Les parasites


Quelle allure peut bien avoir les parasites qui peuvent donner des cauchemars quand ils viennent un peu trop près de nous. Ils sont minuscules mais très repoussants
Nuage

 

Les parasites

Gros plan sur les insectes et parasites qui ont élu domicile sur notre corps ou tout près.

Un pou

Zoom pou
Crédit : Gilles San Martin

Un scarcopte, le parasite responsable de la gale, une maladie infectieuse de la peau

Zoom parasite scarcopte

Une  punaise de lit

Zoom punaise de lit

Le demodex folliculorum, une espèce d’acarien qui vit dans les follicules pileux

Zoom parasite demodex folliculum

Source: Eye of Science / Science Source

La tête d’une puce de l’homme

Zoom puce de l'homme

http://www.canald.com/

Sucer son pouce, se ronger les ongles: les enfants moins sensibles aux allergies, selon une étude


Nous avons peut-être trop insisté sur l’hygiène des enfants. À leur jeune âge, le contact avec les germes éviterait bien allergies pour un certain nombre d’entre eux
Nuage

 

Sucer son pouce, se ronger les ongles: les enfants moins sensibles aux allergies, selon une étude

 

THUMB BABY

PeopleImages.com via Getty Images

Les enfants qui sucent leur pouce ou se rongent les ongles ont moins de risque de développer des allergies plus tard dans leur vie, révèle une étude publiée lundi.

S’ils cumulent ces deux « mauvaises habitudes », ces enfants seront probablement moins sensibles aux acariens, au foin, aux poils de chats, de chiens et de chevaux ou aux spores de moisissures dans l’air, ont déterminé les chercheurs dont l’étude paraît dans la dernière édition de la revue médicale américaine Pedriatrics.

« Les résultats confortent la théorie concernant l’hygiène selon laquelle être exposés très jeunes à la saleté ou aux germes réduit le risque de développer des allergies », explique le professeur Malcolm Sears de la faculté de médecine de l’université McMaster au Canada, le principal auteur.

« Nous ne recommandons pas que ces habitudes soient encouragées chez les enfants mais cette étude semble en montrer un bon côté », ajoute-t-il.

Pour cette étude, les chercheurs ont travaillé en Nouvelle-Zélande avec un groupe de 1 000 enfants nés à partir de 1972. Ils ont constaté que 31% des enfants suçaient fréquemment leur pouce ou se rongeaient les ongles.

Parmi tous les participants, testés à 13 ans et jusqu’à 32 ans, 45% ont montré des prédispositions à des allergies. Mais chez ceux qui, soit suçaient leur pouce ou se rongeaient les ongles, seulement 40% avaient des allergies. Dans le groupe de ceux cumulant les deux habitudes, ce pourcentage chutait à 31%.

L’absence d’allergie chez ces enfants a persisté à l’âge adulte.

Toutefois, cette étude n’a pas déterminé de lien entre le fait de sucer son pouce ou de se ronger les ongles et l’apparition de l’asthme ou du rhume des foins, une allergie aux pollens.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Trucs Express ► 12 bonnes raisons d’avoir de l’eau oxygénée chez soi


Eau oxygénée ou peroxyde d’hydrogène peut s’avérer très utile pour le ménage en générale
Nuage

 

12 bonnes raisons d’avoir de l’eau oxygénée chez soi

 

Le peroxyde d’hydrogène, ou plus connu sous le nom d’eau oxygénée, est un produit germicide considéré comme le désinfectant le plus sûr.

Ce produit a la capacité d’éliminer les micro-organismes par l’oxydation, c’est-à-dire qu’il génère un processus de brûlure contrôlée.

Grâce à ses propriétés, le peroxyde d’hydrogène peut devenir l’un des meilleurs alliés pour le ménage. Mais le plus intéressant, en plus de son prix, c’est qu’il n’a pas d’effets secondaires comme les produits chimiques que l’on achète sur le marché.

Avant de découvrir les multiples usages du peroxyde d’hydrogène pour votre intérieur, assurez-vous d’utiliser celui dont la concentration est de 3%.

Préparez-vous à découvrir 12 bonnes raisons d’avoir toujours du peroxyde d’hydrogène chez soi.

Les planches à découper et les tables en bois

Les planches de cuisine et les tables en bois sont des lieux parfaits pour la prolifération de quantités de germes comme la Salmonelle, présente dans les viandes crues.

Pour les désinfecter, il suffit de bien les asperger et les laver avec du peroxyde d’hydrogène.

Les fruits et les légumes

Laver-les-légumes-et-les-fruits

Aujourd’hui, les fruits et les légumes que nous achetons sur le marché sont couverts de germes et de pesticides qui peuvent affecter notre santé.

Pour s’en débarrasser, il suffit de mélanger une ½ tasse d’eau oxygénée dans un grand récipient et laver les fruits et les légumes avec ce mélange.

Le réfrigérateur et le lave-vaisselle

Nous utilisons souvent le réfrigérateur et le lave-vaisselle, manipulant ainsi aliments et ustensiles. Comme les deux sont remplis de centaines de germes, il faut mettre de l’eau oxygénée dans un spray et bien asperger l’intérieur et l’extérieur de chacune des machines. Laissez agir quelques minutes et essuyez avec un torchon humide.

Les éponges

Eponges

Les éponges de la cuisine cachent des milliers de bactéries qui sont des restes d’aliments. Pour nettoyer et désinfecter vos éponges, mélangez du peroxyde d’hydrogène et de l’eau chaude dans les mêmes quantités, et faites-y tremper les éponges.

Blanchir les vêtements

Le peroxyde d’hydrogène est idéal pour se débarrasser des taches sur les vêtements blancs, ainsi que pour éliminer les taches de sang sur les tapis et les vêtements. Pour cela, ajoutez une tasse de peroxyde d’hydrogène dans votre lessive de vêtements à blanchir, ou appliquez-le directement sur le tissu pour éliminer une tache de sang.

Un bain rajeunissant et détoxifiant

Bain

Pour prendre un bain rajeunissant, rafraîchissant et détoxifiant, mélangez deux quarts de peroxyde d’hydrogène 3% dans une baignoire d’eau chaude et plongez-vous dedans pendant au moins une demi-heure.

Les mycoses sur les pieds

Le peroxyde d’hydrogène est également idéal pour lutter contre les mycoses aux pieds. Pour cela, mélangez 50/50 de peroxyde et d’eau et faites-y tremper les pieds tous les soirs.

Les infections

Bain-de-pieds

Le peroxyde d’hydrogène aide à combattre et à éliminer les mycoses et les infections de la peau. Pour cela, il est recommandé de faire tremper l’infection ou la blessure pendant cinq minutes plusieurs fois par par jour.

Les acariens

Les acariens peuvent se trouver dans les endroits les plus improbables et sans que nous nous en rendions compte, ils peuvent être la raison de notre mauvaise santé. Pour s’en débarrasser, il faut mélanger 50/50 d’eau oxygénée et d’eau, et asperger avec un spray la zone où se trouvent les acariens.

La brosse à dents

Se-brosser-les-dents

Notre brosse à dents peut contenir de nombreux germes qui peuvent affecter notre santé. Pour bien la nettoyer, il suffit de la faire tremper dans du peroxyde d’hydrogène.

Les douleurs dentaires

Le peroxyde d’hydrogène n’a pas de propriétés analgésiques pour lutter contre les douleurs dentaires, mais il apporte ses propriétés anti-virales, anti-bactériennes et anti-fongiques, qui ont un effet très efficace dans le traitement pour lutter contre l’infection.

L’éclaircissement de la couleur des cheveux

Lavage-de-cheveux

Si vous désirez avoir les cheveux plus clairs, diluez du peroxyde d’hydrogène 3% dans de l’eau (50/50) et appliquez le mélange sur vos cheveux en utilisant un spray, avant de les laver.

Les cheveux paraîtront plus naturels, même s’il faut préciser que le changement n’est pas drastique

http://amelioretasante.com/

Le Saviez-Vous ► Voici ce qui se trouve sur vos oreillers après 2 ans..


Quel âge ont vos oreillers ? Plus le temps passe, plus il y a des bestioles, des peaux mortes et des excréments ,… beurk, à moins bien sûr que vous les laver de temps à autre s’ils sont lavables
Nuage

 

Voici ce qui se trouve sur vos oreillers après 2 ans..

 

Par  Vanessa Hauguel

Ce que renferme votre oreiller après deux ans pourrait bien vous faire faire des cauchemars.

En effet, après environ 2 ans, le tiers du poids de votre oreiller serait dû à des peaux mortes et des petites bestioles comme des acariens… et leurs excréments. Un brin dégoûté? Nous aussi, mais pas seulement… D’après cet article, plusieurs personnes sont allergiques à la poussière d’acariens, mais ne savent pas qu’elles dorment le nez dedans. Qui plus est, il faut savoir que ces petits « colocataires », pourraient vous empêcher de dormir convenablement, ce qui peut avoir toutes sortes de répercussions sur la santé.

Autrement dit, il ne faut pas négliger la saleté gisant sur nos oreillers, même si on ne la voit pas. Mais quoi faire, outre changer nos matelas et oreillers et bien nettoyer ses draps? L’article suggère d’opter pour des oreillers en mousse à mémoire, lavables dans les machines frontales, ou encore des oreillers en mousse polyuréthane.

Côté matelas, il existe des surmatelas avec gel rafraîchissant ou encore des enveloppes… mais bon, certains préféreront sans doute la bonne vieille méthode de nos grands-mères, consistant à secouer le « pageot », fenêtres grandes ouvertes, de temps en temps…

 

http://www.sympatico.ca/

Truc Express ► Stop aux allergies : la solution naturelle pour faire fuir les acariens


Si un produit d’entretien que nous devrions tous avoir dans la maison est le bicarbonate de sodium (ou de soude, c’est la même chose). C’est un passe-partout. Une des utilisations intéressantes, c’est que le bicarbonate permet de diminuer les acariens sur les matelas et donc, diminuer les allergies
Nuage

 

Stop aux allergies : la solution naturelle pour faire fuir les acariens

 

Les acariens se nourrissent de nos peaux mortes. 

Les acariens se nourrissent de nos peaux mortes.

LAURENCE VALDÉS

ALLERGIES – Pour vous débarrasser des acariens (et par la même occasion de vos allergies), utilisez du bicarbonate de sodium. Voici comment vous y prendre.

Ils sont là par milliers voire par millions dans notre literie, sur nos fauteuils notre moquette. Les acariens s’y nourrissent allègrement de nos squames (comprenez nos cellules mortes de peau et de cuir chevelu).

Problème, certains d’entre nous sont allergiques à ces bestioles, où plutôt aux minuscules particules qu’ils produisent (leurs excréments ou leur corps en décomposition). Cela se manifeste par des éternuements à répétition, une sensation d’étouffement ou une respiration sifflante.

► La recette pour les faire fuir ?

Il vous faut du bicarbonate, un aspirateur et quelques heures d’attente. Voici une méthode préconisée par 60 Millions de consommateurs dans son numéro hors série consacré aux alternatives naturelles aux produits toxiques :

⇒ Saupoudrez votre matelas

⇒ Brossez pour faire pénétrer dans les fibres

⇒ Laissez reposer 4 heures

⇒ Passez l’aspirateur

A noter ⇒ Cette recette diminue le nombre d’acariens et donc les allergies qui vont avec mais ne les éradique pas totalement.

► Pourquoi ça fonctionne ?

Deux hypothèses sont avancées par Nicolas Palangié, auteur d’un ouvrage entier consacré à cette poudre minérale. D’une part le bicarbonate perturberait les équilibres métaboliques de l’acarien en endommageant la cuticule externe de l’animal (sa carapace en quelque sorte). D’autre part, notre produit miracle élimine certaines moisissures dont les acariens ont besoin pour digérer certaines protéines et donc pour vivre.

► Booster l’efficacité du bicarbonate avec des huiles essentielles

Les huiles essentielles de d’arbre à thé, de citronnelle, de palmarosa, d’eucalyptus globulus, de cannelle et de clou de girofle repoussent les acariens. Mélangez six cuillerées à soupe de bicarbonate de soude et 80 gouttes d’huiles essentielles. Appliquez et aspirez après avoir laissé agir plusieurs heures. 

http://www.metronews.fr/

Où se trouve la biodiversité la plus méconnue : chez vous


Il y a tout un environnement dans nos demeures, il pourrait y avoir environs 32 à 211 espèces d’insectes qui vivent presque tous à votre insu. À noter qu’on parle d’espèces et non d’individus. Si vous croyez seul chez vous, sachez qu’il y a toute une population dans vos quatre murs
Nuage

 

Où se trouve la biodiversité la plus méconnue : chez vous

 

Les insectes et les araignées vivant avec nous. Mais les études sur leur biodiversité semblent rares. Un travail exhaustif a été réalisé aux États-Unis où 50 maisons ont été fouillées par des chercheurs aussi efficacement que par des limiers de la police criminelle. © D'après Bertone et al.

Les insectes et les araignées vivant avec nous. Mais les études sur leur biodiversité semblent rares. Un travail exhaustif a été réalisé aux États-Unis où 50 maisons ont été fouillées par des chercheurs aussi efficacement que par des limiers de la police criminelle. © D’après Bertone et al.

Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

Dans chaque maison vivraient en moyenne environ cent d’espèces d’arthropodes, des insectes aux araignées en passant par les acariens et les crustacés. C’est l’étonnant résultat d’une enquête menée aux États-Unis qui révèle une biodiversité méconnue.

Aux États-Unis, plus précisément en Caroline du Nord, sur la côte Atlantique, des chercheurs de la NC State University sont partis en exploration dans 50 maisons individuelles autour de Raleigh, la capitale de cet État, comme d’autres s’enfoncent dans les forêts tropicales ou les grands fonds océaniques. Le but était de compter le nombre d’espèces différentes peuplant les habitations, mis à part les humains et les animaux de compagnie. Délaissant les bactéries, les plantes, les champignons et les limaces égarées, les chercheurs, menés par Matthew Bertone, se sont focalisés sur le plus vaste groupe animal de la planète : les arthropodes, autrement dit les insectes, les araignées, les acariens, les mille-pattes et autres myriapodes sans oublier les crustacésisopodes, c’est-à-dire les cloportes. Selon les auteurs, c’est la première étude du genre menée aux États-Unis, plaçant les habitats humains parmi les lieux les plus méconnus de la zoologie et de l’écologie.

Le résultat, paru dans la revue Peer, en libre accès, leur a semblé étonnant : chacune des 50 maisons passées au crible abrite entre 32 et 211 espèces, avec une moyenne d’environ 100. C’est cette biodiversité qui surprend. Dans chaque habitation, les chercheurs ont dénombré entre 24 et 128 familles différentes d’arthropodes.

Les groupes d'arthropodes les mieux représentés en nombre d'espèces (et pas en nombre d'individus) dans 50 maisons individuelles dans et autour de Raleigh, capitale de l'État de Caroline du Nord, sur la côte est des États-Unis. © Bertone et al.
Les groupes d’arthropodes les mieux représentés en nombre d’espèces (et pas en nombre d’individus) dans 50 maisons individuelles dans et autour de Raleigh, capitale de l’État de Caroline du Nord, sur la côte est des États-Unis. © Bertone et al.

Une biodiversité adaptée depuis longtemps à l’habitat humain

Pour la biodiversité, les grands gagnants sont les insectes, avec les diptères (les mouches et les moustiques), les coléoptères (coccinelles, scarabées…) et les hyménoptères (les fourmis). À eux quatre, ces groupes (des ordres dans la classification classique) représentent 73 % des espèces.

D’autres groupes sont présents mais de manière occasionnelle, comme les mille-pattes et les criquets, qui n’ont rien à faire là. Dans les maisons de Caroline du Nord, les blattes ne représentent que 4 % des espèces, les puces 2 % et les cloportes 2 % également. Il s’agit bien de biodiversité, donc de nombre d’espèces et pas d’individus. Des puces sont en effet retrouvées dans 100 % des maisons étudiées et les blattes dans 82 %. Dans leur examen attentif, les chercheurs, qui disent avoir fouillé tous les recoins possibles de chaque maison, n’ont trouvé que 5 pièces parmi les 554 qu’ils ont inspectées dans lesquelles ne se trouvait aucun arthropode.

La plupart des espèces ne sont pas nuisibles. Celles-là ne nous gênent pas et nous les ignorons. Chacun vit sa vie de son côté, mais sous le même toit.

« Nous pensons vivre dans des environnements stériles mais ils ne le sont pas, commente Matthew Bertone dans le communiqué de l’université. Nous partageons l’espace avec de nombreuses espèces différentes, la plupart étant inoffensives. Le fait que vous ne les connaissiez pas montre surtout combien nous interagissons peu avec elles. »

À part des insectes phytophages malchanceux, entrés par hasard, comme les criquets, les espèces présentes sont remarquablement adaptées aux habitats humains. Pas étonnant, expliquent les auteurs de l’étude, qui rappellent que des restes d’insectes et d’araignées ont été retrouvés dans des grottes fréquentées par des Hommes il y a fort longtemps. Les parasites ont évolué avec les êtres humains, mais les hôtes discrets de nos habitations, qu’un biologiste pourrait appeler des commensaux, nous ont suivis aussi…

http://www.futura-sciences.com/

Que cache votre toux ?


La toux fait parti d’un symptômes de diverses maladies. Si elle ne passe pas, mieux vaut consulter
Nuage

Que cache votre toux ?

 

Isabelle Eustache
Créé initialement par Elise Dubuisson, journaliste santé.
Sources : Le Manuel Merck.

    Si vous toussez, cherchez ce que cela cache plutôt que de vous ruer sur le premier antitussif venu. Traiter les causes de la toux, qu’elle soit grasse ou sèche, est le seul moyen de s’en débarrasser.

    La toux est le symptôme d’une maladie

    Qu’elle soit grasse, sèche, sifflante ou autre, la toux est loin d’être juste un mauvais moment à passer de l’hiver. Dans plus de 95% des cas, elle est causée par une affection sous-jacente qu’il est impératif de traiter pour en finir avec ces satanées quintes de toux. En effet, entraver la toux n’est en général pas conseillé : tousser est très fréquemment une réaction nécessaire de notre organisme, la fonction première de la toux étant d’évacuer tout ce qui encombre l’appareil respiratoire.

    Que peut cacher votre toux ?

  • Si vous toussez surtout la nuit, si votre gorge vous irrite et si votre voix devient rauque, votre toux peut cacher un reflux gastro-oesophagien.

  • Si vous toussez principalement la nuit et surtout si vous avez le nez bouché, il peut s’agir d’une allergie aux acariens et la toux peut alors cacher un asthme.

  • Si vous êtes âgé, que vous toussez souvent la nuit et que vous avez des antécédents de problèmes cardiaques, la toux peut être lesymptôme d’une insuffisance cardiaque.

  • Si votre toux se déclenche à l’effort, s’accompagne d’essoufflement et d’expectorations, il s’agit peut être d’un problème bronchique de type broncho-pneumopathie obstructive (BPCO). A fortiori si vous fumez.

Cette liste est bien entendu non exhaustive.

Quand consulter pour une toux ?

Toute toux chronique, c’est-à-dire qui perdure plus de 8 jours, doit motiver une visite chez votre médecin traitant. Consultez également si votre toux vous fatigue, si elle vous empêche de vous endormir ou encore si elle vous réveille. Notez que certains médicaments, comme ceux contre l’hypertensionartérielle, par exemple, peuvent déclencher la toux. Il est donc utile de mentionner à votre généraliste les traitements que vous suivez dont il n’a pas connaissance. Si votre toux est uniquement le symptôme d’un refroidissement, elle disparaîtra naturellement.

Est-il possible de se prémunir de la toux ?

Il n’est bien entendu pas possible de se protéger de toutes les maladies ayant la toux comme symptôme mais quelques précautions devraient vous aider à limiter la casse.

Ainsi, n’oubliez pas d’aérez votre maison. Pourquoi ? Pour chasser l’humidité des pièces vers l’extérieur. Si vos fenêtres bien isolées restent fermées, l’humidité se réfugie dans les murs, provoquant la prolifération de moisissures. Et qui dit moisissures, dit toxines responsables de nombreuses allergies. En outre, les pièces surchauffées favorisent la multiplication des acariens, eux aussi à l’origine d’allergies. Dans le même ordre d’idées, veillez à ne pas dormir dans une chambre où l’air est trop sec, cette atmosphère est propice aux quintes de toux nocturnes. Enfin et c’est une question de bon sens : éviter de fumer ou de fréquenter des lieux enfumés.

http://www.e-sante.fr/

A chaque pièce de la maison ses polluants !


Bien que nous voulons rester dans une maison propre, bien des habitudes, des intrus, des matériaux polluent l’endroit que nous habitons. Nous pouvons minimiser cette pollution intérieure
Nuage

 

A chaque pièce de la maison ses polluants !

 

A chaque pièce de la maison, ses polluants !

Saviez-vous que votre intérieur peut contenir de nombreux polluants nocifs pour votre santé ?

Certains gestes simples contre la pollution intérieure peuvent être salutaires, d’autant plus que l’on passe environ 80% de notre temps entre quatre murs.

Principal polluant de la chambre à coucher : les acariens

 

Les principaux polluants de la chambre à coucher sont les acariens, ces araignées microscopiques qui se nourrissent de débris de peau, de restes de nourriture et de moisissures.

Ils se retrouvent partout, mais leurs lieux de prédilection sont :

  • Les matelas,
  • Les tentures,
  • Les tapis,
  • Les canapés
  • Les peluches. 

Les acariens sont une cause importante d’allergie chez les enfants en bas âge, mieux vaut donc se passer de ces indésirables.

Le meilleur moyen d’éliminer les acariens est de laver régulièrement les draps, les couvertures et les édredons à 60° C

Principaux polluants du salon : le tabac et les produits chimiques

 

Première cause de pollution intérieure dans le salon : le tabagisme.

La fumée de cigarette contient du benzène, un composé organique volatil cancérigène qui est associé à un risque accru de leucémie.

Sans parler de la nicotine, du monoxyde de carbone, des oxydes d’azote, du goudron et des particules fines… un cocktail qu’il vaut mieux bannir de votre intérieur.

Méfiez-vous également des composés organiques volatiles (COV), ces polluants chimiques volatils irritants.

Ils se retrouvent notamment dans les colles, vernis et résines utilisés dans la fabrication de bois agglomérés, de meubles, de cloisons, de peintures et de vernis.

Pour finir, privilégiez les produits naturels pour fertiliser vos plantes ou éradiquer les insectes

    Principaux polluants de la salle de bain : le monoxyde de carbone et l’humidité

    Malgré les campagnes récurrentes sur les dangers du monoxyde de carbone, ce gaz incolore et inodore provoque de nombreux décès chaque année. C’est le polluant intérieur le plus dangereux.

    Il s’échappe de chauffe-eaux mal réglés ou mal raccordés à des prises d’air extérieures, mais aussi de certaines installations de chauffage. Ne faites pas l’impasse sur leur entretien !

    Autre polluant intérieur, les moisissures qui affectionnent les endroits humides et chauds.

    Elles produisent des spores volatiles, responsables de troubles respiratoires, d’allergies et d’asthme. Certaines sont même toxiques, mieux vaut donc penser à aérer systématiquement la salle de bain après chaque utilisation (bain, douche…).

    Principaux polluants de la cuisine : l’humidité, les produits d’entretien

    La cuisine est un lieu où beaucoup de vapeur est libérée. Elle peut donc être une source de pollution intérieure pour toute la maison si cette humidité s’accumule.

    Si vous ne disposez pas d’un système de ventilation, ouvrez les fenêtres de chaque pièce deux fois par jour, pendant un gros quart d’heure, histoire de renouveler l’air ambiant. 

    La cuisine est aussi souvent un lieu où de nombreux produits d’entretien sont utilisés (sol, mais aussi plan de travail, zones de cuisson, tiroirs…)

    Utilisez dans la mesure du possible des produits naturels et des matériaux sains qui contiennent moins, voire aucun produit chimiquenocif : le vinaigre blanc, le savon noir, les produits bio… à vous de choisir !

    N’utililez aucun produit à proximité d’aliments (casserole encore pleine, boîte en plastique contenant les restes du plat du jour…). Rangez d’abord tous les aliments avant de procéder au grand ménage de votre cuisine !

    Veillez à refermer correctement les récipients et à les stocker dans un local aéré et éloigné des pièces de séjour.

    A savoir pour lutter efficacement contre la pollution intérieure

    • Eliminez aussi régulièrement les poussières (sol, tissus d’ameublement…) en passant l’aspirateur et changez régulièrement les sacs d’aspirateur.

    • Si vous décidez de changer votre aspirateur, choisissez-en un équipé d’un filtre HEPA (Haute Efficacité pour les Particules Aériennes) qui sont les plus efficaces pour retenir les poussières.

    • Chaque semaine, lavez également vos sols à l’eau avec un détergent doux, mais surtout, sans eau de Javel, qui est elle-même un polluant.

    • Certains meubles en bois aggloméré dégagent des substances chimiques pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines après l’achat.

    • Aussi, ne vous précipitez pas pour les installer et stockez-les dans votre garage sans leur emballage pendant quelques jours avant de les mettre en place dans la pièce de votre choix.

    • Même si vous trouvez leur parfum agréable, évitez les parfums d’intérieur, les bâtons d’encens, les bougies parfumées, les sprays qui contiennent des substances chimiques nocives.

    • Si vous trouvez qu’une pièce ne sent pas bon, le meilleur remède est d’ouvrir la fenêtre !

    • L’une ou plusieurs pièces de votre habitation est (sont) humide(s) ?

    • Attention aux moisissures, elles sont potentiellement dangereuses pour la santé.

    • Si vous notez des tâches verdâtres ou noirâtres, nettoyez-les avec une éponge imbibée d’eau de javel et laissez agir 24h.

    • Puis lessivez la surface pour supprimer les moisissures.

    • Enfin, aérez, c’est la clé de tout !

    Pour éviter la pollution intérieure, la règle principale est d’aérer toutes les pièces de votre habitation au moins 10 minutes par jour, et davantage, si vous bricolez, cuisinez, faites le ménage, etc.

    Mis à jour par Isabelle Eustache
    Créé initialement par
    Julie Robin, journaliste santé

    Sources : Ministère de l’écologie, du développent durable et de l’écologie,http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Pollution-qualite-de-l-.html,http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Guide_Pollution_Air_interieur_0409.pdf.

    http://www.e-sante.fr/

    Le Saviez-Vous ► 7 choses que vous ignorez (peut-être) sur les acariens


    Oui encore des acariens ! Mais je pense que plus on apprend sur ces bestioles, plus on peut aussi diminuer leur impact. Pourquoi pas les éliminer complétement ? Malheureusement, non, c’est impossible de les éliminer que ce soit à la maison, dans les transports en commun, au travail, il en a partout
    Nuage

     

    7 choses que vous ignorez (peut-être) sur les acariens

     

     

    Des colonies invisibles de plusieurs millions d’acariens se nichent avec prédilection dans la chambre à coucher, au niveau de la literie, notamment dans les matelas et les oreillers, mais aussi les couettes et édredons. © Stallergenes

    Des colonies invisibles de plusieurs millions d’acariens se nichent avec prédilection dans la chambre à coucher, au niveau de la literie, notamment dans les matelas et les oreillers, mais aussi les couettes et édredons. © Stallergenes

    Par Lise Loumé

    Au grand désespoir des personnes allergiques, l’automne et l’hiver voient naître une recrudescence des acariens. Voici quelques éléments pour mieux les connaître et s’en débarrasser.

    1. Ils sont omniprésents dans notre quotidien

    L’alimentation des acariens étant essentiellement constituée de squames (« peaux mortes », débris d’ongles, poils…), on les retrouve par conséquent où résident les humains : la maison, les espaces de travail et les transports en commun. Ils mesurent entre 0,1 et 0,6 mm : impossible donc de les repérer à l’œil nu !

    HABITAT. Des colonies -invisibles donc- de plusieurs millions d’acariens se nichent avec prédilection dans la chambre à coucher, au niveau de la literie, notamment dans les matelas et les oreillers, mais aussi les couettes et édredons. Ils apprécient aussi les fauteuils, les coussins et les tapis. La preuve dans la vidéo ci-dessous, réalisée par le laboratoire pharmaceutique Stallergenes.

     

     

    2. Présents toute l’année mais plus particulièrement à certaines saisons

    S’ils sont bien présents toute l’année dans nos habitats, les acariens sont plus nombreux à l’automne et en hiver, quand le temps est plus humide et que nous aérons moins nos lieux de vie. L’utilisation du chauffage et une ventilation réduite créent les conditions idéales pour leur prolifération.

    3. Une femelle peut pondre de 20 à 80 œufs

    Les acariens ne vivent que 2 à 3 mois mais se reproduisent très rapidement dès que les conditions sont favorables : environnement humide (de 60 à 80 %) et température plutôt élevée et stable (26-32°C).

    NOURRITURE. De plus, 0,25 gramme de peaux mortes peut nourrir plusieurs millions d’acariens pendant trois mois. A noter que l’alimentation des acariens est essentiellement constituée de squames humaines et animales.

    4. Un gramme de poussière peut contenir 2.000 acariens

    Et un matelas peut contenir jusqu’à 1,5 millions d’acarien. Impressionnant quand on sait que seul 2 milligrammes d’acariens par gramme de poussière peuvent suffire pour provoquer une réaction allergique et 10 milligrammes par gramme de poussière peuvent causer une crise d’asthme.

    5. Responsables de plus de 50 % des allergies

    Les acariens sont la cause la plus fréquente d’allergies respiratoires avant les pollens de graminées. Il existe 50.000 espèces d’acariens recensées dans le monde et seules 8 d’entre elles sont incriminées dans les allergies.

    CAUSE. L’allergie aux acariens est plus précisément liée à des protéines présentes dans les déjections des acariens et les poussières de leurs cadavres. Ainsi, les acariens restent allergisants même après leur mort. Malheureusement, il est impossible de les éviter.

    6. Jusqu’à 85 % des asthmatiques sont allergiques aux acariens

    Pour les enfants et les adultes asthmatiques, l’exposition chronique à des allergènes intérieurs, comme les acariens, génère non seulement des risques de symptômes respiratoires, mais aussi des troubles des fonctions pulmonaires.

    Une étude récente a montré que 57 % des personnes interrogées avaient les symptômes d’une allergie aux acariens, mais seulement 15 % d’entre elles étaient diagnostiquées.

    SYMPTÔMES. Les symptômes de l’allergie aux acariens sont : des éternuements répétitifs, le nez qui coule ou le nez bouché, les yeux ou la gorge qui piquent et une fatigue générale. Ces symptômes peuvent être confondus avec ceux de la grippe ou du rhume.

    7. Des mesures d’évitement existent

    CONSEILS. Des mesures d’évitement peuvent être mises en place pour limiter le contact de la personne allergique avec les acariens : réduire l’humidité de la maison, éviter de chauffer les chambres à coucher à plus de 18°C, éliminer tapis et moquette, aérer toutes les pièces d’habitation tous les jours pendant 30 minutes, laver la literie (draps, taies, housses de couettes) à plus de 60° C, passer régulièrement l’aspirateur avec un filtre haute efficacité pour les particules aériennes (HEPA 13 ou 14), laver couettes, oreillers et couvertures une fois par an.

    Autre astuce à laquelle on ne pense pas souvent : mettre les peluches et doudous d’un enfant dans un sac, et les placer au congélateur 24h. Les acariens n’y survivront pas !

    TRAITEMENTS. Des traitements symptomatiques existent pour aider les patients à mieux contrôler leurs symptômes allergiques, comme la désensibilisation, qui agit sur le système immunitaire en augmentant la tolérance aux allergènes responsables des symptômes. Ce traitement est majoritairement proposé par voie sublinguale mais peut également se faire par voie sous-cutanée.

    http://www.sciencesetavenir.fr/

    Le Saviez-Vous ► Ce que vous ne saviez pas sur les acariens


    Heureusement que les acariens sont microscopiques ! Leurs allures ne sont pas très beaux, mais aussi qu’ils sont partout. J’ai dit partout !!! Vraiment partout ..
    Nuage

     

    Ce que vous ne saviez pas sur les acariens

     

    PARAZERCON SP. (GROSSISSEMENT : x 556) - Terreur sous terre ! Cet acarien prédateur se nourrit de proies microscopiques dans le sol.

    PARAZERCON SP. (GROSSISSEMENT : x 556) – Terreur sous terre ! Cet acarien prédateur se nourrit de proies microscopiques dans le sol.

    Ils se cachent dans nos draps et se reproduisent sur nos visages… Ces envahisseurs invisibles, ce sont les acariens : des mini-monstres à la conquête du monde.

    . Les acariens des cils, qui se promènent partout sur nos visages, sont dépourvus d’anus. Ils meurent quand il sont remplis de fèces. Et se décomposent alors sur… nos visages.

    . Nul animal n’échappe aux acariens : on en trouve en effet dans la trachée des abeilles, l’anus des tortues, le système digestif des oursins, les poumons des serpents, ou encore la fourrure autour du pénis des chauves-souris vampires.

    . Les acariens sont partout : certains flottent dans l’air ou à l’intérieur d’une bulle de soie qu’ils produisent eux-mêmes et laissent voguer au gré du vent.

    . Les acariens colonisent même certains de nos aliments. La mimolette, par exemple. Son goût est dû aux acariens qui creusent des tunnels dans la croûte du fromage, où ils s’accouplent, se nourrissent et se débarrassent de leurs excréments.

    >>> Retrouvez, dans le magazine National Geographic n°185 (février 2015), l’enquête du biologiste Rob Dunn sur les acariens.

    http://www.nationalgeographic.fr/