Changer sa vie


Rien n’est facile, si nous restons en attente de quelque chose sans réagir, nous risquons que rien n’arrive. Ce ne sont pas les autres qui doivent agir, c’est plutôt nous-même pour provoquer des évènements.
Nuage


Changer sa vie




Pendant des années, j’ai attendu que ma vie change, Mais maintenant, je sais que c’était elle qui attendait que moi, je change.


Fabio Volo

Unis par leur différence


Ce Labrador est âgé de 8 semaines, il est né avec des malformations. Il a 6 pattes, mais pour la démarche, ce n’est pas évident. Il a quand même été adopté par un adolescent de 15 ans qui subit des intimidations à cause de son psoriasis. Par leur différence, ils sont devenus de très bons amis.
Nuage


Unis par leur différence

Le Saviez-Vous ► 12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Il s’en passe des choses sur Terre. Des phénomènes météorologiques inusités se sont passé un peu partout dans le monde. Même si cela s’explique scientifiquement, ce qui est particulier est que tout cela s’est passé en 2018
Nuage


12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Ces dernières années, le monde entier s’est habitué à des tempêtes violentes, des vagues de chaleur ou de froid, des sécheresses – bref, à toutes sortes de conditions météorologiques atypiques pour certaines régions. Mais certaines anomalies naturelles sont si étranges qu’elles se distinguent même parmi les événements météorologiques les plus inhabituels.


Par exemple, en mars 2018, les habitants de l’Alabama ont dû se protéger des énormes morceaux de glace qui tombaient du ciel pour sauver leur vie. Après la tempête, on aurait dit que l’endroit avait été saccagé par des sauvages : vitrines brisées, pare-brise fendus, panneaux d’affichage cassés et trous dans les toitures. Voici les 12 phénomènes les plus déroutants de ces dernières années.

Sommaire


Des gouttelettes microscopiques qui ont créé un nuage devant les chutes, ainsi que la brume, ont formé une croûte de glace au-dessus de l’eau.


Imagine des douzaines de gueules d’alligators qui dépassent de la surface, immobiles et pris dans la glace. Il s’agit d’une technique très spéciale utilisée par les crocodiles pour survivre à un temps anormalement froid.


En mars 2018, les gens qui ont levé les yeux vers le ciel dans le nord du Nevada ont pu voir le nuage le plus rare et le plus étrange de leur vie – un nuage en forme de fer à cheval.


À l’hiver 2018, les habitants du désert du Sahara, l’une des régions les plus arides et chaudes de la planète, se sont réveillés en découvrant une épaisse couche de neige qui recouvrait le sable.


Le cœur de l’orage, qui se produit chaque année, stagne au-dessus du lac Maracaibo, au Venezuela, et il s’élève bien plus haut qu’un orage classique. Ce phénomène naturel dure jusqu’à 160 jours et génère près de 300 éclairs par jour !


– En 2018, l’Europe de l’Est a été témoin d’un événement aussi beau qu’effrayant. Ceux qui sont allés skier en Bulgarie, en Roumanie, en Russie ou en Ukraine à la fin du mois de mars ont glissé sur des pistes orange sous un ciel teinté de rouge.


– Cela s’est produit le 11 mai 2018, non loin d’Amarillo, au Texas. L’incendie n’a pas seulement créé un nuage massif et dense très haut dans les airs, mais sa chaleur a également provoqué un violent orage qui a ensuite déversé des tonnes de grêlons de la taille d’une pièce de monnaie à 96 km de là, dans le comté de Wheeler.


Ce phénomène naturel a commencé non loin de Charleston, dans le New Hampshire, et a voyagé vers la ville de Webster dans le comté de Merrimack. Il a fallu 33 minutes à la tornade pour parcourir 58 km et devenir la troisième sur la liste des tornades à plus longue traînée en Nouvelle-Angleterre.


– Au cours de la première semaine de janvier 2018, un temps exceptionnellement froid dans le nord-est des États-Unis a gelé l’océan Atlantique à North Falmouth, Massachusetts !


Les 20 et 21 février 2018, les habitants du nord-est des États-Unis ont connu l’un des événements météorologiques les plus extraordinaires de ces derniers temps, à savoir… une vague de chaleur !


– Même si l’île de Terre-Neuve, au large du Canada, ne peut pas vraiment être considérée comme l’endroit le plus chaud de la planète, il n’y fait pas si froid que ça. Un front froid provenant de la côte de Terre-Neuve a recouvert plusieurs régions de l’île d’une couche de neige de 5 cm d’épaisseur.


Les Chutes du Niagara gelées 0:29

Des alligators coincés dans l’eau 1:21

Un nuage en forme de fer à cheval 2:10

Une tempête de grêle battant tous les records 2:57

De la neige dans le désert 3:47

Une tempête de 160 jours 4:30

De la neige orange 5:15

Un feu de forêt ayant causé un orage 6:34

Une tornade à longue traînée 7:10

L’Atlantique gelé 7:42

Une vague de chaleur en février 8:03

De la neige en été à Terre-Neuve 8:54


Musique par Epidemic Sound https://www.epidemicsound.com/

Un canon à saumon devient viral sur Internet


Avec les constructions humaines comme les barrages électriques, il peut s’avérer difficile pour les poissons migrateurs de franchir de continuer leur route. Aux États-Unis, ils ont pensé à un toboggan qui les transportent d’un endroit à un autre en moins de temps qu’à la nage pour les poissons. Bien que ce soit ingénieux, il est dommage qu’on change les habitudes des animaux pour ne pas défaire les nôtres.
Nuage


Un canon à saumon devient viral sur Internet

Céline Deluzarche

Journaliste

    Des ingénieurs ont imaginé transporter des poissons dans un long tuyau pneumatique pour leur faire franchir les barrages hydroélectriques lors de leur remontée des rivières. Un système de transport astucieux qui a séduit les internautes en mal d’Hyperloop.

    Les poissons migrateurs comme le saumon se trouvent bloqués lors de leur remontée des rivières par les installations hydroélectriques. En France, certains barrages ont ainsi été aménagés avec des passes à poisson, qui fonctionnent selon différents modèles : petits bassins successifs avec des chutes d’eau facilement franchissables, ascenseur avec une cuve qui capture les poissons, écluses, canaux en pente où le courant est ralenti… Malheureusement, ces installations ne sont guère efficaces. Selon une étude de 2013, à peine 3 % des poissons parviennent à franchir tous les niveaux des échelles. De plus, certaines espèces, comme l’esturgeon européen, ne sont pas capables d’emprunter ces passages.

    Un toboggan géant qui propulse les poissons à 35 km/h

    Aux États-Unis, l’entreprise Whooshh Innovations a mis au point un système plus insolite : un canon à saumon, où les poissons sont littéralement aspirés dans un tuyau et propulsés à plus de 35 km/h en amont. Le système est adapté du transport par pneumatique, inventé par l’ingénieur écossais William Murdoch dans les années 1800 pour acheminer le courrier urgent. Il est aujourd’hui largement utilisé dans les hôpitaux, les banques, la grande distribution ou les usines.

    Jusqu’à 40 poissons déplacés par minute

    Dans le canon à saumon de Whooshh, les poissons voyagent dans un tube flexible grâce à la différence de pression créée par la gravité et l’effet d’aspiration : à l’avant du poisson, la pression est faible tandis qu’elle est plus élevée à l’arrière, ce qui « pousse » le poisson. Malgré la vitesse impressionnante de ces montagnes russes, le système est totalement sûr pour les saumons, assure la compagnie. Pour leur permettre de respirer durant les 21 secondes du trajet, le tube est équipé de brumisateurs d’eau tous les 1,5 mètre environ.

    « La pression exercée sur le saumon est à peu près équivalente à celle qu’il pourrait subir dans son environnement naturel », explique Jim Otten, ingénieur chez Whooshh, dans une vidéo de présentation.

    Cinq poissons peuvent voyager simultanément à l’intérieur du tuyau.

    « On peut ainsi déplacer jusqu’à 40 poissons par minute selon la longueur du trajet », assure Jim Otten.

    Là où il faut plusieurs jours aux saumons pour franchir les passes traditionnelles, des bancs entiers peuvent remonter la rivière en quelques heures, fait valoir l’entreprise. Le canon à saumon s’avère également beaucoup moins cher et un système de reconnaissance vidéo permet de trier les poissons, évitant à des espèces invasives ou indésirables d’emprunter le tube.Un moyen de transport pour le futur ?

    Le premier canon à saumon a été testé en 2014 sur le barrage de Roza Dam dans l’état de Washington et une vingtaine ont déjà été vendus aux États-Unis et en Europe, d’après Whooshh.

    Une vidéo de la plateforme d’information Cheddar diffusée le 7 août dernier sur Twitter est devenue virale sur Internet, donnant lieu à de multiples détournements. Certains internautes affirment vouloir tester le canon et y voient un futur mode de déplacement. Interrogé sur ce point par USA Today, le PDG de Whooshh, Vincent Bryan, sourit :

    « Nous n’avons pas encore développé de tube suffisamment gros pour transporter un humain et je ne sais pas si cela serait possible ».

    Un tuyau pour les esturgeons, pouvant peser jusqu’à 90 kilogrammes, est néanmoins en développement.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • L’entreprise Whooshh Innovations a inventé un tube géant pour aider les poissons à franchir les barrages hydroélectriques.

  • Les poissons sont propulsés via un différentiel de pression à l’intérieur du tuyau.

  • Le système est beaucoup moins cher que les passes à poisson classiques et permet de déplacer des bancs entiers.

https://www.futura-sciences.com/t

La plus vieille forêt fossile du monde découverte en Chine


Bien avant que la Chine soit la Chine quelque chose comme 360 millions d’années, il y avait une forêt, les arbres n’étaient pas comme aujourd’hui, ils ressemblaient plus à un marécage herbeux.
Nuage


La plus vieille forêt fossile du monde découverte en Chine



Céline Deluzarche
Journaliste
 

D’une superficie de 250.000 mètres carrés, une forêt primitive datant de 360 millions d’années vient d’être découverte dans l’est de la Chine. Peuplée d’une unique espèce, elle n’avait pas grand chose à voir avec nos forêts actuelles mais a joué un rôle biologique important.

Ne vous imaginez pas une jungle tropicale ou des rangées de magnifiques chênes-lièges : la forêt primitive découverte dans une mine à côté du village de Jianchuan dans le Xinhang (est de la Chine) ressemblait davantage à un marécage herbeux qu’à nos forêts actuelles. Décrite dans la revue Current Biology, cette forêt fossile datant du Dévonien supérieur (entre 360 et 375 millions d’années), était constituée de lycophytes, les plus anciennes plantes vasculaires connues. Ces dernières, qui ne possèdent ni graines ni fruits, se reproduisent via des spores. Aujourd’hui réduites à des herbes de quelques centimètres de haut, les lycophytes pouvaient autrefois mesurer jusqu’à plusieurs mètres, à l’instar de Guangdedendron micrum, l’unique espèce de la forêt de Xinhang, dont la taille variait entre 1 et 7 mètres.

Les traces fossilisées de Guangdedendron micrum, l’unique espèce qu peuplait cette forêt du Dévonien. © Deming Wang et al., Current Biology, 2019

Les traces fossilisées de Guangdedendron micrum, l’unique espèce qu peuplait cette forêt du Dévonien. © Deming Wang et al., Current Biology, 2019

De petits arbres très denses en bord de littoral

« Avec une grande densité et une petite taille des arbres, la forêt de Xinhang devait être très semblable à un champ de canne à sucre », suggère Deming Wang, professeur à l’université de Pékin et principal auteur de l’étude.

Située près de la ligne de l’équateur de l’époque, la forêt a poussé dans un milieu côtier. Avec son système racinaire avancé, Guangdedendron micrum a pu jouer un rôle de stabilisation du littoral à la manière de mangroves actuelles. D’après les auteurs, l’existence de forêts de cette taille pourrait expliquer la chute du niveau de CO2 atmosphérique observée à cette époque.

Deux autres forêts fossiles datant du Dévonien ont déjà été découvertes aux États-Unis et en Norvège, mais celle-ci les dépasse de loin en superficie (250.000 mètres carrés) et en nombre d’arbres.

https://www.futura-sciences.com/

Loi américaine sur les espèces menacées : les changements auront un impact au Canada


Malheureusement, tout ce que l’administration Trump décide en fait d’environnement et protection de la faune, le Canada subit des conséquences de ces décisions et qui en plus en Ontario, le Premier ministre de cette province semble être de la même trempe de Donald Trump. Les espèces en difficultés ou menacées sont encore plus qu’en danger avec l’avantage pour les compagnie pétrolière, culture, l’immobilier etc ..

Nuage


Loi américaine sur les espèces menacées : les changements auront un impact au Canada

Un papillon porté par une main

Un papillon monarque

PHOTO : ISTOCK / SANTO SALVAREZ

Radio-Canada

Les modifications effectuées à la loi sur les espèces menacées par l’administration Trump pourraient avoir un impact sur le Canada, selon les spécialistes canadiens de la conservation de la faune.

Les changements apportés à la loi américaine mettent fin aux protections automatiques des espèces menacées et abolissent les directives qui font passer la conservation de la faune avant le développement économique.

« Le moment choisi pour prendre cette décision est complètement inapproprié », a déclaré James Snider, vice-président de la science, de la recherche et de l’innovation du WWF Canada. « C’est un pas dans la mauvaise direction, un contraste frappant entre ce dont la faune et, vraisemblablement, la nature et les hommes ont besoin à l’heure actuelle. »

Adoptée en 1973, la Loi sur les espèces en voie de disparition a contribué à sauver de nombreuses espèces de l’extinction, notamment le pygargue à tête blanche, la baleine grise et le grizzli.

« Il est probable que des centaines d’espèces se seraient éteintes s’il n’y avait pas cette loi », a déclaré Andrea Olive, professeur associée à l’Université de Toronto.

Pour Alain Branchaud, directeur général de la section Québec de la Société pour la nature et les parcs du Canada, ces changements priorisent le développement économique au détriment de la protection des espèces.

« Il y a un désir de faire en sorte que les impacts socio-économiques soient pris en compte, ce qui n’était pas le cas avant. Ça ouvre la porte possiblement à plus de financement de l’État fédéral pour les projets de développement économique, ce qu’empêchait la version précédente de la loi », a expliqué M. Branchaud à Midi info.

« On a une excellente loi sur les espèces en péril au Canada. […] Ce qu’on peut craindre maintenant, avec la décision américaine, c’est qu’il y ait une tendance. On l’a vu déjà avec le gouvernement Ford, en Ontario : une tendance à faire en sorte qu’on diminue les mesures de protection de la loi canadienne. C’est à surveiller. »

La Loi américaine est depuis longtemps une source de frustration de la part de la communauté d’affaires aux États-Unis. La loi restreint en effet les possibilités de forage des sociétés pétrolières, de culture des agriculteurs et de construction de promoteurs immobiliers, dans le but de protéger les plantes et les animaux à risque.

Lorsque les nouvelles règles américaines entreront en vigueur dans les prochains mois, elles auront probablement des répercussions considérables au Canada, d’autant que le pays partage avec les États-Unis un grand nombre d’espèces en péril. Et la protection des espèces nécessite souvent une coopération transfrontalière.

« Quand ils changent la façon dont ils protègent leurs espèces, cela change ce que nous pouvons faire pour restaurer et protéger nos espèces », a expliqué David Browne, directeur de la conservation à la Fédération canadienne de la faune. « Si, par exemple, une espèce donnée est assez rare au Canada, mais plus commune aux États-Unis, le potentiel de protection de cette espèce et d’aide à sa reconstitution repose en grande partie sur les États-Unis. »

Une évaluation récente des Nations Unies a révélé qu’il y a une menace d’extinction de plus d’un million d’espèces de plantes et d’animaux.

Les changements en Ontario ressemblent à ceux de Trump

L’Ontario a une loi provinciale sur les espèces en voie de disparition. Mais au début de l’année, le gouvernement de Doug Ford a annoncé des changements qui permettraient aux municipalités et aux promoteurs de s’acquitter de frais au lieu de prendre certaines mesures pour protéger les espèces en péril.

James Snider, de WWF Canada, dit que les modifications proposées « reflètent étrangement » celles apportées par l’administration Trump à la loi américaine.

Le plan de l’Ontario prévoit également d’autoriser le ministre de l’Environnement de la province à suspendre les activités de protection de l’espèce et de l’habitat une fois qu’une espèce est inscrite sur la liste des espèces en voie de disparition ou menacées, et ce, pendant une période maximale de trois ans.

Le papillon monarque est une des espèces qui pourraient subir les changements à la loi américaine. Ses vastes étendues d’habitat d’asclépiades ont été pratiquement détruites au Canada et aux États-Unis par l’agriculture et la promotion immobilière.

Ce papillon est actuellement inscrit à la Loi sur les espèces en péril du Canada comme une espèce préoccupante, mais a récemment été évalué comme étant en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), qui conseille le ministre de l’Environnement.

Cependant, aux États-Unis, le cas du papillon monarque est actuellement à l’étude. Si le papillon n’est répertorié que comme menacé, les modifications apportées par l’administration Trump ne lui accorderont plus automatiquement les mêmes protections juridiques qu’une espèce désignée en voie de disparition telle que la protection automatique de son habitat.

« Ce changement législatif aux États-Unis pourrait avoir des conséquences concrètes sur les efforts de protection ou de rétablissement des populations de monarques sur tout le continent », a affirmé M. Snider.

Espoir

Parallèlement aux récents changements à la loi américaine, un projet de loi bipartite appelé Recovering America’s Wildlife Act est en train de faire son chemin au Congrès. Il fournirait 1,4 milliard de dollars américains par an pour aider les espèces en péril à se rétablir avant qu’elles ne soient devenues des espèces menacées ou en voie de disparition.

Au Canada, l’année dernière, le gouvernement libéral s’est engagé à verser 1,3 milliard de dollars sur cinq ans pour soutenir la biodiversité et les espèces en péril.

https://ici.radio-canada.ca

Il existe un médicament miracle pour la schizophrénie


La Clozapine est un médicament pour traiter la schizophrénie. En 1975, ce médicament a été arrêté suite à la mort de 8 patient. Car, comme tout médicament, il y a des effets secondaires, chez certaines personnes, il peut faire disparaître les globules blancs. Ces risques sont de 1 %. 10 ans plus tard, la Clozapine est est de retour aux États-Unis, mais avec un contrôle strict. Le patient doit se soumettre régulièrement à des prises de sang, sinon pas de médicament. Sauf qu’il semble que les médecins soient réticents pour ceux qui souffrent de schizophrénie.
Nuage


Il existe un médicament miracle pour la schizophrénie

Il ne comporte pourtant qu'1% de risque. | Earl Richardson via Unsplash

Il ne comporte pourtant qu’1% de risque. | Earl Richardson via Unsplash

Repéré par Ines Clivio

Repéré sur Vice

Mais presque personne n’y recourt.

Nicholas était enfant quand il a commencé à entendre des sons. D’échos carillonants en chuchotements, ils sont passés à des exclamations hurlantes, une cacophonie au creux de son crâne. À 18 ans, il a sa première crise psychotique, d’une violence telle que le diagnostic tombe aussitôt: Nicholas est schizophrène.

Une douzaine de médecins et une liste interminable d’antipsychotiques plus tard, il trouve enfin ce qui lui permettra de suivre des cours à l’université et de poursuivre une vie un peu plus normale: la clozapine.

Clozapine n’est ni le nom d’un rite païen ou de quelque mystère divin. C’est un médicament antipsychotique atypique, très rarement utilisé. Mais vu ses effets, il a bien quelque chose de miraculeux.

«C’était comme si quelqu’un avait effacé l’ardoise. On est à nouveau nous-mêmes», témoigne un patient sous clozapine auprès de Vice. «J’ai vu des gens entrer et sortir d’hôpitaux dix fois. Mais après [un traitement à la clozapine], ne plus jamais être hospitalisés ensuite, raconte un psychiatre du Johns Hopkins Bayview Medical Center. J’ai vu des miracles survenir avec la clozapine.»

Des préjugés de génération en génération

Au regard de ces témoignages, la première question qu’on peut poser est la suivante: pourquoi n’est-elle pas plus utilisée?

En premier lieu, il faut rappeler ses effets secondaires. Chez certaines personnes, elle peut être à l’origine d’une agranulocytose, c’est-à-dire une disparition rapide des globules blancs, les principaux garants de la sécurité de notre système immunitaire.

Toutefois, il n’y a qu’1% de risque que cela survienne, rappelle Deanna Kelly, directrice d’un programme de recherche sur les traitements psychotiques dans le Maryland. Risque qui peut être largement contrôlé par des prises de sang régulières

«Pas de sang, pas de médicament, c’est le mot d’ordre», raconte Deanna Kelly.

Après la mort de huit patient·es en 1975, le traitement a été abandonné, avant d’être de retour dix ans plus tard sous des conditions extrêmement réglementées.

Une prise de sang par semaine pendant les six premiers mois, une toutes les deux semaines pendant un an, puis une par mois à vie, le tout rentré dans une rigoureuse base de donnée, c’est ce qu’exige la FDA aux États-Unis.

Cette rigueur rend le traitement astreignant pour les personnes qui le suivent comme pour celles qui le prescrivent.

«Il faut s’assurer qu’elles aillent au labo, avoir un œil sur les résultats, les rentrer dans la base de données…», décrit un autre psychiatre du Johns Hopkins Bayview Medical Center.

C’est pourquoi la clozapine n’est prescrite qu’en cas de schizophrénie résistante à au moins deux traitements typiques… ce qui concerne tout de même 30% des schizophrènes aux États-Unis, alors qu’elle n’est utilisée que dans 4% des cas.

Pour Gopal Vyas, pyschiatre dans le Maryland également, le fossé entre usage potentiel et usage actuel s’explique par la transmission de préjugés sur le danger présumé du médicament et son suivi chronophage de génération en génération de psychiatres. Préjugés qu’il s’agirait d’interroger dans une science aussi rationnelle que la médecine.

http://www.slate.fr/