Les mauvaises personnes


C’est comme une personne qui veut se sortir d’un milieu néfaste comme la drogue ou l’alcool, il doit complètement changer son cercle d’amis. C’est la même chose pour tout le monde, comme une personne trop négative qui finis par vous atteindre, un manipulateur, enfin toute personne qui vous emprisonne à l’intérieur de vous-même.
Nuage

 

Les mauvaises personnes

 

Lorsque les mauvaises personnes sortent de ta vie, les bonnes choses commencent à arriver

Inconnu

Le Saviez-Vous ► Pourra-t-on faire renaître un dinosaure ?


Bonne question ! Sachant que certains scientifiques le feraient volontiers de faire renaitre les dinosaures. Peut-on vraiment voir un jour un parc Jurassique  comme les films de science-fiction ?
Nuage

 

Pourra-t-on faire renaître un dinosaure ?

 

Dinosaure

Les dinosaures non aviens ont disparu il y a 65 millions d’années.

MGA / SCIENCE PHOTO LIBRARY

Joël Ignasse

Cette semaine nous nous intéressons à la possibilité de faire renaître un dinosaure. 

De l’ADN trop fragile

Comment sont nés les dinosaures de Jurassic Park et de ses suites ? Des mains de scientifiques qui ont récupéré de l’ADN dinosaurien, la molécule qui code les instructions nécessaires à l’édification d’un organisme, dans l’estomac d’un moustique lui même préservé dans de l’ambre. Grâce à cet ADN et à beaucoup de bidouillages génétiques, ils parviennent à donner naissance à un animal puis à toute une série de spécimens appartenant à des espèces différentes. Si ce procédé peut sembler pertinent pour colorer d’une teinte savante un scénario, il n’a en revanche pas la plus petite chance de se réaliser un jour dans un vrai laboratoire de génétique. En effet, les dinosaures non aviens ont disparu depuis près de 66 millions d’années et l’ADN comme tout matériel organique se conserve très mal au fil du temps. En 2012, dans une étude publiée dans la revue Proceeding of the Royal Society B, une équipe américano-australienne avait essayé d’évaluer le temps de survie d’un brin d’ADN. Leur conclusion était sans appel : une molécule d’ADN se désagrège à moitié en 521 ans. La moitié de ce qui reste disparait à son tour en 521 ans... Bref en à peu près 1,5 million d’années, il ne reste plus rien d’exploitable. Exit donc la possibilité de voir un jour renaître un dinosaure.

Et bien d’autres problèmes

Ce qui n’est pas envisageable pour les dinosaures l’est néanmoins pour d’autres espèces qui ont disparu plus récemment, comme par exemple le mammouth laineux dont les derniers représentants évoluaient encore sur Terre il y a moins de 5.000 ans. Surtout que les scientifiques ont réussi à reconstituer son ADN à partir de cellules extraites des poils de spécimens retrouvés congelés et en bon état dans le permafrost sibérien. Mais disposer de cette molécule est loin de suffire : il faudrait maitriser bien d’autres étapes pour obtenir à partir d’un ADN brut un être vivant. Par exemple, toujours pour le mammouth, on ne sait pas combien de chromosomes équipent ses cellules, pour le savoir il y a nécessité d’examiner une cellule vivante et il y a très peu de chances d’en trouver. Ensuite, de complexes manipulations seraient nécessaires pour obtenir un animal cloné, elles ne sont pas réalisables en l’état actuel comme nous le précisions récemment. Mais revenons aux dinosaures, dont on aura bien compris qu’on est pas près d’en voir un agiter la queue avant de croquer un être humain. Rappelons que tous n’ont pas disparu : les oiseaux actuels (encore appelés dinosaures aviaires) sont les descendants d’un petit groupe de dinosaures théropodes bipèdes. 

https://www.sciencesetavenir.fr/

Les Américains possèdent 40% des armes de petit calibre dans le monde


Vous imaginez, les Américains représentent seulement 4 % de la population mondiale et pourtant, ce sont eux à 40 % qui sont les plus armés avec de petits calibres. Et c’est aussi dans ce pays qu’il y a plus de tueries dans des écoles. Cherchez l’erreur.
Nuage

 

Les Américains possèdent 40% des armes de petit calibre dans le monde

 

Sur les 857 millions d'armes détenues par des civils,... (PHOTO ADREES LATIF, ARCHIVES REUTERS)

Sur les 857 millions d’armes détenues par des civils, 393 millions sont recensées aux États-Unis.

PHOTO ADREES LATIF, ARCHIVES REUTERS

 

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Les Américains ne représentent que 4 % de la population mondiale mais ils possèdent 40 % des armes de petit calibre dans le monde, selon une étude basée sur des estimations rendue publique lundi.

Il existerait plus d’un milliard d’armes de ce type en circulation sur la planète, dont 85 % sont détenues par des individus, le reste étant possédé par des militaires et des policiers, ajoute cette étude dévoilée en marge de la troisième conférence d’examen du Programme d’action des Nations unies sur le commerce illicite des armes légères et de petit calibre.

Les auteurs de l’étude réalisée au sein du Graduate Institute of International and Development Studies, basé à Genève, soulignent se baser sur de multiples sources, dont les registres des propriétaires qui existent dans 133 pays. Seuls 56 ont été pris en compte pour l’étude.

Sur les 857 millions d’armes détenues par des civils, 393 millions sont recensées aux États-Unis.

« Chaque année, des Américains achètent environ 14 millions de nouvelles armes », importées ou non, a indiqué à des médias l’un des auteurs de l’étude, Aaron Karp.

« Le marché américain est très permissif » et les Américains ont accès à des armes que ne peuvent se procurer ailleurs dans le monde des citoyens en raison d’une législation plus restrictive, a-t-il ajouté.

Le débat sur la possession d’armes aux États-Unis, un droit constitutionnel, est régulièrement relancé dans ce pays lors de tueries notamment dans des écoles ou des universités.

Alors que 100 Américains détiennent en moyenne 121 armes, ce ratio tombe à 53 au Yémen, 39 au Monténégro et 35 au Canada. Au Japon et en Indonésie, moins d’une arme est détenue pour ce même nombre de 100 personnes.

http://www.lapresse.ca/

Etats-Unis : attaquée par un lynx, elle l’étrangle à mains nues


Quand je pense qu’à l’adolescence avec mon petit frère, nous avons flatté un lynx croyant que c’était un chat, bon un peu gros avec de drôles d’oreilles. Je ne crois pas que je n’eusse eu la même réaction que cette femme, si le gros chat était en réalité un lynx était méchant. Quelle bravoure ! Il est vrai qu’avec l’adrénaline l’impossible devient possible
Nuage

Etats-Unis : attaquée par un lynx, elle l’étrangle à mains nues

 

L'américaine de 46 ans, n'a pas hésité à se battre à mains nues contre le lynx pour sauver sa peau.  - George Turner - sipa

L’américaine de 46 ans, n’a pas hésité à se battre à mains nues contre le lynx pour sauver sa peau.George Turner  /  sipa

Aux Etats-Unis, en Géorgie, une femme âgée de 46 ans a étranglé à mains nues un lynx qui s’était jeté sur elle alors qu’elle se trouvait dans son jardin.

Les faits se sont déroulés début juin, à Hart County au nord-est d’Atlanta aux Etats-Unis. Dede Philipps se trouvait devant la porte d’entrée de sa maison quand elle a aperçu un lynx qui la regardait avec insistance, tapis derrière sa voiture.

C’est au moment où elle sort son téléphone pour prendre une photo du félin que celui-ci se jette sur elle.

« Dès qu’il a fait le premier pas, j’ai compris que j’étais en difficulté », a-t-elle témoigné sur CBS46, la chaîne de télévision locale. « Mais je me suis dit que je n’allais pas mourir aujourd’hui ».

La jeune grand-mère de 46 ans entreprend alors un véritable combat à mains nues avec l’animal

« Je l’ai attrapé par les épaules et je l’ai jeté loin de moi », raconte celle qui a réussi ensuite à l’attraper par la gorge. « J’ai dû l’étrangler jusqu’à la mort ». Selon elle, sa réaction lui a sauvé la vie. « Si je l’avais lâché, il m’aurait eue. Je me suis assurée de ne pas le lâcher ».

Sa petite fille de cinq ans faisait paisiblement une sieste à l’intérieur de la maison. Elle explique ne pas avoir crié pour ne pas alerter la petite.

 « Je priais pour que l’animal ne rentre pas à l’intérieur ».

 Elle s’en est sortie avec quelques doigts cassés, des griffures et des bleus sur tout le corps.

Selon les autorités locales, le lynx avait la rage. Dede Phllipps doit donc suivre un lourd traitement de prévention pour ne pas contracter la maladie. Ce traitement est très onéreux : la première injection seule lui a coûté 10 000 dollars. N’ayant pas les revenus pour couvrir les coûts d’un tel traitement, un membre de sa famille a alors créé une cagnotte sur internet afin de l’aider à prendre en charge les frais médicaux.

https://www.ladepeche.fr/

L’orang-outan le plus âgé du monde meurt dans un zoo australien


Un orang-outang est décédé à un âge très honorable de 62 ans. Elle a passé sa vie au zoo d’Australie pendant 50 ans et a eu plusieurs descendant dont certains on pu regagner la nature. Dommage qu’elle ne soit pas morte en liberté
Nuage

 

L’orang-outan le plus âgé du monde meurt dans un zoo australien

 

Puan, l’orang-outan le plus vieux du monde, s’est éteinte à l’âge de 62 ans. © afp

  Source: AFP

L’orang-outan de Sumatra le plus vieux du monde, une femelle ayant eu 11 petits et comptant 54 descendants éparpillés de part le monde, est mort à l’âge de 62 ans dans un zoo australien, a annoncé l’établissement mardi.

Puan, qui signifie « Dame » en indonésien, est décédée lundi au zoo de Perth où elle vivait depuis un don de la Malaisie en 1968.

« Elle a tant fait pour la colonie du zoo de Perth et la survie de son espèce », a déclaré Holly Thompson, responsable des primates de l’établissement.

« En dehors du fait qu’elle était la membre la plus âgée de notre colonie, elle était également une membre fondatrice de notre programme de reproduction connu dans le monde entier et laisse derrière elle un héritage incroyable ». « Ses gènes se retrouvent dans un peu moins de 10% de la population des zoos mondiaux ».

Puan a eu 11 bébés. Elle compte un total de 54 descendants aux Etats-Unis, en Europe, en Australie et dans la jungle de l’île indonésienne de Sumatra. Son arrière petit-fils Nyaru est le dernier spécimen à avoir été relâché dans la nature. Née en 1956, elle avait fait son entrée au livre Guinness des records au titre vérifié de l’orang-outan la plus âgée du monde. Dans la nature, les femelles vivent rarement au-delà de 50 ans.

D’après Mme Thompson, elle avait une personnalité indépendante et une attitude un peu distante.

« On savait à quoi s’en tenir avec Puan. Si elle était mécontente, elle tapait carrément du pied ».

Deux de ses filles vivent toujours au zoo, de même que quatre petits-enfants et un arrière petit-fils.

https://www.7sur7.be/

Artiste, il s’enterre trois jours sous une autoroute


Je ne vois pas ce qu’il y a d’artistique de s’enterrer pendant 3 jours sous une autoroute au Tasmanie. Mike Parr, un artiste australien, voulait contester contre la violence globale, la violence totalitaire sous toutes ses formes. C’est un art que je ne comprends pas du tout, quel est le rapport avec la violence totalitaire.
Nuage

 

Artiste, il s’enterre trois jours sous une autoroute

 

© Capture d’écran Youtube.

Par: rédaction
Source: The Guardian, ABC, BFMTV

« Sous le bitume, l’artiste », une performance artistique singulière destinée à  lutter contre  » la violence totalitaire du 20e siècle sous toutes ses formes ».

Faire de l’aquarelle dans son salon, très peu pour Mike Parr. Adepte de la performance, cet artiste australien de 73 ans a décidé de vivre durant trois jours dans une cage en acier placée sous le bitume, rapporte The Guardian.

Pour rendre son projet possible, une autoroute très fréquentée de Hobart, capitale de la Tasmanie, a été fermée à la circulation le temps d’installer l’imposante boîte de de 4,5 mètres de long, 1,7 mètre de large et 2,2 mètres de haut, ainsi qu’un tube d’air.

Qu’est-ce qu’on fait durant 72 heures sous une autoroute? On médite, on jeûne, on lit, on dessine et on évite les critiques exprimées par les Aborigènes à la surface

« S’ils trouvaient intéressant de raconter l’histoire aborigène, ils auraient dû faire participer le peuple », a commenté le Centre aborigène de Tasmanie, des propos relayés par la chaîne ABC.

Le festival Dark Mofo, à l’origine de la performance, a enterré… la polémique en assurant que l’oeuvre contestait la violence « globale », pas seulement celle perpétrée en Tasmanie.

https://www.7sur7.be/