Les mêmes chemins


Souvent on tombe dans les mêmes problèmes parce que nous refusons de faire des changements

Nuage



Les mêmes chemins



Au lieu de te demander pourquoi ça t’arrive toujours les mêmes choses, demande toi pourquoi tu choisis toujours les mêmes chemins


Inconnu

Le Saviez-Vous ► Choux, roses, cigognes : d’où viennent ces légendes sur l’arrivée des bébés ?


J’espère qu’on n’enseigne plus ces légendes aux enfants sauf pour les contes. Je me souviens que ces légendes étaient véhiculées quand j’étais enfant, mais nous savions très tôt, qu’en réalité, les bébés venaient des mamans. Comment ? Si les parents ne l’expliquaient pas, on pouvait l’apprendre avec les amis qui en savaient un peu plus.
Nuage


Choux, roses, cigognes : d’où viennent ces légendes sur l’arrivée des bébés ?


Cigognes & compagnie

Par Dorothée Louessard

Si les garçons naissent dans des choux et les fillettes dans des fleurs, que diable fichent les cigognes censées être les livreuses officielles de bébés ? Mais au fait d’où viennent donc ces mythes sur la naissance de nos chérubins ?


Depuis l’Antiquité, le chou est associé à la fertilité. On servait traditionnellement de la soupe aux choux aux jeunes mariés afin accroître leurs chances d’avoir un enfant. Et encore aujourd’hui, la consommation de choux est préconisée à toutes les femmes désireuses de booster leur fécondité. Pourquoi ? Parce qu’ils sont riches en acides foliques (Vitamine B9) assurant le bon développement du foetus. Les autres vitamines présentes dans les choux de Bruxelles auraient également le pouvoir d’augmenter la quantité de sperme de l’homme et leur durée de vie.

L’autre origine possible de ce mythe sur la naissance proviendrait de la Grèce Antique. Le roi Agamemnon parti en guerre, sa femme Clytemnestre accoucha de quadruplés dont trois filles et un garçon. N’ayant pas de langes sous la main, elle emmaillota ses filles dans des pétales de rose et enveloppa son garçon dans des feuilles de chou. Si ce dernier n’a pas eu droit aux pétales de rose, c’est parce que la rose constituait le symbole de la féminité durant l’Antiquité. La feuille de chou fut choisie tout simplement parce que du choux était prévu au dîner.

Deux explications possibles donc, et qui s’avéraient bien pratiques à ressortir à nos enfants lorsqu’ils nous balançaient la fameuse question tant redoutée : « Dis, comment on fait les bébés ?« 

Mais alors les cigognes dans tout ça, elles faisaient quoi au juste ? Déposaient-elles les bébés selon leur sexe tantôt dans des roses, tantôt dans des choux ?

La légende de la cigogne ou « Légende du Kindelesbrunnen » est connue dans le monde entier et puise son origine en Alsace. Il y aurait eu jadis un lac sous la cathédrale de Strasbourg, où voguaient les âmes des enfants en attendant de venir au monde. Un sympathique gnome naviguait sur le lac à bord d’une barque argentée et, muni d’un filet d’or, il attrapait les âmes des bébés pour les donner à la fameuse cigogne qui se chargeait alors de distribuer les bébés aux parents. D’ailleurs, encore aujourd’hui, en Alsace, les parents désirant avoir un enfant doivent « commander » leur bébé aux cigognes en déposant un morceau de sucre sur le bord de leur fenêtre. Quant au choix de l’oiseau, il est sans doute lié au fait que les cigognes font leur grand retour en Alsace, au printemps, saison associée aux naissances.

Le mythe des cigognes est d’ailleurs le thème du film d’animation des studios Warner, « Cigognes & compagnie » ,  On y découvre que les cigognes ont cessé la livraison de bébés pour se reconvertir dans l’expédition de colis Internet. Et, alors que Junior, coursier star de l’entreprise, s’apprête à reprendre la tête de l’entreprise, il rallume involontairement la Machine à Fabriquer les Bébés…

https://www.terrafemina.com

Les smartphones empêchent notre cerveau de comprendre les sciences


Avec la rentrée qui s’en vient, il est intéressant de savoir les effets des appareils électroniques chez les étudiants. En 2017, il a été démontré que ces appareils tels que le téléphone portable, tablette etc, nuirait à la compréhension des textes scientifiques. Voilà que grâce à l’IRM, cela est confirmé que ceux qui utilisent beaucoup comme les textos, lire sur la tablette, semblent avoir des difficultés en science.
Nuage


Les smartphones empêchent notre cerveau de comprendre les sciences


Nathalie Mayer
Journaliste
 

Depuis la rentrée 2018, les portables et autres smartphones sont interdits d’usage dans l’enceinte des écoles et des collèges de France. Une plutôt bonne nouvelle si l’on en croit les derniers résultats d’une étude menée aux États-Unis. L’usage de ces appareils électroniques rendrait en effet difficile la compréhension des textes à caractère scientifique.

En 2017, une étude avait montré que les personnes utilisatrices de smartphones et autres équipements électroniques connaissaient des difficultés à comprendre les textes au contenu scientifique qui leur étaient donnés de lire. Aujourd’hui, de nouveaux travaux viennent le confirmer et donner une possible explication du phénomène.

Des chercheurs de l’université de l’État de Pennsylvanie (États-Unis) ont eu recours à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour explorer l’activité cérébrale de leurs volontaires. Ils ont découvert que l’envoi fréquent de textos avec un smartphone ou la lecture sur tablette sont corrélés négativement avec l’activité de zones du cerveau essentielles à l’intégration de textes complexes tels que les textes scientifiques.

L’usage fréquent d’appareils électroniques semble réduire l’activité de certaines régions de notre cerveau : le cortex insulaire gauche et le gyrus frontal inférieur. Deux zones parmi les plus importantes pour le traitement de l’information, car elles permettent, entre autres, de prêter attention et de comprendre le langage. © geralt, Pixabay License

L’usage fréquent d’appareils électroniques semble réduire l’activité de certaines régions de notre cerveau : le cortex insulaire gauche et le gyrus frontal inférieur. Deux zones parmi les plus importantes pour le traitement de l’information, car elles permettent, entre autres, de prêter attention et de comprendre le langage. © geralt, Pixabay License

Un lien de cause à effet qui reste à confirmer

Les textes à contenu scientifique, en effet, contiennent généralement des informations interconnectées. Qui doivent être liées les unes aux autres par le lecteur afin qu’il en comprenne le sens général

Or « ceux qui utilisent quotidiennement et de manière excessive leur smartphone semblent développer des difficultés à hiérarchiser et à structurer les concepts scientifiques », explique Ping Li, professeur à l’université de l’État de Pennsylvanie.

Les chercheurs soulignent malgré tout que des travaux supplémentaires devront être menés pour établir un lien de cause à effet. Cependant, ces travaux pourraient dès à présent avoir des implications pour l’éducation.

« À l’heure actuelle, nous n’avons en effet que peu de connaissances sur la manière dont le cerveau d’un collégien réagit face à des concepts scientifiques fondamentaux », conclut Ping Li.

https://www.futura-sciences.com/

Ces yeux de mouche parfai­te­ment conser­vés sont vieux de 54 millions d’an­nées


Trouvé des yeux de mouche vieux de 54 millions d’années et très bien conservés est vraiment assez surprenant.

Nuage


Ces yeux de mouche parfai­te­ment conser­vés sont vieux de 54 millions d’an­nées


Crédits : Johan Lind­gren

par  Nicolas Pujos

Le cher­cheur suédois Johan Lind­gren a décou­vert des yeux de mouche fossi­li­sés parfai­te­ment conser­vés, vieux de 54 millions d’an­nées, comme le révé­lait la revue Nature le 14 août.

Les travaux publiés dans la revue scien­ti­fique par ce paléon­to­logue de l’uni­ver­sité Lund, en Suède, sont le résul­tat d’une conser­va­tion excep­tion­nelle, comme l’ex­plique Lind­gren.

« Pour que des détails aussi déli­cats soient conser­vés dans des archives fossiles, des condi­tions de conser­va­tion excep­tion­nelles sont néces­saires. »

Pour les cher­cheurs, la décou­verte de ces yeux fossi­li­sés est essen­tielle car ces derniers sont les organes visuels les plus répan­dus dans le règne animal, et notam­ment chez les arthro­podes dont les insectes et les crus­ta­cés.

Les paléon­to­logues ont décou­vert des traces d’un pigment appelé eumé­la­nine dans les yeux fossi­li­sés, ce qui est suscep­tible de boule­ver­ser le stade actuel de la recherche scien­ti­fique.

« Nous devons rééva­luer ce que nous pensons savoir sur les proprié­tés optiques des yeux trilo­bites », a déclaré Lind­gren. « C’est impor­tant car les trilo­bites sont parmi les premiers orga­nismes connus pour la complexité des yeux et leur fonc­tion est extrê­me­ment impor­tant pour évaluer l’évo­lu­tion des yeux compo­sés. »

Source : Nature

https://www.ulyces.co/

Le Groenland réplique à Trump: l’île n’est pas à vendre


 

Il fut un temps que Donald Trump, avant d’acquérir la présidence des États-Unis voulait acheter le Groenland pour ses richesses. Il semble que ce désir soit toujours présent. Étant un dur de dure climato-septique, cela aurait été un désastre environnemental, surtout que les changements climatiques ont des conséquences sur cette île arctique. Le Groenland a répondu à cette annonce … Heureusement, il n’est pas à vendre.
Nuage

 

Le Groenland réplique à Trump: l’île n’est pas à vendre

 

(Stockholm) Les autorités groenlandaises ont rappelé vendredi que leur île n’était pas à vendre après des révélations dans la presse américaine selon lesquelles Donald Trump aurait jeté son dévolu sur l’immense territoire autonome danois.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La veille, le Wall Street Journal a rapporté que l’ancien homme d’affaires new-yorkais, qui fut autrefois un magnat immobilier de renom avant de se lancer dans la politique et de devenir président des États-Unis, se serait enquis plusieurs fois auprès de ses conseillers à la Maison-Blanche de la possibilité pour les États-Unis d’acheter ce territoire de 56 000 habitants.

« Le Groenland est riche en ressources précieuses […]. Nous sommes ouverts aux affaires, pas à la vente », a rétorqué sur Twitter vendredi le ministère groenlandais des Affaires étrangères.

Joint par l’AFP, le cabinet de la première ministre Mette Frederiksen n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

« Ce doit être un poisson d’avril », a de son côté tweeté l’ancien chef du gouvernement danois Lars Løkke Rasmussen (Parti libéral).

Le Groenland est une gigantesque île arctique, grande comme quatre fois la France, riche en ressources naturelles (pétrole, gaz, or, diamant, uranium, zinc, plomb) et où les effets du réchauffement climatique sont manifestes.

La fonte des glaces, qui entraîne la hausse du niveau des mers, y a été multipliée par quatre entre 2003 et 2013.

Depuis son élection en 2016, le président climato-sceptique a notamment retiré les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat et a systématiquement cherché à détricoter les réglementations environnementales adoptées pendant les huit ans de la présidence du démocrate Barack Obama, son prédécesseur.

Le Groenland était une colonie danoise jusqu’en 1953, date à laquelle il est entré dans la « Communauté du Royaume » danois. En 1979, l’île a obtenu le statut de « territoire autonome », mais son économie dépend toujours fortement des subsides versés par Copenhague.

https://www.lapresse.ca/

Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique


Le plastique, un produit utilisé partout depuis des années. Maintenant, il en a partout ou il ne devrait pas y être. En plus, quand il se dégrade, il devient des microplastiques et c’est pire. Étant réduits en particule, ils se dispensent par le vent dans des territoires dans les hautes montagnes, et même en Arctique.
Nuage


Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique

PHOTO JUERG TRACHSEL, ASSOCIATED PRESS

Une nouvelle étude publiée mercredi a révélé que les particules microplastiques peuvent également être transportées sur de grandes distances dans l’atmosphère.

(Washington) Les flocons blancs présents sur les pistes ne sont pas toujours ce que vous croyez. De minuscules particules de plastique, transportées par le vent puis déversées par la neige, ont été détectées dans l’Arctique et les Alpes, selon une étude qui réclame des recherches urgentes pour évaluer les risques sanitaires de cette découverte.

Nous savions déjà que des millions de tonnes de déchets plastiques se déplacent dans les rivières et les océans, où ils se décomposent progressivement en plus petits fragments sous l’action des vagues et des rayons ultraviolets du soleil. 

Mais une nouvelle étude publiée mercredi a révélé que les particules microplastiques peuvent également être transportées sur de grandes distances dans l’atmosphère.

Ces débris de moins de cinq millimètres de longueur sont ensuite déversés loin de leur lieu d’origine par les précipitations, en particulier la neige, ont découvert des scientifiques de l’Institut allemand Alfred Wegener et de l’Institut suisse de recherche sur la neige et les avalanches.

« Il est évident que la majeure partie des microplastiques présents dans la neige provient de l’air », a expliqué Melanie Bergmann, auteure principale de l’article publié dans la revue américaine Science Advances.

Mme Bergmann et ses collègues ont utilisé une technique d’imagerie infrarouge pour analyser des échantillons prélevés entre 2015 et 2017 sur de la glace flottante dans le détroit de Fram, au large du Groenland.

Ils les ont ensuite comparés à des échantillons prélevés dans les Alpes suisses reculées et à Brême, dans le nord-ouest de l’Allemagne. Les concentrations de microparticules dans l’Arctique étaient significativement plus faibles que dans les sites européens, mais toujours importantes. 

Mme Bergmann a précisé que peu de travaux avaient été réalisés pour déterminer les effets de l’exposition à ces particules. 

« Mais une fois que nous avons déterminé que de grandes quantités de microplastiques peuvent également être transportées par voie aérienne, la question se pose naturellement de savoir si et dans quelle mesure nous les inhalons », a-t-elle dit, soulignant la nécessité de mener d’urgence des recherches sur les effets sur la santé humaine et animale. 

https://www.lapresse.ca/