Épreuve


Je sais cela n’est pas évident. Pourtant, il y a quelque chose à retenir dans les épreuves. Et si les choses avaient été autrement, il n’est pas certain que cela aurait été mieux. De toute manière, mieux vaut chercher le positif pour avancer et non faire du surplace
Nuage

 

Épreuve

 

Dans chaque épreuve, ne cherchez pas l’ennemi, cherchez l’enseignement

Inconnu

Les chiens, ces formidables secouristes


Une petite fille en Normandie a été emportée pas une très légère vague et n’était pas en danger, mais un chien est venu quand même la secourir en la tirant hors de l’eau. Ce chien appartient à la race Sarplaninac. D’après sciencesetavenir, ce chien est un excellent gardien. Sans même être dresser, il est capable d’intuition pour la fonction. S’il reçoit un bon entrainement, il est un as pour le sauvetage en mer
Nuage

 

Les chiens, ces formidables secouristes

 

Le Saviez-Vous ► Anna Coleman Ladd, la femme qui rendait un visage aux Gueules cassées


Aujourd’hui, les chirurgiens réussissent des transplantation faciale, alors qu’il fut un temps que ce soit par accident ou pendant la guerre, un visage défiguré n’avait que d’autre choix que d’accepter cet état. Alors de la Première Guerre mondiale, une Américaine sculptrice établi à Paris a réparé des visages grâce à son art
Nuage

 

Anna Coleman Ladd, la femme qui rendait un visage aux Gueules cassées

 

Anna Coleman Watts Ladd est une sculptrice américaine, responsable de l’atelier de fabrication de masques de la Croix-Rouge à Paris pendant la Première Guerre mondiale.

Elle a travaillé avec les gueules cassées, des hommes dont le visage était en partie détruit par des éclats d’obus, des balles ou des lance-flammes.

Elle s’inspire du Tin Noses Shop (Magasin de nez en étain) à Londres en 1917, fabriquant des masques pour les soldats mutilés britanniques.

Ladd ouvre un atelier à Paris, pour la fabrication de masques pour les soldats mutilés.

Elle faisait un moule en plâtre du visage de son sujet, remplissant les parties manquantes, puis galvanisait le résultat dans le cuivre.

Après des raccords et des ajustements répétés, ce qui pouvait durer plusieurs semaines, Ladd positionnait le masque sur le visage de son sujet, puis appliquait un masque qu’elle peignait ensuite selon la couleur de la peau de l’homme.

Ses services lui ont valu la Légion d’honneur avec Croix du Chevalier et l’Ordre serbe de Saint Sava

Source Wikipedia

 

https://www.idees-de-genie.fr

Hospitalisé après être tombé dans… une oeuvre d’art


Un trou comme oeuvre d’art. Franchement, c’est n’importe quoi. Le pire, c’est vraiment un trou ! Pas une illusion d’optique et sans sécurité autour, enfin jusqu’au moment qu’un homme tombe dedans
Nuage

 

Hospitalisé après être tombé dans… une oeuvre d’art

 

© Capture d’écran Youtube.

Source: RTL France

Une exposition d’Anish Kapoor, un trou de 2,5 mètres de profondeur, un visiteur pas très attentif… Vous devinez la suite.

Ce sexagénaire italien contemplait une oeuvre d’Anish Kapoor puis le trou noir. Non pas parce qu’il a été subjugué par « Descent into limbo » (NDLR: Descente dans les limbes), mais bien parce qu’il est tombé dans le trou de 2,5 mètres de profondeur creusé par l’artiste indien au beau milieu d’une dalle en béton.

Grâce aux bords et au fond peints en noir, le trou doit paraître infini et représenter les limbes. Croyant certainement se trouver face à une illusion d’optique, l’infortuné visiteur s’est approché trop près et a fini par chuter. Hospitalisé, il va bien et a pu regagner son domicile, assure le porte-parole du musée dans un communiqué.

L’oeuvre a temporairement été fermée et des mesures de précaution supplémentaires sont prévues pour assurer la sécurité des visiteurs.

https://www.7sur7.be/

L’étau se resserre autour de Trump après un double revers judiciaire


Avec les accusations de l’ancien avocat et l’ex-directeur de campagne du président Donald Trump et de l’implication de ce dernier, on dit que l’étau se resserre. Je me demande si cela sera suffisant à voir tout ce qu’il a fait depuis le début son mandat et il est toujours sur son trône. Les Américains peuvent-ils espérer que les prochaines élections seront légales, sans tricherie ?
Nuage

 

L’étau se resserre autour de Trump après un double revers judiciaire

 

Entrevue avec Charles-Philippe David, président de l’Observatoire sur les États-Unis

 

Le président américain Donald Trump a encaissé plusieurs coups qui risquent de lui faire mal, selon des analystes.

Deux anciens membres de sa garde rapprochée ont subi d’importants revers devant les tribunaux, mardi, dont son avocat personnel de longue date, qui l’implique directement en soutenant avoir agi sous sa supervision.

Michael Cohen, l’ancien avocat personnel du président Trump, a plaidé coupable mardi de huit chefs d’accusation après une entente avec la poursuite. Deux de ces chefs sont en lien avec le financement illégal des campagnes électorales. M. Cohen a entre autres avoué avoir acheté le silence de deux femmes qui allèguent avoir eu une liaison avec le président.

L’ancien avocat de M. Trump aurait agi « en coordination » et « sous la direction du candidat à la présidence » dans le but d’influer sur les élections.

De son côté, Paul Manafort, l’ex-directeur de campagne du président Trump, a été reconnu coupable de huit chefs d’accusation dans son procès pour fraude financière.

Mercredi matin, dans un tweet, Donald Trump a suggéré à « quiconque se cherchant un bon avocat de ne pas embaucher Michael Cohen ».

« L’Étau se resserre »

Le président en est forcément affaibli, selon Michael Krauss, professeur de droit à l’Université George Mason en Virginie. En entrevue à 24/60, M. Krauss estime que le fait que Michael Cohen admette qu’il voulait influencer le vote et que Trump était derrière tout ça est énorme.

« Oui, l’étau se resserre », affirme de son côté Charles-Philippe David, président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM.

Il rappelle que tout cela est le résultat du travail du procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016 et sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump. Le président s’en défend et se dit victime d’une chasse aux sorcières.

« C’est la première fois qu’un président des États-Unis, au moins depuis Nixon, […] qu’un président est nommé de cette manière […] et on n’est qu’au début de cette procédure de Robert Mueller », ajoute Charles-Philippe David.

https://ici.radio-canada.ca

Voici les conclusions des archéologues sur le sarcophage noir maudit d’Alexandrie


Les archéologues en sait plus sur les squelettes retrouver dans le sarcophage noir. Il s’agit d’une jeune femme et deux hommes qui auraient été probablement des soldats
Nuage

 

Voici les conclusions des archéologues sur le sarcophage noir maudit d’Alexandrie

 

Crédits : Ministère des Antiquités

par  Ulyces

Le feuilleton archéologique de l’été touche à sa fin. Débuté le 3 juillet avec l’exhumation d’un sarcophage de granit noir cyclopéen à Alexandrie, les scientifiques ont rendu leurs premières conclusions quant à la nature de son contenu le 20 août, rapporte The Independent.

Aucun des trois squelettes baignant depuis plus de 2 000 ans dans de l’eau fangeuse ne serait celui d’Alexandre le Grand, mais les révélations n’en sont pas moins fascinantes.

D’après le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités égyptien, Mostafa Waziri, l’un des squelettes aurait appartenu à une femme d’un peu plus de 20 ans, tandis que les deux autres sont ceux d’hommes dont l’un a trouvé la mort quelques années avant ses 40 ans et l’autre quelques années après. 

« L’examen préliminaire porte à conclure que les squelettes sont ceux de trois officiers de l’armée », a confié Shaban Abd Monem, un spécialiste des momies du ministère des Antiquités égyptien, au Luxor Times. « L’un des crânes présente une blessure causée par une flèche. » Celui de la femme.

Les archéologues ont également retrouvé de l’or parmi les os que contenait le sarcophage de 30 tonnes, mais aucun artefact de valeur pouvant laisser penser que ses occupants appartenaient à la noblesse. Ils auraient vécu durant l’époque Ptolémaïque, qui s’étend approximativement de 323 av J.-C. à 30 av J.-C. Les archéologues procéderont à davantage de recherches et d’analyses dans l’espoir de faire d’autres découvertes à l’intérieur du sarcophage noir, qui sera pour sa part transféré au Musée militaire du Caire.

« Nous l’avons ouvert et, Dieu merci, le monde n’a pas basculé dans les ténèbres », a ironisé Mostafa Waziri quant aux craintes qu’il ne renferme une puissante malédiction.

On se rappellera néanmoins qu’au cours de la décennie qui a suivi l’ouverture du sarcophage de Toutankhamon, huit archéologues présents ce jour-là sont décédés par une étrange et macabre coïncidence.

Sources : The Independent/Luxor Times

http://www.ulyces.co/

Dissoudre le polystyrène pour le recycler


Le polystyrène se retrouve dans bien des objets courants et se retrouve au dépotoir faute de pouvoir le recycler. Maintenant, une technique permet de le recycler,  sans pour autant extraire de l’énergie fossile dans le sol comme le pétrole
Nuage

 

Dissoudre le polystyrène pour le recycler

Entrez la légende de la vidéo ici

Près de 92 000 tonnes de polystyrène sont générées chaque année au Québec, dont l’immense majorité est enfouie. Le polystyrène se trouve un peu partout, mais on le recycle très peu. Cela pourrait changer avec l’inauguration, lundi, dans l’arrondissement d’Anjou, de l’usine Polystyvert.

L’entreprise recycle ce plastique grâce à un procédé par dissolution dans une huile naturelle. Le produit est ensuite séparé du liquide afin d’être purifié et récupéré.

« Le polystyrène expansé ici, ça ne pèse rien, c’est constitué de 98 % d’air et seulement 2 % de polymère, mais le transport coûte très cher », explique Roland Côté, chimiste à Polystyvert.

Or, sous forme liquide, 10 fois plus de polystyrène peut être transporté du lieu de collecte à l’usine de recyclage.

La technologie mise au point par Polystyvert permet ensuite de séparer de nouveau le polystyrène du solvant, de le purifier et d’en faire des granules pures à 99 % et prêtes à être réutilisées.

Un exemple d’économie circulaire

« Le polystyrène, c’est le styromousse, donc les emballages blancs, mais aussi les pots de yogourt, les boîtes de sushis, les verres en plastique. Il y en a beaucoup, du polystyrène », explique Solenne Brouard, fondatrice et PDG de Polystyvert.

Son entreprise est basée sur l’économie circulaire, c’est-à-dire qu’elle recycle le produit afin qu’il soit réutilisé pour fabriquer le même genre de produit.

Plutôt que de donner une deuxième vie, genre des pots de fleurs ou des bancs, on peut refaire exactement le même produit en polystyrène. On n’a pas besoin de réextraire du gaz et du pétrole, on laisse les énergies fossiles dans le sol. Donc, c’est là que nous avons un impact majeur sur les gaz à effet de serre.

Solenne Brouard, fondatrice et PDG de l’entreprise Polystyvert

https://ici.radio-canada.ca/