La jeune génération


Dans le fond, ce que les jeunes vivent aujourd’hui, est très similaire à ce que vivaient les jeunes des générations passés. Juste que tout est visible de nos jours
Nuage

 

La jeune génération

 

“La jeune génération n’est ni plus ni moins libre ou amorale que les générations qui l’on précédée. Seulement, elle néglige, elle, de tirer les rideaux.”

de Edwige Feuillère

Le Saviez-Vous ► Quelle plante est la plus “intelligente” ?


 

Les plantes, sont-elles intelligentes, moi, j’ai tendance à dire oui, elles ont une forme d’intelligence, d’ailleurs des études auraient prouvé qu’elles peuvent même communiquer entre elles en cas d’urgence. Les scientifiques ont des gagnants comme la plante attrape-mouche, le chiendent, une mauvaise herbe difficile à se débarrassé et enfin le blé.
Nuage

 

Quelle plante est la plus “intelligente” ?

Dionaea muscipula. Crédits : Wikipedia

par Brice Louvet

Le monde végétal est intelligent. Non pas au sens cognitif du terme, mains on notera d’étonnantes capacités d’apprentissage, d’anticipation et d’adaptation. Mais si l’on part du postulat que les plantes sont douées de ces capacités, une question se pose alors : laquelle est la plus intelligente ?

Dans sa rubrique Giz Ask, le site Gizmodo a récemment interrogé plusieurs experts en botanique dans le but de trouver une réponse à cette question. Tout le monde n’est pas d’accord, mais chaque point de vue est intéressant par la manière dont il est justifié. Katie Field, de l’Université de Leeds (Royaume-Uni), évoque par exemple une célèbre plante carnivore.

« La célèbre dionée attrape-mouche (Dionaea muscipula) qui semble compter le nombre de fois où un poil sensitif est provoqué à la surface de son piège avant de décider de  se fermer sur l’insecte malchanceux qui se trouve à l’intérieur, pourrait constituer un exemple classique de “d’intelligence des plantes”, dit-elle. Ce comportement “intelligent” garantit qu’elle ne gaspille pas d’énergie en fermant son piège sur une proie non-insecte (comme des feuilles mortes, par exemple) ».

David Wees, conférencier et directeur associé du programme de gestion et des technologies agricoles de l’Université McGill (Canada), évoque de son côté “les mauvaises herbes” :

« Malgré les meilleurs efforts des agriculteurs ou des jardiniers, les mauvaises herbes semblent toujours tirer parti de tous les espaces possibles pour se développer et se multiplier », explique le chercheur, qui note que la plus “intelligente” mauvaise herbe serait peut-être le chiendent (Elymus repens).

« Une fois installé, il est presque impossible de l’éliminer »

« Non seulement il se reproduit par graines, mais il se propage également par les rhizomes, de longues tiges souterraines minces, dit-il. Chaque morceau de rhizome peut produire une nouvelle plante de chiendent, en fait un clone naturel. Si vous labourez un champ avec du chiendent, vous couperez par inadvertance des morceaux de rhizomes qui germeront et donneront lieu à davantage de chiendent (…) Une fois établi dans une zone, il est presque impossible de l’éliminer complètement ».

Enfin Philippa Borrill, maître de conférences en biologie végétale à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni), évoque de son côté les plantes cultivées, et notamment la plus célèbre d’entre elles : le blé.

« Si ce n’est pas une plante intelligente, je ne sais pas ce que c’est »

« Nous pensons souvent que les cultures sont domestiquées par l’Homme, mais je dirais que l’inverse est également vrai. Les cultures dont nous dépendons nous ont domestiqués (ou peut-être même asservis) pour y planter leurs semences, arroser et entretenir les plantes en croissance, puis récolter les semences et s’assurer qu’elles seront plantées l’année suivante », explique la chercheuse.

Prenant le blé pour exemple, Philippa Borrill note également que « les êtres humains sèment désormais du blé sur cinq continents », ajoutant que la plante s’est « adaptée pour se développer dans une vaste gamme d’environnements, du climat chaud et sec de l’Australie au climat frais et humide du Royaume-Uni ». Aujourd’hui, « le blé nourrit plus de 2,5 milliards de personnes chaque jour. Si ce n’est pas une plante intelligente, je ne sais pas ce que c’est ».

Alors, les plantes sont-elles réellement intelligentes ? Tout dépend de la définition que l’on prête à ce terme. Mais si l’on considère la capacité à résoudre des problèmes comme une forme d’intelligence, alors nous pourrions être tentés de considérer toutes les formes de vie (dont les plantes) comme intelligentes. Mais celles-ci ont tout de même « quelque chose » en plus : contrairement à toute autre forme de vie, ces dernières sont capables de résoudre leurs problèmes sans pouvoir se mouvoir. Et ça, ce n’est pas rien.

Source

https://sciencepost.fr/

Australie : un opossum surprend par sa ressemblance avec Pikachu


Un pikachu vit en Australie. C’est un opossum doré, et comme le Pokémon Pikachu, il est tout jaune, mais il n’a pas de joue rouge, ni de noir sur la pointe des oreilles. Malheureusement, il est un peu trop voyant pour les prédateurs
Nuage

 

Australie : un opossum surprend par sa ressemblance avec Pikachu

 

Opossum d'Australie

Cette femelle opossum d’Australie a les poils totalement jaunes à cause d’une mutation.

© FACEBOOK / BORONIA VETERINARY CLINIC AND ANIMAL HOSPITAL

Par Anne-Sophie Tassa

Une clinique vétérinaire australienne a pris en charge un étrange animal : un opossum arborant une couleur jaune semblable à celle de Pikachu, le célèbre Pokémon.

Qu’est-ce qui a les oreilles pointues, qui est petit et jaune… mais qui ne lance pas d’éclair ? Il ne s’agit donc pas de Pikachu mais d’un opossum d’Australie (Trichosurus vulpecula), un peu particulier. Le 14 novembre 2018, la Clinique vétérinaire de Boronia et son hôpital pour animaux, situés en Australie, ont publié la photo d’un opossum doré, un petit animal entièrement jaune. « C’est Pikachu ! », a commenté un internaute tandis qu’une seconde s’est amusée à truquer la photo de l’opossum pour que celui-ci arbore les pommettes rouges et le bout des oreilles noirs du célèbre Pokémon (voir photographie ci-dessous). Afin d’éviter tout malentendu, la clinique a tenu à préciser les raisons de cette étonnante couleur de fourrure.

« La couleur dorée est causée par une mutation qui conduit à un faible taux de mélanine, un pigment qui donne leur couleur aux poils, explique-t-elle. Ces opossums sont très rares dans la nature car bien que leur couleur lumineuse les rende si spéciaux à nos yeux, ils se font remarquer davantage par les prédateurs ! ».

Pour préserver cette jeune opossum – car il s’agit là d’une femelle – celle-ci va être élevée en présence de soigneurs et sera ensuite placée dans un sanctuaire.

© Facebook / Susan Wolf

La population d’opossums d’Australie diminue

Ces animaux sont endémiques de l’Australie. Inscrits dans la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) dans la catégorie « Préoccupation mineure », leur population diminue néanmoins.

Il n’existe pas de menaces particulières qui pèsent sur cette espèce. Mais « la prédation des dingos, des chats, des renards ainsi que celle des pythons peut impacter les populations où l’espèce est rare », note l’UICN sur son site.

Les feux de forêts affectent également ces animaux notamment quand ils entraînent la destruction des grands arbres.

https://www.sciencesetavenir.fr

Un homme crache un caillot de sang de la forme de son arbre bronchique droit


6 pouces de large, c’est quand même 15 cm ! Difficile de s’imaginer qu’une personne peut cracher un caillot de sang formé comme un arbre. Ce n’est pas un cas unique, car les anales médicales ont déjà inscrit un autre cas.
Nuage

 

Un homme crache un caillot de sang de la forme de son arbre bronchique droit

 

GAVITT WOODARD/THE NEW ENGLAND JOURNAL OF MEDICINE ©2018The rare blood clot, which is a cast of the right bronchial tree.

Les médecins ont été étonnés que le caillot soit sorti du patient sans se briser.

  • Par Elyse Wanshel, HuffPost US

La manière dont un caillot sanguin de cette taille et de cette forme est sorti d’un patient laisse les médecins perplexes.

Lundi, le New England Journal of Medicinea publié une photo surprenante dans le cadre de sa série de photos Images in Clinical Medicine, qui présente des photos d’anomalies médicales.

La photo, à première vue, est étrangement jolie et ressemble à un arbre rouge qui aurait pu germer dans l’imaginaire de Tim Burton. Mais ce n’est pas une fiction: c’est un véritable caillot de sang qui est sorti du corps d’un être humain et qui a la forme exacte d’un passage pulmonaire.

Plus précisément, il s’agit d’un caillot de six pouces de large ayant la forme de l’arbre bronchique droit, une partie du réseau tubulaire qui distribue l’air aux poumons.

Selon Georg Wieselthaler, chirurgien spécialiste des greffes et des poumons à l’Université de Californie à San Francisco, un patient de 36 ans non identifié admis aux soins intensifs pour insuffisance cardiaque au stade terminal a spontanément craché la merveille médicale.

Cela s’est produit après que le patient ait craché des caillots beaucoup plus petits pendant plusieurs jours. Lorsque ce caillot est sorti, il était initialement «étrangement formé» et «replié sur lui-même», selon The Atlantique.

Lorsque Wieselthaler et son équipe ont délicatement étiré le caillot, ils ont découvert «que l’architecture des voies respiratoires avait été si parfaitement conservée qu’ils ont pu l’identifier comme l’arbre bronchique droit en se basant uniquement sur le nombre de branches et leur alignement».

Ils ont été stupéfaits de constater que le caillot était sorti du patient sans se rompre.

Malheureusement, le patient est décédé à la suite d’une insuffisance cardiaque une semaine plus tard.

Bien que le caillot soit extrêmement inhabituel, il n’est pas complètement inconnu.

En 2005, une femme enceinte de 25 ans a craché un caillot de sang similaire, une copie de l’arbre bronchique, selon le European Journal of Cardio-Thoracic Surgery.

Heureusement, cette patiente et son enfant à naître ont survécu.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Écoutez pour la première fois le son des vents martiens


Grâce à la sonde InSight a pour but d’étudier les tremblements de terre sur Mars. En attendant qu’il se mette au travail, il a enregistré le vent sur la planète rouge. La NASA a dû augmenter de quelques octaves pour notre oreille puisse l’entendre.
Nuage

 

Écoutez pour la première fois le son des vents martiens

 

Crédits : NASA/JPL-Caltech.

par Brice Louvet

L’atterrisseur InSight de la NASA, sur Mars depuis un peu moins de deux semaines, a récemment enregistré des vibrations causées par le vent soufflant sur les instruments scientifiques. Vous vous apprêtez à écouter les tout premiers “sons” des vents martiens.

Cela ne vous aura pas échappé : la sonde Insight, de la NASA, a survécu à la descente risquée dans l’atmosphère de Mars. À peine atterri, le robot nous a même gratifié d’une première photo (poussiéreuse), nous rassurant quant à ses capacités de fonctionnement. Ses panneaux solaires désormais activés, InSight a récemment pu configurer son sismomètre (SEIS), destiné à mesurer les “tremblements de Mars”. En attendant de pouvoir être déposé au sol pour commencer les analyses, l’instrument a enregistré d’autres types de vibrations. Un véritable régal auditif complètement imprévu.

Les sons de ces coups de vent ont été enregistrés par l’instrument SEIS, un sismomètre du Cnes, installé à bord de la sonde InSight, ainsi que par un capteur de pression.

“Ce sont les quinze premières minutes de données d’un des sous-composants du sismomètre”, explique Thomas Pike, de l’Imperial College à Londres et responsable de l’instrument. “C’est un peu comme un drapeau flottant dans le vent. Mais le son a vraiment l’air de venir d’un autre monde, ce qui est exactement le cas, poursuit-il. Notre oreille n’est pas habituée à reconnaître ce son”.

Des sons venus d’un autre monde

“Inaltérées, ces vibrations sont à peine audibles, car elles ont été enregistrées à une fréquence de 50 hertz, à l’extrémité inférieure de ce que l’oreille humaine peut détecter“, explique en effet le chercheur.

Une différence de fréquences que nous devons à l’atmosphère martienne, très fine et très peu dense (1% de l’atmosphère terrienne). C’est pourquoi la NASA a tenu à partager ce fichier audio avec un son décalé de six octaves, dans une plage audible pour l’Homme.

Tremblements de Mars

On rappelle évidemment que la mission principale d’Insight sera d’étudier les “tremblements de Mars” en plantant un sismomètre dans le sol. Si la plupart des tremblements de terre sur notre planète se produisent à cause de la tectonique des plaques, ce n’est pas le cas de Mars. L’objet de la mission sera donc de déterminer l’origine de ces vibrations martiennes.

Analyser les ondes sismiques martiennes pourrait également permettre de comprendre la composition de l’intérieur de la planète rouge. En traversant la planète, les ondes recueillent en effet au passage des informations contenues dans les sols. Si tel est le cas, nous serons alors en mesure de mieux appréhender la formation des planètes rocheuses en général, et donc de la Terre.

Source

https://sciencepost.fr/

Sur YouTube, Noah prétend voyager dans le temps


Il y a plusieurs vidéos sur ce Noah qui prétend venir du futur. Il prédit beaucoup de choses qui sont farfelues, quoique certains sont possibles, car il suffit de lire entre les lignes de l’histoire humaine. Enfin, avec YouTube, c’est le genre d’excentricité qu’on risque de voir souvent
Nuage

Sur YouTube, Noah prétend voyager dans le temps

 

 

Et c’est assez divertissant.

Que nous réserve l’avenir? Vu les actualités du moment, il devient difficile de croire encore en un futur radieux, plein d’arcs-en-ciel et de rires d’enfants. Depuis quelques mois sur YouTube, un homme prénommé Noah se décrit comme un voyageur du temps. Il affirme venir de l’année 2030 et dans plusieurs vidéos, il tente de convaincre les internautes avec des prédictions plus ou moins farfelues.

Bien sûr que les extraterrestres existent selon Noah, mais ils ne sont pas plus intelligents que les humains, seulement plus doués en voyage dans l’espace. Ils devraient arriver sur Terre en 2028, Donald Trump les a d’ailleurs rencontrés. Physiquement, ils sont « difficiles à décrire« , mais ils viendront en paix.

Après Donald Trump, c’est une femme qui devrait devenir présidente des États-Unis, Yolanda Renee King est la petite-fille de Martin Luther King. Elle aura seulement 20 ans au moment de son élection. En 2028, Noah annonce également que le voyage dans le temps sera enfin révélé au public par le gouvernement.

Dans le futur, les êtres humains seront branchés à leur ordinateur, un peu comme dans le film « Matrix ». Noah confie:

« C’est la première étape vers l’immortalité. »

Du côté des mauvaises nouvelles, la Corée du Nord va provoquer une guerre entre plusieurs pays, malgré les efforts récents pour apaiser les tensions. Et le réchauffement climatique ne risque pas de s’arranger.

« Il y a des ordures partout, beaucoup de pollution dans l’air. »

Noah prédit aussi une immense tempête de neige en 2019.

À cause de ses révélations, Noah se sent en danger.

« Si je disparais soudainement, ça signifie que quelque chose de mauvais m’est arrivé. Le gouvernement va finir par me trouver et m’emporter quelque part, je ne sais pas où. »

 

https://www.7sur7.be/