Au Mexique, un « arbre » artificiel combat la pollution



Un arbre artificiel qui a la faculté de produire de la photosynthèse à tous les jours pour aider a diminuer la pollution aux endroits difficiles a reboiser. Un arbre artificiel peut équivaloir à 368 arbres. C’est triste quand même remplacer la nature par l’artificiel, surtout que ces engins ne peuvent pas donner l’ombre qui aide à baisser la température d’un endroit.
Nuage


Au Mexique, un « arbre » artificiel combat la pollution

PHOTO ALFREDO ESTRELLA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Baptisée « BioUrban », cette structure métallique de 4 mètres, faite de cylindres empilés, reproduit le processus de photosynthèse d’un arbre 365 jours par an.

(Puebla) Au Mexique, pays dont la capitale connaît régulièrement des pics d’ozone et de microparticules, un « arbre » artificiel absorbe la pollution et, grâce à l’action de microalgues situées à l’intérieur, purifie l’air. 

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Ce système inhale la pollution et (fonctionne ensuite avec) un processus biologique à l’image d’un (véritable) arbre », explique à l’AFP Jaime Ferrer, cofondateur de Biomitech, à l’origine de ce projet.

Baptisée « BioUrban », cette structure métallique de 4 mètres, faite de cylindres empilés, reproduit le processus de photosynthèse d’un arbre 365 jours par an.

Cette entreprise créée en 2016 assure que chacun de ces dispositifs équivaut à 368 vrais arbres. 

Les « arbres » métalliques sont un complément à la nature, explique Jaime Ferrer, car ils peuvent être placés dans des zones à forte densité urbaine, difficiles à reboiser.

Ils peuvent être situés « dans des lieux de forte affluence (où se croisent) des piétons, des véhicules, des vélos et des transports en commun et où il n’est pas possible de planter un hectare d’arbres », déclare-t-il.

Le premier « arbre » a été installé à Puebla, une des principales villes du Mexique, dans une zone de ce type, à proximité d’une université.

« C’est intéressant que ce soit la technologie qui vient en aide à l’environnement, car désormais c’est urgent », juge Maria José Negrete, une étudiante de 21 ans.

L’entreprise, dont chaque « Biourban » vaut quelque 50 000 dollars généralement payés par les municipalités, doit en installer prochainement à Monterrey, dans le nord du Mexique, et au cœur de la gigantesque capitale de quelque 20 millions d’habitants, Mexico.

« Ce système ne prétend pas en finir avec la pollution de la ville de Mexico, il vient en soutien, pour remédier au problème de pollution des intersections ou des sites de grande affluence », précise Jaime Ferrer. 

La ville de Mexico est souvent sujette aux pics de pollution, la dissipation des gaz polluants étant compliquée par la chaîne de montagnes qui l’entoure.

Deux de leurs « arbres » artificiels ont déjà été installés en Turquie, un autre en Colombie et au Panama.

En 2015, la start-up allemande Green city solutions avait lancé « City Tree », une solution équivalente : un mur végétal qui purifie l’air à l’aide de mousse végétale.

https://www.lapresse.ca/

3 réponses à “Au Mexique, un « arbre » artificiel combat la pollution

  1. J’avais lu un roman de science-fiction où les humains avaient mis des arbres comme cela sur une planète. (je ne me rappelle plus du titre du bouquin par contre).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s