Ces poissons fantomatiques découverts dans les abysses fondent à la surface de l’eau


Des poissons-limaces inconnu jusqu’à maintenant, ces poissons peuvent être rose, bleu ou violet et ils vivent dans les abîmes. Ils sont loin de ressembler aux poissons aux dents acérées ou aux formes bizarres des profondeurs de la mer. En plus, ils semblent être friands des carcasses qui git dans l’océan.
Nuage

 

Ces poissons fantomatiques découverts dans les abysses fondent à la surface de l’eau

 

Crédits : Newcastle University

par  Malaurie Chokoualé

 

Ces images en provenance directe des tranchées d’Atacama, le long des côtes du Pérou et du Chili – l’un des endroits les plus profonds de la planète –, ont permis d’observer trois nouvelles espèces de poissons-limaces inconnues jusqu’à présent (une rose, une bleue, une violette).

Dans un communiqué publié le 10 septembre, l’université de Newcastle présente en détails la montagne d’informations et de découvertes que cette équipe constituée de 40 scientifiques originaires de 17 pays a pu ramener à la surface.

Les poissons qu’ont découverts les chercheurs détonnaient avec l’image habituelle que l’on se fait des poissons des abysses, avec leur dents aiguisées et leur antenne à ampoule. Bien au contraire, ces petits poissons à l’air placide sont translucides et gélatineux, presque fantomatiques et dépourvus d’écailles. Au sommet de la chaîne alimentaire sur leur turf, ils se sont adaptés à vivre dans un environnement où règne une pression extrême, à plus de sept kilomètres sous la surface.

« Comme le montrent clairement les images, il y a beaucoup de proies d’invertébrés là-bas et les poissons-limaces sont les principaux prédateurs, car ils semblent très actifs et bien nourris », explique le Dr Thomas Linley, de l’université de Newcastle.

Crédits : Newcastle University

Observer ces poissons à environ 7 500 mètres de profondeur dans l’océan Pacifique n’est pas chose aisée. Les chercheurs ont dû utiliser deux atterrisseurs équipés de pièges (inoffensifs) et de caméras. La descente des machines dans les tranchées d’Atacama a duré pas moins de quatre heures. En outre, les scientifiques ont rapidement compris qu’ils ne pourraient probablement observer ces poissons-limaces que par écran interposé, car ceux-ci se sont si bien adaptés aux profondeurs que s’ils étaient remontés à la surface, ils ne tarderaient pas à se désintégrer.

« Sans la pression et le froid extrêmes nécessaires pour soutenir leurs corps, ils sont extrêmement fragiles et fondent rapidement lorsqu’ils sont amenés à la surface », explique le Dr Linley.

Les chercheurs ont toutefois réussi à capturer et remonter un spécimen de ces poissons-limaces, qui est actuellement étudié avec soin par une autre équipe internationale de chercheurs.

Source : Newcastle University

https://www.ulyces.co/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s