a annoncé la police citée vendredi par les médias locaux.

Le drame s’est produit jeudi dans cette petite ville de l’État de Géorgie. 

Le petit garçon est entré dans la pièce où dormait son père et a mis la main sur l’arme à feu qui se trouvait « autour des oreillers », a déclaré le porte-parole de la police du comté de Clayton, Scott Stubbs cité par le Clayton News Daily.

Il a appuyé sur la gâchette et la balle l’a atteint. Quand les secours sont arrivés, il était en arrêt cardiaque.

C’est une « situation malheureuse, effroyable », a commenté le porte-parole de la police.

La veille, un autre garçonnet de deux ans a été retrouvé mort par balles dans l’appartement où il vivait à Birmingham, dans l’Alabama.

Son arrière-grand-mère a déclaré qu’il avait trouvé une arme et s’était tiré dessus, mais la police n’a pas confirmé cette hypothèse, selon le site d’informations locales AL.com.

« Nous appelons la population à faire attention avec les armes, surtout quand ils ont des enfants à la maison », a toutefois déclaré le policier James Jackson cité par ce média.

Un tiers des foyers américains possèdent une arme à leur domicile. 

Selon le site Gun Violence Archive, 586 enfants âgés de 0 à 11 ans ont été tués ou blessés par balles depuis le début de l’année.

https://www.lapresse.ca/

Aux États-Unis, une loi permet de condamner pour meurtre quelqu’un qui n’a tué personne


Je suis d’accord que tout acte criminel doit être puni. Alors que ce n’est pas ce qui s’est passés en Alabama aux États-Unis. Un homme devait avoir une sentence pour cambriolage et utilisation d’une arme a été accusé de responsabilité complice, parce que son ami est mort pendant un échange de coup de feu et qui a été tué par un policier. Il écope donc de 65 ans de prison. Pour ma part, je trouve cette sentence injuste
Nuage

 

Aux États-Unis, une loi permet de condamner pour meurtre quelqu’un qui n’a tué personne

 

/

Une prison aux États-Unis | EZRA SHAW/AFP

Repéré par Claire Levenson

Un jeune Afro-Américain vient d’être condamné à 65 ans de prison pour meurtre et cambriolage, alors que tout le monde s’accorde sur le fait que techniquement, il n’a tué personne.

En 2015 en Alabama, un jeune homme qui tentait de cambrioler des maisons est mort lors d’un échange de coups de feu avec la police. Personne ne nie que c’est un policier qui a tué A’Donte Washington, mais c’est pourtant un de ses amis qui vient d’être condamné pour ce meurtre.

Lakeith Smith, qui a aussi participé au cambriolage, est considéré comme légalement responsable de la mort de Washington d’après la loi dite de «responsabilité du complice». Smith vient d’écoper de 65 ans de prison, dont 30 pour meurtre, 15 pour cambriolage et deux fois 10 ans pour vol.

La procureure a expliqué au jury que Smith n’avait pas besoin d’avoir appuyé sur la gâchette pour être considéré comme coupable d’après la loi. Le fait qu’il ait eu l’intention de cambrioler des maisons et que son ami soit mort pendant ce cambriolage est suffisant pour qu’il soit jugé responsable du décès de Washington.

L’avocate de Smith a rappelé que son client n’avait tiré sur personne, mais la loi de responsabilité du complice («accomplice liability») rend cette précision insignifiante. La grande majorité des États américains (tous sauf sept)ont des lois qui élargissent ainsi la notion de meurtre. La logique est la suivante: si ces jeunes n’avaient pas cambriolé, Washington ne serait pas mort, donc les cambrioleurs sont des meurtriers par extension.

http://www.slate.fr/

En 30 minutes, une mère et sa fille meurent dans deux accidents de voiture différents


Une coïncidence déconcertante et éprouvante pour la famille et les amis de cette mère et de sa fille qui sont mortes d’un accident a 30 minutes d’intervalle à 2 endroits différents
Nuage

 

 

En 30 minutes, une mère et sa fille meurent dans deux accidents de voiture différents

 

The Huffington Post  |  Par David Lohr

 

    Une américaine de l’Alabama et sa fille ont été tuées dans deux accidents de la route différents à moins de 30 minutes d’intervalle mardi.

    Julie Yates Patterson, 39 ans, et Elizabeth Patterson, huit ans, ont été impliquées dans deux accidents distincts qui se sont déroulés à moins de 12 kilomètres l’un de l’autre, a révélé le coroner Tom Wilson.

    «La mère est décédée dans un face à face avec un autre véhicule et puis, moins de 30 minutes plus tard, la petite fille traversait la rue et a été frappée par une voiture» a précisé Wilson au Huffington Post américain.

    Selon le Times Free Press, la fillette venait de débarquer de son autobus scolaire.

    «C’est une sacré coïncidence», a continué le coroner.

    C’est la première fois qu’il est témoin d’une telle situation.

    Une campagne GoFundMe a accumulé près de 2000 $ pour aider la famille à payer les funérailles.

    Ce texte initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/