États-Unis : ruée sur les armes après la tragédie de Newtown


Comment peut-on se sentir en sécurité quand il autant d’armes en circulation au USA, Ce nombre d’armes équivaut a une arme par habitant .. c’est insensé !!! Vu de l’extérieur, on a une impression que les américains jouent avec le feu .. et provoquent leur malheurs
Nuage

 

États-Unis : ruée sur les armes après la tragédie de Newtown

 

Armurerie à El Paso, au Texas.

Armurerie à El Paso, au Texas. © AFP

Le Point.fr –

La demande notamment des fusils d’assaut a fortement progressé par crainte que ne soit mise en place une législation plus sévère

 

Par peur sans doute d’une éventuelle interdiction prochaine des fusils d’assaut et de chargeurs de grande capacité, les ventes d’armes ont bondi aux États-Unis depuis la fusillade de Newtown. Vingt enfants de six et sept ans et six femmes membres de l’encadrement ont été tués le 14 décembre par un jeune homme armé notamment d’un fusil d’assaut dans l’école primaire Sandy Hook de Newtown (Connecticut, nord-est). Le tueur s’est suicidé.

« Tout de suite après, les militants anti-armes ont commencé à s’exprimer. Le président a demandé des mesures rapides, et cela a provoqué un engouement pour les achats » d’armes, explique à l’AFP Larry Hyatt, propriétaire d’un magasin d’armes à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est).

L’augmentation des ventes d’armes est « plus intense parce que le président s’est exprimé dans les médias et a dit en substance : si vous voulez une arme, ce serait mieux de l’acheter maintenant' », estime M. Hyatt.

Le président américain Barack Obama a appelé le Congrès à voter une loi interdisant les fusils d’assaut et les chargeurs à grande capacité, et comblant les vides juridiques permettant d’acheter des armes sans vérification des antécédents de l’acheteur. Or depuis la tuerie de Newtown, la demande de chargeurs a atteint un niveau « sans précédent », avoue Peter Brownell, dont la société éponyme est le plus grand fournisseur mondial de munitions et d’accessoires, et a vendu en trois jours autant de chargeurs qu’en trois ans et demi. Dans les zones rurales, les ventes d’armes ont aussi augmenté dans les foires aux armes, ont rapporté les journaux locaux un peu partout.

Phénomène plus marginal, la vente d’équipements de sécurité pour les enfants a aussi enregistré une hausse notable, dont un produit vedette : le cartable pare-balles.

7 milliards de dollars

Environ 310 millions d’armes à feu sont en circulation aux États-Unis, soit environ une arme par habitant, et les Américains risquent 20 fois plus d’être tués par balle que dans d’autres pays développés. Quelque 300 sociétés de fabricants d’armes et de munitions aux États-Unis se partagent le marché, qui génère 7 milliards de dollars de chiffre d’affaires chaque année.

« Après la tragédie de Newtown, nos ventes sont dix fois plus importantes », a reconnu Richard Craig, directeur de la société Amendment II, du nom du deuxième amendement de la Constitution qui autorise le port d’armes.

En Floride (sud-est), l’État qui compte le plus de personnes armées aux États-Unis, les magasins d’armes ont enregistré des ventes record après le drame et le cap du million de permis actifs de port d’armes a été atteint (sur 19 millions d’habitants).

« Il y a beaucoup de questions, pour savoir si nous avons des munitions, si nous avons encore des fusils d’assaut, et aussi sur les prix parce qu’ils ont grimpé depuis ce qui est arrivé », déclare à l’AFP Ramiro, propriétaire d’un magasin d’armes à Miami.

« Tout le monde achète des armes par crainte de nouvelles restrictions », renchérit Dave F. Johnson, propriétaire d’une enseigne d’armes à feu à Miami.

Le débat sur les armes reste vif. La sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein, soutenue par plusieurs élus démocrates et des stars d’Hollywood, va présenter début janvier un texte qui bannit les armes d’assaut et les chargeurs de plus de 10 balles. Ceux d’Adam Lanza, le tueur de Newtown, pouvaient en contenir beaucoup plus. Mais le puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), a exclu dimanche tout soutien à une réglementation, proposant en revanche de placer des policiers armés devant chaque école.

http://www.lepoint.fr

«Demandez un plan» Un plan pour un «cessez-le-feu» aux États-Unis


L’année 2012 a été une autre année d’horreur de fusillade ou d’innocentes victimes ont payé de leur vie .. L’École primaire de Newtown a été sans doute la goutte qui a fait réagir des maires et des vedettes pour mettre un terme cette facilité de possédé des armes a des personnes qui l’équilibre mentale est précaire
Nuage

 

«Demandez un plan»

Un plan pour un «cessez-le-feu» aux États-Unis

 

Un plan pour un «cessez-le-feu» aux États-Unis

Beyoncé pour la campagne «Demand a plan»

TVA Nouvelles

Des artistes tels que Beyoncé, Julian Moore, Jon Ham, Jessica Alba, Courtney Cox et Jennifer Aniston ont joint leur voix à celle de 800 maires pour demander au président Obama un plan pour que la violence reliée aux armes à feu cesse aux États-Unis.

Dans une vidéo qui a déjà été vue près de 4 millions de fois, tour à tour, ils prennent la parole pour poser des questions qui portent à réflexion.

«Combien d’autres listes?»

«Combien d’autres écoles, salles de cinéma, lieux de recueillement […] seront visés?»

«Attendrons-nous de tous connaître quelqu’un qui aime une personne qui se retrouve sur une de ces listes de victimes?»

Publiée le 21 décembre dernier, cette vidéo sert à rediriger les gens sur le site Demandaplan.org. Un site qui a déjà reçu l’appui de 800 000 personnes, qui ont signé la pétition.

Il s’agit d’une initiative de quelque 800 maires de différentes villes étatsuniennes qui souhaitent voir la violence diminuer dans leur ville et dans les villes voisines.

Cette campagne fait suite à la tuerie de Newtown, survenue le 14 décembre dernier. Adam Lanza, un jeune homme de 20 ans a fait 26 morts, dont 20 enfants, avant de retourner l’arme contre lui

http://tvanouvelles.ca/

Newtown: deux héroïnes, deux destins


Après le drame de la tuerie à l’école Sandy Hook, des témoignages se font entendre .. des femmes qui ont bravé la menace avec courage en cachant et apaisant les enfants, mais une jeune femme est morte après avoir caché et sauvé une classe complète …
Nuage

 

Newtown: deux héroïnes, deux destins

 

Vicki Soto entourée de son groupe d'élèves.... (PHOTO TIRÉE DU BLOGUE DE VICTORIA SOTO)

Vicki Soto entourée de son groupe d’élèves.

PHOTO TIRÉE DU BLOGUE DE VICTORIA SOTO

DAVID SANTERRE
La Presse

Mary Ann Jacob et Victoria Soto ont toutes deux risqué leur vie pour sauver les enfants dont elles avaient la charge à l’école Sandy Hook, vendredi matin. Les deux ont réussi à protéger les enfants, mais l’une a payé de sa vie son geste de bravoure.

Mary Ann Jacob est la bibliothécaire de l’école Sandy Hook, fréquentée par 600 élèves du primaire de ce quartier de Newtown.

Quand Adam Lanza est entré de force dans l’école lourdement armé vendredi, elle a bien remarqué que quelque chose ne tournait pas rond.

«J’étais avec un groupe de quatrième année (9-10 ans). J’ai entendu les coups de feu et des cris provenant des bureaux de la direction. J’ai appelé le bureau de la secrétaire de l’école et elle m’a dit qu’il y avait une fusillade», raconte la femme dont les enfants ont fréquenté Sandy Hook dans leur plus jeune âge.

«Nous avons verrouillé les portes, nous avons couvert la fenêtre de la porte, et j’ai demandé aux enfants de se coucher sur le sol, dans le calme», a-t-elle poursuivi.

Elle était avec une autre membre du personnel de l’école à ce moment.

Les coups de feu ont finalement cessé. Adam Lanza s’était alors suicidé. Mais personne n’a bougé dans la bibliothèque.

«Quand les policiers sont venus cogner à la porte, je ne voulais pas ouvrir, je ne savais pas s’ils étaient vraiment des policiers. Ils ont fini par glisser leur insigne de police sous la porte et j’ai ouvert», dit Mary Ann Jacob.

Puis le groupe a été amené à la caserne des pompiers, tout près, où un décompte de tous les écoliers de l’école a été fait.

«Il manquait deux classes entières, deux classes de première année», se remémore-t-elle péniblement.

Elle louange ses élèves d’avoir gardé leur calme tout au long de l’épisode traumatisant.

«On a essayé de minimiser la chose, de les garder calmes. On a déjà fait des pratiques d’évacuation. La différence, c’est que lors d’un exercice d’incendie, une fois l’alarme arrêtée, le stress retombe. Mais quand des enfants sont évacués par des policiers en tenue de combat tenant de gros fusils, ça leur fait très peur», ajoute-t-elle.

 

Âgée de 27 ans, la jeune enseignante était déjà depuis un bon moment employée de cette école.

PHOTO REUTERS / TUMBLR

Victoria Soto elle, n’a pas eu la chance de Mme Jacob.

Après avoir caché ses élèves dans un placard, elle se serait retrouvée face au tueur. Elle lui aurait dit qu’il ne trouverait pas ses élèves ici, qu’ils étaient plutôt dans le gymnase. Il l’a alors abattue, avant de tourner les talons et poursuivre son parcours meurtrier. Elle a ainsi servi de bouclier humain, protégeant ses enfants.

«Vicki Soto était jeune, vibrante, et magnifique. Quelle perte», a commenté Mary Ann Jacob à son sujet.

«À nos yeux, elle est une héroïne», a déclaré son cousin Jim Wiltsie, un policier, sur les ondes du réseau ABC.

Âgée de 27 ans, la jeune enseignante était déjà depuis un bon moment employée de cette école. Son métier semblait la passionner au plus haut point. Elle entretenait un blogue sur lequel elle décrivait les activités de son groupe d’écoliers, et sur lequel elle publiait plusieurs photos d’eux.

Mary Ann Jacob a aussi rendu hommage à la directrice de l’école, Dawn Hochsprung, aussi abattue par Lanza. Elle a décrit la femme comme une «formidable passionnée de la réussite de ses élèves».

Comme Vicki Soto, elle aimait publier des photos et informations sur les activités de l’école. Couramment, elle diffusait ainsi des images sur le réseau Twitter.

http://www.lapresse.ca

Massacre au Connecticut: une horreur sans nom


Je ne comprend pas le besoin des américains a s’armé jusqu’aux dentx, les armes de ce carnage étaient enregistrées au nom de la mère qui elle aussi a été tuée par son fils .. pourquoi une mitraillette ??? un fusil a la rigueur mais une mitraillette ????  En plus il semble que certains parlent qu’ils serait mieux d’armée les professeurs .. Et quoi encore ???? ils veulent donner plus de maux a une maladie  Et après comment fait-on pour survivre après un tel massacre
Nuage

Massacre au Connecticut: une horreur sans nom

RICHARD HÉTU  collaboration spéciale
La Presse

(NEWTOWN, Connecticut) En arrivant au centre de Newtown, petite ville du Connecticut entourée de collines boisées, le visiteur est accueilli par un décor digne de Norman Rockwell, l’illustrateur de l’Amérique idyllique: un grand drapeau américain flotte au sommet d’un mat; un clocher d’église pointe vers le ciel; un café avoisine un magasin général à l’ancienne.

Mais la vie de cette localité bucolique de quelque 27 000 âmes a basculé dans une horreur sans nom vers 9h30, vendredi matin. C’est l’heure où Adam Lanza est entrée dans l’école primaire Sandy Hook, située au fond d’un cul-de-sac et fréquentée par environ 700 élèves de la maternelle à la quatrième année.

Armé de deux pistolets et vêtu d’une veste pare-balles, le jeune homme de 20 ans a ouvert le feu pendant quelques minutes seulement, tuant 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 5 à 10 ans, avant de s’enlever la vie. Il a ciblé en particulier les élèves de la classe de maternelle de sa mère, Nancy Lanza, 53 ans, une institutrice de l’école qu’il a abattue dans la maison familiale à Newport avant de partir pour sa mission meurtrière.

Les armes du tireur étaient enregistrées au nom de Nancy Lanza, y compris une mitraillette semi-automatique retrouvée dans la voiture de la mère dont s’étaient servi Adam pour se rendre à l’école.

«Le mal a visité notre communauté», a déclaré le gouverneur du Connecticut Dan Malloy.

C’était le deuxième massacre le plus meurtrier perpétré dans une école aux États-Unis après celui de l’Université de Virginia Tech, qui a fait 33 morts en 2007. Mais l’âge des victimes et le lieu de la tuerie de Newtown lui conféreront sans doute une place unique dans les annales d’un pays habitué aux tueries dans les endroits qui devraient être les moins dangereux – une salle de cinéma, un lieu de culte et maintenant une école comptant une maternelle.

«Le tueur n’a pas dit un mot», a raconté en fin de journée Robert Licata,dont le garçon de 6 ans peut être considéré comme l’un des petits héros de cette horrible tragédie.

«Il est entré dans la classe et a abattu l’institutrice. C’est alors que mon fils a entraîné un groupe de ses amis vers la sortie. Il a été très courageux. Il a attendu ses amis.»

Plus tôt dans la journée, le père avait retrouvé son fils à l’intérieur d’une caserne de pompiers située près de l’école. C’est là qu’avaient été évacués les survivants de la fusillade. Tout au long de la journée, des parents angoissés y sont entrés pour en ressortir soulagés ou dévastés par la nouvelle qu’ils venaient d’apprendre: leur petit garçon ou leur petite fille n’était plus.

Les corps des victimes de la tuerie, dont ceux de la principale de l’école et d’une psychologue, étaient encore dans l’établissement au moment d’écrire ces lignes. (aux nouvelles ils ont dit que les corps étaient maintenant sorti de l’école -nuage)

«J’ai été témoin de plusieurs tragédies personnelles, mais je n’ai jamais vécu une journée aussi déchirante que celle d’aujourd’hui», a déclaré Robert Weiss, curé de la paroisse Ste-Rose de Lima, à Newtown, après avoir passé une bonne partie de la journée à consoler des mères et des pères éplorés.

Dans une intervention à la Maison-Blanche, un Barack Obama au bord des larmes a également exprimé vendredi une vive émotion.

«La majorité de ceux qui sont morts aujourd’hui étaient des enfants, de beaux enfants, des petits enfants âgés de 5 à 10 ans. Ils avaient la vie devant eux: des anniversaires, des diplômes, des mariages, leurs propres enfants à venir. Nos coeurs sont brisés», a dit le président en essuyant une larme.

Une dispute familiale aurait contribué à la folie meurtrière d’Adam Lanza, qui s’était distingué à la fin de ses études secondaires en obtenant son diplôme avec mention. Selon un témoignage obtenu par ABC News auprès d’un voisin des Lanza, le jeune homme faisait preuve d’un comportement «étrange» et montrait des signes de «maladie mentale».

La police n’a cependant donné aucune information sur le mobile de la tuerie.

Au moment de la fusillade, Adam Lanza portait des pièces d’identité appartenant à son frère Ryan, 24 ans, ce qui a entraîné une confusion sur l’identité du tireur. Ryan a été interpellé par les policiers à Hoboken, au New Jersey. Il n’aurait rien à voir avec la tuerie de Newtown.

Selon l’Associated Press, Ryan a déclaré aux policiers que son frère Adam souffrait d’autisme et qu’il était «troublé». Leurs parents ont divorcé il y a plusieurs années.

Des centaines de personnes se sont rassemblées hier soir dans une église méthodiste de Newtown pour participer à une vigile à la mémoire des victimes de la tuerie. Tracy Hoekenga y était. Pour prier pour les victimes et leur famille et aussi pour remercier Dieu d’avoir épargné ses deux garçons, qui ont survécu à la fusillade.

«Je ne pouvais pas respirer. Pendant 30, 45 minutes, je ne savais pas si mes gars étaient O.K.», a-t-elle déclaré à des journalistes.

http://www.lapresse.ca/

Fusillade au Connecticut: 26 morts, dont 18 enfants


Un gars de 20 ans qui s’est présenté armé pour faire un carnage… Comment il se fait que ce soit si facile de se balader avec des armes aux USA ? Ils veulent combien de mort avant de faire des lois plus sévères ..? Ils prétendent que les armes s’est fait pour se défendre .. Alors comment se fait t’ils que les victimes ne sont pas des menaces .. et que parmi eux ce sont des enfants qui sont dans la ligne de mire
Nuage

 

Carnage au Connecticut: 27 morts, dont 20 enfants

 

La famille d’une victime du carnage près de l’école de Sandy Hook, à Newtown.

PHOTO ADREES LATIF , REUTERS

HUGO PILON-LAROSE

La Presse

Une fusillade a brisé la vie de nombreuses familles, ce matin, dans la communauté de Newtown, au Connecticut. Vers 9h40 ce matin, Adam Lanza, âgé de 20 ans, a fait irruption dans une école primaire, a ouvert le feu et a tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 5 à 10 ans.

Les victimes étaient pour la plupart élèves ou membres du personnel de l’école Sandy Hook, qui accueille 600 enfants.

La police d’État a confirmé lors d’un point de presse que 18 enfants ont été trouvés morts sur les lieux du drame et que deux autres sont morts à l’hôpital. Six adultes ont également perdu la vie. Le tireur a été abattu par la police.

La mère du tueur, qui enseignait à l’école, a été tuée. Les policiers ont également trouvé l’un de ses frères mort chez lui, à Hoboken, au New Jersey.

Adam Lanza était muni d’au moins deux armes et d’un gilet pare-balles. Il a tiré plus de 100 projectiles, selon des témoins.

Son frère aîné Ryan, âgé de 24 ans, dont on a d’abord cru qu’il était le tueur, a été arrêté pour être interrogé. On croit qu’il a pu jouer un rôle dans l’affaire.

Le président Barack Obama, visiblement ému, essuyant discrètement ses larmes, a présenté ses condoléances aux familles des victimes au cours d’un point de presse chargé en émotion, cet après-midi à la Maison-Blanche.

«Ce soir, Michelle et moi ferons la même chose que tous les Américains aujourd’hui. Nous retrouverons nos enfants et les serrerons très fort dans nos bras», a dit M. Obama.

CNN, qui cite des témoins, affirme que le directeur et le psychologue de l’école ont été tués.

Parmi les fusillades survenues dans un établissement scolaire américain, seule celle de Virginia Tech, en 2007, a fait plus de victimes que celle de Newtown.

http://www.lapresse.ca