Un sac intelligent pour éviter les dépenses inutiles


Que les hommes soient plus rationnels dans leurs dépenses, désolée, mais j’en doute, seulement, c’est différent comme par exemple, au printemps, la fièvre d’une nouvelle voiture, ou avoir les nouveaux gadgets technologie. Et je trouve dommage, qu’on ne travaille pas sur le problème de fond que sur des solutions qui seraient faciles à contourner
Nuage

 

Un sac intelligent pour éviter les dépenses inutiles

 

Le iBag. © Credit Card Finder

 

Par FRÉDÉRIC THERIN (À SYDNEY)

Les intoxiquées du shopping peuvent se sevrer grâce à un sac qui se verrouille automatiquement dès qu’elles sont sur le point de céder à la tentation…

 

Vous ne résistez pas face à la tentation d’acheter une robe à la mode ? Vous craquez devant des escarpins hors de prix qui viendront compléter votre collection déjà imposante ? Vous préférez lécher les vitrines que vos babines lors de vos pauses pour le déjeuner ? L’iBag est fait pour vous…

La société de crédit australienne Creditcardfinder.com.au vient de développer un sac à main destiné aux shopaholics. Pour éviter les « quartiers chauds » où les magasins titillent les pécheresses aux poches percées, des diodes activées par un GPS s’allument dans votre besace. Si cette alerte lumineuse ne vous convainc pas de dévier votre route, un SMS est envoyé automatiquement à une personne « responsable » (c’est le terme employé par les inventeurs de ce Big Brother en bandoulière) pour la prévenir de votre intention de commettre « l’irréparable ». Votre sac peut même se verrouiller à la demande lors de périodes « dangereuses » comme aux pauses de midi et à l’heure de sortie des bureaux. Une puce RFID repère enfin chaque moment où vous avez sorti votre portefeuille de sa poche intérieure. On n’arrête pas le « progrès »…

Les femmes craquent plus que les hommes…

Pour l’instant, la compagnie australienne ne propose pas d’iBag pour les hommes. Pour tenter de justifier ce sexisme primaire, ses dirigeants mettent en avant une de leurs études qui montre que les femmes ont davantage tendance à craquer devant une boutique que ces messieurs. Près de la moitié (45 %) des personnes qui ne parviennent pas à rembourser le solde de leurs cartes de crédit font également au moins trois achats d’impulsion chaque mois. Pour éviter le surendettement, les Aussies ont donc pensé aux diodes et au verrouillage automatique des Kelly et autres Birkin. À quand le piège à loups qui se refermera sur la main gantée de cuir devant une boutique de luxe ?

http://www.lepoint.fr/

Le paradoxe alimentaire


Nous consommons a outrance des aliments alors que d’autres partout dans le monde et ce même dans les pays riches n’ont pas de quoi a se nourrir convenablement a tous les jours .. Nous gaspillons trop et chez nous c’est pas notre surconsommation alors qu’ailleurs c’est par le transport et un mauvais stockage … Il faudra bien faire des meilleurs choix un jour ou l’autre
Nuage

 

Le paradoxe alimentaire

 

Un milliard d'humains meurent de faim. Un autre milliard est en surpoids, en... (Photo: archives AP et Reuters)

PHOTO: ARCHIVES AP ET REUTERS

MARIE ALLARD
La Presse

(Québec) Un milliard d’humains meurent de faim. Un autre milliard est en surpoids, en raison d’une mauvaise alimentation. Ce paradoxe a été soulevé par Luc Guyau, président du conseil de l’Organisation des nations unies (ONU) pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), au congrès Nourrir le monde, qui s’est déroulé la semaine dernière à Québec.

«Alors que d’ici 30 ans, nous devons produire près de 70% plus de nourriture, les déséquilibres planétaires sont énormes», a indiqué Luc Guyau, président du conseil de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), au Congrès mondial des agronomes, à Québec.

Les habitants des pays riches gaspillent 30% de la production alimentaire, jetée aux ordures. Les pays pauvres perdent encore plus de nourriture – jusqu’à 50% -, mais c’est dû aux problèmes de transport et de stockage. Pas aux portions gigantesques et aux achats compulsifs.

Autre paradoxe: le nombre de personnes sous-alimentées stagne, même si depuis la Deuxième Guerre mondiale, la production alimentaire augmente plus vite que la population.

«De 8 à 10% plus vite», a précisé Marcel Mazoyer, professeur émérite à AgroParisTech, aussi présent au congrès.

Jusque dans les pays riches, des pauvres sont mal nourris. Trois millions de Canadiens n’ont «pas les moyens de manger correctement», a rappelé Claude Lafleur, chef de la direction de La Coop fédérée.

«Un homme affamé est un homme dangereux»

Ex-agriculteur, Luc Guyau réclame plus de gouvernance mondiale de l’alimentation.

«Le temps où chacun pensait que le marché pouvait tout régler est révolu, a-t-il affirmé. L’alimentation ne peut pas se traiter au même rang que les téléphones portables ou les minerais.»

L’avenir – et la paix – nécessite plus de régulation.

«Un homme affamé est un homme dangereux», a-t-il averti.

«Il n’est pas normal qu’en 2010, la production de blé ait connu 45 fois une opération de marché boursière, a illustré M. Guyau. Il est criminel de jouer avec l’alimentation du monde!»

Ken Ash, directeur des échanges et de l’agriculture à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), est d’avis contraire.

«Il faut répondre aux opportunités qui existent sur le marché, a-t-il plaidé. Actuellement, la demande fait monter les prix, alors que les programmes gouvernementaux n’y sont jamais arrivés. Si bien qu’il est peut-être temps de changer nos politiques, d’ouvrir les marchés et de donner la chance aux fermiers compétitifs de partout d’en bénéficier.»

Produire plus et mieux avec moins

Dans l’immédiat, une nouvelle crise est redoutée. Les réserves mondiales de céréales sont suffisantes pour 90 jours seulement. Ce stock était d’à peine 58 jours en 2007-2008, quand ont éclaté les émeutes de la faim en Asie et en Afrique principalement. Pourquoi, dans ce cas, continuer de consacrer 40% des récoltes américaines de maïs pour faire de l’éthanol?

M. Guyau ne s’oppose pas catégoriquement aux biocarburants.

«Tout est dans la dose», a-t-il estimé.

Depuis 50 ans, la Terre a nourri quatre milliards d’humains de plus. «Mais chacun sait que le nouveau bond ne pourra pas se faire avec les seules recettes du passé», a rappelé M. Guyau. Pour continuer de nourrir une population en expansion, «nous n’avons pas d’autre choix que d’intensifier les cultures», a-t-il dit.

Il faudrait aussi produire mieux, a dit Marie Ruel, directrice de la division pauvreté, santé et nutrition de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, de Washington. Obésité et dénutrition se côtoient dans les mêmes pays, les mêmes familles, voire les mêmes individus.

Certaines pistes de solution sont originales. L’algoculture – soit la culture des algues – «présente une grande potentialité en matière de production végétale rapide», a suggéré Stéphane Jost, aussi de la FAO.

Ne pensez pas qu’aux sushis: les algues peuvent servir de compléments alimentaires, de fourrages, de fertilisants, de biogaz.

Le Québec doit aussi produire mieux, sans se faire d’illusion. «Croire que demain, tous les pays auront tous la souveraineté alimentaire est une utopie, mais chacun doit assurer un minimum de production indigène», a dit M. Guyau.

Voilà qui plaira à la première ministre Pauline Marois, qui a promis de faire passer de 33% à 50% la proportion d’aliments du Québec que nous mangeons.

***

En chiffres

1,4 MILLIARD de Terriens sont en surpoids

500 MILLIONS sont obèses

950 MILLIONS ont faim

43 MILLIONS d’enfants de moins de 5 ans sont en surpoids ou obèses. En 2020, ils seront 60 millions.

171 MILLIONS d’enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance, en raison de carences nutritionnelles.

Source : OMS, 2010 et Marcel Mazoyer

***

POIDS MOYEN D’UN TERRIEN: 62 KG

AMÉRIQUE DU NORD 80 kg

EUROPE 70 kg

ASIE 57,7 kg

AFRIQUE 60 kg

OCÉANIE 74 kg

Si tous les Terriens pesaient 80 kg, comme un Nord-Américain moyen, cela représenterait une hausse de la demande en nourriture équivalente à celle de près d’un milliard de personnes.

Sources : AFP, BMC Public Health

http://www.lapresse.ca