Ce psychologue ukrainien enterre vivants ses patients pour les soigner


Une thérapie que je ne voudrais pas essayer. La seule fois que j’accepterais de me coucher dans un cercueil et être enterrée, sera que la vie me quittera.
Nuage

 

Ce psychologue ukrainien enterre vivants ses patients pour les soigner

 

Crédits : Andreï Zhelvetro

par  Malaurie Chokoualé

Imaginez que lors d’une séance chez le psy, celui-ci vous prescrive un séjour express dans un cercueil fraîchement recouvert par de la terre meuble pour vous tranquilliser.

C’est exactement ce qu’a décidé de proposer le psychologue de Kiev Andreï Zhelvetro. Le média britannique Mirror expliquait le 25 septembre que dans le cadre de ses thérapies psychologiques – sans pour autant préciser ce qu’il désire soigner –, Zhelvetro invite ses patients à se faire enterrer vivants, la tête paisiblement posée sur un coussin blanc, le regard vissé au couvercle.

Après d’ultimes goulées d’air frais, le patient s’allonge de tout son long dans la boîte. Zhelvetro commence alors à donner des pelletées énergiques jusqu’à recouvrir presque entièrement le cercueil ; seul un tuyau dépasse alors du monticule, donnant un peu d’air au « mort-vivant » du jour, pendant ses quelques heures sous terre. Andreï Zhelvetro raconte avoir créé ce traitement il y a quelques années – il aurait été la première personne à l’essayer. Selon lui, cette expérience, qu’il décrit comme une résurrection, aide à se sentir vivant.

Ce traitement pour le moins inhabituel a été rendu célèbre après qu’un villageois a trouvé douze cercueils vides abandonnés dans une forêt proche de la capitale, avec leurs tombes préalablement creusées. Après enquête, la police a réussi à remonter jusqu’à Zhelvetro, qui a admis sans complexe la nature de ses méthodes. La police a ensuite tenté de l’arrêter pour empêcher de nouvelles thérapies en boîte, mais personne n’a jamais voulu témoigner de son plein gré contre Zhelvetro et aucun blessé n’a jamais été regretté. Le psychologue a ainsi pu poursuivre ses activités.

On se demandait il y a quelques temps s’il y avait encore des risques d’être enterré vivant aujourd’hui, apparemment oui.

Sources : Mirror Online

https://www.ulyces.co/

7 réponses à “Ce psychologue ukrainien enterre vivants ses patients pour les soigner

  1. Punaise, pile-poil ma grande hantise que j’imaginais en étant couchée avant de m’endormir, ce qui suscitait chez moi à cette époque des crises de panique, de spasmophilie, jusqu’à même une crise du spasme du larynx. Bref tout est lié. Quant à cette peur intente de la mort en imaginant ce truc là. C’était complètement irrationnel, vu que je n’étais pas morte dans mon cercueil imaginaire et que je mourrais sans doute asphyxiée. Je ne sais plus trop.
    Ces idées ont totalement disparu, et là j’éclate de rire pour cette invention totalement digne de la torture, ce type aurait dû être enfermé pour je ne sais quelle travers psychologique. Là je prends cela au second degré d’où mon rire.
    J’ai résolu ma peur de la mort, lors de mes longues séances chez ma psychiatre dans le passé. Cela remonte à l’enfance bien entendu, aux sévices. Je me ferai brûler, donc pas de réveil dans un cercueil c’est déjà arrivé.
    Tous ces maux, je pense, je suppose, sont apparus lorsque j’ai vu mon père squelettique au seuil de la mort. Alors que je ne demandais qu’une seule chose c’est qu’il disparaisse après tout ce qu’il nous avait fait subir dans la famille. Une supposition. Conclusion, je n’ai plus cette hantise et ce type avec cette expérience mériterait qu’elle soit faite sur lui-même 👿 😉

Répondre à jack35 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s