Les chats ne sont pas des monstres sans cœur, ils sont juste difficiles à décrypter


Un chat n’est pas un chien, c’est clair. Ceux qui n’aiment pas les chats les trouvent hypocrites, trop indépendants, sournois et j’en passe. Pourtant, ils sont intelligents, sauf que leur langage corporel est différent.
Nuage


Les chats ne sont pas des monstres sans cœur, ils sont juste difficiles à décrypter

cat | Jimmy B via Flickr CC License by

cat | Jimmy B via Flickr CC License by


Repéré par Thomas Messias

Repéré sur BBC

Ils semblent se demander en permanence ce que nous leur voulons, et nous toisent avec un mépris manifeste. Et si c’était juste un problème de grille d’analyse?

On se gardera bien de relancer l’éternel débat sur le meilleur animal de compagnie[1], l’équipe chat et l’équipe chien n’ayant jamais trouvé de consensus. En revanche, comme le rappelle le journaliste de la BBC Stephen Dowling, les chats seraient bien meilleurs au poker en raison de leur aptitude à masquer leurs émotions, ou en tout cas à les rendre difficilement déchiffrables. Les chiens, eux, sont des livres ouverts: qu’ils éprouvent de la peur, de l’affection ou de la joie, il n’y a même pas besoin de les connaître en détail pour savoir quel jeu ils ont en main.

Le problème, souligne Stephen Dowling, c’est que c’est justement ce que les détracteurs et détractrices des chats leur reprochent: leur manque d’aisance dans les relations publiques. Dans l’ensemble, les chats se montrent relativement peu affectueux, sauf lorsqu’ils réalisent que le remplissage de leur gamelle est proche de zéro.

Pour le journaliste, le problème d’image des chats vient en premier lieu de la façon dont ils ont été domestiqués. Très progressive, la domestication des chats aurait débuté il y a 10.000 ans, dans le Moyen-Orient. À cette époque, les chats devaient se débrouiller pour se nourrir, ce qui permettait de protéger commerces et récoltes de certains rongeurs nuisibles. Très vite, au lieu d’être traités comme de fidèles compagnons (contrairement aux chiens, vite utilisés comme partenaires de chasse et comme vide-ordures sur pattes), les chats furent considérés comme des agents d’entretien aussi indépendants que possible.

Pour Karen Hiestand, vétérinaire et curatrice de l’International Cat Care, «les chiens et les humains sont très similaires, et vivent ensemble depuis bien longtemps».

Elle parle même de coévolution et d’influences réciproques entre l’être humain et son compagnon canin.

«Avec les chats, c’est bien plus récent. Leurs ancêtres étaient solitaires, peu ou pas sociabilisés.»

Nos chats actuels descendent en fait du Felis lybica, un chat sauvage venu d’Afrique, qui mène une vie solitaire, et ne cherche à faire des rencontres qu’en période d’accouplement.

«Les chats sont les seuls animaux asociaux qui ont finalement été domestiqués. Tous les autres animaux domestiques entretiennent de vrais liens sociaux avec les autres membres de leur espèce», ajoute Karen Hiestand.

C’est leur statut d’exception qui fait que les chats, aujourd’hui encore, nous semblent difficiles à décrypter.

«De par leur indépendance, les chats sont de plus en plus populaires», souligne la spécialiste. «Mais rien ne dit que le mode de vie des êtres humains leur convienne. Les humains voudraient que les chats se comportent comme des humains ou comme des chiens, mais ça ne fonctionne pas comme ça.»

Karen Hiestand insiste sur le caractère fondamental des six à huit premières semaines de vie des chats, qui peuvent avoir un effet déterminant sur leur degré de sociabilité. C’est dans cette période qu’ils semblent décider s’ils peuvent ou non faire confiance à celles et ceux qui les entourent.

L’article de la BBC rappelle qu’au Japon comme dans quelques pays des côtes méditerranéennes, il n’est pas rare de croiser des meutes de chats, qui se promènent en marge ou au cœur des villages de pêcheurs, acceptant de faire copain-copain avec les touristes qui ont plaisir à les nourrir. Cela ne fait que confirmer leur statut d’animaux semi-sauvages, qui aiment nous extorquer de la nourriture mais sont également tentés de vivre en cercle fermé.

Un langage corporel différent

Stephen Dowling essaie cependant de nous expliquer que les chats ne sont pas responsables de leur poker face permanente. Il cite une étude très sérieuse montrant que les chats essaient de singer les expressions des bébés humains avec lesquels ils vivent, ce qui semble prouver qu’ils tentent d’apprendre peu à peu à communiquer avec nous. Leur physiologie évolue d’ailleurs dans ce sens, avec un développement remarqué des muscles liés au froncement des sourcils, qui leur permet de gagner en expressivité.

L’utilisation de ce muscle naissant reste cependant très perfectible, ce qui peut continuer à donner l’impression que les chats s’ennuient royalement en notre présence. Il convient donc d’interpréter un clignement d’oeil furtif comme un signe d’affection.

En outre, notre envie d’avoir des chats qui se comportent comme des chiens serait grandement contre-productive. Une étude menée par la doctorante Kristyn Vitale montre que les chats réagissent de façon similaire aux chiens lorsque leurs humains de référence rentrent à la maison: ils se dirigent vers eux, puis vont explorer le reste de la pièce, avant de revenir vers les humains par le biais de petits allers-retours. Pas de langue pendante ni d’aboiements de joie, parce que les chats ne sont pas aussi expansifs que cela, mais dans l’idée, ils sont également très heureux de nous voir rentrer.

En fait, les chats seraient simplement bloqués par le fait que nous ne leur signifions pas en retour notre joie de les retrouver. Les chiens affectueux, voire surexcités, récoltent caresses et câlins, tandis que les chats, avec leurs airs faussement blasés, ne reçoivent pas grand chose, voire rien du tout. Un véritable cercle vicieux.

Pour Karen Hiestand, nous avons encore beaucoup à apprendre sur les chats.

«Il faut avoir l’humilité de reconnaître que ce que nous croyons savoir sur eux est souvent faux», affirme la vétérinaire. «Par exemple, j’ai longtemps ignoré que les chats préféraient que leur nourriture et leur eau soient placées dans des pièces différentes.»

Elle explique également que lorsqu’un chat se frotte contre un être humain, c’est non seulement pour lui montrer son affection, mais aussi pour déposer son odeur afin de se l’approprier. Malgré leurs airs indépendants, les chats seraient en fait très soucieux de l’attachement des hommes et des femmes avec qui ils vivent.

La conclusion est évidente, mais elle reste importante à énoncer: comme l’explique Karen Hiestand, une fois que les chats disposent de conditions qui leur conviennent en termes de nourriture, d’hydratation, de sommeil et de litière, ils sont alors plus disposés à communiquer avec les humains. Un chat qui va bien, c’est un chat plus apte à échanger avec vous. Tout simplement.

http://www.slate.fr

3 réponses à “Les chats ne sont pas des monstres sans cœur, ils sont juste difficiles à décrypter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s