En Arménie, la découverte d’un squelette d’une guerrière relance le mythe des Amazones


Une femme d’une vingtaine d’années morte, il y a plus de 2 000 ans portait des blessure de combat. Les scientifiques ont pu établir qu’elle était archère et pratiquait l’équitation. Elle était une guerrière au même titre que les hommes.
Nuage


En Arménie, la découverte d’un squelette d’une guerrière relance le mythe des Amazones


En Arménie, la découverte d'un squelette d'une guerrière relance le mythe des Amazones© armennano

Par Sébastien Rouet –

En 2017, des archéologues ont découvert une tombe contenant les restes d’une guerrière arménienne. Vieux de plus de 2000 ans, ces vestiges ont révélé différentes blessures de combat, relançant le mythe des Amazones.

Le 10 novembre 2019, la revue International Journal of Osteoarchaeology dévoilait les travaux d’un groupe de chercheurs arméniens à propos d’un squelette de la nécropole Bover I de la province de Lori, au nord de l’Arménie. Une première analyse a confirmé qu’il s’agissait d’une femme d’une vingtaine d’années. Les nombreux bijoux et autres objets de valeur qui accompagnaient sa sépulture suggéraient son haut statut social. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais c’est une autre analyse qui va amener les archéologues à découvrir que la jeune femme était aussi une guerrière.

En effet, les chercheurs ont analysé la musculature et les différentes blessures du squelette. Les attaches musculaires du haut du corps étaient très développées, notamment les muscles se travaillant avec un mouvement main/épaule. Cette constatation suggère que la personne était une archère. Les muscles fessiers étaient également très développés, ce qui pourrait faire dire cette fois-ci que cette guerrière pratiquait équitation.

Enfin, le squelette présentait de nombreuses fractures. Les chercheurs ont retrouvé une pointe de flèche métallique dans le fémur de la jeune femme. D’autres blessures provoquées par des armes ont été constatées sur l’os pelvien ou encore le tibia. Des éléments qui indiquent clairement l’activité de guerrière que pratiquait la jeune femme.

Le mythe des Amazones relancé

Ce squelette permet de davantage comprendre la place des femmes dans la société du royaume d’Urartu. Ce vaste ensemble s’étendait principalement sur les actuelles Turquie et Arménie, entre le IXe et le VIe siècle av. J.-C.. Un emplacement et une période qui a obligé ses habitants à s’adapter aux différents empires côtoyés et aux attaques auxquelles ils devaient faire face. L’ensemble de la société devait être mobilisé en cas de crise majeure. La population s’est fortement spécialisé dans le tir à l’arc à cheval, efficace dans la chasse mais aussi et surtout face à l’ennemi. Cela concernait aussi bien les garçons de 10 ans que les femmes.

Ce squelette récemment mis en lumière est le deuxième connu en Arménie. S’il confirme encore un peu plus l’existence de guerrière dans cette région, il relance aussi le débat sur l’inspiration du mythe grec des Amazones, ce peuple de femmes guerrières que les historiens situent dans le Caucase, dans la zone même de la sépulture…

https://www.geo.fr/

2 réponses à “En Arménie, la découverte d’un squelette d’une guerrière relance le mythe des Amazones

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s