Cet ensei­gnant philip­pin de 22 ans est tout le temps confondu avec ses élèves


Voir juste le visage, on croit voir un jeune garçon au primaire, mais en réalité, il a 22 ans. Cela s’explique par un retard de croissance et il n’a pas mué, ce qui lui donne aussi une voix assez jeune.
Nuage


Cet ensei­gnant philip­pin de 22 ans est tout le temps confondu avec ses élèves


par  Adrien Gingold

Heureu­se­ment qu’il les dépasse de quelques centi­mètres, car cet ensei­gnant philip­pin de 22 ans a l’air aussi jeune que ses élèves. Et pour cause, Ian Fran­cis Manga, qui n’a jamais vrai­ment fait sa puberté, a une tête d’en­fant.

Dans un repor­tage de l’émis­sion Stand for Truth, Ian raconte qu’il s’ex­plique son retard de crois­sance du fait qu’il a toujours été un enfant malade. Ce qui ne l’a pas empê­ché de réus­sir ses examens d’en­sei­gnant et d’être aujourd’­hui devenu profes­seur des écoles.

À 22 ans, il est en charge des classes de mater­nelle et de primaire de la Mater El-Roi School de Saint-Joseph du Mont.

Rien à signa­ler selon l’ad­mi­nis­tra­tion de cette dernière, qui souligne que Ian est « un profes­seur sérieux qui adore les enfants».

Cons­cient de son appa­rence pouponne, le profes­seur qui n’a toujours pas mué et ne mesure qu’1,62 m et avoue prendre soin de choi­sir « des vête­ments et des chaus­sures de vrai adulte ».

« En tant qu’en­sei­gnant, vous devez servir de modèle. Malgré mon visage et mon rôle de grand frère, quand je donne mes cours, mes élèves me prennent très au sérieux », confirme-t-il.

Source : Stand for Truth

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Les Hollandais à la conquête des mers au XVIIe siècle


Aujourd’hui, aller en mer vers aux 4 coins du monde demande des connaissances multiples dont la géographie. Ces cartes ne sont pas faites par avions ou GPS, mais par des explorateurs qui sont partis à la conquête du nouveau-monde. Au XVIIe siècle, c’est les Hollandais qui sont passé maître en cartographie. Ils ont surpasser tous les atlas du temps et en plus, ils ont traduit le tout en plusieurs langues. Ils ont aussi profité pour conquérir divers domaines comme le commerce …
Nuage


Les Hollandais à la conquête des mers au XVIIe siècle



Isabelle Bernier
Historienne

Au XVIIe siècle, les Hollandais règnent sur la quasi-totalité des mers. La vocation maritime et commerciale des Provinces-Unies résulte en grande partie de sa lutte contre l’Espagne. Les navigateurs hollandais commencent par visiter les mers froides délaissées par les Espagnols, puis la fermeture du port de Lisbonne à leurs navires en 1580 les incitent à se lancer vers l’océan Indien sur la route des épices. C’est la naissance d’un vaste empire commercial hollandais au détriment des Portugais, avec l’aide involontaire des Anglais qui ont anéanti l’Invincible Armada espagnole en 1588.

Le Spitzberg (en mer de Barents) est découvert en 1596 par le Hollandais Willem Barents, qui cherche le passage du nord-est atlantique et arctique vers la Chine et les Indes, découverte pour laquelle les Provinces-Unies ont promis une forte prime. Il tente de passer par le nord de la Nouvelle-Zemble, mais la navigation dans les glaces est désastreuse pour des marins mal équipés. Obligé d’hiverner à 76° de latitude nord, Barents veut rejoindre le continent mais périt avec la majorité de son équipage. Vers 1875, un navire norvégien découvre sur la côte orientale de la Nouvelle-Zemble, un abri et des objets utilisés par Barents et ses marins.

Tableau décrivant la mort de Willem Barents le 20 juin 1597 en Nouvelle-Zemble, par Christiaan Portman en 1836. National Maritime Museum, Greenwich, Londres. © Wikimedia Commons, domaine public

Tableau décrivant la mort de Willem Barents le 20 juin 1597 en Nouvelle-Zemble, par Christiaan Portman en 1836. National Maritime Museum, Greenwich, Londres. © Wikimedia Commons, domaine public

Une cartographie abondante et de plus en plus complète

La maîtrise des mers par les navigateurs hollandais, va de pair avec le développement de leur superbe cartographie nautique. Contrairement à l’Angleterre et la France, cette cartographie n’est pas monopolisée par les commanditaires, en l’occurrence les Compagnie des Indes. Les cartographes mettent librement en vente une grande quantité de guides, cartes marines et atlas qui décrivent progressivement toutes les mers du globe. Présentes sur les murs de tous les intérieurs aisés tels que les dépeignent les tableaux de Vermeer, les cartes marines animent la vie quotidienne des Hollandais.

Tableau L'art de la peinture par Johannes Vermeer en 1666-1667. Musée des Beaux-Arts, Vienne, Autriche. © Wikimedia Commons, domaine public

Tableau L’art de la peinture par Johannes Vermeer en 1666-1667. Musée des Beaux-Arts, Vienne, Autriche. © Wikimedia Commons, domaine public

L’édition hollandaise étend son hégémonie à l’Europe entière : les grands éditeurs d’Amsterdam au XVIIe siècle, sont les Blaeu père et fils : ils possèdent la plus importante imprimerie d’Europe et apportent des améliorations notables aux techniques d’impression. Ils sont les cartographes attitrés de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (la VOC) et malgré leur devoir de réserve vis-à-vis de la Compagnie, ils inondent le marché international de cartes et d’atlas traduits notamment en anglais et en français. L’Atlas Major de Jan Blaeu (600 cartes et plus de 3.000 pages), est l’ouvrage le plus cher de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Il est disponible en édition latine, néerlandaise, française, anglaise et espagnole ; la bibliothèque de l’Université d’Amsterdam abrite actuellement l’exemplaire ayant appartenu à Colbert.

Page de titre de l'Atlas Novus (qui donnera l'Atlas Major en 1665) par Willem et Johannes Blaeu, imprimé à Amsterdam en 1645. Bibliothèque de l'Université de Californie (UCLA), Los Angeles, USA. © Wikimedia Commons, domaine public.

Page de titre de l’Atlas Novus (qui donnera l’Atlas Major en 1665) par Willem et Johannes Blaeu, imprimé à Amsterdam en 1645. Bibliothèque de l’Université de Californie (UCLA), Los Angeles, USA. © Wikimedia Commons, domaine public.

Les marins hollandais sont les plus aguerris d’Europe

Dès 1600, Amsterdam a supplanté Anvers comme premier port d’Europe : les entrepôts de la Compagnie des Indes orientales y regorgent de tissus exotiques (soie et coton), de porcelaines, d’épices, de thé, de café et de tabac, et les chantiers navals occupent des milliers d’artisans.

Que ce soit pour la pêche, la navigation lointaine ou la guerre navale, la marine hollandaise est sans équivalent : avec 6.000 navires et plusieurs dizaines de milliers d’hommes d’équipage, elle équivaut à l’ensemble des autres flottes européennes. Dès la fin du XVIe siècle, les chantiers navals hollandais conçoivent un navire de commerce performant et économique, la flûte, capable de manœuvrer avec de plus faibles effectifs que les bâtiments de même tonnage.

Les Néerlandais sont réputés pour être des marins aguerris : ils sont accoutumés aux mers difficiles car leur apprentissage se fait en mer du Nord. Mais la population hollandaise ne suffit pas à équiper les navires, surtout ceux de la Compagnie des Indes Orientales : environ la moitié des matelots arrive d’Allemagne et des pays scandinaves.

Navire marchand hollandais ou flûte, par Wenceslaus Hollar, XVIIe siècle. Fonds Thomas Fisher, livres rares, bibliothèque de l'Université de Toronto, Canada. © Wikimedia Commons, domaine public

Navire marchand hollandais ou flûte, par Wenceslaus Hollar, XVIIe siècle. Fonds Thomas Fisher, livres rares, bibliothèque de l’Université de Toronto, Canada. © Wikimedia Commons, domaine public

De nouvelles routes maritimes

La route maritime suivie par les navires hollandais dans l’océan Indien, améliore l’itinéraire inauguré par les Portugais en raccourcissant le voyage de six mois. Dans l’Atlantique, ils gagnent la zone des alizés de nord-est, s’approchent des côtes brésiliennes, puis changent de cap et retraversent l’océan vers le sud-est, en direction du Cap de Bonne-Espérance. Autour de la zone du Cap, les navires sont souvent secoués par de violentes tempêtes venues du nord-est. C’est ainsi que l’explorateur néerlandais Hendrik Brouwer découvre en 1610, une nouvelle route qui évite le long trajet de l’île Maurice à l’Inde, en cinglant droit vers l’est à la hauteur du Cap. Bien au large de l’actuelle Australie, il met le cap vers le nord et rejoint l’île de Java.

Le retour s’effectue par le nord de l’océan Indien, sans escale en Inde. Les navires se ravitaillent au Cap qui sert d’escale à de nombreuses flottes. Au milieu du XVIIe siècle, des colons hollandais s’y installent, rejoints après 1685, par des huguenots français chassés par la Révocation de l’Édit de Nantes. Au XVIIIe siècle, le Cap et ses 15.000 habitants est la plus grosse colonie européenne du continent africain.

Navire de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales croisant au large du Cap de Bonne-Espérance, anonyme, 1762. William Fehr Collection, château de Bonne-Espérance, Le Cap, Afrique du Sud. © Wikimedia Commons, domaine public.

Navire de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales croisant au large du Cap de Bonne-Espérance, anonyme, 1762. William Fehr Collection, château de Bonne-Espérance, Le Cap, Afrique du Sud. © Wikimedia Commons, domaine public.

La naissance de l’empire commercial des Indes néerlandaises

Les Hollandais se taillent aux Indes Orientales (Sumatra, Java, Bornéo, Timor, Macassar et Moluques) un puissant empire maritime fondé sur le monopole du commerce des épices. Pour cela, ils ont évincé les Portugais qui les avaient précédés au XVIe siècle, dans les océans Indien et Pacifique. En 1602 est créée la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales ou Vereenigde Oostindische Compagnie, plus connue sous le sigle VOC. Le navigateur hollandais Linschoten publie un traité contenant des instructions nautiques sur le voyage en Orient : traduit en français, en allemand et en anglais, le Routier de Linschoten acquiert une notoriété immense auprès des marins d’Europe du Nord et devient la bible des capitaines de navires marchands pendant tout le XVIIe siècle.

Page de titre du Grand Routier de Mer de Jan Huyghen Van Linschoten, imprimé en français à Amsterdam en 1638. Bibliothèque nationale de France. © Gallica, BNF

Page de titre du Grand Routier de Mer de Jan Huyghen Van Linschoten, imprimé en français à Amsterdam en 1638. Bibliothèque nationale de France. © Gallica, BNF

La VOC va entretenir une flotte de 200 navires et plus de 10.000 agents aux Indes Orientales : elle détient le monopole de tout le commerce à l’est du cap de Bonne-Espérance et à l’ouest du détroit de Magellan, avec le droit de faire la guerre, de fonder des comptoirs, de traiter avec les souverains locaux, de rendre la justice et de battre monnaie — ce sont des droits régaliens.

Sa maîtrise de la cartographie est totale : elle possède son bureau hydrographique dirigé par un cartographe attitré, lié par le secret. Ses dessinateurs reproduisent des cartes réservées à l’usage exclusif des navigateurs de la VOC. Pour les régions trop peu connues, les capitaines reçoivent à leur départ des cartes vierges sur lesquelles figurent seulement les lignes de rhumbs (mesures d’angles délimitées par deux directions du vent). Ainsi, les archives royales de La Haye conservent des séries de cartes sur lesquelles les côtes d’Australie apparaissent au fur et à mesure de leur découverte au XVIIe siècle.

Carte de L'Archipel oriental ou asiatique, par Johannes Blaeu en 1659. Catalogue Sotheby's 2017. © Wikimedia Commons, domaine public

Carte de L’Archipel oriental ou asiatique, par Johannes Blaeu en 1659. Catalogue Sotheby’s 2017. © Wikimedia Commons, domaine public

https://www.futura-sciences.com/

Les déchets plastiques des océans viennent beaucoup des navires


Il y a deux sortes de pollueurs des océans, il y a ceux des plages, cours d’eau, qui se retrouvent dans la mer. Et il y a les plus gros pollueurs qu’on ne parle pas vraiment. Ce sont les industries de la pêche et du transport maritimes qui jettent des tonnes d’objets au lieu de le ramener sur terre, il semble près d’une petite île dans l’océan Atlantique sud, qu’une partie de la flotte marchande est visée surtout la flotte asiatique et en particulier la flotte chinoise.
Nuage


Les déchets plastiques des océans viennent beaucoup des navires


Les déchets plastiques des océans viennent beaucoup des naviresUne bouteille en plastique sur l’île Henderson dans le Pacifique, le 13 juin 2019© STUFF/AFP/Archives/Iain McGregor

Washington (AFP)

Sur la minuscule Île Inaccessible, qui porte bien son nom au milieu de l’Atlantique Sud, la plupart des bouteilles en plastique échouées sur le rivage ont probablement été jetées par des navires marchands chinois, conclut une étude publiée lundi.

Ces travaux sont une nouvelle preuve que les îles de déchets plastiques flottants au milieu des océans, qui suscitent une prise de conscience croissante chez le grand public, proviennent moins des bouteilles et autres articles à usage unique jetés dans la nature et les cours d’eau par les consommateurs, et plus par les industries de la pêche et du transport maritime, qui relâchent en pleine mer des tonnes de plastique.

Les auteurs de l’article paru dans la revue américaine PNAS ont ramassé et comparé des milliers de déchets lors de visites sur la petite île en 1984, en 2009 et 2018. L’île est située sur le gyre de l’Atlantique Sud, c’est-à-dire un tourbillon de courants à l’échelle océanique qui concentre au milieu ce qu’on appelle des « vortex de déchets ».

Alors qu’initialement la plupart des bouteilles s’échouant sur l’Île Inaccessible avaient des inscriptions montrant qu’elles venaient d’Amérique du Sud, portées par les courants depuis les côtes à 3.000 kilomètres à l’ouest, en 2018 les trois quarts venaient d’Asie, surtout de Chine.

Beaucoup de ces bouteilles en PET étaient écrasées avec le bouchon revissé comme on le fait sur les bateaux pour économiser l’espace, explique l’auteur principal Peter Ryan, de l’université du Cap en Afrique du Sud. Les dates de fabrication étaient récentes, à 90% dans les deux années précédentes, excluant qu’elles aient voyagé depuis les côtes asiatiques, d’où le voyage prend plutôt trois à cinq ans.

Et comme le nombre de navires de pêche asiatiques est stable depuis les années 1990, tandis que le nombre de navires marchands asiatiques et principalement chinois a beaucoup augmenté dans l’Atlantique, les chercheurs concluent que toutes ces bouteilles viennent de navires marchands, qui s’en sont débarrassées au lieu de les rapporter comme déchets à terre.

« Il n’y a pas d’autre explication: elles viennent de bateaux et non de la terre », dit Peter Ryan à l’AFP. « Une partie de la flotte marchande semble être responsable, et apparemment c’est la flotte asiatique ».

– Déchets de pêche –

Il faut donc distinguer deux types de pollution marine.

D’une part, les plages autour des grands centres urbains. Le plastique qu’on y retrouve vient des côtes: bouteilles, sacs et emballages en plastique. Mais ces objets légers coulent facilement et sont moins emportés par les courants.

Plus loin dans les océans, les vortex de déchets contiennent des fragments d’objets d’origine incertaine, ainsi que des articles utilisés par la marine marchande et les navires de pêche: non seulement les bouteilles consommées à bord, mais aussi filets, cordes, bouées, cagettes, casques, flotteurs….

« C’est une cause de pollution mal connue », dit Peter Ryan.

Le grand vortex de déchets du Pacifique est ainsi composé pour moitié de filets de pêche (en masse), estime une équipe qui a publié une étude l’an dernier dans Scientific Reports.

L’océanographe Laurent Lebreton, l’un des auteurs de cette étude-là, dit que le chiffre souvent cité que 80% de la pollution plastique vient de terre ne fait pas la différence entre côtes et haute mer.

Il raconte avoir trouvé dans le Pacifique d’énormes amas de filets créés par les pêcheurs, appelés « dispositifs de concentration de poissons », dans le but d’attirer les poissons.

« Souvent ils ne les récupèrent pas et les perdent. On en a retrouvés de plusieurs tonnes », dit Laurent Lebreton, de l’organisation The Ocean Cleanup, à l’AFP.

« Tout le monde parle de sauver les océans en arrêtant les sacs en plastique, les pailles et les emballages à usage unique. C’est important, mais nous quand on part dans l’océan, ce n’est pas nécessairement ce qu’on trouve », dit le chercheur.

https://www.geo.fr

Cuba combat une invasion d’escargots géants


Un escargot géant originaire d’Afrique semble bien aimé le climat cubain. Malheureusement, il n’y a aucun prédateur et en plus peut transmettre des maladies à l’humain tel qu’une infection cérébrale ou une maladie abdominale qui peut être mortelle.
Nuage


Cuba combat une invasion d’escargots géants

Des escargots qui peuvent transmettre une infection cérébrale potentiellement mortelle, la méningo-encéphalite, et une maladie abdominale, l’angiostrongylose.

LA HAVANE — Cuba est aux prises avec une invasion d’escargots géants africains.

Avec leurs coquilles aux couleurs brillantes et leurs corps qui peuvent mesurer jusqu’à 20 centimètres, les bestioles sont devenues l’ennemi public numéro un à Cuba, en raison de leur capacité à transmettre des maladies et à dévaster les récoltes.

Les responsables cubains ont activé le système de défense civile de l’île pour combattre les envahisseurs, mais plusieurs estiment que cette réponse est inadéquate.

Plusieurs familles cubaines interdisent maintenant à leurs enfants de jouer à l’extérieur, pour les empêcher d’entrer en contact avec ces escargots qui peuvent transmettre une infection cérébrale potentiellement mortelle, la méningo-encéphalite, et une maladie abdominale, l’angiostrongylose.

L’escargot géant africain (ou Achatine, ou Achatine foulque) a été détecté à Cuba pour la première fois en 2014. Personne ne sait comment il est arrivé sur l’île. Il est maintenant présent partout à La Havane et dans presque toutes les provinces du pays.

L’escargot n’a aucun prédateur naturel à Cuba et peut se nourrir de fruits, de légumes et même de détritus, ce qui lui permet de se propager rapidement.

Un biologiste cubain, Isbel Díaz, affirme qu’il s’agit d’un problème «de santé publique, économique et écologique». En l’absence de formation et d’équipements adéquats, il est difficile de capturer et de détruire les escargots en toute sécurité, souligne-t-il.

«C’est un véritable défi, affirme M. Díaz. Aucun pays n’a été en mesure de contrôler cette infestation, et Cuba n’y parviendra pas à court ou à moyen terme.»

https://quebec.huffingtonpost.ca/

La folie du roi Donald


Un président des États-Unis, peut-il faire ce qu’il veut ? C’est ce que croit Donald Trump en référence de l’article 2 de la Constitution américaine, mais en réalité cela serait une fausse interprétation. Cet article donne le droit justement d’une procédure de destitution dans le but de combattre toute velléité monarchique. Bref d’écarter du pouvoir un président qui commettrait une ou des transgressions avec l’intention de porter atteinte au pays pour en tirer profit pour lui-même
Nuage


La folie du roi Donald

PHOTO ERIN SCOTT, REUTERS

Donald Trump, président des États-Unis

Le 23 juillet 2019, à la veille de l’audition de l’ancien procureur spécial Robert Mueller devant le Congrès, Donald Trump a offert une leçon de droit constitutionnel à un groupe de jeunes conservateurs.

RICHARD HÉTU
COLLABORATION SPÉCIALE

Après avoir dénoncé la durée et le coût de l’enquête russe, le président a déclaré que l’article II de la Constitution américaine lui donnait « le droit de faire tout ce [qu’il veut] en tant que président ».

« Mais je ne parle même pas de ça », a-t-il ajouté en précisant que le rapport de Robert Mueller l’avait disculpé de l’accusation de « collusion ».

En fait, il parlait de « ça » pour la énième fois depuis le printemps.

« L’article II me permet de faire tout ce que je veux », a-t-il confié au journaliste d’ABC George Stephanopoulos le 16 juin. « L’article II m’aurait permis de congédier [Robert Mueller]. »

« Et jetez un coup d’œil à une autre chose. C’est une chose qui s’appelle l’article II », a-t-il dit à un groupe de journalistes, le 12 juillet. « Ça me donne tous les droits à un niveau que personne n’a jamais encore vu. »

Au cours de la même période, il a également soulevé le sujet lors d’interviews accordées au magazine Time et à son bon ami de Fox News Sean Hannity, entre autres.

Et c’est peut-être en pensant à l’article II de la Constitution américaine que Donald Trump s’est cru autorisé à solliciter l’interférence d’un pays étranger, en l’occurrence l’Ukraine, dans les élections américaines de 2020, lors d’un appel téléphonique survenu au lendemain de l’audition de Robert Mueller devant le Congrès.

C’est peut-être aussi en s’appuyant sur son interprétation de ce même article qu’il a bloqué de façon unilatérale une aide de 391 millions US accordée par le Congrès à l’Ukraine.

Contre toute velléité monarchique

Mais quel est donc cet article II de la Constitution qui donnerait au président le droit de faire tout ce qu’il veut ? En un mot comme en mille, cet article, tel qu’interprété par Donald Trump, n’existe pas.

Comme tous les écoliers américains l’apprennent, les pères fondateurs des États-Unis ont misé sur le concept de la séparation des pouvoirs et sur le système des poids et contrepoids pour combattre toute velléité monarchique de la part des dirigeants de leur jeune république.

L’article II de la Constitution confère ainsi au président « le pouvoir exécutif », tout en prévoyant sa destitution « sur mise en accusation et condamnation pour trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs ».

Ce bout de l’article II aurait-il échappé à Donald Trump ?

Chose certaine, les pères fondateurs ont cru important de l’insérer dans la Constitution pour permettre au Congrès d’écarter du pouvoir un président qui commettrait une ou des transgressions « avec l’intention sinistre de porter atteinte à la république pour en tirer un gain personnel », écrit l’historien Jeffrey Engel dans l’introduction d’un ouvrage publié en 2018 et intitulé Impeachment : An American History.

Dans l’esprit des pères fondateurs, la transgression pouvait être de nature politique et non criminelle. En fait, pour reprendre la formule énoncée par le futur président Gerald Ford en 1970, soit bien avant l’affaire du Watergate :

« Est matière à une procédure de destitution tout ce qui sera considéré comme tel par une majorité de la Chambre des représentants à un moment donné de l’histoire. »

Quatre ans plus tard, ce même Ford succédait à Richard Nixon, qui choisit la démission plutôt que d’affronter une procédure de destitution. Quelques jours plus tôt, la publication des enregistrements de la Maison-Blanche avait prouvé qu’il avait fait appel au FBI et à la CIA pour cacher les liens entre son comité de réélection et les cambrioleurs du Watergate, où se trouvait le siège du Parti démocrate.

Au diable les conséquences

De nombreux représentants démocrates estiment que le rapport de Robert Mueller aurait déjà dû convaincre la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, de donner le feu vert à une procédure de destitution contre Donald Trump. Selon eux, le document prouve que le président s’est rendu coupable d’entrave à la justice.

Mais la représentante de Californie a longtemps résisté aux appels à la destitution du président. Elle a répété qu’une telle procédure était susceptible de déchirer le pays et de contribuer à la réélection de Donald Trump.

Aujourd’hui, elle dit que le président ne lui a pas laissé le choix. Et elle affirme ne pas se préoccuper des conséquences politiques d’une éventuelle procédure de destitution.

« Personne n’est au-dessus des lois », a-t-elle déclaré mardi dernier.

La présidente de la Chambre a fait cette déclaration à la veille de la publication de la retranscription de la conversation téléphonique du 25 juillet dernier entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky.

« On parle beaucoup du fils de Biden et du fait que Biden ait arrêté l’enquête, et beaucoup de gens veulent en savoir plus sur le sujet, donc cela serait formidable si vous pouviez vous pencher là-dessus », a dit le président américain à son homologue ukrainien en le priant de travailler en concert avec son avocat personnel, Rudolph Giuliani, et le procureur général des États-Unis, Bill Barr.

Il n’est pas dit que ce même Barr ne soit pas à l’origine de la confusion de Donald Trump concernant l’article II de la Constitution. À l’instar de certains conservateurs, dont Dick Cheney, le procureur général est un adepte de la théorie de l’exécutif unitaire. Sous sa forme extrême, cette théorie peut signifier que ni le Congrès ni les tribunaux ne peuvent dire au président quoi faire ou comment le faire.

On pourrait penser qu’un président américain doit être un peu fou pour adhérer à une telle théorie. Ou se prendre pour un roi.

https://www.lapresse.ca/

Le sable de chaque plage a sa propre signature sonore, ce qui permet de déterminer sa provenance exacte


Grâce à la technologie, il est possible de détecter la signature sonore du sable de chaque plage à travers le monde. Cela peut donc aider a trouver du sable vendu illégalement. Car le sable, est rendu un matériau qui sera bientôt en pénurie. En plus, cela pourrait être utile en médico-légales.
Nuage


Le sable de chaque plage a sa propre signature sonore, ce qui permet de déterminer sa provenance exacte


Jonathan Paiano

Pour un oeil non entraîné, tous les sables de plage (pour autant que ce soit le même type, par exemple du sable fin) se ressemblent fortement, mais ils contiennent pourtant des produits chimiques carbonatés différents dans chaque cas, laissés par les coquilles de créatures marines mortes depuis longtemps, comme les mollusques.

Après l’eau, le sable et le gravier sont les matériaux naturels les plus utilisés dans le monde. Mais une pénurie mondiale imminente a conduit à une forte augmentation de l’extraction clandestine de sable, et même au vol. En Inde notamment, les autorités se battent contre une “mafia du sable” qui approvisionne l’industrie de la construction par le dragage illégal des rives.

Grâce à cette nouvelle méthode de détection, il est possible de faire la distinction entre des échantillons de sable prélevés (légalement) sur neuf sites en bord de mer le long de la côte néerlandaise. Grâce à ces informations comme outil de référence, les chercheurs ont pu déterminer de quelle plage un échantillon de sable donné provenait. De la même manière, la méthode rend donc possible la détection de sable illégalement extrait, selon sa provenance.

Méthode et technique de mesure

La concentration en carbonate varie en fonction de la géologie locale.

Saskia van Ruth, chercheuse à l’Université de Wageningen aux Pays-Bas, et ses collègues, expliquent que cela donne à chaque lot de sable son propre “son” distinctif unique.

Pour déterminer d’où provient un échantillon de sable, les chercheurs le déposent dans un acide qui décompose les produits chimiques carbonatés du sable (provenant des coquilles d’animaux marins) en bulles de dioxyde carbone. À l’aide d’un dispositif d’écoute sensible, ils mesurent ensuite la manière dont ces bulles modifient la façon dont le son se déplace dans le mélange, produisant une fréquence unique.

Les scientifiques ont utilisé une technique appelée Broad Acoustic Dissolution Spectroscopy analysis (BARDS). Elle consiste en un dispositif d’écoute sensible qui détecte les changements de propriétés acoustiques. Les changements chimiques, y compris la décomposition des carbonates en dioxyde de carbone, libèrent des bulles qui augmentent la compressibilité du liquide et ralentissent ainsi le passage du son à travers celui-ci. Après quelques minutes, tout le carbonate est décomposé, la production de gaz ralentit et s’arrête. En réponse, la fréquence du son traversant le liquide revient à la normale. Cela donne à chaque échantillon de sable deux mesures distinctes : la vitesse à laquelle le son change de hauteur, et la mesure dans laquelle il change de hauteur.

Dara Fitzpatrick, chimiste à l’University College Cork, qui a mis au point la technique BARDS, explique que le passage des notes aiguës aux notes graves et inversement, peut être entendu lorsque de nombreux éléments se dissolvent, un phénomène connu par les physiciens sous le nom “d’effet chocolat chaud” ou “effet allassonic”.

Son équipe vend un kit de mesure aux laboratoires pharmaceutiques pour une analyse plus rapide et moins coûteuse des poudres. Il a également été utilisé pour distinguer le sel de table himalayen de haute qualité des contrefaçons de qualité inférieure.

Dans le cas du sable, plus il y a de carbonate pour produire du dioxyde de carbone gazeux, plus le décalage acoustique est important. C’est ce qui permet aux scientifiques d’en localiser la source. Ils peuvent également capter des influences plus subtiles, y compris l’effet des restes de coquilles de formes différentes, en raison des variations d’épaisseur et de vitesse de surface, ou de la lenteur de la libération du gaz.

Lorsque des scientifiques ont écouté des échantillons de sable provenant de plusieurs plages différentes aux Pays-Bas, ils ont constaté que chacun avait une signature unique, ont-ils rapporté dans la revue Applied Acoustics. Les résultats de l’étude pourraient étendre certaines techniques médico-légales et fournir un moyen rapide de déterminer la source d’un sable impliqué.

https://trustmyscience.com//

Un nouveau chocolat "entier" et écolo, 100% fruit du cacaoyer


Le chocolat est fait avec des fèves de cacao, alors que le fruit est jeter. Un vrai gaspillage. Mais cela va changer, car sur le marché, il sera offert du chocolat fait aussi avec le fruit. Ce qui pourrait être plus intéressant point de vue nutritionnelle avec ses 90% de fibres et 25% de protéines en plus que les produits standard et sans sucre ajouté
Nuage


Un nouveau chocolat « entier » et écolo, 100% fruit du cacaoyer


Un nouveau chocolat "entier" et écolo, 100% fruit du cacaoyerLe nouveau type de chocolat Barry Callebaut, fait à partir de la totalité de la fève de cacao© Barry CALLEBAUT/AFP/Handout

San Francisco (AFP)

Comment innover dans le chocolat sans ajouter toutes sortes d’arômes ou d’ingrédients? En utilisant le fruit du cacaoyer, et rien d’autre. Le leader mondial du cacao Barry Callebaut a présenté vendredi une nouvelle façon de fabriquer du chocolat pour répondre aux défis d’une industrie qui cherche à se renouveler.

« Le chocolat est fait à partir des fèves de cacao, qui sont les pépins d’un fruit. Mais pourquoi n’utiliser que les pépins et jeter le reste du fruit ? Ca ne fait aucun sens d’un point de vue écologique ou économique », explique Antoine de Saint-Affrique, patron du groupe suisse.

Actuellement, la plupart des fabricants de chocolat, industriels ou artisanaux, n’achètent aux plantations que les fèves de cacao, et tout le reste – 70% du fruit – est jeté. Comme si on ne consommait que les pépins d’une orange.

Pour son nouveau chocolat, et d’autres produits alimentaires (y compris des boissons), Barry Callebaut va se servir de quasiment toute la cabosse, y compris la pulpe, selon un processus de transformation qui intervient dans les deux heures après la récolte. Pas de sucre ajouté, la douceur vient du jus naturellement sucré.

Le résultat : un chocolat au fruit entier (« WholeFruit chocolate ») qui a bien le goût de chocolat, avec 90% de fibres et 25% de protéines en plus que les produits standard, et 40% de sucre en moins.

– Palais français –

Barry Callebaut fournit du cacao et des préparations à base de chocolat aux grands groupes alimentaires tels que Nestlé, Hershey’s, Mondelez ou Unilever mais aussi aux professionnels de la pâtisserie.

Avec cette innovation, l’entreprise plus que centenaire espère s’adresser aux jeunes adultes, qui, selon elle, recherchent des « plaisirs sains et honnêtes », bons en termes de goût mais aussi respectueux de l’environnement.

« Le marché français aime les chocolats de caractère, riches en cacao, avec des notes de fruits, donc c’est un chocolat qui correspond très bien au palais français », analyse Martin Diez, chef chez Barry Callebaut, tout déposant délicatemment de la poudre de pitaya (fruit du dragon) sur des étoiles croquantes en chocolat au fruit entier.

Il estime que cette nouvelle variété a tout autant de chances de plaire aux Américains, au palais pourtant réputé plus sucré, notamment car « ils aiment les produits enrichis en protéines et en nutriments ».

Les Californiens seront d’ailleurs les premiers à goûter au chocolat « entier », sous forme de snacks commercialisés par le groupe américain Mondelez.

« Il nous semblait naturel de lancer une innovation fondamentale, à San Francisco, la ville de l’innovation », commente Antoine de Saint-Affrique.

Le groupe helvétique, qui réalise près de 7 milliards de francs suisses de chiffre d’affaires annuel, a pris le parti de se renforcer sur les produits à plus forte valeur ajoutée, alors que la consommation de chocolat stagne dans les marchés développés (Europe et Amérique du Nord).

– Jus de cabosse –

La nouvelle gamme présentée vendredi comportera deux catégories, un chocolat noir baptisé « Bold » (« audacieux »), fabriqué 100% à partir du fruit du cacaoyer, très riche, et le « Velvety » (« velouté »), un chocolat au lait, plus léger en bouche.

Ils seront vendus aux artisans dans le monde à partir de mai 2020, mais d’ici là 30 chefs vont pouvoir les découvrir et créer de nouvelles confections.

L’année dernière, Barry Callebaut avait déjà innové avec un chocolat rose, fabriqué à partir de la fève dite « rubis », censé devenir la quatrième catégorie de chocolat (noir, lait, blanc et rose).

Son client Nestlé en avait recouvert des KitKat, sa marque phare de gaufrettes chocolatées, d’abord pour les consommateurs japonais et sud-coréens.

« Avec +Ruby+, ils posaient la question: +Pourquoi le chocolat devrait-il toujours être brun?+ Cette fois-ci ils demandent: +pourquoi n’utiliser que la fève de cacao? Pourquoi ignorer la pulpe?+ », commente Clay Gordon, consultant et expert de l’industrie du chocolat, entre deux gorgées de cocktails à base de jus de cabosse.

Une question fondamentale quand l’industrie doit se préoccuper aussi bien de protection de l’environnement que d’épidémie d’obésité.

Signe qu’il n’y a pas de temps à perdre, le géant agroalimentaire Nestlé a lui-même sorti en juillet un chocolat noir 70% entièrement fabriqué à partir du fruit du cacaoyer.

Mais le chocolat « entier » n’est pas prêt de remplacer le chocolat issu uniquement des fèves, dont Barry Callebaut vend 2 millions de tonnes par an.

« Ce nouveau produit est plus onéreux, parce que vous devez capturer les divers éléments du fruit quand il est frais, à la récolte », raconte Antoine de Saint-Affrique. « Cela demande une logistique très diférente et une transformation beaucoup plus compliquée. C’est pour cela qu’on le lance d’abord avec les artisans ».

© 2019 AFP

https://www.geo.fr/

Le Saviez-Vous ► L’arbre bloodwood, un arbre qui a une particularité très étrange.



Un arbre assez particulier qui est originaire d’Afrique, quand il est blessé, il laisse couler sa sève rouge, comme si du sang s’écoulerait.

Nuage


L’arbre bloodwood, un arbre qui a une particularité très étrange.


L’arbre Bloodwood est connu aussi sous le nom de Pterocarpus angolensis il originaire d’Afrique.

Au premier coup d’oeil, il ressemble à un arbre tout à fait normal, mais il a une particularité etranges

Le nom de bloodwood qui est attribué à ces arbres est dû à l’abondante gomme rouge foncé ou brune qui apparaît en cas de blessure du tronc.

https://www.idees-de-genie.fr/