Cannabis au volant: dangereux longtemps après la consommation


Mercredi, le 17 octobre, la marijuana à des fins récréatives sera légale au Canada. Bien, des gens sont contents alors que d’autres sont inquiets. Une étude a été faite pour la conduite au volant après avoir consommé du cannabis. Même après 5 heures, il semble que l’effet est toujours présente. Que ce soit le téléphone, l’alcool ou la drogue, c’est incompatible avec un volant dans les mains
Nuage

 

Cannabis au volant: dangereux longtemps après la consommation

 

L'usage du cannabis à des fins récréatives deviendra... (Photo DARRYL DYCK, PC)

L’usage du cannabis à des fins récréatives deviendra légal mercredi, au Canada.

PHOTO DARRYL DYCK, PC

 

CAROLINE ST-PIERRE
La Presse Canadienne

Prendre le volant sous l’effet du cannabis est un comportement qui demeure dangereux longtemps après la consommation de la substance.

À deux jours de la légalisation du cannabis à des fins récréatives au Canada, une étude de l’Université McGill et de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), financée par l’Association canadienne des automobilistes (CAA), révèle qu’un conducteur est plus à risque d’être impliqué dans un accident de la route, même cinq heures après avoir consommé du cannabis.

Les chercheurs ont recruté des jeunes conducteurs de 18 à 24 ans qui étaient déjà des consommateurs récréationnels de cannabis. Ils ont ensuite subi une série de tests sur des simulateurs de conduite automobile à quatre moments distincts : une fois alors qu’ils n’avaient pas consommé de cannabis, puis une heure, trois heures et cinq heures après leur consommation.

Sous l’effet du cannabis, les participants ont démontré une certaine capacité à maintenir le cap, mais se sont montrés moins doués pour réaliser certaines manoeuvres courantes.

«Et (ce n’était) pas des manoeuvres complexes là, on parlait de s’insérer entre deux véhicules, pareil comme si on stationnait dans la cour du centre d’achats. On parlait de traverser une intersection, donc de s’immobiliser, de s’assurer que la voie est libre, de traverser l’intersection et de continuer sa route, d’éviter les piétons, d’éviter les cyclistes… Et il y a eu beaucoup de conducteurs […] qui ont participé au test et qui n’ont pas réussi ces manoeuvres-là, qui sont quand même très simples», note le directeur de la Fondation CAA-Québec, Marco Harrison.

La majorité des participants à l’étude ont indiqué qu’ils ne se feraient pas confiance pour prendre le volant dans les cinq heures suivant leur consommation de cannabis.

M. Harrison souligne que la quantité de marijuana consommée par les participants était moins élevée que celle que l’on retrouve généralement dans un «joint» ordinaire.

L’une des chercheuses de l’étude confirme par ailleurs qu’on ne remarquait pas nécessairement une différence entre les habiletés des conducteurs une heure après la consommation et cinq heures plus tard.

«À tous les niveaux, on ne voyait pas nécessairement une différence marquée, même après cinq heures. Les capacités étaient quand même assez altérées, nous faisant dire qu’on ne peut pas prendre le volant, même après cinq heures», affirme la Dre Isabelle Gélinas, professeure à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill, spécialisée en recherches associées à la conduite automobile.

Elle précise également que le cadre de l’étude n’allait pas au-delà des cinq heures, de sorte qu’on ne peut conclure qu’une personne serait nécessairement apte à conduire une fois ce laps de temps écoulé.

Un profil différent

Par ailleurs, une deuxième étude soutenue par la Fondation CAA-Québec et pilotée par le Dr Jacques Bergeron, de l’Université de Montréal, a dressé un portrait type des conducteurs consommateurs de cannabis en faisant remplir des questionnaires aux participants.

Les chercheurs ont demandé aux participants s’ils avaient déjà pris le volant après avoir consommé. Ceux qui ont admis avoir conduit sous l’effet du cannabis ont présenté un profil différent de ceux qui avaient déjà fumé, sans toutefois avoir conduit avec les capacités affaiblies, souligne l’étude.

Ainsi, ceux qui reconnaissent avoir conduit sous l’effet du cannabis avaient généralement une consommation plus importante, et ce, depuis un plus jeune âge, des habitudes de conduite plus téméraires, dangereuses et risquées, une tendance à être très influencés par leurs pairs en ce qui a trait aux comportements dangereux, des amis qui, eux aussi, conduisent sous l’effet du cannabis, plus d’émotions et de comportements associés à la conduite dangereuse et une plus faible perception du risque lié au cannabis.

«Malgré le fait que (ça deviendra) légal à des fins récréatives, il ne faudra pas banaliser les effets surtout sur la capacité de conduire et (il faudra) éviter de prendre le volant après avoir consommé, tout comme on le fait pour l’alcool», fait remarquer Marco Harrison.

«Conduire avec les capacités affaiblies par le pot, ça, ce n’est pas légal, c’est criminel même.»

https://www.lapresse.ca/

L’émouvante prouesse d’une Japonaise qui joue du violon malgré son bras amputé


La Japonaise Manami Nomura, 33 ans, a perdu son bras dans un grave accident de la route en 2004. Elle poursuivi son but de devenir championne de natation, et a terminé 4e au Jeux paralympiques de Pékin en 100 m brasse et 8e aux Jeux de Londres, selon sa biographie sur les sites des Jeux paralympiques. Elle a même été plus loin grâce à une prothèse adaptée pour jouer du violon. Il faut dire qu’elle a une excellente dextérité, car le violon n’est pas l’instrument le plus facile à jouer.
Nuage

 

L’émouvante prouesse d’une Japonaise qui joue du violon malgré son bras amputé

 

 

Le Saviez-vous ► Canicule : 10 conséquences inattendues


    Avec les changements climatiques, les experts en environnement peuvent donner un aperçu de ce que l’on doit s’attendre. Il y aussi des conséquences que l’on ne sait pas et voici quelques-unes qui étaient imprévues. C’est surtout en Europe, mais on peut sûrement voir des phénomènes similaires en Amérique.
    Nuage

     

    Canicule : 10 conséquences inattendues

    Céline Deluzarche

    Journaliste

    Les températures relevées ces dernières semaines en Europe et dans plusieurs autres régions du monde battent des records : 33 °C en Laponie norvégienne, 46 °C au Portugal, et même 51,3 °C dans le Sahara australien. Sous l’effet de la chaleur, on observe des phénomènes bien étranges.

    Des températures exceptionnellement élevées sont relevées dans plusieurs pays du monde. Elles ont des conséquences sur la santé humaine mais aussi d’autres, plus inattendues. En voici quelques-unes.

    Les rennes envahissent les tunnels en Norvège

    Avec des températures dépassant les 30 °C dans le nord de la Norvège, les rennes plutôt habitués aux grands froids ont bien du mal à trouver un peu de fraîcheur. Alors, pour se trouver une place à l’ombre, ils se réfugient… dans les tunnels. Les responsables de la sécurité routière appellent donc les automobilistes à la vigilance, même si aucun accident grave n’a encore été signalé. En Finlande voisine, 4.000 accidents impliquant une collision avec un renne sont à déplorer chaque année.

    Pour se protéger de la chaleur, les rennes se mettent à l’ombre dans les tunnels. © Jon, Flickr CC BY 2.0

    Pour se protéger de la chaleur, les rennes se mettent à l’ombre dans les tunnels. © Jon, Flickr CC BY 2.0

    Le plus haut sommet suédois perd son statut de point culminant

    Les chaleurs exceptionnelles enregistrées ces derniers jours en Suède ont fait fondre le glacier recouvrant le sommet sud du massif du Kebnekaise de quatre mètres au cours du seul mois de juillet, rapporte Gunhild Ninis Rosqvist, professeur de géographie à l’université de Stockholm. Son altitude est désormais inférieure à celle du sommet nord (2.096,8 mètres) alors qu’en 2017, il le dépassait de deux mètres. Pour autant, la canicule de cette année ne fait qu’accentuer la tendance, puisque le sommet fond déjà d’un mètre par an depuis les années 1980.

    Le sommet sud du massif Kebnekaise en Suède a perdu quatre mètres de neige au cours du seul mois de juillet 2018. © Lukáš Poláček, Flickr CC BY-NC 2.0

    Le sommet sud du massif Kebnekaise en Suède a perdu quatre mètres de neige au cours du seul mois de juillet 2018. © Lukáš Poláček, Flickr CC BY-NC 2.0

    Une hausse de 15 % des accidents de la route

    Le nombre d’accidents les jours de canicule est 15 % plus élevé que la moyenne, indique l’Institut belge pour la sécurité routière. Plusieurs explications sont avancées : d’abord, les piétons et cyclistes plus nombreux sur les routes ; deuxièmement, la diminution de la concentration des conducteurs et, troisièmement, la fatigue due à des nuits peu reposantes et au report des trajets à des heures plus fraîches. En 2016, une étude avait montré une augmentation de 9 % du nombre d’accidents lorsque les températures dépassent les 27 °C.

    De moins bons résultats aux examens

    La chaleur ramollit-elle le cerveau ? D’après une étude de l’université de Harvard, les étudiants qui passent un examen par des températures supérieures à 32 °C ont 12 % de chances en moins de l’obtenir par rapport à ceux qui passent les mêmes épreuves à 22 °C. Une précédente étude de 2016 avait déjà montré une réduction de 10 % des capacités cognitives chez les personnes habitant des logements sans air conditionné. Faut-il alors relever artificiellement les notes des étudiants n’ayant pas bénéficié de la climatisation, comme le suggèrent les auteurs de la première étude ?

    Le prix des céréales explose

    La situation est « catastrophique », s’affole Andrée Defois, une analyste de Stratégie Grains, un cabinet d’études spécialisé dans les marchés des céréaleset oléagineux.

    La récolte de blé dans l’UE ne dépassera pas les 130 millions de tonnes cette année, soit la production la plus faible depuis six ans, estime le consultant. La sècheresse et la chaleur ont dévasté le blé, l’orge et le colza dans les grands pays producteurs comme l’Allemagne, les pays baltes, la Pologne et la Suède. De quoi provoquer une flambée des prix : le blé a dépassé les 200 euros la tonne fin juillet.

    La récolte de blé européenne est au plus bas depuis six ans. © USDA NRCS South Dakota, Flickr CC BY-SA 2.0

    La récolte de blé européenne est au plus bas depuis six ans. © USDA NRCS South Dakota, Flickr CC BY-SA 2.0

    Les routes et les immeubles fondent

    À Glasgow, en Écosse, les températures ont dépassé les 32 °C ces derniers jours. Trop chaud pour le centre des Sciences, dont les jointures en goudron ont commencé à fondre, laissant des traînées noires sur le dôme. Le centre s’est voulu rassurant, expliquant qu’il n’y avait aucun risque sur la solidité de la structure. Aux Pays-Bas, certaines sections d’autoroutes ont dû être fermées car l’asphalte a commencé à fondre sous le soleil écrasant. Il faut dire qu’en plein soleil, la surface de la route peut facilement s’échauffer jusqu’à 60 °C ou 70 °C.

    À Glasgow en Écosse, les jointures du toit fondent sous l’effet de la chaleur. © BBC Scotland News, Twitter

    À Glasgow en Écosse, les jointures du toit fondent sous l’effet de la chaleur. © BBC Scotland News, Twitter

    Des munitions de la seconde guerre mondiale mises au jour

    Vingt-quatre grenades, des mines et autres engins explosifs ont été retrouvés à plusieurs endroits la semaine dernière sur les rives de l’Elbe, en Saxe-Anhalt (Allemagne). Un arsenal découvert par des promeneurs à des endroits généralement recouverts d’eau, mais mis à nu en raison de la sécheresse qui sévit cette année dans la région : à certains endroits, la hauteur de l’Elbe ne dépasse pas les 46 centimètres. 

    « Même après des décennies passées au fond de l’eau, les munitions peuvent encore être dangereuses », a averti le Bureau de la police technique (TPA).

    Les piscines virent au vert

    Dans de nombreux jardins, l’eau des piscines devient soudainement verte. En cause, la hausse de la température de l’eau. Lorsqu’elle dépasse 28 °C, le pH augmente, ce qui favorise la prolifération d’algues et réduit l’efficacité du chlore, utilisé comme désinfectant contre les micro-organismes. En plus, le chlore libre de l’eau a tendance à s’évaporer sous l’effet des rayons ultraviolets. Mais attention, jeter des dizaines de pastilles de chlore dans la piscine peut provoquer des irritations des yeux et de la peau, mettent en garde les professionnels.

    Sous l’effet de la chaleur et des rayons ultraviolets, les algues prolifèrent dans les piscines. © Laura Thorne, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Sous l’effet de la chaleur et des rayons ultraviolets, les algues prolifèrent dans les piscines. © Laura Thorne, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Les trains arrivent en retard

    En Bretagne, plusieurs trains ont accusé entre cinq et trente minutes de retard ces derniers jours. Et cette fois, ce ne sont ni la grève ni un incendie qui sont responsables, mais la canicule. À partir de 45 °C, les rails se dilatent et se déforment, obligeant la SNCF à réduire la vitesse pour éviter tout risque de déraillement. Les caténaires aussi s’allongent et se détendent. Si les contrepoids chargés de garder le fil bien tendu atteignent le sol, la caténaire risque de toucher le toit du train et d’être arrachée par le pantographe.

    Lors des fortes chaleurs, les rails se dilatent et les trains doivent circuler à vitesse réduite. © Tara R, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Lors des fortes chaleurs, les rails se dilatent et les trains doivent circuler à vitesse réduite. © Tara R, Flickr CC BY-NC-ND 2.0

    Les centrales nucléaires au ralenti

    Malgré les besoins en énergie pour alimenter les climatiseurs, EDF a dû mettre à l’arrêt un réacteur nucléaire et en ralentir deux autres pour respecter les normes environnementales de température de l’eau. Les centrales se servent en effet de l’eau des fleuves pour refroidir les turbines et la rejettent dans l’environnement. Or, avec les fortes chaleurs, l’eau est déjà trop chaude : plus de 28 °C dans le Rhône. Pour autant, EDF assure qu’il n’y aura aucun problème d’approvisionnement, d’autant que la production solaire est elle à son zénith : elle a battu un record en juin, à 1.284 GWh.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Le plus haut sommet de Suède a fondu de quatre mètres en juillet.

  • Les rennes se réfugient dans les tunnels pour se mettre à l’ombre.

  • La sécheresse et la chaleur dévastent les récoltes de céréales.

  • Température de l’eau trop élevée : les piscines virent au vert et des réacteurs nucléaires sont à l’arrêt.

    https://www.futura-sciences.com/

Les pompiers en ont assez après l’accident mortel: ils arrosent ceux qui filment irrespectueusement


Prendre des photos et des vidéos sur des événements est souvent un acte automatique, quoique parfois, c’est vraiment un manque de jugement. Les pompiers en Allemagne ont décidé que cela était assez ! Lors d’un accident mortel, ils ont arroser tout véhicule qui essayaient de prendre des photos ou des vidéos. Je trouve que c’est une bonne chose, un moment donné, il faut arrêter notre curiosité malsaine
Nuage

 

Les pompiers en ont assez après l’accident mortel: ils arrosent ceux qui filment irrespectueusement

 

Youtube / N24

Dans la société ultra-connectée d’aujourd’hui, il est devenu habituel pour nous de nousd’être de plus en plus les yeux rivés sur le téléphone portable. Mais il y a des moments où il est bien mieux de savoir le mettre de côté.

Utiliser son téléphone mobile face à un accident de la circulation peut non seulement être considéré comme contraire à l’éthique, mais aussi dangereux pour les automobilistes et les secouristes. De nombreux services de secours sont fatigués de voir des gens filmer ou prendre des photos lors des accidents et des pompiers allemands ont décidé d’agir. Le site Teknikens Värld s’en est notamment fait écho.

Alors qu’ils étaient en train d’intervenir sur un accident mortel sur l’autoroute A3, les sapeurs-pompiers ont décidé d’agir de manière inhabituelle pour compliquer la prise de photos et de videos. Ils ont en effet commencé à pulvériser de l’eau sur les fenêtres de ceux qui essayaient de prendre des clichés ou autres de la scène, masquant ainsi la vue aux spectateurs curieux.

L’événement a été relaté par les médias nationaux, et a été à la fois salué et critiqué. Ci-dessous vous pouvez voir sur la chaîne allemande N24 les pompiers montrer leur méthode unique pour compliquer la vue aux curieux.

http://incroyable.co/

Le Saviez-Vous ► 7 choses qui nous affectent lorsqu’on change d’heure


En Europe, ils ont changer d’heure dimanche dernier. Nous se sera la nuit de samedi à dimanche prochain, le jour des élections municipales …. Qui vais-je voter ?? Enfin bref, même si en principe, on dort une heure de plus, il y a des inconvénients, peut-être moins pire que l’heure d’été, mais quand même notre rythme circadien en est affecté
Nuage

 

7 choses qui nous affectent lorsqu’on change d’heure

 

AMRIPHOTO VIA GETTY IMAGESwoman in bed with burnout and vintage flip clock on her head

Le changement d’heure a plus d’impact que vous ne le pensez!

Dans la nuit du 4 au 5 novembre prochain, plus précisément à deux heures du matin, on reculera l’horloge d’une heure.

Pour la plupart des gens, le changement d’heure en mars et en novembre cause un peu plus de dérangement que de changer l’heure sur sa montre. En effet, la différence de 60 minutes a un impact important sur les gens.

Au Canada, le changement d’heure a été officialisé en 1963. À la base, on changerait d’heure pour réduire la consommation d’électricité, en particulier celle reliée à l’éclairage.

David Prerau, auteur de Saving the Daylight: Why We Put the Clocks Forward, explique que le changement d’heure a des conséquences au-delà d’une heure de sommeil en plus ou en moins.

«Le changement d’heure affecte tout, du terrorisme moyen-oriental à la fréquentation des salles de concert à la participation électorale aux profits des stations de radio», explique Prerau.

Mais si l’impact du changement d’heure est aussi considérable, comment ça nous affecte exactement?

1. Ça affecte votre cycle de sommeil

Bien sûr, gagner une heure de sommeil en automne peut sembler extraordinaire, mais ça affecte quand même notre rythme circadien parce qu’on se réveille en pensant qu’il est une heure de plus ou de moins.

2. Ça peut empirer l’acné hormonale

Avoir une mauvaise peau affecte le moral. Dr. Firas Al-Niaimi, directeur médical à sk:n clinics dit que le changement d’heure peut empirer l’état de la peau.

«Le changement d’heure affecte nos hormones, surtout parce qu’il y a un changement dans notre rythme de sommeil, ce qui peut vouloir dire une augmentation d’acné.» (Pour ceux qui font déjà de l’acné, bien sûr.)

«C’est important de garder une routine stricte pour votre peau avant d’aller au lit, et de relaxer avant de dormir afin que votre sommeil ne soit pas interrompu et que les cellules de votre peau puissent se réparer pendant la nuit», explique-t-elle.

3. Ça augmente le risque d’avoir une crise cardiaque

Ça peut sembler drastique, mais on a démontré dans une étude analysant les dossiers de 43 000 patients qu’après le changement d’heure du printemps, il y a une augmentation de cas de crise cardiaque, et une diminution des cas au printemps. Le lundi suivant le changement d’heure du printemps voit une augmentation des cas de crise cardiaque de 24%.

4. Ça augmente le risque d’avoir un AVC

Comme si le fait d’avoir une crise cardiaque n’était pas assez inquiétant, une étude finlandaise qui a étudié les dossiers de patients sur une période de presque 10 ans, de 2004 à 2013, a trouvé que le changement d’heure augmentait aussi le risque d’avoir un AVC parce que votre rythme circadien est perturbé.

Similairement aux cas de crises cardiaques qui sont en augmentation dans les deux jours suivant le changement d’heure, la différence diminuait pendant la première semaine.

GSTOCKSTUDIO VIA GETTY IMAGESHandsome young African man keeping eyes closed while lying on the sofa and touching his stomach

5. Ça peut causer davantage d’accidents de la route

L’impact sur les accidents de la route a été documenté à travers les années, tellement qu’une des conclusions d’un essai de trois ans (de 1968 à 1971) du gouvernement britannique pendant lequel les horloges n’ont pas été changées est que le nombre de personnes qui mourraient ou qui étaient sérieusement blessées sur les routes descendait considérablement. Ceci est dû au fait que les routes restaient éclairées plus longtemps.

6. Ça peut vous mettre de mauvaise humeur

Le changement d’heure a un effet direct sur l’humeur.

Dans une étude d’un groupe de juges légaux faite en 2016, les chercheurs ont trouvé que les juges donnaient des sentences plus longues lorsqu’ils manquaient de sommeil pendant le changement d’heure du printemps.

7. Ça nous coûte plus cher

Si le changement d’heure a été instauré pour nous sauver de l’argent en coûts d’électricité, ça aurait l’effet contraire. Des chercheurs à l’Université de Cambridge ont trouvé qu’une heure supplémentaire de lumière en hiver pourrait sauver 485 millions de livres (815 millions de dollars canadiens) aux Britanniques, parce que les gens utiliseraient moins d’électricité et de chauffage.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Certains médicaments augmentent les risques d’accidents de la route chez les piétons


Il y a certains médicaments qui recommandent de ne pas conduire un véhicule à cause des effets secondaires. Cet avertissement, devrait semble t’il doit aussi comprendre les piétons, car même marcher demande une vigilance
Nuage

 

Certains médicaments augmentent les risques d’accidents de la route chez les piétons

 

Certains médicaments augmentent les risques d'accidents de la route chez les piétons

Le 28 juillet 2017

Selon une étude réalisée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), les effets secondaires de certains médicaments augmentent le risque d’être victime d’un accident de la route. Un risque qui concerne autant les conducteurs automobiles… que les piétons.

37 % des médicaments ont un impact sur la sécurité routière des piétons

Depuis plusieurs années, certains médicaments sont déclarés dangereux et empêchent la conduite en raison de leurs effets secondaires. D’après une étude menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), la prise de ces médicaments augmenterait également les risques d’être victime d’un accident de la route chez les piétons. 

Selon nos confrères du Figaro, 37 % des médicaments disponibles en France mettraient la sécurité des piétons en danger. Il est possible de les reconnaître grâce à leur pictogramme : le rouge interdit formellement de conduire, l’orange invite à être prudent et le jaune à la vigilance. Bien entendu, plus le cryptogramme est élevé, plus le risque d’accidents augmente, chez les conducteurs comme chez les piétions.

Prise de médicaments chez les piétons et accidents de la route sont liés 

Pour réaliser cette étude, les chercheurs de l’Inserm ont comparé les chiffres de la police française sur les accidents de la route et les données de remboursement de l’Assurance-maladie entre 2005 et 2011. Les données de plus de 6 500 piétons ont permis de dresser le constat suivant : 20 % des piétons victimes d’un accident de la route étaient sous traitement au moment de l’événement.

Pour ne pas fausser les résultats de l’étude par des comportements individuels imprudents, les chercheurs ont comparé les données de chaque piéton au moment de l’accident avec celles qu’ils présentaient quelques mois auparavant.

Selon Emmanuel Lagarde, le directeur de l’Inserm, « c’est la première fois qu’un lien entre la prise de médicaments par les piétons et le risque d’accidents de la route est mis en évidence ».

http://www.passeportsante.net/

La sécurité des vélos selon Michelin


 

Je trouve que l’idée du cercle lumineux intermittent autour du vélo est une très bonne idée pour limiter les accrochages et les accidents impliquant automobilistes et cyclistes
Nuage

La sécurité des vélos selon Michelin

 

Avec BikeSphere, Michelin lance un cercle lumineux innovant pour protéger les cyclistes du trafic automobile.

(CCM) — Dans le cadre de son programme d’innovations liées à la sécurité routière, Michelin lance BikeSphere. Cette petite sphère se fixe sur le guidon d’un vélo pour projeter un cercle lumineux rouge au sol. Ainsi, les automobilistes visualisent facilement la zone de sécurité à respecter autour du vélo.

Avec son programme Trendy Drivers, Michelin a l’ambition d’améliorer la sécurité routière en mettant sur le marché des produits high-tech innovants. L’initiative cible toutes les causes d’accidents de la route et s’attaque dans un premier temps aux accrochages impliquant des cyclistes. Le constructeur de pneumatique indique que 5 000 accidents chaque année en Francesont directement liées au non-respect de la distance de sécurité lorsqu’une voiture double un vélo.

C’est là qu’intervient l’innovation BikeSphere. Autour du cycliste, une zone laser est délimitée en rouge, sur la chaussée. Les automobilistes prennent alors conscience de l’espace à laisser lors du dépassement. L’objet connecté de Michelin est également capable de détecter la présence d’une voiture qui approche. Dans ce cas, le cercle projeté est dédoublé et le cycliste est alerté du danger.

Pour découvrir BikeSphere en images, voici la vidéo officielle de démonstration proposée par Michelin :

http://www.commentcamarche.net/