L’Humanité


Beaucoup de gens ne comprennent pas encore que la nature n’est pas quelque chose qu’on peut avoir un contrôle absolu. Et pourtant, nous avons réussit a exterminer beaucoup d’espèces. La nature n’a pas dit son dernier mot et peut aussi exterminer notre propre espèce.
Nuage


L’Humanité




Je pense que l’humanité n’est pas nécessairement la favorite de la nature, que l’humanité peut très bien disparaître, que nous ne sommes pas une espèce sacrée, qu’il y a eu 10 millions d’espèces animales jusqu’ici, que neuf millions ont été éliminées…


Hubert Reeves

Le Saviez-Vous ► Que veut-on dire par probabilité de précipitation?


Sur Facebook, sur la page de meteomedia, on peut lire toutes sortes de commentaires désobligeant et insultant par des gens qui pense que la météo est une science exacte. La science météorologie ne peut pas assurer 100 % l’évolution du temps qu’il fera, par contre avec la technologie, il est plus précis qu’avant si bien sûr, les courants d’air, le vent et autres phénomènes naturels ne changent pas au dernier moment. Ceci dit, je croyais que les pourcentages en probabilité étaient plutôt les  »chances » que le temps sera de la pluie, ou du soleil, ou de la neige … Mais, non, et c’est d’autant plus intéressant à regarder sur le site de météo le radar pour mieux se préparer.
Nuage


Que veut-on dire par probabilité de précipitation?

Une femme monte un escalier avec un parapluie multicolore.

Les probabilités d’averses influencent nos journées, mais la science derrière leur détermination demeure mystérieuse pour bien des gens.

PHOTO : ASSOCIATED PRESS / ALASTAIR GRANT

On me demande souvent des éclaircissements sur la notion de probabilité de précipitation. Qu’est-ce que c’est, au juste?

Pour certains, une faible probabilité signifie qu’on attend simplement quelques gouttes, alors que pour d’autres, une probabilité de 40 %, par exemple, signifie que seulement 40 % du territoire sera touché (pour la région de prévision) par des précipitations.

Quelques personnes voient aussi la probabilité comme une mesure du degré de confiance dans la prévision : plus la probabilité est faible, moins on est certain qu’il pleuvra.

Alors, qu’en est-il vraiment?

En fait, la probabilité de précipitation se définit comme étant la probabilité qu’en tout point d’une région il tombe au moins 0,2 mm de pluie (ou 0,2 cm de neige en hiver) durant la période de prévision.

Ainsi, une probabilité de 30 % correspond à quelques précipitations isolées, et 40 %, à des précipitations dispersées. Des probabilités de 60 %, par exemple, pointent plus vers des précipitations plus étendues. Au-delà de 70 %, les précipitations sont encore plus étendues et plus fréquentes.

La probabilité est donc liée à une distribution spatiale des précipitations et il faut donc voir ce concept comme une manière d’illustrer la situation météorologique à venir.

Lorsque les probabilités sont faibles, il est alors tout à fait indiqué de jeter un œil aux données des radars météorologiques. Le radar permet de détecter les précipitations et l’intensité de ces dernières. Il aidera à situer précisément les précipitations et permettra d’évaluer leurs déplacements probables grâce à la tendance passée (animation de 30 minutes à quelques heures).

La grande majorité des radars ont des portées horizontales de près de 250 km. Lorsqu’ils sont combinés, ils nous donnent une idée relativement précise de la situation météorologique et de son évolution probable à court terme sur une vaste région.

Le radar est devenu aujourd’hui un outil incontournable, et il est maintenant à la portée de tous grâce à de nombreux sites Internet qui affichent ces données en temps réel. Le site de l’Université du Québec à Montréal(Nouvelle fenêtre) est particulièrement intéressant, car on y propose des données des radars météo canadiens, américains et même européens.

https://ici.radio-canada.ca/

Des archéologues exhument les vestiges d’une cité vieille de 5000 ans en Israël


En Israël, la plus vieille ville du Moyen-Orient vient de refaire surface. Cette cité a été érigée à la fin du 4e siècle avant JC. Elle n’aurait pas tout à fait 1 km carré, mais aurait eu environ 6 milles habitants vivant d’agriculture et commerce avec les environs. Présentement, les fouilles ne sont qu’à 10 % et les archéologues ne savent pas encore pourquoi cette cité à déclinée.
Nuage


Des archéologues exhument les vestiges d’une cité vieille de 5000 ans en Israël


Par Emeline Férard

L’Autorité israélienne des antiquités (AIA) a annoncé avoir mis au jour au nord de Tel Aviv les vestiges d’une cité construite il y a 5.000 ans. Elle aurait représenté à son époque l’une des plus grandes villes du Proche-Orient, abritant plusieurs milliers d’habitants.

Une antique cité perdue vient de refaire surface en Israël. Les archéologues ont découvert ses vestiges sur le site de En Esur, dans la vallée de Wadi Ara, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tel Aviv. La région avait déjà fait l’objet de fouilles dans les années 1960 et 1990 mais un important projet de construction a déclenché, il y a deux ans, de nouvelles excavations

Ce week-end, l’Autorité israélienne des antiquités (AIA) a dévoilé les premiers résultats du projet et ils se sont révélés au delà des attentes. D’après les estimations, la cité entourée d’un mur de fortification s’étend sur 650 dounams (0,65 kilomètre carré).

« C’est plus de deux à trois fois plus grand que les plus grands sites (de cette région) remontant à cette période », a expliqué l’archéologue Yitzhak Paz à CNN.

Une cité vaste et densément peuplée

Cette immense ville aurait été construite à la fin du 4e millénaire avant notre ère, sur un ancien village vieux de 7.000 ans. Une datation qui ferait d’elle l’une des plus anciennes cités découvertes au Proche-Orient. Mais les lieux n’étaient pas simplement étendus, ils étaient aussi densément peuplés. Jusqu’à 6.000 habitants auraient vécu à cet endroit.

« C’est le New York de l’âge du bronze de notre région », ont expliqué les responsables des fouilles dans un communiqué. « Une ville organisée et cosmopolite » dont les vestiges témoignent de l’importance. « Pour la première fois, nous trouvons un site qui comprend toutes les caractéristiques d’une organisation, y compris une fortification, une planification urbaine, des espaces publics et plus », a souligné Yitzhak Paz.

Les ruines suggèrent que les habitants vivaient de l’agriculture et du commerce avec les régions voisines. En plus des constructions urbaines, les fouilles ont révélé des millions de fragments de poterie, des outils en silex, des récipients en pierre ainsi que des os d’animaux brûlés et des figurines. Ces deux derniers se trouvaient dans un vaste temple probablement dédié à des rituels religieux.

En plus des constructions urbaines, les archéologues ont mis au jour de nombreuses figurines humaines et animales. – Clara Amit/Israel Antiquities Authority

Cette découverte suggère que les populations du Proche-Orient ont commencé à bâtir des cités bien plus tôt que ce qu’on pensait jusqu’ici. Cela signifie qu’à cette époque, elles disposaient probablement déjà du système nécessaire pour organiser une ville entière.

« Une telle cité ne pourrait pas se développer sans une influence directrice et un mécanisme administratif », ont souligné les archéologues.

Un mystérieux abandon

« Il ne fait aucun doute que ce site change considérablement ce que nous savons de cette période et du début de l’urbanisation en Israël », ont-ils poursuivi.

Pour l’heure, seuls 10% du site ont été excavés mais de nombreuses questions demeurent, notamment sur la chute de la cité. Les observations suggèrent qu’elle aurait été abandonnée au IIIe millénaire avant notre ère. Pourquoi ? On l’ignore.

« Certaines recherches tentent d’étudier des causes naturelles telles que la hausse de l’humidité qui a déclenché un processus d’inondation à travers la plaine côtière. Il est possible que le site ait été inondé et que la vie y soit devenue insupportable », a avancé Yitzhak Paz pour CNN.

L’hypothèse reste cependant à confirmer. Aucune trace de destruction violente ni de catastrophe naturelle soudaine n’a été identifiée.

Des analyses supplémentaires devraient permettre d’en apprendre plus sur l’histoire de la cité qui n’échappera malheureusement pas aux travaux de construction d’échangeur dirigés par Netivei Israel, la compagnie nationale de transport. D’après l’AFP, celle-ci aurait décidé de modifier ses plans, en construisant la route à une hauteur plus élevée, afin de préserver les ruines.

Néanmoins, les archéologues ont indiqué, selon le quotidien Haaretz, que le site de fouilles et de construction ne représentait que 10% de la cité. Les environs pourraient ainsi receler d’autres découvertes majeures remontant à plusieurs millénaires.

https://www.geo.fr/

L’administration Trump bloque le témoignage de Gordon Sondland


Cette enquête en vue de la destitution de Donald Trump est vraiment spéciale. Autant que le président fait tout pour compliquer les choses, (Selon un juge, il doit donner son rapport d’impôts, il a encore réussit a le retarder, il ne veut pas qu’un ambassadeur témoigne) c’est comme s’il y avait quelque chose de plus gros à cacher, ou qu’il sait qu’il est en tord, mais comme il est le président, il s’imagine que cela ne regarde pas les autres qui sont contre lui.
Nuage


L’administration Trump bloque le témoignage de Gordon Sondland

Gordon Sondland peu avant une rencontre avec Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne

Gordon Sondland, ambassadeur américain auprès de l’Union européenne.

PHOTO : REUTERS / FRANCOIS LENOIR

L’administration Trump a empêché Gordon Sondland, l’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, de comparaître mardi devant un comité de la Chambre des représentants chargé de l’enquête pour la destitution du président Donald Trump.

L’avocat de l’ambassadeur Sondland a indiqué dans un communiqué que son client est « profondément déçu de ne pas pouvoir témoigner », car il s’est rendu « à Washington depuis Bruxelles afin de préparer son témoignage et d’être disponible pour répondre aux questions du Comité ».

M. Trump a donné sa version de la raison pour laquelle l’envoyé a été bloqué, lançant sur Twitter :

« J’aimerais envoyer l’ambassadeur Sondland » témoigner, « mais il témoignerait malheureusement devant un tribunal factice totalement malhonnête ». Il a ensuite ajouté que les « faits véritables » sont cachés au public.

La plainte d’un lanceur d’alerte et les textos publiés par un autre envoyé présentent M. Sondland comme un témoin potentiellement important face aux allégations selon lesquelles le président républicain aurait cherché à salir un rival démocrate au nom de la politique étrangère.

M. Sondland devait faire face mardi à des questions sur cet épisode. Pour la deuxième fois en deux semaines, les législateurs auraient alors interrogé en privé un ambassadeur sur les pressions du président pour que l’Ukraine enquête sur le démocrate Joe Biden avant les élections présidentielles de 2020.

Des textos dévoilés par des démocrates de la Chambre montrent que M. Sondland et un autre ambassadeur nommé par M. Trump ont tenté de convaincre l’Ukraine d’accepter d’enquêter sur une éventuelle ingérence dans l’élection présidentielle de 2016 et de se pencher sur une entreprise énergétique qui avait nommé Hunter Biden, le fils de Joe Biden, à son conseil d’administration.

En retour, les représentants américains auraient fait miroiter au nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky la possibilité d’une rencontre avec M. Trump à Washington. Rien ne permet de croire à des malversations de la part de M. Biden ou de son fils.

Parmi les messages les plus frappants, M. Sondland cherche à rassurer un troisième diplomate sur le fait que leurs actions sont appropriées.

Il a été révélé mardi que M. Sondland avait envoyé ce texto après avoir appelé M. Trump directement et s’être fait dire qu’il n’y avait pas d’échanges de faveurs promis.

M. Sondland aurait contacté M. Trump parce qu’il s’inquiétait des alarmes déclenchées par l’autre ambassadeur, William Bill Taylor, le chargé d’affaires à l’ambassade américaine en Ukraine, selon une personne proche de l’échange.

https://ici.radio-canada.ca/

On sait à peu près quel goût avait la viande de dinosaure


Tu parles d’une drôle de question qui n’est pas du tout existentielle. Quel goût a la viande de dinosaure, comme si on pouvait le savoir en 2019. Cependant, le moyen pour y répondre me semble assez glauque et me rappelle subitement les films de Jurassic Park ou Le Parc jurassique au Québec et au Nouveau-Brunswick. Ils n’ont pas créer un vélociraptor,mais en modifiant des embryons de poulet pour remplacer le bec par un museau de vélociraptor pour créer ainsi un crâne hybride du raptor-poulet. Pour le goût, il y a d’autres facteurs qu’il faut tenir compte comme son alimentation par exemple. En tout cas, pour la méthode scientifique, ne soyons pas surpris, si un jour, des dinosaures bien vivant se promènent dans des laboratoires ou …  des parcs
Nuage

 

On sait à peu près quel goût avait la viande de dinosaure

 

Les scientifiques ont réussi à créer un dinosaure en laboratoire. | Adam Muise via Unsplash

Les scientifiques ont réussi à créer un dinosaure en laboratoire. | Adam Muise via Unsplash

Repéré par Mathilda Hautbois

Repéré sur CNN

Et ce n’est pas vraiment celui du poulet.

 

Les êtres humains n’ont jamais eu l’opportunité de savoir si les dinosaures étaient délicieux ou peu ragoûtants, mais des travaux de recherche ont permis de se faire une idée de la saveur qu’ils avaient grâce à une manipulation scientifique d’oiseaux.

Les oiseaux de notre époque sont des descendants des dinosaures. Ils ont évolué depuis des millions d’années et ont perdu leurs dents, qui se sont transformées en bec. Des scientifiques de Yale et de Harvard ont réussi, dans le cadre d’une étude, à modifier des embryons de poulet afin d’y faire pousser un museau de vélociraptor plutôt qu’un bec.

«Jusqu’à très tard dans le développement, le corps d’un oiseau ne ressemble pas à un corps d’oiseau, mais plutôt à celui d’un dinosaure. Il s’avère que bien que cela explique la petite taille du visage, cela n’explique pas la poussée démesurée du bec», a déclaré Bhart-Anjan Bhullar, professeur adjoint de paléontologie et de zoologie vertébrée à Yale et auteur principal de l’étude.

Ses recherches ont révélé que la forme éventuelle du bec serait causée par un ensemble de gènes au milieu du visage des oiseaux, indiquant à leur corps de se former vers l’extérieur. Bhart-Anjan Bhullar et son équipe ont retiré cette zone spécifique aux oiseaux du visage des poulets, pour reproduire l’activité moléculaire de leurs premiers ancêtres. Les scientifiques ont ensuite laissé les embryons grandir, ce qui a donné naissance à un crâne hybride de raptor-poulet.

«Lorsque j’ai affecté les gènes antérieurs, les gènes postérieurs ont été détournés vers un gène plus semblable à celui d’un reptile. Ce que nous avions fait, c’était un retour en arrière expérimental de l’évolution pour ressusciter cette forme qui n’avait pas vraiment été vue sur Terre depuis des millions d’années», a expliqué Bhart-Anjan Bhullar, qui a donc créé une sorte de dinosaure en laboratoire.

Saveur variable

D’après le professeur Bhullar, les dinosaures étaient des animaux forts et redoutables ayant plutôt un goût d’oiseaux de proie, comme les faucons ou les aigles. La viande de faucon aurait un goût semblable à de la dinde.

Alors, le dinosaure aurait-il un goût de poulet? Eh bien pas vraiment, car la saveur de n’importe quelle viande est affectée par la composition musculaire de l’animal et par ce qu’il mange. Un rapace qui se déplace à grande vitesse a besoin de fibres musculaires rapides, qui sont associées à la viande blanche, mais tous les dinosaures n’étaient pas semblables aux rapaces.

«Les choses qui ont survécu à la grande extinction étaient celles qui pouvaient survivre sur presque n’importe quoi. Les oiseaux qui ont survécu étaient donc ces petites créatures ternes, probablement pas si brillantes –comme un poulet», a précisé Bhullar.

Selon une étude publiée en 2007 dans Science, certaines séquences de protéines d’un fossile de tyrannosaure ressemblaient beaucoup à celles observables chez un poulet.

http://www.slate.fr/

Le pire tueur en série de l’histoire américaine a tué au moins 50 personnes


Il y a des gens qui sont vraiment mauvais et les tueurs en séries en font partis. Un ancien boxeur aux États-Unis prétend avoir tué 93 personnes, mais la police en confirme 50 surtout des femmes. Le gars est fort et s’en prend à des personnes qui ne peuvent pas se défendre, pour moi, c’est un lâche.
Nuage


Le pire tueur en série de l’histoire américaine a tué au moins 50 personnes

PHOTO MARK ROGERS, ARCHIVES AP

La plupart des victimes de Samuel Little, qui a agi entre les années 1970 et 2005, sont des femmes.

(Washington) Les États-Unis ont probablement trouvé le pire tueur en série de leur histoire : Samuel Little, 79 ans, a avoué avoir assassiné 93 personnes, la police fédérale (FBI) ayant confirmé pour l’heure 50 de ces meurtres.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La plupart des victimes de Little, qui a agi entre les années 1970 et 2005, sont des femmes.

Samuel Little purge une peine de prison à vie depuis 2014, quand il a été reconnu coupable et condamné pour trois meurtres. Mais son bilan semble être beaucoup plus terrible.

« Pendant des années, Samuel Little a cru ne pas pouvoir être attrapé parce qu’il pensait que personne ne se souciait de ses victimes », a expliqué Christie Palazzolo, analyste criminelle du FBI. « Même s’il est déjà en prison, le FBI estime qu’il est important de faire justice pour chacune des victimes, de clore tous les cas possibles ».

La police pense que tous les aveux de Little sont crédibles et a mis en ligne un site sur lequel on peut voir les confessions filmées du tueur qui raconte les meurtres pour lesquels les victimes n’ont pas encore été identifiées.

« Beaucoup de ces décès avaient été initialement classés comme des overdoses ou des morts accidentelles ou sans cause déterminée. Certains corps n’ont jamais été retrouvés », précise encore le FBI sur le site internet en question.

L’ancien boxeur, également connu sous l’identité de Samuel McDowell, avait été arrêté pour la première fois en 2012 dans un centre pour sans-abris du Kentucky. Il avait été extradé vers la Californie dans le cadre d’une affaire de drogue.

Une fois là-bas, des traces d’ADN ont permis aux autorités de faire le rapprochement avec trois affaires non résolues, ces fameux « cold cases », qui ont permis de le condamner en 2014 pour les meurtres de trois femmes à Los Angeles entre 1987 et 1989. Toutes trois avaient été battues et étranglées.

https://www.lapresse.ca/