Réussir


Réussir ne veut pas dire qu’on doit faire des coups bas aux autres pour prendre une place plus enviable. Plutôt prendre sa place avec nos propres efforts ainsi atteindre notre but
Nuage

 

Réussir

 

 

J’aime les gens qui, pour briller, n’éteignent pas les autres

Inconnu

Complicité entre les enfants et les animaux


Les enfants aiment les chiens et les chats, ils sont des parfaits compagnons de vie. Souvent, les enfants aiment les inclure à leurs jeux, ce qui donne des situations cocasses
Nuage

 

Complicité entre les enfants et les animaux

1.

image: oyvindjs/Imgur

2.

image: teamcawkes/Reddit

ADVERTISEMENT

3.

image: vanillamasala/Reddit

4.

image: ILikeCuteGifsAndICannotLie/Imgur

5.

image: IAmLeftShark/Imgur

6.

image: SMforreals/Imgur

7.

image: indianajane88/Reddit

8.

image: Reddit

9.

image: IAmLeftShark/Imgur

10.

image: Imgur

11.

image: forester1983/Reddit

12.

image: Zingolix/Imgur

13.

image: Imgur

14.

image: GallowBoob/Reddit

15.

image: m1ssmurd3r/Reddit

16.

image: Miss_rampage/Reddit

17.

image: dobegood/Reddit

18.

image: onehundredjellyfish/Reddit

19.

image: monkeytazer89/Imgur

http://www.regardecettevideo.fr/

Le Saviez-Vous ► Naît-on intelligent ?


L’intelligence est-elle innée ? Bien sûr, la génétique peut y être pour quelque chose, mais cela ne suffit pas. À la naissance le cerveau des bébés est malléable. D’autres facteurs y sont importants, telque l’environnement de lequel ils grandissent ainsi que l’alimentation
Nuage

 

Naît-on intelligent ?

 

Par la rédaction de Futura

 

Naît-on intelligent ? Pour répondre à cette question, il faut déjà définir le terme d’ « intelligence ». Reste ensuite à savoir s’il existe une intelligence innée…

 

Pour les scientifiques, l’intelligence désignerait la capacité à s’adapter à de nouvelles situations. Or, la source de cette capacité est située dans une région particulière du cerveau, les lobes frontaux du cortex cérébral, naturellement plus développée chez l’Homme que chez l’animal. Un bébé qui vient de naître serait donc naturellement intelligent. Pourtant, cela n’est pas si simple !

    Des nouveaux cerveaux malléables

    Le cerveau d’un nouveau-né n’est pas structuré de façon définitive. Au contraire. Étant très malléable, il ne demande qu’à créer de nouvelles connexions neuronales, responsables de son apprentissage. C’est ainsi qu’un bébé apprend sans difficulté à marcher, à parler une ou plusieurs langues, à effectuer des gestes de la vie courante.

    Intelligence innée et rôle de l’environnement

    Si les bébés en bonne santé ont tous plus ou moins les mêmes possibilités intellectuelles à la naissance, ils ne vont pas tous devenir des surdoués car l’environnement joue un rôle prépondérant dans le développement cérébral. L’ « effet Flynn », qui désigne le fait que le quotient intellectuel (QI) a tendance à augmenter de génération en génération, montre d’ailleurs que la génétique seule ne suffit pas à expliquer l’intelligence.

    Alimentation et stimulation

    Deux facteurs permettent de favoriser le développement intellectuel de l’enfant :

    • D’une part, une bonne alimentation est essentielle puisqu’elle offre au cerveau tous les nutriments dont il a besoin pour fonctionner de façon performante.

    • D’autre part, l’environnement familial est également primordial car il est la source principale de stimulations qui permettront de développer au mieux les capacités intellectuelles et l’envie d’apprendre de l’enfant. On ne « naît » donc pas intellectuel, on le devient !

    https://www.futura-sciences.com/

    Des archéologues mettent à jour un temple spectaculaire au milieu du désert égyptien


    Quand on parle de découverte en Égypte, ce sont normalement momies, pharaons, etc.. Cette fois-ci, c’est la découverte d’un temple gréco-romain aurait été daté de 200 à 300 avant JC.
    Nuage

     

    Des archéologues mettent à jour un temple spectaculaire au milieu du désert égyptien

     

     

    Share

    Crédits : Egypt Ministry of Antiquities

    par Brice Louvet

     

    En Égypte, des restes d’un temple gréco-romain, comprenant des parties de sa fondation, l’entrée principale et la cour avant ont été découverts par des archéologues. Il s’agit d’un site localisé dans le désert occidental égyptien à environ 300 kilomètres du site d’Al-Salam, situé au sud de la Méditerranée.

    Des poteries, des pièces de monnaie, une sculpture à tête d’homme, des piliers décorés ainsi que deux statues de lions en calcaire ont déjà été répertoriés.

    « Ce qui est étonnant, c’est que vous n’entendez pas tous les jours de nouveaux temples trouvés en Égypte », a déclaré au National Geographic l’archéologue Sarah Parcak, qui n’est pas impliquée dans les fouilles. « Cela va donner plus de lumière sur l’histoire de l’oasis de Siwa ».

    L’oasis de Siwa est l’une des colonies égyptiennes les plus isolées, que vous retrouverez entre la dépression de Qattara et la grande mer de sable égyptienne, à environ 560 km à l’ouest du Caire.

    Les fouilles continuent pour trouver d’autres vestiges.
    Crédits : Egypt Ministry of Antiquities

    La chronologie historique de l’oasis n’est pas très claire, mais on pense que des gens y ont vécu au moins 10 000 avant notre ère. La nouvelle trouvaille date d’entre l’an 200 avant et l’an 300 avant notre ère. Alors que l’Égypte était à l’époque sous domination hellénistique, puis romaine, son architecture restait très variée et soumise à diverses influences culturelles. Ces dernières sont à la fois traditionnelles et nouvelles, et peuvent être observées dans les bâtiments de l’époque – y compris le temple d’Al-Salam. Malheureusement, il ne reste que très peu de ruines de cette période, ce qui rend la découverte d’autant plus excitante.

    Les fouilles se poursuivent actuellement, ainsi nous pouvons nous attendre à la découverte de nouveaux artefacts émergeant des ruines. Ces fouilles pourraient nous en apprendre davantage sur les activités qui ont eu lieu dans l’oasis de Siwa au cours de cette période, ainsi que sur la façon dont les souverains étrangers occupaient la terre. Nous pourrions également estimer le nombre de personnes qui vivaient ici à l’époque. Ces temples étaient autrefois utilisés comme des lieux de commerce et de socialisation, ainsi que pour la célébration d’événements religieux.

    Source

    http://sciencepost.fr/

    Allemagne : un enfant découvre un trésor d’un célèbre roi danois du Xe siècle


    Pour un garçon de 13 ans, c’est une expérience unique. Avec l’aide d’un archéologue amateur, ils ont réussi à trouver un trésor du Xe siècle qui aurait probablement appartenue au roi Danois, le roi Harald à la Dent bleue.
    Nuage

     

    Allemagne : un enfant découvre un trésor d’un célèbre roi danois du Xe siècle

     

     

    Aidé d’un archéologue amateur, un écolier de 13 ans a mis au jour un «trésor unique» composé de centaines de pièces, de perles ou encore d’un marteau de Thor sur l’île allemande de Rügen.

    Un enfant de 13 ans et un archéologue amateur ont découvert sur l’île allemande de Rügen un trésor «unique» ayant pu appartenir au roi Harald à la Dent bleue qui a introduit le christianisme au Danemark. Le trésor est composé de centaines de pièces, de perles, d’un marteau de Thor, de broches et d’anneaux brisés, rapporte l’agence allemande Dpa ce lundi, citant l’archéologue amateur René Schön et l’office archéologique régional.

    Une pièce datant du Xe siècle.

    René Schön et l’écolier, Luca Malaschnitschenko, ont fait la découverte d’une pièce en janvier à l’aide d’un détecteur de métal dans un champ près de la localité de Schaprode sur cette île de Rügen en mer Baltique. Et les autorités locales ont procédé à l’excavation du trésor les 14 et 15 avril. Une centaine de pièces semblent dater du royaume de Harald 1er (910-987), roi unificateur qui a rejeté les croyances viking et lancé la christianisation du Danemark. Des pièces plus anciennes et provenant de contrées très éloignées ont aussi été retrouvées, notamment un Dirham de Damas transformé en bijou et datant de 714.

    Les pièces les plus récentes datent des années 980, ce qui laisse croire que ce trésor a pu être caché par l’entourage de Harald Ier qui, après avoir perdu une bataille contre son propre fils en 986, avait fui vers la Poméranie où il est mort un an plus tard, selon la littérature du Xe siècle, explique Dpa.

    Une découverte «unique en son genre»

     

    «Nous avons ici un cas rare, lorsqu’une découverte a l’air d’être en lien avec des sources historiques», explique l’archéologue en chef de la région allemande du Mecklembourg-Poméranie orientale, Detlef Jantzen, «le trésor de Schaprode est une découverte unique en son genre».

    Des bijoux datant de la même époque avaient déjà été découverts non loin de là, sur l’île de Hiddensee à la fin du XIXe siècle. Les historiens de la région considèrent aussi que ces objets précieux ont pu être cachés lors de la fuite du roi.

    Harald à la Dent bleue est une figure historique importante dans l’espace nordique. C’est en son honneur que la technologie de communication sans fil Bluetooth a été baptisée. Le symbole du Bluetooth est d’ailleurs un mélange de deux lettres d’alphabets runiques représentant les initiales du roi Harald.

    http://www.lefigaro.fr/

    Ce gros astéroïde nous a frôlés alors qu’on ne savait même pas qu’il existait


    Un astéroïde de 48 à 110 de diamètre baptisé 2018 GE3, la distance équivaut ce qui sépare la Terre de la Lune, pas très rassurant, surtout qu’il a été vu que le 14 avril et personne ne connaissait ce gros caillou. Malheureusement, il est difficile de détecter les astéroïdes qui ont autour de ce diamètre. Non pas qu’il pourrait détruire la Terre entière, mais il serait assez gros pour détruire toute une ville
    Nuage

     

    Ce gros astéroïde nous a frôlés alors qu’on ne savait même pas qu’il existait

     

    NASA

    Et il était particulièrement gros pour un passage si près de la Terre.

     

    • Gregory Rozieres

    • Le HuffPost

    192 000 km, ça peut sembler énorme, mais dans l’espace, c’est ridiculement petit. C’est la moitié de la distance qui nous sépare de la Lune et c’est à cette distance de la Terre qu’un astéroïde est passé, ce dimanche 15 avril. Rien d’anormal jusque-là, de nombreux corps frôlent notre planète régulièrement.

    Sauf que celui-ci, baptisé « 2018 GE3« , était particulièrement gros pour un passage si près de nous: 48 à 110m de diamètre, selon la NASA. Et personne n’en avait encore entendu parler 24 heures plus tôt: les premières observation sdatent du 14 avril.

    L’astronome amateur Michael Jäger a capturé le passage de l’astéroïde dans notre ciel étoilé, comme vous pouvez le voir ici

    Gros et proche, un fait très rare

    44 à 110 mètres, c’est assez gros pour un astéroïde aussi proche. Il faut se rappeler qu’à l’origine de la pluie de météorites au-dessus de la Russie en 2013, qui a blessé un millier de personnes, il n’y avait qu’un météore de 15 à 17 mètres de diamètre.

    Selon la NASA, un objet de plus de 25 mètres de diamètre causerait des « dommages locaux autour de la zone d’impact ».

    Il n’y aurait aucun risque pour la Terre dans son ensemble si la taille de l’astéroïde est inférieure à 1 km.

    Selon Andrew Rader, chercheur et ingénieur chez SpaceX, 2018 GE3 est par contre « largement assez grand pour détruire une ville ».

    Qu’un objet pareil passe si près de nous, c’est rare. Selon la base de données tenue par la NASA, il n’y a que trois astéroïdes d’une taille similaire ou supérieure à être passés si près depuis le début du XXe siècle.

    Comme nous venons tout juste de le repérer, son orbite est encore très incertaine. De même que sa masse et son diamètre, qui pourraient changer dans les semaines à venir. Mais selon les premières estimations, il mettrait environ deux ans et demi avant de revenir plus ou moins près de la Terre.

    Des objets dangereux et difficiles à repérer

    On devrait rapidement mieux connaître 2018 GE3. Mais toujours est-il qu’à un « cheveu » près, son premier passage près de nous aurait aussi pu être le dernier. C’est pour cela que l’ONU a mis en place une Journée internationale des astéroïdes, le 30 juin.

    Une date qui n’est pas choisie au hasard. Un astéroïde de 40 mètres tombait sur la Sibérie ce jour, 100 ans plus tôt, en 1908. L’énergie dégagée par sa rentrée dans l’atmosphère était supérieure à 30 bombes d’Hiroshima. Le tout pour un météorite de « seulement » 40 mètres de diamètre.

    Justement, ce genre d’objets, à l’instar de 2018 GE3, est très difficile à repérer. Seuls 30% des objets de 140 mètres et plus sont répertoriés, selon la NASA. On parle ici d’astéroïdes dont l’orbite les amène très proches de la Terre. Pour ceux de 30 mètres, on passe à 1%.

    C’est pour cela que les agences spatiales, ainsi que des acteurs privés, cherchent à cataloguer le maximum d’astéroïdes pour mieux comprendre leurs orbites, les détecter plus tôt et, si besoin, trouver un moyen de les empêcher de toucher la Terre.

    La sonde de la NASA Osiris-Rex devrait d’ailleurs atteindre l’astéroïde Bennu au mois d’août. Le vaisseau doit étudier la composition de cet astre pour mieux comprendre les débuts du système solaire, mais également tenter de découvrir pourquoi l’orbite des astéroïdes change tant. Toujours dans le but de prévoir une éventuelle collision avec plus de précision.

    Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

    https://quebec.huffingtonpost.ca/

    Aider les policiers à comprendre les personnes atteintes de maladies mentales


    Il y a des applications mobiles qui peuvent être utiles. À Winnipeg, des policiers sont en formation avec une application pour mieux comprendre les maladies mentales. Ils sont dans une situation qu’ils entendent voix pendant que d’autres policiers donnent des ordres pour se rendre. Cela pourra aider dans la vie réelle à mieux interagir et éviter des morts
    Nuage

     

    Aider les policiers à comprendre les personnes atteintes de maladies mentales

     

    Trois policiers discutent.

    Le formateur des services de police de Winnipeg, Julio Berzenji, explique aux policiers Dan Atwell et Rob Thimm l’exercice qu’ils auront à faire à l’aide d’une nouvelle application mobile. Photo : Radio-Canada/Trevor Brine

    Difficile d’imaginer les voix qu’entendent dans leur tête les personnes atteintes de maladies mentales. C’est dans le but d’aider les policiers qui interagissent avec des personnes en situation de crise qu’une entreprise de Winnipeg vient de créer une application mobile qui simule des hallucinations auditives.

    « C’est révolutionnaire », affirme Julio Berzenji, formateur au service de police de Winnipeg.

    Il dit que les policiers peuvent maintenant apprendre rapidement ce qui aurait pris des mois ou des années à apprendre par sur le terrain, au gré des expériences.

    « Quand un policier participe à ce type de formation et qu’il entend ces voix, il comprend beaucoup de choses », affirme-t-il.

    Une enquête de CBC a révélé que, depuis 2000, 70 % des personnes tuées par la police avaient des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie.

    SetCan, une entreprise de Winnipeg qui fabrique des produits de formation inspirés de la vie réelle pour les forces policières et militaires, a créé SimVoice.

    Le programme est simple. Un agent porte un casque sans fil connecté à l’application qui fonctionne sur un appareil mobile. Un certain nombre de scénarios sont préprogrammés. La personne qui porte les écouteurs entend des voix et est armée d’un couteau, d’un pistolet ou d’un bâton.

    Une application mobile ouverte sur une tablette.

    L’interface de l’application SimVoice utilisée pour contrôler les voix entendues dans les écouteurs pendant l’entraînement de policiers. Photo : Radio-Canada/Trevor Brine

    Pendant que des policiers tentent de désamorcer la situation, celui qui entend la voix doit se conformer à ce qui est dit.

    Le formateur peut rendre les choses plus faciles ou plus difficiles, selon la manière dont les policiers réagissent.

    Pour la personne qui porte les écouteurs, c’est troublant.

    « C’était très, très difficile parce qu’il y a beaucoup de voix différentes, de tons et de niveaux différents, et qui me disent de faire des choses qui sont contradictoires avec ce que l’agent me disait de faire », affirme Justin Casavant, un policier qui a 15 ans d’expérience.

    Pour reproduire la sensation d’hallucinations auditives, Jonathan Wilson, de SetCan a lu des revues médicales et des blogues sur la santé mentale.

    « J’ai fait beaucoup de recherche pour comprendre ce que les gens qui souffrent de problèmes de santé mentale entendent et subissent », explique le créateur de l’application.

    L’entreprise espère que sa création permettra aux policiers de mieux comprendre ce que vivent les personnes atteintes de maladies mentales afin d’améliorer leurs interventions.

    La police de Winnipeg est la première force policière à utiliser cette application, mais une centaine d’autres corps policiers ont manifesté leur intérêt pour l’application.

    https://ici.radio-canada.ca/