Pour désabonnement (Y.Bisson)


 

Pour désabonnement (Y.Bisson)

 

Il y a une personne qui m’envoie toujours le même message qu’il veut se désabonner.

Pas de problème, sauf qu’il ne voit pas le message qui dit comment faire

Et comme je n’ai pas son émail, je fais un billet pour lui.

Alors juste pour toi Y.Bisson

Tu as deux choix.

1. Soit que tu viennes directement sur le blog et que tu regardes à ta droite en bas et tu désabonnes (il peut avoir un message qui dit d’accepter les cookies qui cachent le désabonnement.)

2. Dans ton courriel, sur un billet de mon blog, tout en bas, en petit caractère, tu peux te désabonner.

Bref !!! Dans la plupart des abonnements, tu peux te désabonner de ces deux façons.

C’est facile .

Tu ne seras plus obligé de demander à personne de te désabonner d’un blog ou tout autre site

Nuage

Grande tragédie


C’est triste de voir certaines personnes qui ont les yeux éteints, seules n’attendant que le temps passe.
Nuage

 

Grande tragédie

 

La plus grande tragédie de la vie n’est pas la mort. Mais ce qui meurt en nous, pendant que nous vivons

Inconnu

Les 7 merveilles du Japon


Le Japon est riche en histoire. L’architecture est impressionnante dans un paysage magnifique
Nuage

 

Les 7 merveilles du Japon

 

Le mont Fuji, ou Fujisan, la montagne au centre du Japon

 

Volcan ensommeillé depuis le XVIIIe siècle, Fujisan, plus communément appelé « mont Fuji », se trouve sur l’île de Honshü au sud-ouest de la ville de Tokyo. Sur cette image où il apparaît encore enneigé, nous le découvrons lors d’une belle journée ensoleillée. Très souvent gravi par des touristes, Fujisan dévoile des panoramas vertigineux tout au long de l’ascension sur ses chemins escarpés. Les plus hautes haltes ne sont accessibles qu’à pied. De son sommet, à 3.776 m, les plus courageux peuvent observer de superbes lueurs au lever du soleil.

Au second plan, nous apercevons la pagode Chureito, construite en 1963 en tant que mémorial de la paix. C’est sans doute la pagode la plus photographiée au Japon grâce à la vue qu’elle offre sur le mont Fuji. Elle fait partie du sanctuaire Arakura Fuji Sengen Jinja.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2013, le mont Fuji est considéré comme une des merveilles du Japon.

© oadtz CCO

Le château d’Himeji, un trésor médiéval

 

Entouré de cerisiers, le château d’Himeji évoque immédiatement le Japon, son architecture si caractéristique et son histoire millénaire. Situé à Himeji, dans la préfecture de Hyōgo, cet imposant édifice en bois a été construit à l’époque Nanboku-chō de la période Muromachi, entre 1346 et 1618. C’est l’un des plus anciens bâtiments du Japon médiéval, l’un des douze châteaux japonais dont les donjons en bois existent toujours.

Aussi appelé Hakuro-jō ou Shirasagi-jō (château du Héron blanc ou château de l’Aigrette blanche) en raison de sa couleur blanche, il a abrité le tournage de nombreuses fictions, comme Kagemusha et Ran, deux célèbres films du réalisateur Akira Kurosawa, en 1980 et 1985. Le bâtiment apparaît également dans un opus de la saga James Bond, On ne vit que deux fois (1967).

La visite du château d’Himeji demande environ trois à quatre heures, en particulier si l’on souhaite se promener dans les jardins du Kōko-en. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1993, le château d’Himeji est considéré comme une des merveilles du Japon.

© Richie Chan, Fotolia

Le temple d’Hōryū-ji, le cœur de la culture japonaise

 

Le temple bouddhique d’Hōryū-ji (temple de la loi Florissante), à Ikaruga, ville de la préfecture de Nara a été fondé par le prince Shōtoku en 607. Cette merveille japonaise, s’étendant sur 187.000 m2, comprend une cinquantaine de bâtiments, dont certains font partie des plus anciens édifices en bois du monde. Les plus impressionnants sont le Nandai-mon (la Grande porte du sud), le Shoryoin (le pavillon de l’esprit sacré), le Kondo (le bâtiment principal), le Yumenodo (le pavillon des rêves) et le Daikōdō qui est une pagode bâtie sur cinq étages (le pavillon lecture).

L’admirable temple d’Hōryū-ji abrite une multitude d’œuvres historiques de l’architecture japonaise, de prestigieuses sculptures, ainsi que des peintures faisant partie à part entière du patrimoine culturel asiatique. Parmi ses 2.300 structures architecturales, ou objets réputés « de la plus haute importance sur le plan culturel ou artistique », 190 sont officiellement  inscrits en tant que Trésors Nationaux ou Biens Culturels.

Le temple bouddhique japonais a intégré le classement du patrimoine mondial de l’Unesco en 1993.

© 663highland CC BY-SA 3.0

La ville de Kyōto et ses monuments sacrés

 

Le célèbre temple Kinkaku-ji, ou temple Rokuon-ji, se situe au nord-ouest de Kyōto, abrité par des collines. Le contraste entre la froideur de l’hiver et la couleur dorée du temple rappelle que ce bâtiment est surnommé le « Pavillon d’Or ». Ses parois sont en effet recouvertes de feuilles d’or. Le temple sacré est surveillé par la statue d’un phénix vissée à son sommet.

Située sur l’île principale Honshū dans la région de Kansaï (Kansai-chihō), la ville de Kyōto préserve seize autres monuments historiques inscrits au registre du patrimoine mondial de l’Unesco. Kyōto, autrefois Heian-kyō, fut la capitale impériale du Japon jusqu’en 1868. Elle est le berceau historique de l’architecture religieuse ainsi qu’avant-gardiste pour l’art des jardins japonais. La ville en compte d’ailleurs près de 2.000. L’influence des jardins japonais s’est étendue partout dans le monde au fil des années.

Considérée comme la capitale culturelle du Japon, la ville a engagé depuis 2015 de nombreux travaux en vue des Jeux olympiques de Tokyo de 2020. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994, Kyōto est considérée comme une des merveilles du Japon.

© Kanenori CCO

La Porte d’Itsukushima au Japon livre tous ses secrets

 

Le sanctuaire Itsukushima (Itsukushima-jinja) est le lieu saint incontournable du shintoïsme au Japon. Il est situé sur l’île de Miyajima (l’île du Sanctuaire). Composé de plusieurs bâtiments architecturalement surprenants, l’édifice fait preuve d’une touche artistique développée et travaillée. C’est le contraste de son rouge vif sur cette eau turquoise qui saisit. Entouré d’une forêt dense, le sanctuaire se fond harmonieusement parmi le panorama.

Son nom lui vient de l’ancien nom de l’île, autrefois appelée île Itsukushima. Son architecture est très marquée par l’époque Heian et, malgré les multiples destructions dont il a été victime, notamment en 1555 pour marquer une défaite militaire, il fut toujours reconstruit à l’identique. La Porte d’Itsukushima est aussi le dôme du Parc du mémorial de la paix à Hiroshima.

Sa beauté architecturale, son histoire et son empreinte culturelle placent le sanctuaire d’Itsukushima comme l’une des merveilles du Japon. En 1996, la Porte d’Itsukushima se classe parmi les monuments sacrés, dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

© Jordy Meow CC BY-SA 3.0

Nikkō et la forêt sacrée

 

À 150 km au nord de Tokyo, Nikkō est une ville à flanc de montagne très réputée et très visitée. Les sanctuaires et les temples de Nikkō sont entourés par une immense forêt. Ce cadre naturel ordonné recèle des parcelles d’art constituant la richesse culturelle de l’empire japonais.

Composé de 300 édifices, les sanctuaires et temples de Nikkō reflètent un niveau artistique très élevé, comme il est de coutume au Japon. Particulièrement colorés et parfois recouverts de feuilles d’or, ils relèvent de plus de cinquante styles architecturaux différents. Ce sont officiellement des « Trésors nationaux » et des « Biens culturels importants ».

Nikkō révèle le sanctuaire shinto Tōshō-gū, construit par les artisans les plus célèbres de l’époque, ainsi que les temples Rinnō-ji et Futarasan (Futarasan-jinja), bâtis au VIIIe siècle par le moine Shōdō Shōnin, à l’origine du bouddhisme dans cette région.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1999, la ville de Nikkō est considérée comme une des merveilles du Japon.

© rudiuk, Fotolia

L’extraordinaire forêt de Yakushima

 

Cette forêt tempérée chaude, et sempervirente (toujours verte, donc), sur l’île montagneuse presque circulaire de Yakushima. À 60 km au large de la pointe sud de l’île de Kyushu, dans l’extrémité sud-ouest de l’archipel japonais, elle se trouve à l’interface des régions paléarctiques et orientales. Des montagnes de près de 2.000 m de hauteur dominent l’île, et la forêt se trouve en son centre, avec des ramifications vers le sud, l’est et l’ouest jusqu’à la côte.

L’écosystème insulaire de Yakushima est unique dans la zone tempérée de l’hémisphère nord. La distribution verticale des plantes va de la végétation côtière, avec des éléments subtropicaux à une forêt pluviale tempérée de montagne puis à des marais d’altitude et enfin à des prairies tempérées froides de bambous sur les pics centraux.

À l’échelle mondiale, la forêt de Yakushima est spécifique, en raison de son écosystème particulier, avec des rhéophytes et des épiphytes abondants, adaptés aux fortes précipitations, supérieures à 8.000 mm par an. Elle accueille quelque 1.900 espèces et sous-espèces de flore, 16 espèces de mammifères et 150 espèces d’oiseaux. On y trouve le cèdre du Japon (Cryptomeria japonica) et une forêt vierge composée d’arbres appelés Yakusugi, qui ont plus de mille ans d’âge.

© Unesco

https://www.futura-sciences.

Le Saviez-Vous ► Dix vérités à propos des cures


Les cures de détox qu’on voit dans les pubs, les réseaux sociaux, dans les revues et médias promettent de nettoyer le corps pour être en meilleure santé, combattre des maladies comme le cancer, perdre du poids, etc. En fait, ils peuvent faire l’effet contraire. On devrait décourager ceux qui propagent les cures de détox.
Nuage

 

Dix vérités à propos des cures

 

Ça peut être dangereux

Les gens avec des déficiences, immunodéprimés, diabétiques ou qui suivent des traitements de chimiothérapie devraient s’abstenir de faire un jeûne à base de jus. Une forte consommation de sucre provoquerait ainsi de la fatigue, une perte de poids, des troubles de la vision, des infections… pour n’en nommer que quelques effets.

Selon USA Today, un haut niveau de potassium et de minéraux du à une consommation excessive de jus pourrait avoir des effets désastreux sur les malades des reins.

Ça n’est pas mieux que les fruits et légumes entiers

Les fibres et certains antioxydants contenus dans la peau des fruits et légumes entiers sont irremplaçables. Et ils sont éliminés dans le jus. Par exemple, la pulpe des oranges fournit des flavonoïdes, ce dont le jus d’orange est dépourvu. De plus, le manque de fibres fait que le corps absorbe le sucre plus rapidement… Attention donc à l’effet pervers.

Le jus remplit moins que les fruits et légumes

Vous ne vous sentirez pas de satiété après un verre de jus. Si vous buvez vos repas au lieu de les mâcher, votre estomac ne sera pas dupe.

Le jeûne à base de jus peut faire partir les bons nutriments

Vous devriez toujours être méfiant envers les régimes qui éliminent des groupes entiers d’aliments. En effet, les vitamines et sels minéraux ont parfois besoin de se regrouper pour être absorbés. Sans oublier le fait que l’apport en protéines est très important pour la construction de nouvelles cellules et du tissu musculaire. Attention donc à ne pas nuire à l’absorption des vitamines et des nutriments essentiels au bon fonctionnement du corps.

Ça n’est pas un moyen efficace de perdre du poids

Vous voulez perdre du poids? Coupez le gras et le sucre et vous verrez votre taille s’amincir. Ça n’est pas en buvant que du sucre que ça marchera… ou alors sur du court terme et votre corps se vengera!

Il n’y a pas grand chose à nettoyer de toutes façons…

Mais que doit-on nettoyer au fait? Notre corps le fait déjà tout seul. Chaque jour, nous éliminons produits chimiques et alcool à travers l’urine, la sueur et les selles. Pas besoin de se punir avec une diète de jus, dont l’efficacité n’a jamais été prouvée scientifiquement de toutes façons.

Ça coûte cher

Les détox à base de jus sont une vraie business. L’industrie de la détox est en pleine expansion et auraient ramené plus de 60 milliards en 2011, selon Marketdata Enterprises. Un jeûne à base de jus vous coûtera environ 65-70$ par jour. Et les machines à jus pour le faire soi-même à la maison coûtent en moyenne de 30 à 300$. (Photo: gracieuseté de Flickr/Andrew Stawarz)

Ça ne va pas guérir ni prévenir le cancer

Que cela soit dit: il n’y a absolument aucune évidence ou conclusion scientifiques prouvant l’incidence du jus sur la prévention ou le traitement contre le cancer. Au contraire, durant la maladie votre corps a besoin de toutes ses forces, donc des nutriments et des sels minéraux contenus dans une diète équilibrée. Et l’American Cancer Society ne supporte pas le jeûne au regard des découvertes scientifiques actuelles.

«Mais ma copine m’a dit que c’était génial!»

C’est vrai. beaucoup de gens essayent ces cures et ont, soit-disant, beaucoup plus d’énergie qu’avant. Selon la clinique Mayo, cela peut s’expliquer par le fait que qu’ils sont convaincus de faire quelque chose de bien pour leur corps. Vive l’effet placebo!

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Un proxénète gagne une primaire dans le Nevada


Un proxénète élu dans des élections primaires aux États-Unis dans l’étant du Nevada, c’est le comble ! En plus d’être pro-arme, il exploite des femmes, C’est vraiment l’image que veulent montrer les Américains au monde ? C’est grotesque !
Nuage

 

Un proxénète gagne une primaire dans le Nevada

 

Dennis Hof, ici vêtu d'une chemise aux couleurs... (AP)

 

Dennis Hof, ici vêtu d’une chemise aux couleurs américaines.

Agence France-Presse

Un propriétaire de maisons closes a gagné une primaire républicaine dans le Nevada, un État de l’ouest américain où la prostitution est partiellement autorisée.

Dennis Hof, 71 ans, qui aime se comparer au président républicain Donald Trump, a battu cette semaine le député sortant James Oscarson dans un district rural très conservateur, en promettant des baisses d’impôts et de défendre le droit aux armes à feu.

Le parti républicain se pinçait le nez et a fait savoir qu’il ne lui apportait pas son soutien, ce dont s’est félicité vendredi l’homme d’affaires anticonformiste en qualifiant les membres du Grand Old Party à l’assemblée du Nevada d’«ineptes» et «politiquement incompétents».

Dennis Hof fera face en novembre à la démocrate Lesia Romanov pour le siège du comté de Nye au parlement du Nevada. Sa rivale a fait campagne sur l’éducation et la bonne gestion des deniers publics et des ressources naturelles.

L’ex-postier qui a aussi ouvert des stations d’essence et des restaurants, en plus de sept maisons closes, fut la vedette d’une série de téléréalité sur la chaîne HBO décrivant la vie des prostituées de l’un de ses établissements.

Il a publié des mémoires intitulés The art of the pimp («l’art du maquereau»), allusion au best-seller de Donald Trump The art of the deal («l’art de la négociation»).

Comme le président américain, il excelle dans l’art de l’autopromotion, se décrivant sur son site de campagne comme un homme d’affaires avec «ÉNORMEMENT» de succès.

Ses détracteurs mettent en avant qu’il a été accusé — là encore, comme Donald Trump — d’agression sexuelle, même s’il n’a jamais été inculpé et nie ces allégations.

D’autres le taxent d’opportuniste, remarquant qu’il a soutenu en 2016 la démocrate Hillary Clinton avec pour cri de ralliement «les prostituées pour Hillary».

Le Nevada est le seul État américain où la prostitution est autorisée, uniquement dans certaines zones rurales. Elle ne l’est pas à Las Vegas, place forte des casinos et de la prostitution illégale aux États-Unis.

Mme Romanov a dit au New York Times espérer que la victoire aux primaires de M. Hof mobiliserait en sa faveur les électeurs, y compris républicains, réticents à l’idée de voter pour un homme vivant de l’exploitation des femmes en plein mouvement MeToo dénonçant les violences sexuelles et pendant que le débat sur l’interdiction de la prostitution fait rage au Nevada.

http://www.lapresse.ca/

Une Indonésienne avalée par un python alors qu’elle travaillait à son potager


Ce n’est pas juste dans les films que les pythons peuvent manger des humains. Dans la réalité aussi. Cette pauvre femme était sur le menu du serpent, mais il n’a pas pu continuer sa digestion.
Nuage

 

Une Indonésienne avalée par un python alors qu’elle travaillait à son potager

 

STR VIA GETTY IMAGES

Le reptile a été tué.

La victime, Wa Tiba, avait disparu alors qu’elle était allée voir son potager jeudi soir près de son village sur l’île de Muna, dans la province de Sulawesi, a indiqué le chef de la localité.

Vendredi, les proches de la dame âgée de 54 ans se sont rendus au potager et n’ont retrouvé que ses effets personnels, dont ses sandales et sa lampe de poche.

La famille et les villageois ont lancé une battue et sont tombés sur le serpent et sa panse énorme à environ 50 mètres de l’endroit où les objets appartenant à la disparue avaient été trouvés.

Ils ont tué le reptile et l’ont rapporté au village.

Le chef a expliqué que les villageois avaient ouvert le ventre du python et découvert le corps de Mme Tiba, intact et encore vêtu. Il a précisé que la bête avait avalé la quinquagénaire tête première.

Selon le chef, le potager de la victime est situé à un kilomètre de sa résidence, dans une zone rocheuse parsemée de grottes et de ravins qui sont réputés abriter de nombreux serpents.

Les pythons, qui sont communs en Indonésie et dans d’autres régions de l’Asie du Sud-Est, s’accrochent à leurs proies avec des dizaines de petites dents incurvées et les étouffent avant de les avaler en entier.

Il s’agit de la seconde attaque mortelle du genre à se produire en Indonésie depuis mars 2017, lorsqu’un jeune homme de 25 ans avait été avalé tout rond par un python dans l’ouest de la province de Sulawesi

.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Trois volcans en activité maintiennent le Guatemala en alerte


Au Guatémala, ce n’est pas un, mais 3 volcans qui font des misères aux habitants. Malheureusement, il y a eu des victimes et les équipes de secours tentent encore de trouver des survivants.
Nuage

 

Trois volcans en activité maintiennent le Guatemala en alerte

 

L'activité du Volcan de feu est étroitement observée... (PHOTO Rodrigo Abd, AP)

L’activité du Volcan de feu est étroitement observée après qu’il ait fait, il y a deux semaines, 110 morts et 197 disparus.

PHOTO RODRIGO ABD, AP

 

Agence France-Presse
GUATEMALA

Trois volcans au Guatemala ont projeté vendredi des cendres et de la lave, mettant en état d’alerte les habitants et les autorités, parmi lesquels le Volcan de feu entré en éruption il y a deux semaines faisant 110 morts et 197 disparus.

Outre le Volcan de feu, l’activité du Pacaya, situé comme le premier à une trentaine de kilomètres de la capitale, Guatemala City, et du Santiaguito, à quelque 110 km à l’ouest, s’est également fortement accrue, selon un rapport de l’Institut de vulcanologie (Insivumeh).

L’Institut de vulcanologie a recommandé au Coordinateur national pour la réduction des catastrophes (Conred) d’être en alerte, puisque le Volcan de feu et le Santiaguito peuvent engendrer des lahars, des coulées boueuses d’eau et de sédiments volcaniques qui détruisent tout sur leur passage.

Le rapport de l’Insivumeh stipule que le Volcan de feu enregistre chaque jour entre 5 et 7 explosions faibles à modérées qui expulsent des cendres à environ mille mètres au-dessus du cratère et provoquent des glissements de boue et des sédiments volcaniques.

Le Santiaguito a une activité volcanique similaire, tandis que le Pacaya expulse lui aussi des cendres et une rivière de lave incandescente descend lentement le long de l’une de ses pentes.

Le 3 juin, le Volcan de feu a semé la mort et la désolation, notamment dans la localité de San Miguel los Lotes, où les secours recherchent toujours les nombreux disparus parmi des tonnes de décombres. Mais leurs travaux sont fréquemment suspendus en raison des conditions météorologiques créant des risques de glissements de terrain.

http://www.lapresse.ca/