Le Saviez-Vous ► Quels sont les 10 passeports les plus puissants pour voyager à travers le monde ?


Avoir un passeport peut ouvrir de multiple porte alors que d’autres beaucoup moins. J’aurais pensé que les Américains serait un peu plus haut que numéro 6.
Nuage


Quels sont les 10 passeports les plus puissants pour voyager à travers le monde ?

Quels sont les 10 passeports les plus puissants pour voyager à travers le monde ?© Pixabay

Par Emeline Férard

La société Henley & Partners vient de dévoiler une mise à jour de son classement des passeports les plus puissants du monde. Cette fois-ci encore, le podium est occupé par trois nations asiatiques, le Japon à égalité avec Singapour, suivi de la Corée du Sud.

« Pour certaines personnes, un passeport est un portail sur le monde. Pour d’autres, c’est une barrière pour la liberté de voyage qu’ils recherchent ».

 Quand il s’agit de voyager, tous les passeports ne se valent pas. Si certains ouvrent sans problème les portes de nombreux pays, d’autres obligent leur propriétaire à passer par de nombreuses démarches pour traverser les frontières.

C’est de ce constat qu’est né le Henley Passport Index mis au point par la société Henley & Partners. Cet indice est calculé à partir de données régulièrement mises à jour par l’Association internationale du transport aérien (AITA) et prend en compte la législation en cours autour des visas sur plus de 220 destinations de voyage.

Chaque année, les experts de la société considèrent ainsi 199 passeports auxquels ils attribuent chacun une note en fonction des données collectées. Le résultat permet ensuite d’établir un classement des « passeports les plus puissants au monde », autrement dit, les passeports qui permettent de voyager facilement dans le plus grand nombre de pays.

Le Japon encore en tête

Après avoir dévoilé un premier classement pour 2019 en janvier dernier, la société Henley & Partners a publié un nouveau palmarès pour la fin de l’année. Encore une fois, c’est le Japon qui se trouve en tête avec un score de 190 (sur un maximum de 227). Cela signifie que les citoyens japonais peuvent voyager sans visa (ou avec un visa réalisé sur place) dans 190 destinations.

C’est la troisième fois d’affilée que le passeport japonais remporte la première place. Cette fois-ci, il partage toutefois la tête du podium avec Singapour qui a également obtenu la note de 190, progressant de deux points par rapport au dernier classement. La deuxième position est occupée par la Corée du Sud ex aequo avec l’Allemagne et la Finlande qui décrochent tous un score de 188.

Avec 187 destinations « faciles d’accès », le Danemark et l’Italie se placent à la troisième position. C’est également le cas du Luxembourg qui gagne un rang comparé à la précédente version du classement. A l’inverse, la France chute d’une place avec une note de 186 et arrive à la quatrième position, aux côtés de la Suède et de l’Espagne.

« Alors que l’économie globale se transforme et que les centres du pouvoir se déplacent, la position dominante de l’Asie semble inébranlable », relève Henley & Partners dans un communiqué, en référence aux trois nations asiatiques en tête du podium.

Si le top 10 reste relativement stable, la société a mis en avant plusieurs évolutions significatives.

La plus importante est celle des Emirats arabes unis qui, après avoir gagné plus de 40 places au cours de la dernière décennie, viennent à nouveau de progresser de cinq rangs en quelques mois, se classant à la 15e position avec un score de 172. Ceci s’explique par une nouvelle législation qui permet d’accéder sans visa à certains pays africains dont l’Afrique du Sud.

Parmi les autres évolutions, les créateurs de l’indice Henley Passport notent celles de la Chine qui a gagné deux places (passant à la 72e position) et la Russie qui a progressé de trois (48e).

En revanche, le Royaume-Uni et les Etats-Unis demeurent à la 6e position, « la plus basse qu’ils aient jamais occupée depuis 2010 et une chute significative depuis leur première place de 2014 ».

Voici les dix premières places du classement :

1 – Japon, Singapour (190)

2 – Corée du Sud, Allemagne, Finlande (188)

3 – Danemark, Italie, Luxembourg (187)

4 – France, Espagne, Suède (186)

5 – Autriche, Pays-Bas, Portugal (185)

6 – Belgique, Canada, Grèce, Irlande, Norvège, Suisse, Royaume-Uni, Etats-Unis (184)

7 – République tchèque, Malte (183)

8 – Nouvelle-Zélande (182)

9 – Australie, Lituanie, Slovaquie (181)

10 – Hongrie, Islande, Lettonie, Slovénie (180)

Les passeports les moins puissants au monde

Qui dit classement, dit premiers mais malheureusement aussi derniers. Avec cette mise à jour, la fin du classement est occupée par l’Afghanistan et l’Irak dont les passeports n’ouvrent l’accès sans visa qu’à 25 et 27 destinations respectivement. Ils sont suivis, du bas vers le haut, par la Syrie (29), la Somalie et le Pakistan (31), le Yémen (33), la Libye et le Soudan (37).

« Nos recherches actuelles ont montré que lorsque nous parlons de « la puissance du passeport », nous évoquons plus que simplement les destinations dans lesquelles un détenteur peut voyager sans acquérir un visa au préalable « , a souligné le Dr. Christian Kaelin, président de Henley & Partners et créateur du concept de l’indice.

« Souvent, il existe une forte corrélation entre l’exemption de visa et d’autres avantages comme la liberté d’entreprendre et d’investir, l’indépendance du système judiciaire, des finances publiques et des droits de propriété », a-t-il conclu.

Le classement des « passeports les plus puissants du monde » établi grâce au Henley Passport Index est disponible dans ce rapport.

https://www.geo.fr/

En Équa­teur, on vend main­te­nant de la glace au cochon d’Inde


Non, c’est un sacrilège, je vais me contenter de rester avec la glace à la vanille.

Nuage


En Équa­teur, on vend main­te­nant de la glace au cochon d’Inde

par  Adrien Gingold

Une glacière répu­tée pour ses parfums peu communs se fait actuel­le­ment remarquer en Équa­teur avec sa nouvelle saveur cochon d’Inde, racon­tait le 18 septembre le jour­nal équa­to­rien El Universo.

Si la saveur peut paraître assez terrible de ce côté-ci de l’At­lan­tique, il faut néan­moins savoir que le cochon d’Inde, le cuy, est un mets très appré­cié dans cette partie d’Amé­rique du Sud.

L’idée de faire des glaces aroma­ti­sées au cochon d’Inde est venue à María del Carmen Pila­paña, plus connue sous le nom de « Doña María », lors d’une célèbre foire consa­crée à ce petit animal, où on le trouve décliné sous toutes ses formes et saveurs.

Après un mois d’ex­pé­ri­men­ta­tion, sa recette était prête à conqué­rir l’Équa­teur. Et c’est le cas : à Quito, ces cornets origi­naux vendus 1 dollar rencontrent un franc succès, du moins sur les réseaux sociaux.

Pour le jour­nal local Vistazo : « C’est une nouvelle manière de goûter l’un des plats tradi­tion­nels de notre gastro­no­mie. »

Source : El Universo

https://www.ulyces.co/

La ville de Washington célèbre les Amérindiens plutôt que Christophe Colomb


Pour une fois, quelque chose de positif du coté Américain. De moins a Washington, dans le Maine, le Vermont, le Nouveau-Mexique et Hawaï on décider de rebaptiser la fête de Christophe Colomb qui est férié par celle du peuple amérindien. Bien que les italo-américains ne sont pas contents, je trouve que c’est une reconnaissance que les amérindiens qui est justifié. Étant donné que la venue de Christophe Colomb a changer complétement leur vie
Nuage

La ville de Washington célèbre les Amérindiens plutôt que Christophe Colomb

AFP

Plusieurs États et localités américaines ont déjà rebaptisé le Jour de Christophe Colomb pour célébrer les communautés amérindiennes.

(Washington) La mairie de Washington a annoncé remplacer la «fête de Christophe Colomb», premier colon à avoir voyagé jusqu’en Amérique et dont les détracteurs dénoncent les crimes, par une célébration du peuple Amérindien.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette journée a été désignée officiellement comme jour férié fédéral en 1937, «malgré le fait que Colomb n’a pas découvert l’Amérique du Nord, que des millions de personnes vivaient déjà en Amérique du Nord à son arrivée et qu’il n’a jamais mis les pieds sur les rives des États-Unis actuels», a détaillé l’élu local David Grosso dans un communiqué pour justifier la décision. 

Le navigateur génois a, selon M. Grosso, «réduit en esclavage, colonisé, mutilé et massacré des milliers et des milliers d’Amérindiens dans les Amériques».

Plusieurs États comme le Maine, le Vermont, le Nouveau-Mexique et Hawaii et plus d’une centaine de localités ont déjà rebaptisé ce jour férié d’octobre pour célébrer les communautés amérindiennes.

La décision de Washington a été perçue comme «méprisante, perturbante et clivante» par la Fédération nationale des italo-américains (NIAF) qui a appelé la capitale fédérale à «reconsidérer» sa décision de remplacer un jour férié célébré par «plus de 20 millions d’Italo-Américains».

«Ce changement donne l’occasion d’une prise de conscience accrue sur l’histoire unique et riche de cette terre qui est intimement liée aux premiers peuples de ce pays et qui est antérieure au voyage de Christophe Colomb», a en revanche salué le Congrès national des amérindiens.

La première rencontre entre des colons européens et la tribu indienne des Nacotchtank, qui vivait sur ce qui est aujourd’hui la capitale américaine, date de 1608, selon le service des parcs nationaux. Quarante ans plus tard, les trois quarts de la population locale avait disparu, victime de maladies introduites par les Européens ou de la guerre avec les colons. 

https://www.lapresse.ca/intern

Votre téléphone mobile vous écoute-t-il?


Téléphone, ordinateur, télévision avec toutes ces technologies nous sommes des sources inestimables pour les publicités ciblées. On nous écoute, nous lis et aux USA, les télévisions intelligentes peuvent voir si une publicité vous intéresse.
Nuage


Votre téléphone mobile vous écoute-t-il?

Illustration d'une oreille sur un téléphone cellulaire.

Nos téléphones nous écoutent, «mais ça ne fonctionne pas comme plusieurs le pensent», dit l’expert en cybersécurité Luc Lefebvre.

PHOTO : RADIO-CANADA / ÉMILIE ROBERT

Voir une publicité « trop » bien ciblée en faisant défiler son fil d’actualité Facebook a de quoi faire sursauter. Il arrive qu’elle soit si étrangement liée à une conversation qu’on a eue plus tôt qu’on se demande si notre téléphone nous écoute dans le but de nous vendre des biens et des services parfaitement adaptés à nos goûts. Et si c’était bel et bien le cas?

L’expert en cybersécurité Luc Lefebvre, chef analyste de la sécurité de l’information à Radio-Canada et un des auteurs du livre On vous voit : comment déjouer les malveillants sur Internet, démystifie ce sujet pour vous. Voici ses réponses à nos questions.

Ce texte fait partie d’une série d’entrevues avec des experts en cybersécurité sur des sujets qui vous préoccupent.

Cliquez ici pour lire notre dernière session de questions-réponses : Combien valent vos données personnelles sur le dark web?

Radio-Canada Techno : Les téléphones qui écoutent nos discussions dans le but de nous proposer de la publicité et du contenu ciblés, est-ce un mythe ou pas? 

Luc Lefebvre : C’est définitivement vrai, mais ça ne fonctionne pas comme plusieurs le pensent.

D’abord, il faut comprendre que tous les Google, Facebook et Amazon de ce monde ont des liens commerciaux et s’échangent des informations afin de créer un profil de consommateur. Ce profil de consommateur sert ensuite à nous présenter des publicités et du contenu selon nos préférences. Notre historique de navigation et [notre historique] de recherche servent bien sûr à créer ce profil.

Pour ce qui est de notre microphone, on accorde à plusieurs de nos applications la permission d’y accéder, et plusieurs des entreprises derrière ces applications ont souvent des partenariats avec les géants du web. Elles enregistrent des bribes de ce qu’on leur dit et envoient le tout à ces entreprises pour alimenter les profils de consommateurs. En gros, tout le monde se parle.

[Les géants du web] ont plus d’informations sur nous qu’on peut le croire. Par exemple, si ton ordinateur portable, ton téléphone et ceux de ta blonde sont connectés à ton réseau local, Google sera capable de traquer tout le trafic venant de cette même adresse IP et faire du croisement de données pour comprendre qui sont les personnes qui se servent du réseau et s’en serviront pour leur présenter de la publicité [ciblée].

Voici un exemple d’une expérience que j’ai réalisée avec ma copine : on parlait tous les deux de Magalie Lépine-Blondeau et, comme de fait, des nouvelles de Magalie Lépine-Blondeau sont apparues dans mon fil juste après.

On s’est rendu compte que ce n’était pas mon cellulaire qui m’écoutait, mais bien celui de ma blonde, sur lequel elle avait donné la permission à l’application Messenger d’avoir accès à son microphone.

Messenger est lié à Facebook, qui sait qu’on est en couple. L’application entend donc une voix d’homme à 22 h, se dit que c’est celle du copain de la propriétaire du téléphone, et décide ensuite de me présenter des nouvelles sur Magalie Lépine-Blondeau.

Le système d’exploitation de notre téléphone peut-il aussi enregistrer ce qu’on dit pour alimenter notre profil de consommateur?

Il y a quelques années, certaines versions du système d’exploitation Android enregistraient de manière ponctuelle des bribes d’information à partir de notre microphone dans le but d’analyser des mots-clés de ce qu’on disait pour créer un profil.

Ça pouvait être désactivé à partir des paramètres du téléphone, mais c’était activé par défaut. Il y a eu des plaintes des utilisateurs et utilisatrices, et Google a décidé de désactiver la fonctionnalité par défaut, mais elle existe encore. Bien sûr, ce que font aujourd’hui les applications est très semblable à ça.

Peut-on empêcher les applications de nous enregistrer en désactivant les permissions?

La vaste majorité du temps, oui.

On sait par contre que certaines applications seront capables de trouver des manières de contourner ça. Facebook en avait parlé dans des courriels saisis par le gouvernement anglais il y a quelque temps.

C’est sûr que, selon qui vous êtes, il y a toujours la possibilité d’activer à distance votre cellulaire. C’est quelque chose qui est reconnu : si on est par exemple quelqu’un dans une position importante, ciblé par un acteur étatique, ça peut se faire, mais on parle vraiment ici d’un cas extrême. Pour la personne moyenne, simplement limiter les permissions sera suffisant.

Il faut aussi s’assurer que les gens autour de vous, qui vivent avec vous, ont limité les permissions. Comme je l’expliquais dans l’exemple précédent, ma copine n’avait pas désactivé les permissions de Messenger et Facebook a pu obtenir mes informations même si j’ai fait tout ce qu’il fallait faire de mon bord.

Des applications peuvent-elles aussi accéder aux caméras?

Ce qui les intéresse, c’est surtout l’audio.

En fin de compte, c’est sûr que la vidéo peut devenir un enjeu parce que les entreprises voudraient que les gens regardent plus longuement les publicités. Il faudrait qu’elles aient accès à la caméra pour savoir combien de temps je regarde une publicité, si la publicité m’intéresse, si je souris et tout ça.

Il y a déjà des télévisions intelligentes qui font ça aux États-Unis, mais on n’est pas encore rendus là pour le cellulaire.

Peut-on désactiver complètement son microphone et sa caméra quand on ne s’en sert pas?

La seule manière serait d’aller dessouder complètement le micro et la caméra à l’intérieur du téléphone.

À la base, ces dispositifs sont connectés en tout temps au système d’exploitation et sont prêts à être activés quand on le lui demande. Il n’y a pas possibilité de désactiver ça, d’aucune manière que ce soit. C’est techniquement le cas pour le GPS aussi.

La seule manière de s’assurer qu’on n’est pas écoutés serait de traîner en tout temps un sac de Faraday, qui bloque les ondes.

Quelles sont les bonnes pratiques à suivre si on veut donner moins de nos informations aux entreprises à travers les applications qu’on installe?

Pour monsieur et madame Tout-le-Monde, il faut toujours se demander quels accès veut avoir une application lorsqu’on l’installe, si on veut qu’elle ait ces accès, et à quoi ils servent. Il n’y a aucune raison, par exemple, de permettre à une application de suivi de cycle menstruel d’avoir accès à mon microphone.

Ensuite, si on habite avec quelqu’un, on doit s’assurer que la personne est au courant elle aussi de ces pratiques-là parce que son cellulaire peut aussi nous écouter.

C’est pas mal ça, malheureusement. On n’a pas vraiment encore la capacité de savoir tout ce que captent nos appareils à notre insu.

Les citations ont été éditées à des fins de clarté et de précision

https://ici.radio-canada.ca/

Le chanvre est l’avenir de la mode écoresponsable


Le chanvre est une plante qui pourrait devenir de plus en plus utiliser dans l’industrie du tissu. Il est très écologique, il prend moins d’eau, régénère le sol, plus résistant, il pousse sans herbicides ou pesticides et émet peut de carbone. Par contre, pour le rendre plus doux, il est mélangé a du coton.
Nuage


Le chanvre est l’avenir de la mode écoresponsable


Cette plante, qui appartient à la famille du cannabis, est en passe de prendre sa revanche sur le coton, qui l'avait évincé. | Remedy Pics via Unsplash

Cette plante, qui appartient à la famille du cannabis, est en passe de prendre sa revanche sur le coton, qui l’avait évincé. | Remedy Pics via Unsplash

Repéré par Mathilda Hautbois

Le tissu écologique répond aux attentes de l’industrie de la mode pour tisser des matériaux durables.

Repéré sur The Guardian

Le chanvre, souvent confondu avec la marijuana, est utilisé dans la composition de plus de 25.000 produits dans le monde. Le tissu fabriqué à partir du chanvre est biodégradable. Il est composé de longues fibres issues de la tige de plantes telles que le lin, le jute ou l’ortie. Tressées entre elles, ces fibres composent un fil prêt à être tissé pour créer du tissu. Les vêtements en chanvre tiennent très longtemps grâce à leur résistance. Cette matière n’est ni rigide, ni inconfortable.

Le chanvre est une variété de plante cultivée de la famille du cannabis. Elle est réglementée dans plusieurs pays. La légalisation de sa culture, de sa transformation et de sa vente aux États-Unis en décembre dernier a conduit de plus en plus de marques à expérimenter ce genre de tissu. Leur promotion reste cependant proscrite sur les réseaux sociaux, car ces produits subissent les restrictions d’Instagram, de Twitter et de Facebook.

Plus écologique que le coton

Le chanvre séduit les acteurs de l’industrie du textile en quête de matériaux durables, car il est considérablement plus écologique que le coton. Sa production nécessite moins d’un tiers de l’eau nécessaire au coton et produit 220% de fibres en plus.

Selon Stephanie Steele, responsable de l’expérience client chez Offset Warehouse, une entreprise spécialisée dans les tissus écologiques, «le coton est devenu la culture la plus répandue en raison de sa grande disponibilité et de son faible prix, à mesure que le chanvre se trouvait de plus en plus stigmatisé, au point d’avoir acquis une connotation négative telle que sa culture a cessé».

La demande de chanvre est inférieure à celle des autres tissus. Le prix de la plante à l’achat est donc plus élevé, bien qu’elle soit très respectueuse de l’environnement. La plante pousse sans herbicides ni pesticides, régénère la qualité du sol, émet peu de carbone tou en étant capable d’en capter les émissions dans l’atmosphère.

Afin de rendre leurs pratiques plus écologiques et de produire des vêtements doux, certains fabricants mélangent le chanvre avec du coton. Le responsable de l’innovation chez Levi’s, Paul Dillinger, a présenté les projets de la marque pour améliorer la qualité de son chanvre cotonisé, afin qur, à l’avenir, il se pare des apparences du coton. Les innovations récentes relatives aux procédés qui permettent de rendre les fibres de chanvre plus douces ont montré que cette plante avait toutes les qualités requises pour se placer en précurseur sur le marché des tissus.

http://www.slate.fr

Les ruines d’un temple vieux de 2200 ans découvertes par hasard en Egypte


Suite a des travaux de canalisation en Égypte, un temple longtemps enfouie dans le sable après 2 200 ans. Il serait situé sur un site qui aurait été une capitale de la Haute-Égypte.
Nuage

Les ruines d’un temple vieux de 2200 ans découvertes par hasard en Egypte

Les ruines d'un temple vieux de 2200 ans découvertes par hasard en EgypteCe sont des ouvriers qui menaient des travaux d’assainissement qui ont dévoilé accidentellement les ruines du temple.© Ministry of Antiquities

Par Emeline Férard

En Egypte, des ouvriers qui menaient des travaux sur des canalisations ont découvert par hasard les ruines d’un temple antique. Selon les archéologues dépêchés sur place, l’édifice est décoré de nombreuses gravures et remonterait à l’ère du pharaon Ptolémée IV, il y a quelque 2.200 ans.

Après les momies révélées près d’une pyramide, c’est une nouvelle découverte qui vient de sortir du sable d’Egypte. Dans la région de la ville de Tama, sur les rives du Nil, des archéologues ont dévoilé les restes d’un temple vieux de 2.200 ans. L’édifice est apparu accidentellement début septembre alors que des ouvriers menaient des travaux sur des canalisations dans le village de Kom Ishqaw.

Rapidement, les travaux ont été stoppés et une équipe du ministère de Antiquités égyptien est arrivée sur place pour mener des fouilles. Elles ont permis jusqu’ici de dégager le mur s’étendant de l’est vers l’ouest, le mur allant du nord au sud et le coin orienté sud-ouest du temple, d’après un communiqué du ministère. Des parois qui ont révélé de nombreuses gravures.

Parmi elles, figurent des représentations du dieu Hâpy, divinité associée à la fertilité et au Nil, accompagné d’oiseaux et d’autres animaux. Les archéologues ont également mis au jour des inscriptions permettant d’évaluer la date de construction du temple : elles mentionnent en effet le pharaon Ptolémée IV, quatrième souverain de la dynastie ptolémaïque ayant régné jusqu’à 204 avant notre ère.

On ignore pour le moment l’étendue exacte du temple. Les fouilles se poursuivent pour mettre au jour le reste des ruines. Toutefois, la découverte d’un temple à Kom Ishqaw n’est pas totalement inattendue. Le site constituait autrefois la capitale du dixième district de la Haute-Egypte et portait le nom de Per-Wadjet. La première mention de la ville remonterait ainsi à la quatrième dynastie, d’après Egypt Independent.

Ptolémée IV a régné de 221 à 204 avant notre ère mais la période fut mouvementée, selon les historiens qui racontent que le souverain était plus préoccupé par ses loisirs que par les affaires du royaume. Il aurait ainsi gouverné sous l’influence d’un ministre conspirateur et manipulateur appelé Sosibios. Marqué par des conflits et des révoltes, son règne représenterait, pour certains, le début du déclin de l’Égypte ptolémaïque.

Pour les archéologues, le temple antique révélé à Kom Ishqaw pourrait donc constituer une découverte majeure afin d’en apprendre plus sur cette période. Le ministère a suspendu les travaux d’assainissement le temps de terminer les fouilles.

https://www.geo.fr/