Découvrez les sons de Paris au 18e siècle


Êtes-vous déjà posé la question quels bruits pouvait se faire entendre dans les grandes villes, il y a 300 ans. C’est possible grâce à des historiens qui ont pu bien se documenter et reproduire les sons. Voilà une visite dans le temps dans un des quartiers de Paris, qui aujourd’hui, ces bruits ont soit changés ou s’est amplifiés
Nuage

 

Découvrez les sons de Paris au 18e siècle

 

Le 18e siècle, comme si vous y étiez… ou presque. Comme le rapporte le journal du Centre national de la recherche scientifique, la musicologue Mylène Pardoen a reproduit l’ambiance sonore du quartier du Grand Châtelet à Paris, tel que pouvait l’entendre un passant, il y a près de 300 ans. L’expérience sera à vivre à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris du 16 au 17 juin, mais une première vidéo datant d’octobre 2014 permet d’avoir un aperçu du concept et des recherches.

Pour coller le plus parfaitement à la réalité de l’époque, historiens et spécialistes de la 3D se sont mêlés au projet. Caquètement des poules, ruissellement de l’eau, chant des mouettes… Rien n’est laissé au hasard. Selon le journal du CNRS, cette reconstitution s’est notamment basée sur des documents historiques, comme l’ouvrage de Louis-Sébastien Mercier publié en 1781, « Tableau de Paris ».

Le choix du quartier a lui aussi été mûrement réfléchi.

« Il concentre 80 % des ambiances sonores », explique Mylène Pardoen, « que ce soit à travers les activités qu’on y trouve, marchands, artisans, bateliers, lavandières des bords de Seine, ou par la diversité des acoustiques possibles ».

Selon la musicologue, ce projet devrait continuer à être développé pour que le spectateur puisse, à terme, se promener en toute autonomie dans les rues de la capitale.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un ordinateur a peint un «nouveau Rembrandt» après avoir analysé le style de l’artiste


C’est une expérience intéressante, mais je suis d’avis du journaliste qu’on ne pourra jamais remplacer un chef d’oeuvre par l’intelligence artificiel, car il n’a pas les émotions de l’artiste au moment précis qu’il peint son oeuvre
Nuage

Un ordinateur a peint un «nouveau Rembrandt» après avoir analysé le style de l’artiste

 

Par Grégory Rozières

Depuis quelques années, les rapport alarmants s’enchaînent, prédisant sous peu le remplacement de millions d’emplois peu qualifiés par des robots. Et si les algorithmes arrivaient même à remplacer les artistes? Mardi 5 avril, un « nouveau Rembrandt » a été dévoilé. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une oeuvre du maître mort il y a près de 350 ans, mais d’un ordinateur.

Dans une vidéo, les auteurs du projet expliquent comment ils ont programmé un ordinateur pour qu’il analyse les centaines d’oeuvres de l’artiste pour arriver à le copier.

« Nous avons utilisé la technologie et les données comme Rembrandt a utilisé ses stylos et ses pinceaux pour créer quelque chose de nouveau », affirme Ron Augustus de Microsoft, qui a participé à l’expérience avec la banque ING, l’université de Delft et deux musées néerlandais.

Comment? En utilisant des scanners 3D et le deep learning, cette branche de l’intelligence artificielle qui permet à un logiciel d’apprendre via un grand nombre d’exemples. Une fois que la machine a analysé les tableaux du peintres, elle a regardé certaines caractéristiques, comme le genre, l’âge et la direction du regard des portraits de Rembrandt.

Un portrait robot

Pour coller le plus possible au style du maître, le nouveau tableau devait avoir plusieurs caractéristiques. Ce devait être un portrait d’un homme de 30 à 40 ans, caucasien, avec une barbe ou une moustache, des vêtements noirs, une collerette, qu’il porte un chapeau et qu’il regarde vers la droite.

Les auteurs ont ensuite commencé à analyser plus spécifiquement les portraits de Rembrandt correspondant à cette définition. L’analyse de ces données très précises (le nez, les yeux, la bouche), leur a permis de recréer un de ces éléments à la façon du peintre. Il fallut ensuite définir un algorithme capable d’analyser les proportions des visages des tableaux.

Une fois que l’ordinateur savait ce qu’il voulait faire, encore fallait-il le reproduire sur une toile. Pour ce faire, l’équipe a utilisé une imprimante 3D? Pourquoi? Car une peinture est réalisée en 3D, il y a une certaine profondeur liée aux différents coups de pinceaux de l’auteur.

« Notre but était de créer une machine qui travaille comme Rembrandt afin de mieux comprendre qu’est-ce qui fait d’un chef d’oeuvre un chef d’oeuvre », a déclaré à la BBC Emmanuel Flores, directeur du projet. « Je ne pense pas que l’on puisse remplacer Rembrandt, il est unique », a-t-il toutefois précisé.

D’autres sont moins enthousiastes, comme le critique d’art du Guardian Jonathan Jones, qui considère que cette « tromperie » réalisée par des « fous » est une « nouvelle manière de moquer l’art ».

nouveau rembrandt

Si le style de la peinture réalisée par l’ordinateur semble proche de celles du maître, pour le journaliste ce n’est pas le cas.

« Ce nouveau tableau singe le style premier de Rembrandt, qui était lumineux, dynamique et brillant. Mais au fil de sa vie et de ses souffrances, la perte de sa femme, sa fortune, son statut, Rembrandt a abandonné ce « style » pour dire la vérité crue », affirme-t-il.

Le portrait devrait être exposé au public, mais aucune date n’a encore été communiquée.

Que cela plaise ou non, les algorithmes n’en finissent plus de s’immiscer dans l’art. Google a même créé l’année dernière un mouvement artistique, « l’inceptionnisme ». A l’origine, les ingénieurs ont développé une intelligence artificielle fonctionnant encore une fois sur le principe du deep learning.

Après lui avoir montré des millions d’exemples de formes, la machine devait normalement reconnaître des choses précises, comme des animaux. Mais les ingénieurs lui ont demandé de pousser la reconnaissance un peu plus loin:

« Qu’importe ce que tu y vois, je veux le voir encore plus. »

En forçant le trait, le logiciel a reconnu dans les nuages d’étranges animaux, notamment un cochon-escargot, un oiseau-chameau et un poisson-chien.

chien cochon chameau chien poisson

Une fois que Google a publié le code source permettant à tout un chacun de refaire l’expérience, de nombreux internautes se sont amusés à voir ce que l’algorithme allait dessiner au gré de différentes photos.

Ici, encore plus que pour le « nouveau Rembrandt », l’idée de création artistique est présente. Dans quelques années, nous nous poserons peut-être la question du titre phare de l’écrivain Philip K. Dick, les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Peinture urbaine sur trottoir


J’aime les trompes-oeil sur les rues et trottoirs, c’est un travail étonnant.
Nuage

 

Peinture urbaine sur trottoir 

 

street 1

EDGAR MUELLER

Edgar Mueller, autodidacte et peintre urbain, réalise des œuvres impressionnantes sur les trottoirs d’Allemagne, d’Angleterre et de la Russie.

Edgar Mueller, originaire de l’Allemagne, fait partit du mouvement Street Painting.

street 2

EDGAR MUELLER

Mueller a commencé à l’âge de 16 ans, dans la ville de Geldern, où il était lycéen et a découvert l’art urbain.

street 3

EDGAR MUELLER

En 1998, il décroche le titre de « maitre peintre de rue. » Alors il décide de se consacrer entièrement à l’art de rue.

street 4

EDGAR MUELLER

Ce mouvement artistique est une forme d’art qui se réalise dans la rue ou dans des endroits publiques.

street 5

EDGAR MUELLER

Le « street art » prend toutes sortes de formes, comme le graffiti, les posters ou les stickers.

street 6

EDGAR MUELLER

Il crée des peintures tridimensionnelles qui deviennent d’illusions. Le principe du trompe-l’œil en 3D est simple, il utilise la perspective pour réaliser une peinture sur le sol.

street 7

EDGAR MUELLER

L’objectif est de donner l’impression d’un relief, souvent représenté par un creux.

street 8

EDGAR MUELLER

http://incroyable.co/

Dessins en 3D


Stefan Pabst est un artiste russe qui a vraiment beaucoup de talent. Il dessine en 3D et sa technique d’illusion est vraiment bluffant. Voici une compilation de quelques oeuvres de ce génie du dessin
Nuage

 

Dessins en 3D

 

3 enfants opérés à cœur fermé grâce à un logiciel 3D


Imaginez, un enfant rentre à la maison 36 heures après une opération cardiaque.L’ère des chirurgies à coeur ouvert chez les enfants atteints de malformations cardiaque sera bientôt chose du passé, car de nouvelles méthodes de chirurgie à coeur fermé prend la relève. L’enfant n’a pas de cicatrice et il reste moins longtemps à l’hopital
Nuage

 

3 enfants opérés à cœur fermé grâce à un logiciel 3D

 

A droite de l’écran l’image échographique montre les structures intracardiaques, à gauche l’image de radioscopie montre la prothèse, au milieu le système Echonavigator permet de fusionner les images échographiques et la radioscopie afin de vérifier le bon positionnement de la prothèse par rapport aux structures intracardiaques ©CHU Toulouse

A droite de l’écran l’image échographique montre les structures intracardiaques, à gauche l’image de radioscopie montre la prothèse, au milieu le système Echonavigator permet de fusionner les images échographiques et la radioscopie afin de vérifier le bon positionnement de la prothèse par rapport aux structures intracardiaques ©CHU Toulouse

Par Hugo Jalinière

Un logiciel de visualisation 3D fusionnant des images obtenues par échographie et par rayons X a permis d’opérer 3 enfants atteints de malformations cardiaques sans ouvrir le thorax. Une première réalisée au CHU de Toulouse.

CARDIOLOGIE. C’est une première en Europe : trois enfants ont été opérés à cœur fermé de leur malformation cardiaque grâce à l’utilisation d’un nouveau logiciel de visualisation en 3D, l’EchoNavigator, a-t-on appris auprès du Pr Philippe Acar, responsable de l’équipe médicale du pôle enfants du CHU de Toulouse. Déjà utilisé chez l’adulte à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), l’EchoNavigator permet de visualiser en 3D et aux dimensions réelles le cœur et de traiter certaines malformations cardiaques chez l’enfant sans recourir à la chirurgie à cœur ouvert. Ce système a en effet pour objectif de faciliter les opérations par voie percutanée, c’est-à-dire en passant par une veine. En évitant ainsi l’opération à cœur ouvert, les enfants victimes de malformations voient leur temps de récupération fortement diminué. Les deux premiers enfants opérés le 6 novembre 2015 ont ainsi été réveillés juste après le geste, sans avoir à séjourner en réanimation, et accompagnés de leurs parents. Ils sont retournés chez eux 36 heures après. 

Selon le communiqué du CHU de Toulouse, l’EchoNavigator apporte en outre « un confort, une sécurité et un guidage du geste » pour les chirurgiens. Des conditions présentées comme »optimales ».

Fusion de l’échographie et des images par rayons X

Mis au point avec Philips, le logiciel permet d’afficher sur le même écran et en 3D l’échographie du cœur de l’enfant et les images obtenues par rayons X au moment où les médecins introduisent la sonde avec laquelle ils procèdent à la réparation des malformations cardiaques.

« La fusion entre rayons X et ultrasons (utilisés pour l’échographie, ndlr) est une véritable révolution technologique. Voir le cœur en trois dimensions permet de décrire précisément la malformation cardiaque de l’enfant », nous explique le Pr Acar.

A droite de l’écran l’image échographique montre les structures intracardiaques, à gauche l’image de radioscopie montre la prothèse, au milieu le système EchoNavigator permet de fusionner les images échographiques et la radioscopie afin de vérifier le bon positionnement de la prothèse par rapport aux structures intracardiaques.

Une opération sans cicatrice

Nellie, 5 ans, a été la première fillette à bénéficier de cet appareil. Elle souffrait d’un trou intraventriculaire, nécessitant une opération très délicate.

« Et ce système nous a vraiment aidés », a souligné le Pr Acar.

Un garçonnet de 6 ans a ensuite subi la même intervention. Enfin, une petite fille de 9 ans a été opérée le 27 novembre pour un problème de communication entre ses oreillettes (cf. schéma ci-contre). Cette dernière n’est restée que 72 heures à l’hôpital et est donc sortie sans la moindre cicatrice. Cette nouvelle technologie testée à Toulouse s’intègre dans un projet européen, a précisé le Pr Acar. En deux ans une quarantaine d’enfants vont ainsi bénéficier d’une opération avec l’aide de ce logiciel dont l’utilisation sera ensuite étendue à tous les hôpitaux.

« Il faut démontrer qu’il apporte une véritable aide aux chirurgiens », a expliqué le cardiologue et pédiatre.

Sources : CHU Toulouse et AFP

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une cage thoracique en titane imprimée en 3D


L’imprimante 3D peut-elle encore nous surprendre en médecine ? Il semble rien n’est impossible avec cette technologie
Nuage

 

Une cage thoracique en titane imprimée en 3D

 

 

La prothèse de cage thoracique et de sternum. © Anatomics

La prothèse de cage thoracique et de sternum. © Anatomics

Par Lise Loumé

En Espagne, un patient s’est fait implanter un sternum et une portion de cage thoracique en titane, imprimés en 3D. Une première opération du genre.

Dans le domaine médical, l’impression 3D n’en finit pas de changer la vie des patients, en permettant la fabrique de prothèses « sur mesure ». Les exemples ne manquent pas : vertèbre implantée à un jeune garçon atteint d’un cancer, trachées destinées à trois enfants atteints d’une maladie grave des voies respiratoires, ou encore un plancher orbitaire gauche destiné à une personne qui souffrait d’une perte osseuse au niveau du plancher de l’orbite et dont l’œil tombait… Et la dernière prouesse chirurgicale réalisée grâce à l’impression 3D a de quoi impressionner : il s’agit d’un sternum et d’une portion de cage thoracique en titane destinés à un Espagnol âgé de 54 ans, qui souffrait d’une tumeur cancéreuse touchant sa paroi thoracique et complexe à opérer. Douze jours après l’opération, le patient a bien récupéré.

Une prothèse plus sûre

Ce projet a été porté par les chirurgiens de l’hôpital universitaire de Salamanque en Espagne, l’entreprise australienne Anatomics, spécialisée dans les équipements médicaux innovants, et un laboratoire australien duCSIRO (Organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle), spécialisé en impression 3D.

« L’impression en 3D du sternum permet de reconstituer de manière plus précise la forme de celui-ci chez le patient ; c’est un procédé intéressant qui permet de personnaliser le dispositif, d’autant qu’aucun corps n’est identique », explique dans un communiquéAlex Kingsbury, chercheur associé au projet et travaillant pour le CSIRO.

L’impression 3D présente également d’autres avantages. Elle produit plus rapidement le sternum et la cage thoracique à implanter, limitant ainsi le temps d’attente du patient avant son opération. De plus, elle permet une fixation plus sûre au niveau de la cage thoracique, alors que les implants traditionnels sont fixés au moyen de vis.

« Ces derniers peuvent se desserrer au fil du temps et augmenter le risque de complications », commente l’entreprise Anatomics.

Reste à savoir si le patient se portera en bonne santé sur le long terme.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de cette prothèse, regardez la vidéo  (en anglais).

http://www.sciencesetavenir.fr/

Institut Philippe-Pinel La thérapie par avatar pour soigner la schizophrénie


Une thérapie virtuelle en 3D pour le schizophrène souffrant d’hallucination auditive est à l’essai à Institut Philippe-Pinel. Le virtuel peut-il venir à bout de cette maladie mentale ?
Nuage

 

Institut Philippe-Pinel

La thérapie par avatar pour soigner la schizophrénie

 

(Capture d’écran YouTube)

Grâce à une thérapie innovatrice basée sur la création d’avatars en 3D par le laboratoire de réalité virtuelle de l’Institut Philippe-Pinel, des patients schizophrènes pourraient être délivrés de leurs hallucinations.

Un projet pilote permettra d’évaluer l’efficacité du traitement sur un groupe de 25 patients. Ces derniers devront créer un avatar dont la voix est la même que celle qu’ils entendent durant leurs hallucinations auditives. L’avatar devra incarner à leurs yeux les caractéristiques physiques qu’ils prêtent à leur voix persécutrice. Ils devront ensuite le confronter en immersion dans un monde de réalité virtuelle.

Richard Breton, premier patient à avoir expérimenté la thérapie par avatar, a témoigné:

«Avant je priais pour tenir le diable éloigné. J’arrivais à le chasser, mais il revenait tout le temps. Lorsque je suis dans le laboratoire de réalité virtuelle et que le diable me parle, mon avatar, je n’arrive pas à le faire disparaître, même en priant. Il se tient devant moi, projeté en 3D».

Le patient a expliqué que cette situation lui fait vivre beaucoup d’anxiété.

«Mais en même temps, cela me force à négocier. Je trouve enfin le courage de lui répondre. Mes hallucinations auditives ont disparu à 80 %, je peux enfin vivre en paix», a-t-il raconté.

«La réalité virtuelle est employée depuis quelques années dans le traitement de troubles mentaux, mais ce sera la première fois que la thérapie par avatar sera validée dans un environnement virtuel en 3D», a expliqué le Dr Alexandre Dumais, médecin psychiatre responsable du programme à l’Institut Philippe-Pinel.

http://tvanouvelles.ca/

Dessins en 3D


Ce que j’aimerais avoir un tel talent. Personnellement, je préfère le petit garçon sur la passerelle en bois et le chat reluquant le poisson que tient le petit garçon
Nuage

 

Dessins en 3D

QiHDsfY

Quand l’artiste russe Nikolaj Arndt prend une craie dans ses mains, c’est pour créer quelque chose de complètement renversant: des dessins en 3D.

Il a découvert les festivals de rue en 2006. En moins de 3 ans, il faisait partie des artistes qui montraient leur art aux passants.

Nikolaj dessine des illustrations en 3D tellement réalistes qu’elles semblent prendre vie sous nos yeux!

 

aTwg80B

SChINH3

gM2lmE7

G1QAFuP

SZDauSM

swqwFQ6

lR8GJhs

K2aXwW6

TUi1l0C

WwJJnXB

http://www.insoliteqc.com/

Un scanneur 3D montre les effets des talons sur les pieds


Pour ma part, j’aime mieux avoir les pieds bien a terre, je crois que j’ai mis une fois des sandales a talon haut et ce fut suffisant. En tout cas, a voir la vidéo, les femmes qui aiment porter des talons haut, devraient penser a une paire de rechanges au travail
Nuage

 

Un scanneur 3D montre les effets des talons sur les pieds

 

Des chercheurs britanniques ont créé un scanneur 3D permettant de visualiser le... (Photo shutterstock.com)

PHOTO SHUTTERSTOCK.COM

RelaxNews

Des chercheurs britanniques ont créé un scanneur 3D permettant de visualiser le pied dans ses talons préférés pour en comprendre les répercussions sur la santé, un résultat saisissant.

Des experts du Royal National Orthopaedic Hospital de North London ont recours à une nouvelle technologie pour inspecter le pied et la cheville en trois dimensions. Ils espèrent que ce nouveau scanneur, appelé PedCAT 3-D, transformera notre manière de soigner les problèmes médicaux qui découlent du port de hauts talons.

«Ce nouveau scanneur nous permet de voir clairement comment sont le pied et la cheville à l’intérieur de la chaussure», a noté Andy Goldberg, chirurgien orthopédique auprès de l’hôpital, dans un communiqué.

Pour prendre cette image interne du pied, il suffit aux patients de se tenir dans le scanneur chaussures au pied ou pieds nus pendant que des centaines de rayons X en deux dimensions sont pris. Les photos sont ensuite combinées pour créer une image 3D en moins d’une minute.

Les spécialistes expliquent que même si le lien entre le port de talons hauts et les douleurs de pied a été démontré depuis longtemps, c’est la première fois que les effets des chaussures sur les pieds peuvent être visualisés en temps réel. L’utilisation du scanneur pendant que les femmes portent leurs chaussures permet aux médecins de voir comment la chaussure impose une position peu naturelle au pied, pouvant entraîner des douleurs et des blessures sur le long terme.

Mais si vous n’êtes pas prêt à revendre vos Manolo Blahnik, le docteur Goldberg rassure les femmes soucieuses de leur santé. Selon le communiqué, la chanteuse Emma Bunton (des Spice Girls) a récemment encouragé ses admirateurs sur Heart FM à emporter une paire de chaussures plates les jours où elles choisissent les hauts talons.

> Une vidéo du fonctionnement du scanneur

http://www.lapresse.ca

Vidéo : un canard remarche grâce une prothèse


Cette technologie 3D n’a pas fini de nous étonner et quel bel usage que de permettre a un canard de marché quasi normalement .. En regardant la vidéo, on a vraiment l’impression que le canard est heureux de pouvoir courir a l’extérieur
Nuage

 

Vidéo : un canard remarche grâce une prothèse

 

Voici la belle histoire du jour. Grâce aux nouvelles technologies, une prothèse a pu être créée pour Buttercup, le canard né avec une malformation de la patte arrière.

Ces ingénieurs ne pensaient sûrement pas que grâce à une de leurs inventions, un canard retrouverait un jour l’usage de ses pattes. Buttercup, un canard blanc, était né l’an dernier dans le Tennessee, aux Etats-Unis, avec une malformation : une patte arrière à l’envers.

« Quand il marchait à l’extérieur, sa jambe se mettait à saigner », a expliqué Mike Garey, du refuge pour animaux  Feathered Angels Waterfowl Sanctuary, au quotidien The Tennessean.

Pas sûr que le canard survive dans ces conditions ; le canard a donc été amputé.

Mike Garey a ensuite pensé à la technologie pour venir en aide au petit canard et lui permettre de remarcher. Une prothèse a ainsi été conçue par la société NovaCopy.Le projet, réalisé grâce à l’impression 3D, est consultable sur une page Facebook. Un moule en silicone a pu être réalisé à partir de photographie de la patte de la sœur de Buttercup.

http://actualite.portail.free.fr