Les dépouilles d’étranges créa­tures ont été retrou­vées sous la glace d’un lac perdu de l’An­tar­c­tique


Lors d’un forage plusieurs mètres sous la glace en Antarctique, petites bêtes marines et terrestres ont été découverte. On ne sait pas encore l’âge exacte de ce petit monde qui ont été gelée depuis des millénaires. Ces chercheurs ne seront pas au chomage en tentant d’identifier leur trouvaille
Nuage

 

Les dépouilles d’étranges créa­tures ont été retrou­vées sous la glace d’un lac perdu de l’An­tar­c­tique

 

Credits : Billy Collins/SALSA

par  Ulyces 

Des scien­ti­fiques améri­cains ont mis à jour les carcasses de minus­cules créa­tures, enfouies à plus de 1 065 mètres sous la glace. Décou­vert acci­den­tel­le­ment en 2007, le lac Mercer, en Antar­c­tique, est une vaste éten­due d’eau sous-glaciaire, que les scien­ti­fiques n’avaient jamais explo­rée jusqu’en décembre 2018, rapporte la revue spécia­li­sée Nature.

Pour la première fois de l’his­toire, les cher­cheurs du projet Salsa (Subgla­cial Antar­c­tic Lakes Scien­ti­fic Access) sont parve­nus à étudier le lac, et ont détecté, à l’aide d’une foreuse à haute pres­sion, des restes de minus­cules crus­ta­cés, à plus d’un kilo­mètre de profon­deur.

Cette décou­verte était « tota­le­ment inat­ten­due », a fait savoir David Harwood, l’un des micro-paléon­to­logues présent lors de l’ex­pé­di­tion.

Une trou­vaille d’au­tant plus surpre­nante que certains spéci­mens sont visi­ble­ment des terriens. Le tardi­grade à huit pattes iden­ti­fiée en décembre ressemble ainsi à certaines espèces connues pour habi­ter les sols humides. Les cher­cheurs pensent donc que ces créa­tures vivaient dans les étangs et les ruis­seaux des montagnes trans-antar­c­tiques, à envi­ron 50 kilo­mètres du lac Mercer. Lorsque le climat s’est fait plus froid, la glace aurait envahi et recou­vert ces zones de vie.

Credits : Bob Zook and John Winans/SALSA

Les spéci­mens obser­vés, dont certains sont plus petits qu’une « graine de coque­li­cot », ont certai­ne­ment été trans­por­tés dans le lac Mercer après leur mort, il y a des milliers, ou des dizaines de milliers d’an­nées. Dans les mois à venir, l’équipe du projet SALSA devrait pouvoir déter­mi­ner l’âge des carcasses, grâce à la data­tion au radio­car­bone. Elle tentera égale­ment de séquen­cer des frag­ments d’ADN prove­nant de ces restes, afin de déter­mi­ner si les crus­ta­cés appar­tiennent à des espèces marines ou d’eau douce.

Credits : Kathy Kasic/SALSA

Sources : Daily Mail / Nature

https://www.ulyces.co

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s