Ces chèvres accros à l’urine humaine sont évacuées d’un parc en hélicoptère


Si vous voyez des chèvres dans le ciel, non vous n’avez pas pris des substances hallucinatoires. Qui aurait cru que des animaux comme des chèvres qui cherchent à combler leur manque d’iode vont attaquer des humains pour leur urine ou leur transpiration. Il faut dire que ces chèvres ne sont pas originaire d’un parc national de l’état de Washington aux États-Unis.
Nuage

 

 

Ces chèvres accros à l’urine humaine sont évacuées d’un parc en hélicoptère

 

Crédits : The Seattle Times

par  Laura Boudoux

Elles attaquent les promeneurs, avides d’urine et de transpiration. Non-originaires de l’Olympic National Park de l’État de Washington, où elles ont été introduites dans les années 1920, ces chèvres sont évacuées par hélicoptère depuis début septembre 2018, rapporte le Seattle Times.

Dans ce parc, cette espèce native des hautes montagnes ne dispose en effet d’aucune source naturelle de sel, duquel elles sont pourtant friandes. Pour combler leurs besoins en iode, les chèvres se tournent donc vers les humains, dont elles raffolent de l’urine, ce qui préoccupait de plus en plus les autorités locales. En 2010, un mâle a même tué un randonneur de 63 ans, souligne la National Public Radio.

Un problème majeur qui a poussé les autorités à mettre en place un plan d’évacuation prévu pour durer de 3 à 5 ans. 700 chèvres devraient être évacuées par hélicoptère, vers la chaîne des Cascades, dans leur habitat naturel. Œillères sur les yeux, calmées par un sédatif, les chèvres se retrouvent donc depuis quelques semaines pendues deux par deux à une corde reliée à un hélicoptère. Après avoir volé quelques minutes, elles sont transférées dans des camions réfrigérés – pour qu’elles restent au frais malgré la promiscuité –, qui les déposent dans la nature. Les chèvres que les équipes n’auront pas réussi à évacuer devraient quant à elles être abattues…

Les autorités de l’Olympic National Park se réjouissent de ce plan d’action, qui devrait permettre de rétablir l’ordre naturel du parc.

« Nous aurons ainsi évacué une espèce exotique qui a eu des impacts sur les écosystèmes fragiles », a ainsi expliqué Sarah Creachbaum, la surveillante générale du parc.

Une extraction à grande échelle dont le succès ne pourra pas être vérifié tout de suite.

« Les populations de chèvres ne grandissent pas vite. Il faudra attendre une ou deux décennies » avant de voir si les animaux évacués se sont bien adaptés à leur nouvel environnement… et si les randonneurs de l’Olympic National Park peuvent se soulager contre les arbres sans se faire agresser.

Sources : NPR / Seattle Times

https://www.ulyces.co/

2 réponses à “Ces chèvres accros à l’urine humaine sont évacuées d’un parc en hélicoptère

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s