Les contraires


Pour comprendre, apprécié quelque chose, il faut connaître, expérimenter son contraire.
Nuage

 

Les contraires

 

 

C’est le silence qui nous apprend à aimer la musique, c’est l’obscurité qui nous apprend à aimer les couleurs, c’est la guerre qui nous apprend à aimer la paix, c’est l’absence de rire qui nous apprend à comprendre l’humour.

Bernard Werber

Le Saviez-Vous ► L’avocat, un poison mortel pour certains animaux


L’avocat est très populaire du moins le fruit, pas la profession. Il est quand même important de savoir qu’il peut être nocif voir mortel pour certains animaux
Nuage

 

L’avocat, un poison mortel pour certains animaux

 

 

L’avocat, ce délicieux légume à la chair sucrée, considéré comme un fruit dans certains pays, serait particulièrement nocif pour certains animaux.

Extrêmement nocif pour l’oiseau, il semblerait l’être également chez le chien et le chat, pas non plus à l’abri d’une grave indigestion. Moins sévère chez ces deux animaux de compagnie, l’ingestion d’une petite quantité de chair, de feuilles ou d’écorce serait fatale chez les oiseaux, passibles d’une mort subite seulement quelques minutes après absorption, suite à une insuffisance respiratoire.

Veuillez donc à éloigner le pot de guacamole de la cage de votre chère perruche lors de vos soirées fajitas…

(Source)

https://lesavaistu.fr/

«Les océans sont tout petits», affirme Trump en interview


Donald Trump prétend faire partie des gens ayant un haut niveau d’intelligence, mais dans tout ces dires, je ne sais pas quels propos est la pire. Et si lui est hautement intelligent alors moi, je suis un génie … que n’en déplaise à Donald Trump 😉 Pour le moment dans ce court texte, ratisser les forêts pour éviter les incendies, et il se dit intelligent ?
Nuage

 

«Les océans sont tout petits», affirme Trump en interview

 

Donald Trump le 26 novembre 2018 | Nicholas Kamm / AFP

Donald Trump le 26 novembre 2018 | Nicholas Kamm / AFP

Repéré par Claire Levenson

Les déclarations du président américain ressemblent de plus en plus à une parodie

— Repéré sur Vox, Washington Post

Dans un entretien de vingt minutes avec deux journalistes du Washington Post publié le 28 novembre, Donald Trump a commenté l’actualité de façon décousue et parfois inintelligible.

Il s’en est pris à la hausse des taux d’intérêt mise en place par la Fed, la banque centrale américaine, qu’il accuse d’être responsable de la vague de licenciements annoncée par General Motors. À ce sujet, il a dit:

«Je ne suis pas content de la Fed. Ils font une erreur, car j’ai un instinct, et mon instinct m’en dit souvent plus que le cerveau de n’importe qui.»

Le président américain s’est aussi lancé dans une tirade sur le réchauffement climatique, dont plusieurs phrases sont rapidement devenus virales:

«Un des problèmes des gens comme moi, c’est que nous avons de hauts niveaux d’intelligence, mais nous ne sommes pas nécessairement des croyants. Vous regardez notre air et notre eau, et en ce moment, ils ont atteint des records de propreté».

Il a ensuite affirmé que l’air était sale en Chine, en Amérique du Sud, en Russie et «dans de nombreux autres endroits», avant de se lancer dans une explication sur le mouvement d’air sale et d’ordures venus d’Asie:

«Quand vous parlez d’atmosphère, les océans sont tout petits. Et ça souffle, ça voyage. Nous récupérons des milliers de tonnes d’ordures venues d’Asie sur nos plages».

Le président américain, qui a dit ne pas croire les conclusions d’un rapport sur le climat publié par son propre gouvernement, a aussi tenté de discréditer le réchauffement climatique en rappelant que dans les anneés 1970, quelques scientifiques avaient brièvement défendu une théorie du refroidissement climatique:

«Si vous regardez les articles, ils parlaient de refroidissement climatique, ils disaient que les planètes allaient geler, et maintenant elles vont mourir à cause de la chaleur».

Pour finir sur les questions environnementales, Donald Trump a de nouveau évoqué l’idée fausse selon laquelle le fait de ratisser les sols de forêt permet de prévenir les incendies, une technique qu’il avait attribué faussement à la Finlande.

«C’était intéressant, j’ai vu les pompiers et ils ratissaient les broussailes […] C’était en feu et ils ratissaient, ils travaillaient dur, ils ratissaient tout ça. Si ça avait été ratissé avant, il n’y aurait rien eu qui aurait pris feu. C’était très intéressant à voir.»

http://www.slate.fr/

"J’ai failli mourir": elle fait une effrayante réaction allergique à une teinture capillaire


C’est une réaction allergique assez impressionnante. Vive les cheveux naturels même s’ils blanchissent. C’est important de faire les tests d’allergies quand cela est nécessaire. Il serait important que la notice sur la boite soit écrite en gros en guise de prévention.
Nuage

 

« J’ai failli mourir »: elle fait une effrayante réaction allergique à une teinture capillaire

 

© Photo publique Facebook.

Par: Deborah Laurent

Une jeune fille de 19 ans a fait une réaction allergique impressionnante à sa teinture capillaire, achetée au supermarché. Elle met les gens en garde.

Estelle, 19 ans, a découvert qu’elle était allergique au PPD au pire moment: en réalisant une coloration capillaire. Le paraphénylènediamine, PPD de son petit nom, est une substance qui se trouve dans la plupart des colorations de grande surface.

C’est à cause d’elle que la notice nous demande de tester la coloration sur la peau et d’attendre 48 heures avant de l’appliquer sur les cheveux. Estelle admet n’avoir attendu que 30 minutes.

« J’ai fait une bêtise et j’ai envie de dire aux autres, ne faites pas comme moi », dit-elle dans Le Parisien.

Son allergie s’est déclarée par des démangeaisons au cuir chevelu et le lendemain, le visage de la jeune fille était complètement déformé. Elle a fait deux passages aux urgences, a reçu des injections de corticoïdes et d’antihistamininiques avant de manquer de s’étouffer

« J’ai failli mourir », dit-elle.

Les allergies au PPD ne sont pas si rares, elles touchent 2 à 3% de la population. Et si le cas d’Estelle est exceptionnel, il vaut mieux toujours attendre les 48 heures préconisées pour le test d’allergie pour éviter sa mésaventure.

© Photo publique Facebook.

 

 

https://www.7sur7.be/7s7/f

Deux momies parfaitement préservées découvertes dans un tombeau vieux de 3500 ans


L’Égypte accentue sur les découvertes en 2018, la Vallée des rois n’est pas en reste. Des sarcophage à l’intérieur des nécropoles contenant des momies bien conservées
Nuage

 

Deux momies parfaitement préservées découvertes dans un tombeau vieux de 3500 ans

 

Crédits : ministère égyptien des Antiquités

par  Laura Boudoux

 

Ces archéologues français ont fait une découverte incroyable dans la Vallée des rois, en Egypte. À l’intérieur de la nécropole d’El-Assasif, à Louxor, deux cercueils en bois en parfait état ont été retrouvés, renfermant toujours leurs momies. 

« L’un des sarcophages est de style rishi, qui remonte à la dix-septième dynastie, tandis que l’autre sarcophage appartient à la dix-huitième dynastie », a déclaré le ministre des Antiquités, Khaled Al Anani.

Le plus ancien des deux pourrait donc dater de 1580 avant J.C. et les scientifiques n’ont pas encore déterminé qui était en son sein, révèle The Guardian.

Crédits : ministère égyptien des Antiquités

Ces découvertes ont été faites par une équipe de Français, le 12 novembre 2018. Douze jours plus tard, les scientifiques ont, pour la première fois de l’histoire, ouvert devant des médias du monde entier un sarcophage qui n’avait jamais été descellé. Ils ont alors pu identifier l’une des momies, qui appartient à une femme nommée Pouyou, a annoncé l’université de Strasbourg.

Crédits : ministère égyptien des Antiquités

Depuis début 2018, l’Egypte a fait des fouilles archéologiques l’une de ses priorités. En association avec des chercheurs du monde entier, le pays a enregistré des dizaines de découvertes, qui permettent non seulement de mieux appréhender cette période de l’histoire, mais aussi d’améliorer son image, pour attirer l’intérêt des touristes. Autrefois très prisée des voyageurs, l’Egypte peine à apparaître comme une destination sûre, depuis le soulèvement politique de 2011.

Sources : The Guardian / Université de Strasbourg

https://www.ulyces.co/

Découverte d’une nouvelle espèce de crapaud miniature au Venezuela


 

Une nouvelle espèce du Venezuela mais elle est aussi en danger, car son habitat est dégradé par la déforestation causé par l’agricoles et d’élevage.
Nuage

 

Découverte d’une nouvelle espèce de crapaud miniature au Venezuela

 

AFP/Musée d’histoire naturelle La Salle

Des chercheurs ont découvert au Venezuela une nouvelle espèce endémique de crapaud miniature, confirmant que le pays possède l’une des plus riches diversités de batraciens au monde.

Ce crapaud, qui mesure au maximum 2,5cm, vit dans des bois de la montagne Aroa (État de Yaracuy) dans le nord du pays.

Il a été baptisé Mannophryne molinai, en hommage à César Molina (1960-2015), un herpétologique vénézuélien.

Ce crapaud se distingue par une bande noire sous la gorge et les femelles sont légèrement plus grandes que les mâles, a expliqué à l’AFP Miguel Matta, de l’Université centrale du Venezuela, qui a co-dirigé le programme de recherches avec des scientifiques vénézuéliens de l’Université des Andes et du Musée d’histoire naturelle La Salle.

Sur le dos, le crapaud arbore des couleurs variant du marron au gris et au vert foncé. Le ventre des mâles est blanc et leur gorge grisâtre. Les femelles présentent une coloration ventrale plus vive, avec une gorge jaune, une bande noire plus marquée sous la gorge, et le ventre blanc partiellement teinté de jaune, décrit Miguel Matta.

Les premiers individus ont été repérés en 2012 dans un ruisseau de la zone. Initialement, les scientifiques ont pensé qu’il s’agissait d’une autre population de Mannophryne herminae, une espèce très présente dans les montagnes de la côte vénézuélienne.

Mais des doutes persistaient. L’analyse de photographies, d’enregistrements de croassements et un minutieux travail de comparaison avec les 19 autres espèces connues du genre Mannophryne ont permis de s’assurer qu’il s’agissait bien d’une nouvelle espèce.

Les résultats des investigations ont été publiés dans la revue scientifique Zootaxa.

La nouvelle espèce est toutefois vulnérable en raison de la déforestation, liée aux activités agricoles et d’élevage, qui augmente la température et diminue l’humidité, souligne Miguel Matta.

Cette découverte porte à 20 le nombre d’espèces identifiées du genre Mannophryn, dont 18 sont endémiques aux régions montagneuses du nord du Venezuela. La moitié d’entre elles sont inscrites sur la liste des espèces menacées d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

«Cette mise au jour montre que la faune de batraciens au Venezuela possède encore un champ pour de nouvelles découvertes et confirme la position du Venezuela comme le huitième pays du monde en matière de diversité de batraciens», souligne Miguel Matta.

http://journalmetro.com/