La victoire juridique contre Monsanto pourrait créer un précédent


Monsanto risque de faire de gros cauchemars avec les futurs poursuites judiciaires avec ce procès perdu contre un jardinier qui ne reste plus longtemps à vivre à cause d’un cancer de la peau. Bien que la compagnie veut aller en appel, on peut enfin voir une justice contre leurs produits qui nuisent à l’environnement, mais aussi a l’humain.
Nuage

 

 

La victoire juridique contre Monsanto pourrait créer un précédent

 

Dewayne Johnson, le plaignant dans le procès qui... (Photo Josh Edelson, Associated Press)

Dewayne Johnson, le plaignant dans le procès qui obligera Monsanto à lui verser 289 millions de dollars.

PHOTO JOSH EDELSON, ASSOCIATED PRESS

PAUL ELIAS
Associated Press
San Francisco

 

La victoire juridique d’un jardinier face au géant de l’agrochimie Monsanto pourrait faire prendre du galon à des milliers de causes pendantes, se réjouissent ses avocats.

Dewayne Johnson, à qui un jury a consenti une compensation financière de 289 millions de dollars US, vendredi, avance que l’herbicide Roundup a provoqué le cancer auquel il succombera sous peu.

La Cour supérieure de la Californie a statué que le Roundup avait effectivement contribué à la naissance du lymphome non hodgkinien chez le plaignant de 46 ans et que Monsanto aurait dû signaler la possible dangerosité de son produit sur son étiquette.

La cause de M. Johnson a été la première procédure intentée contre Monsanto par une personne atteinte d’un cancer à se rendre en procès. Le traitement de son dossier a été accéléré puisqu’il est mourant et son gain de cause pourrait créer un important précédent.

« Je suis heureux d’être ici pour pouvoir aider une cause beaucoup plus grande que moi », a-t-il déclaré en conférence de presse après l’annonce du verdict.

« Un jury unanime de San Francisco vient de dire à Monsanto: « Assez. Vous avez fait quelque chose de mal et maintenant vous devez payer »», a déclaré Brent Wisner, l’avocat principal de M. Johnson.

« Il y a 4000 autres actions intentées à travers les États-Unis et d’innombrables autres personnes qui souffrent d’un cancer parce que Monsanto ne leur a pas donné le choix … Nous avons maintenant un moyen d’avancer. »

Monsanto nie tout lien entre l’ingrédient actif du Roundup et le cancer, affirmant que des centaines d’études ont établi que le glyphosate est sans danger.

Un porte-parole de Monsanto a indiqué que la société porterait la cause en appel. Scott Partridge a souligné que deux agences gouvernementales ont déjà conclu que Roundup ne cause pas le cancer.

« Nous sympathisons avec M. Johnson et sa famille, a-t-il déclaré. Nous interjetterons appel de cette décision et continuerons à défendre vigoureusement ce produit, qui est utilisé depuis 40 ans en toute sécurité et qui continue d’être un outil vital, efficace et sûr pour les agriculteurs et autres. »

Dewayne Johnson utilisait le Roundup et un produit similaire, le Ranger Pro, pour lutter contre les ravageurs dans un district scolaire de la baie de San Francisco. Il en aspergeait de grandes quantités à partir d’un réservoir de 50 gallons attaché à un camion et le vent soufflait parfois le produit dans sa direction, enduisant son visage, a rapporté Me Wisner.

Une fois, lors d’un bris de tuyau, l’herbicide a recouvert tout son corps.

M. Johnson avait lu l’étiquette et même contacté l’entreprise après avoir développé une éruption cutanée, mais il n’a jamais été mis en garde contre le caractère potentiellement cancérigène du produit, a souligné son avocat. On lui a finalement diagnostiqué un lymphome non hodgkinien en 2014.

« C’est un fait: il va mourir. C’est juste une question de temps », a déclaré Me Wisner dans sa déclaration liminaire devant le jury.

Mais selon George Lombardi, un avocat de Monsanto, le lymphome non hodgkinien met des années à se développer et le cancer de M. Johnson aurait donc pris naissance bien avant qu’il ne travaille pour le district scolaire.

L’agence de protection de l’environnement des États-Unis affirme que l’ingrédient actif de Roundup est sans danger pour les personnes qui l’utilisent conformément au mode d’emploi figurant sur l’étiquette.

Or, le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé, le catégorise depuis 2015 comme un « cancérigène probable » pour les humains. L’État de la Californie a pour sa part ajouté de glyphosate à sa liste de produits chimiques causant le cancer.

Les avocats de M. Johnson ont demandé et obtenu 39 millions US en dommages-intérêts compensatoires, en plus de 250 millions US sur les 373 millions US demandés en dommages-intérêts punitifs.

http://www.lapresse.ca/

FW13, la tomate de demain qui ne pourrira jamais


Une nouvelle tomate pourrait être un jour sur le marché. Semble-t-il qu’elle ne serait pas issue de manipulation génétique, mais seulement par hybridation. Je serais bien curieuse d’y goûter
Nuage

 

FW13, la tomate de demain qui ne pourrira jamais

 

La tomate couleur miel confit sans pourrir.... (PHOTO SANDRA LAFFONT, AFP)

La tomate couleur miel confit sans pourrir.

PHOTO SANDRA LAFFONT, AFP

Sandra LAFFONT
Agence Science Presse
SARRIANS

Dans la chaleur moite et écrasante de sa serre, Sylvain Bontems veille sur ses FW13. Derrière ce nom de code, se cache une tomate couleur miel, qui ne pourrit pas, mais confit doucement.

«Cette tomate se comporte comme une datte, elle perd son eau, sa teneur en sucre augmente. Elle confit sans pourrir».

Le consommateur n’est sans doute pas prêt à acheter des tomates fraîches flétries, mais au goût, c’est comme manger de la confiture. Et une tomate qui ne pourrit pas, c’est une piste de recherche plus que juteuse.

Ce chercheur travaille pour le groupe suisse Syngenta, qui a installé à Sarrians, près d’Avignon, un centre de recherche mondial où il tente de créer les tomates, poivrons, melons et courgettes de demain.

Loin de Bâle, ce géant de l’agrochimie et des semences a choisi la région pour son sol froid au printemps, son été chaud, sec et ensoleillé.

Car «il faut que les nouvelles variétés puissent résister aux variations de température», explique Régis Cambon, le responsable de la station.

Dans la serre des poivrons, le sélectionneur Matthieu Nicolas fait de la pédagogie.

«Pour créer un poivron résistant à l’oïdium, un champignon ravageur des cultures, on est allé chercher le gène dans un poivron sauvage. Il nous a ensuite fallu 15 ans pour réussir à l’introduire à un poivron carré».

Même chose pour ce petit poivron long sans pépin destiné à être englouti tel quel à l’apéritif: le sélectionneur a pris la forme d’un piment et le goût d’un poivron.

Pour faire un nouveau fruit, sur le papier, c’est facile. «Tu prends un parent A qui a un beau calibre, résistant aux parasites, mais peu fameux. Et un parent B, petit calibre, mais avec un beau fruit. Et tu hybrides», mais sans aucune modification génétique, illustre Sylvain Bontems.

Des milliards pour la recherche 

Dans les faits, ça demande beaucoup de technicité. Parce qu’il faut d’abord dénicher les variétés intéressantes dans les catalogues ou dans la nature. Et ensuite tenter d’identifier ces caractéristiques dans un gène.

«L’arrivée du génotypage, il y a 15-20 ans, a révolutionné le métier et permet de pouvoir travailler avec une plus grande diversité», ajoute le sélectionneur.

Plus besoin de faire pousser une variété pour tester ses caractéristiques, il suffit désormais de prélever une feuille, déterminer son ADN pour voir si elle dispose de tel gène couleur, de résistance ou de goût (acidulé, sucré, amer…).

Mais il faut toujours 10 à 15 ans de recherche avant sa commercialisation. Les grands semenciers mondiaux comme Syngenta, l’américain Monsanto ou le français Vilmorin (groupe Limagrain) consacrent des milliards à la recherche. Rien que pour le suisse c’est un budget de 1,25 milliard de dollars par an, soit entre 8 et 12 % de son chiffre d’affaires.

Mais leurs créations ne sont pas toutes validées. C’est le Geves, Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences, qui décide d’inscrire au catalogue une variété et délivre ainsi le sésame de commercialisation pour toute l’Europe.

Selon ses critères, une nouvelle variété doit être «distincte», «homogène» et «stable».

«Un obtenteur doit justifier que sa variété n’existe pas déjà. Ce peut être un critère de découpe, de taille de fruits ou de résistance aux maladies par exemple», détaille une porte-parole du Geves.

Mais il n’y a pas de critère prioritaire pour les semences potagères, comme la résistance aux maladies, des éléments pourtant attendus aujourd’hui où il est de bon ton d’essayer de produire plus avec moins (moins d’eau, de pesticides, d’énergie…).

Chaque année, 600 nouvelles variétés toutes espèces confondues sont inscrites au catalogue français (sur 9000 déjà inscrites), venant de grands semenciers, mais aussi de groupes plus modestes ou de la recherche publique.

Et nouvelle variété ne signifie pas forcément meilleur goût.

«Les grands semenciers veulent vendre beaucoup de semences aux agriculteurs qui travaillent avec la grande distribution. Or le goût arrive à maturité, et la maturité, la grande distribution n’en veut pas», selon Guy Kastler, délégué général du Réseau Semences Paysannes.

http://www.lapresse.ca/