Le bonheur on le fait


Je suis tout à fait de cet avis. C’est quand on a compris que notre attitude y joue beaucoup, il est plus facile de trouver des moments heureux.
Nuage

 

Le bonheur on le fait

 

 

 

Le bonheur, on ne le trouve pas, on le fait. Le bonheur ne dépend pas de ce qui nous manque mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous avons

Arnaud Desjardins

La réaction incroyable de ce chiot devant la célèbre scène du film "Le Roi Lion"


Luna a 4 mois. Quand Mufasa dans le film le Roi Lion de Disney est tombé de la falaise, ce chien a regarder la télévision et il s’est mis  à pleurer en se couchant comme Simba. On dirait vraiment qu’il a été touché par la tragédie de l’histoire.
Nuage

 

La réaction incroyable de ce chiot devant la célèbre scène du film « Le Roi Lion »

 

Les débuts de l’aviation en dix projets insolites


Le rêve de voler ne date pas d’hier, et c’est grâce à ces rêves qu’aujourd’hui, nous pouvons voyager dans les airs et aussi dans l’espace. Dans les années 1900, les gens avaient beaucoup d’imagination pour le futur.
Nuage

 

Les débuts de l’aviation en dix projets insolites

 

 

Comment nos ancêtres imaginaient-ils l’avion du futur ? Pour répondre à cette question, nous avons trouvé de nombreuses illustrations, datant pour la plupart du début du XXe siècle, et nous vous présentons ici les meilleures. Découvrez donc, en images, notre top 10 du futur antérieur de l’aviation.

Vous y découvrirez autant d’inventions qui n’ont jamais volé : des avions mais aussi des montgolfières familiales, des ballons privés pour se déplacer au-dessus de l’eau, une machine à faire voler l’amant de madame et bien d’autres concepts.

La montgolfière familiale

 

Dans les années 1900, certaines personnes avaient imaginé des engins volants de différentes tailles (un peu comme le principe des voitures berlines familiales d’aujourd’hui) largement calqués sur les montgolfières. En effet, un peu plus d’un siècle plus tôt, les frères Montgolfier (Joseph-Michel et Jacques-Étienne) avaient fait voler le premier ballon gonflé d’air chaud. Dans l’imaginaire populaire, le ballon était donc l’une des seules formes d’objets volants connues.

© Hildebrands

Des ballons gonflables pour marcher sur l’eau

 

Dans les années 1900, une célèbre marque de chocolat leader sur son marché, Hildebrands, agrémentait ses tablettes de cartes postales imaginant l’an 2000. Celle-ci illustre la croyance selon laquelle, à l’aide de ballons gonflables, nous pourrions nous balader en marchant sur l’eau. Vous remarquerez les très pratiques petites chaussures-péniches en bois pour éviter de mouiller ses souliers.

© Hildebrands

La voiture volante individuelle

 

Hildebrands, une célèbre marque de chocolat allemand dans les années 1900, nous imaginait chacun en possession d’une voiture volante. Ces dessins suggèrent différents types d’appareils, allant des ailes de chauve-souris à la baignoire surmontant quatre ailes improbables. Ils nous font aujourd’hui sourire par leur optimisme mais sont surtout révélateurs d’une époque de pionniers de l’aviation, qui laissait présager un futur aérien…

© Hildebrands

D’immenses avions pour des vacances au pôle Nord

 

Se prélasser à côté des ours polaires pour les vacances, un rêve à la portée de tous en l’an 2000 ! Enfin, c’est ce que l’on croyait dans les années 1900. Des ballons gonflants auraient emmené de larges paquebots flottants vers la destination glacée. On imagine que le chauffage était intégré aux plans du navire !

© Hildebrands

La machine volante pour faire partir l’amant de madame

 

L’illustration française n’est pas en reste pour imaginer les machines volantes du futur. En 1901, Monnier imaginait la « machine à faire partir l’amant de madame très vite » du siècle suivant. Bien que le dessin ne montre rien d’autre qu’une hélice agrémentée d’une paire d’ailes, on imagine l’engin équipé d’un moteur extrêmement puissant, capable de faire déguerpir le malheureux avant l’arrivée de monsieur.

© Monnier

L’avion du futur selon Douglas Rolfe

 

Avez-vous déjà imaginé votre transport du futur ? C’est l’idée du magazine Popular Science qui a laissé à Douglas Rolfe tout le loisir de créer son avion personnel. Le résultat est plutôt réaliste et bluffant, ce qui peut s’expliquer par le fait qu’en 1944 l’aviation avait déjà fait un grand bon avec la première et la seconde guerre mondiale.

© Douglas Rolfe, juillet 1944, revue Popular Science

Le parc flottant, un hommage à la mobilité future

 

Cette carte postale, plus qu’une représentation vraiment exacte du futur, reflète l’enthousiasme du début du XXe siècle pour les inventions telles que l’automobile ou l’avion, qui allaient marquer le début d’une humanité plus rapide et plus mobile.

© Claremont, N.H. dans le futur (postcard circa 1910)

L’aviation, marquée par les frères Montgolfier

 

Cette carte, datant de 1890-1900, propose une vision de l’aviation future similaire à celle de 1800, un siècle plus tôt. L’influence des frères Montgolfier a encore frappé !

© Romanet & Cie, collection 476, 2e série

L’arrivée du courrier en avion

 

Cette vision du futur nous semble plutôt banale tant les entreprises comme Fedex ou La Poste font partie de notre quotidien. Pourtant, au début du XXe siècle, l’arrivée du courrier en avion paraissait une petite révolution !

© Couverture de Literary Digest, le 31 mai 1919

Les femmes pilotes d’avions : impensable à l’époque

 

Cette illustration américaine de 1900-1910 est tout à fait audacieuse. Elle représente une femme au volant. Pour rappel, le 19e amendement, qui permit aux femmes de voter aux États-Unis, ne fut passé qu’en 1920 !

© Harry Grant Dart pour All stroy magazine

https://www.futura-sciences.com

Un cadavre de baleine a été retrouvé en plein milieu de la forêt amazo­nienne


Comment une baleine à bosse a pu se retrouver à plus de 15 mètre de la plage dans la forêt au Brésil. En plus pour rajouter au mystère, généralement les baleines beaucoup plus loin entre août et novembre.
Nuage

 

Un cadavre de baleine a été retrouvé en plein milieu de la forêt amazo­nienne

 

Crédits : Bicho D’Água

par  Malaurie Chokoualé

Le mystère qui entoure la décou­verte de cette baleine à bosse sur l’île de Marajó, à l’em­bou­chure de l’Ama­zone, reste entier.

Des experts de la faune locale pistaient des rapaces dans la jungle amazo­nienne brési­lienne lorsqu’ils sont tombés sur une gigan­tesque carcasse, dévo­rée par les oiseaux. Comme les cher­cheurs qui l’ont décou­verte, The Inde­pendent s’in­ter­roge sur les circons­tances de son décès.

Diffi­cile d’ima­gi­ner comment ce masto­donte de dix tonnes a pu se retrou­ver ainsi à 15 m de la plage. Les scien­ti­fiques supposent que la baleine géante a été proje­tée lors d’une tempête, tout en recon­nais­sant qu’il est incroyable qu’elle ait pu atter­rir si loin. 

« Paral­lè­le­ment à cette décou­verte aber­rante, nous sommes décon­cer­tés par le fait qu’une baleine à bosse se trouve sur la côte nord du Brésil en plein mois de février », explique Renata Emin-Lima, cheffe de projet de l’Ins­ti­tut Bicho d’Água, un groupe de protec­tion de la nature basé à Marajó chargé d’exa­mi­ner la baleine.

En effet, les baleines à bosse sont géné­ra­le­ment obser­vées bien plus au sud, entre les mois d’août et novembre.

D’après l’avan­ce­ment de son état de décom­po­si­tion, les cher­cheurs ont estimé que l’ani­mal – de 11 m de long pour 6 m de large – serait mort plusieurs jours avant sa décou­verte. Les cher­cheurs ont prélevé des échan­tillons sur la carcasse pour une étude plus appro­fon­die. Le corps de la baleine, quant à lui, ne pourra pas être déplacé vu les diffi­cul­tés à trans­por­ter l’ani­mal à travers la jungle.

https://www.ulyces.co

Zone de tiraillage entre élèves: un «franc succès»


Je trouve que c’est une excellente idée que des élèves au primaire d’avoir une zone de tiraillage. C’est bien expliqué ce qui est permit ou non. Surtout que ces activités turbulentes n’ont lieu qu’en hiver. Ici, on ne parle pas de violence, car tous actes de violence sont interdits, mais des enfants normaux qui aiment jouer et dépenser leur surplus d’énergie. Ceci les aide par la suite à garder une meilleure concentration pendant leurs cours.
Nuage

 

Zone de tiraillage entre élèves: un «franc succès»

 

À l'école primaire des Quatre-Vents à Saint-Apollinaire, dans... (Photo tirée de la page Facebook de l'École des Quatre-Vents)

À l’école primaire des Quatre-Vents à Saint-Apollinaire, dans la région de Chaudière-Appalaches, la directrice, Sherley Bernier, parle déjà d’un « franc succès » d’un projet pilote qui met en place des zones d’« activités turbulentes » supervisées dans la cour d’école, où les élèves peuvent s’agripper et se renverser dans la neige à leur guise.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉCOLE DES QUATRE-VENTS

 

MORGAN LOWRIE
La Presse Canadienne
Montréal

Pousser et bousculer un camarade sont des comportements généralement proscrits dans la cour d’école, mais certaines écoles primaires québécoises expérimentent l’idée de laisser leurs élèves se tirailler dans des zones délimitées.

Au moins deux écoles ont annoncé des projets pilotes pour la mise en place de zones d’« activités turbulentes » supervisées dans la cour d’école, où les élèves peuvent s’agripper et se renverser dans la neige à leur guise.

À l’école primaire des Quatre-Vents à Saint-Apollinaire, dans la région de Chaudière-Appalaches, la directrice, Sherley Bernier, parle déjà d’un « franc succès » et ne doute pas que la mesure se répétera l’année prochaine.

Depuis le démarrage du projet en novembre, Mme Bernier dit avoir reçu des appels de plusieurs autres établissements scolaires souhaitant faire de même. L’un de ceux-ci, l’école du Cheval-Blanc de Gatineau, a annoncé la semaine dernière son intention de créer sa propre zone d’« activités turbulentes » pour les enfants en 3e année jusqu’à la fin de l’hiver, selon des règles similaires.

La directrice de l’école des Quatre-Vents fait valoir qu’un certain nombre de jeunes – environ une quinzaine d’élèves lors des récréations – ont vraiment un besoin de faire « sortir le trop-plein » d’énergie, et que par la suite en classe, « ces élèves sont plus calmes et sont plus disposés aux apprentissages ».

Mme Bernier souligne que les élèves se portent eux-mêmes volontaires, et que les parents inquiets peuvent écrire à l’enseignante pour faire en sorte que leur enfant ne soit pas inclus dans la nouvelle activité.

Les jours de neige, une zone est délimitée par des cônes et soumise à des règles strictes, explique Mme Bernier. Il y est strictement interdit de donner des coups de pied, des coups de poing, de mordre ou de lancer des objets.

Mais les enfants sont autorisés à agripper le manteau de l’autre pour le faire tomber, « à s’empiler, se tirailler, se rouler par terre l’un par-dessus l’autre », a expliqué la directrice en entrevue téléphonique.

Afin de maintenir la sécurité, des séances ont été organisées pour apprendre aux enfants à tomber sans se faire mal. Aussi, un élève n’a qu’à dire « le mot magique « stop » » pour faire cesser les hostilités.

« Pour certains élèves, ce n’est pas assez pour eux de simplement aller courir dans la cour. Donc, ils ont besoin de sortir le surplus d’énergie et de faire du corps-à-corps », a-t-elle fait valoir.

Mme Bernier a soutenu que la majorité des parents accueillaient positivement le projet, bien que certains soient « un peu plus craintifs ».

« Mais moi ce que je dis à ces parents-là est que si vous êtes craintifs et que vous ne voulez pas que votre enfant participe, il n’y a aucun problème, il y a plein d’autres belles activités qui se font dans la cour », a-t-elle souligné.

« On interdit la violence, les enfants qui sont là pour donner des coups, ils se font sortir tout de suite », a-t-elle ajouté.

Mme Bernier estime que, plutôt que d’encourager la violence, le projet l’en empêche en montrant aux enfants comment dépenser leur énergie de manière appropriée.

Elle a indiqué que son école recevait actuellement les réactions des étudiants et recueillait des données afin de brosser un tableau plus complet des éléments positifs et négatifs.

https://www.lapresse.ca/

L’écoanxiété : quand le sort de la planète vous angoisse


On parle beaucoup des changements climatiques et l’impact dans le futur. Il est important d’en parler pour essayer de diminuer les conséquences. Le hic, est que des personnes souffrent d’anxiété envers le réchauffement planétaire. En 2000, un nom a été donné pour cette détresse, l’écoanxiété ou solastalgie.
Nuage

 

L’écoanxiété : quand le sort de la planète vous angoisse

 

Les changements climatiques font l’objet de multiples études, conférences et discussions sur la place publique. Pour certaines personnes, ils sont source d’un profond malaise appelé écoanxiété : un phénomène bien réel qui est de plus en plus observé par les scientifiques.

Un texte de Jacaudrey Charbonneau

Ils sont angoissés, ne dorment plus, ressentent un mal de vivre, une tristesse ou encore une colère face à leur propre impuissance et face à l’inaction des autres sur le plan du réchauffement planétaire; ils souffrent d’écoanxiété.

Krystel Papineau se décrit comme une écoanxieuse. Elle travaille dans le milieu de l’environnement depuis 20 ans et commence à ressentir les effets des changements climatiques sur sa santé mentale.

L’élément déclencheur a été l’arrivée de mes enfants. Je me suis demandé si c’était une bonne idée de les avoir mis au monde dans ce contexte-là Krystel Papineau

Angoisse, impuissance, colère, chagrin profond, les symptômes de cette anxiété écologique sont multiples.

Pour Amélie Côté, activiste écologique, cette anxiété se manifeste de façon cyclique. « Ce n’est pas constant, mais ça revient toujours », dit-elle.

« Il y a une bonne palette de sentiments qui peuvent être vécus. Parfois, ça prend la forme d’une grande fatigue. Face à l’ampleur de la tâche, on devient fatigué ou découragé. Il peut y avoir de la colère face à l’inaction ou encore face à des gestes qu’on voit », explique-t-elle.

Un concept étudié

Inventé à l’aube des années 2000 par le philosophe australien Glenn Albrecht, le terme solastalgie ou écoanxiété se décrit comme une forme de détresse existentielle causée par les changements environnementaux.

Ce phénomène observé par des chercheurs est de plus en plus répandu dans le monde.

À Montréal, le psychologue Joe Fanders note une augmentation du nombre de patients inquiets par le sort de l’humanité.

Les gens sont très préoccupés par ce qu’on lit, ce qu’on entend dans les nouvelles et c’est dérangeant émotionnellement. Cela peut vraiment affecter notre sentiment de bien-être à un niveau assez profond. Joe Fanders, psychologue

Faire son épicerie peut devenir une source de culpabilité et de stress, illustre le spécialiste.

« C’est très difficile de vivre dans un milieu urbain et de prendre conscience de l’omniprésence du plastique autour de nous. Ce sont des éléments déclencheurs à cette anxiété », indique-t-il.

Un stress pour les jeunes

Plusieurs études démontrent que les jeunes sont plus touchés par les enjeux environnementaux que les générations qui les précèdent, comme c’est le cas d’Adam Debbih, un élève de 16 ans.

« En fait, je suis vraiment stressé par ces changements parce que je sais qu’on ne les voit pas, mais c’est ça qui me fait peur. Ça va venir d’un coup et nous frapper en plein visage. »

De son côté, Béatrice Grace Castonguay admet faire des cauchemars dans lesquels la Terre est complètement détruite à cause des changements climatiques. « C’est un stress et ça affecte mes choix de vie », lance-t-elle.

Je me suis toujours imaginé avoir des enfants et devenir mère de famille, mais je me questionne vraiment si je devrais. Béatrice Grace Castonguay

D’autres de ses camarades de classe affirment que l’enjeu climatique les pousse à remettre en question leurs ambitions.

Audrey Bibeau, une jeune fille de 16 ans, s’interroge sur son avenir.

« Ça me brime dans mes choix de carrière. Je veux un emploi écoresponsable. Je n’ai pas envie de choisir un domaine comme le marketing, par exemple, pour encourager encore plus la consommation », confie-t-elle.

Des pistes de solution

 

Pour Joe Fauders, le traitement de l’éco-anxiété est le même que pour n’importe quel type d’anxiété.

« L’aspect très important du traitement repose dans la gestion de l’incertitude. Avec les changements climatiques, le niveau d’incertitude est très élevé, puisque personne ne sait précisément quand ni à quel point nous allons être affectés par ces bouleversements. C’est pour cette raison qu’il faut demeurer optimiste et apprendre à vivre avec cette incertitude », affirme-t-il.

Une autre piste de solution est le militantisme. Selon l’écosociologue Laure Waridel, le meilleur antidote à l’écoanxiété réside dans l’engagement social.

« Il existe une panoplie de gestes qu’on peut poser et qui font qu’on fait plus partie des solutions que du problème », déclare Laure Waridel.

Comme toute problématique de santé mentale, briser l’isolement est aussi une source puissante de résilience et d’espoir.

https://ici.radio-canada.ca/

Le potentiel émotionnel de la couleur de vos fringues


Moi, j’aime bien porter des couleurs sombres surtout le noir au grand, malgré certaines contestations familials. Ce n’est pas par déprime, mais je me sens plus à l’aise comme cela. En fait, on croit peut-être que la couleur que l’on choisit en matière de vêtements reflète nos émotions, mais en fait, ce sont les autres ont une perception de nos humeurs.
Nuage

 

Le potentiel émotionnel de la couleur de vos fringues

J'ai rien à me mettre | MikesPhotos via Pixabay

J’ai rien à me mettre | MikesPhotos via Pixabay

Daphnée Leportois

Les coloris de nos habits peuvent avoir un effet sur nos émotions. Une réaction cérébrale.

Il fait gris. Le ciel est couvert. Les rayons du soleil ne filtrent que très peu derrière la masse nuageuse. Et, de toute façon, la luminosité n’est jamais de longue durée: le soleil se couche en fin d’après-midi. C’est l’hiver. Ça vous déprime. Alors, parfois, pour contrer cette morosité ambiante, vous décidez d’enfiler une écharpe vert prairie, un manteau jaune d’or, un pull rouge cerise ou un T-shirt bleu électrique. Comme si la coloration de votre garde-robe avait le pouvoir de vous remonter le moral –c’est en tout cas l’objectif. Une stratégie vestimentaire qui peut s’avérer opérationnelle. Sauf que ce ne sont pas vraiment les couleurs qui vont jouer sur votre psychisme en berne, et ce, même si votre cerveau est aux commandes.

Comme l’explique John Maule, chercheur post-doctorant qui travaille sur la perception et le discernement des couleurs, «il n’y a pas vraiment de preuve scientifique appuyant l’hypothèse que la couleur a un effet direct sur l’humeur».

Lui qui est pourtant membre du Sussex Colour Group n’a pas même connaissance de confrère ni de consœur travaillant sur cette question (ce qui est, remarque-t-il, étonnant au vu de cette conviction partagée que porter des couleurs vives a quelque chose de dynamisant et influerait positivement notre psyché).

«Bien sûr, les gens peuvent associer certains vêtements avec un sentiment de mieux-être. Mais ça ne veut pas dire que c’est la couleur en tant que telle qui en est à l’origine ni qu’un habit d’une autre couleur ne pourrait pas être associé aussi fortement avec ce sentiment», précise-t-il.

C’est bien pour cela qu’«il n’existe pas de prescription médicale d’une couleur de vêtement pour aller mieux», comme le constatait le psychiatre Michel Lejoyeux dans un article de Madame Figaro publié en octobre 2018.

Pas de réaction physiologique automatique: de la même façon que l’on ne s’arrête pas par réflexe face au rouge ni n’avance au vert, on ne se déride pas en endossant une couleur dite gaie. C’est culturel!

Personnage en costume

La psychologue et psychanalyste Ludivine Beillard-Robert, qui a mené une thèse sur la psychopathologie du corps féminin habillé, convoque l’exemple d’une patiente qui avait revêtu une jupe jaune vif au travail.

«Tout le monde lui avait fait la remarque qu’elle était lumineuse, qu’elle amenait un rayon de soleil. Elle était assez étonnée que ce vêtement ait égayé la journée de ses collègues. Pour elle, sa jupe était jaune, point.»

C’est en fait cette association symbolique, laquelle varie suivant les cultures, qui peut amener à s’attifer avec des couleurs chaudes ou éclatantes pour booster son moral.

C’est à travers le regard des autres que les couleurs prennent sens et viennent accomplir leur prophétie autoréalisatrice

Ce n’est pas tant que l’on croit profondément que le tissu va rendre notre journée ou notre vie plus éclatante, c’est davantage que l’on endosse un costume, celui d’un personnage chatoyant. Parce que les couleurs sont symboliques, comme le rappelait l’historien spécialiste des couleurs et des symboles Michel Pastoureau, notamment dans ses ouvrages Une couleur ne vient jamais seule (éd. du Seuil, 2017) et Les couleurs de nos souvenirs(Seuil, 2010). Les siècles passés les ont chargées de sens et nous n’en percevons pas seulement les longueurs d’ondes. Elles sont devenues des indices sociaux, des signes d’appartenance.

La couleur des vêtements, par l’imaginaire qu’elle convoque, peut aider à catégoriser les gens –le noir aux gothiques par exemple

Le mécanisme est le suivant, détaille Ludivine Beillard-Robert: «On ne s’habille pas que pour soi mais aussi pour l’autre social. On s’imagine que tel groupe de personne est représenté par tel habit et on veut le porter pour s’y inclure. C’est un peu comme si c’était le dossard d’une équipe.»

C’est donc à travers le regard des autres que les couleurs prennent sens et viennent accomplir leur prophétie autoréalisatrice.

«L’habit est destiné à porter un message à soi et aux autres», pointait la psychiatre Catherine Joubert, co-autrice de l’ouvrage Déshabillez-moi – Psychanalyse des comportements vestimentaires (Fayard, 2011), dans une interview à Psychologies de 2015. «On a tendance à voir le vêtement comme porteur, en soi, d’une histoire. [Le mettre] devient une façon de s’approprier une autre image», ajoutait sa co-autrice et consœur Sarah Stern.

«Cintre à humeurs»

Une image marquée qui tient aussi à nos comportements.

«Lorsque l’on est maussade, on va avoir tendance à se cacher et, plutôt que de s’habiller en jaune pétant, se vêtir le plus communément possible afin de se fondre dans la masse», détaille Ludivine Beillard-Robert.

On associe donc les tons grisâtres à la petite déprime et les teintes pétillantes à un état d’esprit joyeux ou un caractère expansif. Pour bien montrer aux autres (et s’en convaincre par la même occasion) que l’on est gai, on se fringuera de manière colorée. Un peu comme si l’on se faisait remarquer par un grand éclat de rire.

Car la couleur a aussi ceci de notable qu’elle permet de sortir du lot.

«Pendant très longtemps, il convenait de s’habiller en noir quand on était en public, d’où l’expression “noir de monde”», complète la psychanalyste.

Certes, ce n’est plus le cas mais, à tous enfiler des jeans, les frusques aux couleurs pétulantes ne sont pas nombreuses.

«On met de la couleur pour orienter et provoquer le regard, en espérant que cela va produire un effet. Et, de fait, cela produit un effet par contraste», qui plus est par un hiver sans soleil, expose le philosophe du corps Bernard Andrieu, entre autres auteur de l’article «Sentir sa couleur de la santé par les teintes ? Quel détournement du modèle oriental» (Communications, 2010) et de l’ouvrage Rester beau (éd. Le Murmure, 2017). «On parle bien de couleurs pétantes, comme si c’était quelque chose qui allait exploser à l’œil et au regard», souligne Ludivine Beillard-Robert.

Derrière ce message codifié, il y a aussi l’idée que d’«une perméabilité entre l’intérieur et l’extérieur», indiquait Catherine Joubert à Psychologies. «On se sert de la couleur comme d’un cintre à humeurs, pour exprimer et manifester la sienne dans un cadre codé», abonde Bernard Andrieu.

De la même manière que l’on cherche à créer une harmonie entre la couleur de sa peau, de ses yeux, de ses cheveux et ses vêtements et à présenter une «cohérence chromatique», indique le philosophe, on croit confusément que l’«on exprime ses sentiments internes en les projetant sur ses vêtements» et que ces bouts de tissu servent à relier «corps intérieur et extérieur, surface et profondeur».

Un moyen d’exprimer son identité et d’en revêtir une nouvelle au fil de son humeur. Pas étonnant que l’idée que les couleurs vives contribuent au bien-être ne dépérisse pas.

https://www.slate.fr/