Des plantes d’intérieur pourraient nous prévenir des dangers dans l’air


Les plantes intérieures n’ont pas beaucoup d’effet sur la qualité de l’air, sauf peut-être s’il y en a une grande quantité. Cependant, les chercheurs croient qu’en trouvant une plante génétiquement modifiée pourrait donner des renseignements sur la qualité de l’air en alertant s’il y a des moisissures ou du gaz radon.
Nuage

 

Des plantes d’intérieur pourraient nous prévenir des dangers dans l’air

Un mur de plantes exotiques

Des chercheurs ont montré que des plantes modifiées génétiquement pour émettre une lueur fluorescente lorsqu’elles entrent en contact avec des composés dans l’air pourraient servir de détecteur « intelligent » de la qualité de l’air dans une maison. Photo : iStock

Si les plantes pouvaient communiquer, quelles informations nous fourniraient-elles? Des chercheurs estiment qu’il serait possible de modifier des plantes d’intérieur pour qu’elles puissent non seulement mesurer la qualité de l’air, mais aussi nous prévenir quand celle-ci se détériore.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Détecter des contaminants dans l’air de nos maisons grâce à nos plantes? Pour certains chercheurs, il s’agit d’une idée qui serait réalisable!

À l’heure actuelle, nos plantes en pots ont surtout un rôle décoratif, bien que des études aient documenté l’effet positif qu’elles exercent sur l’humeur de leur propriétaire. Mais leur rôle dans le contrôle de la qualité de l’air semble exagéré, et il faudrait en fait posséder une grande quantité de plantes d’intérieur pour constater un impact.

Toutefois, les plantes sont de véritables laboratoires de chimie, capables de puiser de l’information sur l’air et sur le sol à un endroit fixe, 24 heures sur 24. Si l’on trouve le moyen de savoir ce qu’elles vivent, cela donnerait accès à une quantité incroyable de données sur l’environnement qui nous entoure.

L’idée de modifier des plantes pour s’en servir comme appareil de détection n’est pas nouvelle. Des chercheurs ont déjà modifié génétiquement un plant de tabac pour qu’il puisse alerter les agriculteurs de la présence de bactéries causant des maladies dans leurs champs ou leurs serres.

L’avertissement était possible grâce à l’ajout à la plante d’un gène qui ne s’active qu’en présence de molécules émises par les bactéries. À leur contact, les feuilles produisent une protéine fluorescente orange, puis émettent une lueur une fois au contact d’une lumière verte.

Des alarmes vertes

Des chercheurs veulent maintenant appliquer ce principe aux plantes de maison. L’objectif serait d’avoir un moyen de détecter facilement les menaces pour la qualité de l’air, comme les moisissures ou le gaz radon.

Les moisissures dans les systèmes de ventilation d’écoles ou d’hôpitaux ont fait les manchettes. Le problème est aussi présent dans certaines maisons. Une exposition prolongée aux moisissures peut entraîner des problèmes respiratoires.

Des chercheurs proposent donc de modifier génétiquement des plantes d’intérieur pour qu’elles produisent, comme pour le tabac, des protéines fluorescentes lorsqu’elles sont exposées aux composés volatils des moisissures.

La technique serait différente pour le radon. Ce gaz radioactif est produit naturellement dans le sol et s’accumule dans les maisons en passant par des fentes dans les fondations. Il est la deuxième cause de cancer du poumon au Canada après la cigarette, et le seul moyen de le détecter est de faire tester sa maison.

Les chercheurs ont donc imaginé une plante qui produirait des protéines fluorescentes, qui cesseraient d’être fluorescentes lorsque le radon est dans l’air.

Ces plantes de maison n’existent pas encore, et il faudra beaucoup de recherches en génétique avant de les créer.

Toutefois, si les chercheurs vont de l’avant, ces plantes pourraient nous donner une grande quantité d’informations sur les produits nocifs dans notre environnement et contribuer à prévenir certaines maladies.

Après les cellulaires et les électroménagers, les plantes de l’avenir pourraient peut-être, elles aussi, devenir « intelligentes ».

https://ici.radio-canada.ca

3 réponses à “Des plantes d’intérieur pourraient nous prévenir des dangers dans l’air

  1. Une idée du DARPA…

    Pour les détections de la qualité de l’air, n’existe-t-il pas des appareils ?

    A-t-on encore besoin de jouer les apprentis sorciers ? Au vu des résultats dans le monde, on peut se poser quelques questions…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s