Parole d’enfant ► Cours de premier soin


À croire ma petite fille, mon gendre après son cours de premier soin, il aura des pouvoirs magiques de ressuscité les morts
Nuage

 

 Cours de premier soin

 

Grand-maman raconte :

Ana-Jézabelle vient d’arriver de sa petite visite chez sa cousine Charlie

– Tu t’es amusé ?
– Oui
– Tu vas aller à l’épicerie ce soir papa n’est pas là en fin de semaine
– Il va où ?
– Suivre un cours
– Ah oui, il va pouvoir nous réveiller, si on est mort

Ana-Jézabelle, 6 ans / 13 avril 2018

Être différent :Vitiligo


Bashir Azis est un noir. Pourtant, quand on le regarde, il est plus blanc que noir car il a une maladie chronique de l’épiderme, le vitiligo. Quand il était petit, sa mère cachait les tâches blanches assez apparentes de son visage avec du maquillage. Malgré tout, il a subi des humiliations. Heureusement, en grandissant, il a appris à garder sa bonne humeur et prendre ses couleurs particulières du bon côté
Nuage

 

Être différent : Vitiligo

Truc maison ► 10 trucs pour un ménage du printemps rapide et efficace


Même si le printemps peut tarder à certains endroits, il est temps de penser au grand ménage!! Mieux nous sommes organisé, plus vite se sera fait. C’est un gros ménage à chaque année, mais nécessaire pour classer, se débarrasser de choses inutiles et retrouver des choses perdues en plus c’est meilleur pour le moral
Nuage

 

10 trucs pour un ménage du printemps rapide et efficace

 

Femme faisant son ménage du printemps

gorillaimages / Shutterstock

Auteur Marie-Ève Laforte

Personne n’a vraiment envie de faire son grand ménage du printemps… Mais tout le monde se sent mieux lorsque c’est fait, que la maison est propre et qu’on peut repartir à neuf pour la belle saison qui commence!

En plus de faire du bien au moral, ce ménage est important pour l’entretien d’un logis; les meubles, appareils et autres éléments se conserveront ainsi en bon état plus longtemps. Voici des trucs pour se faciliter la vie et gagner du temps avec le fameux ménage printanier.

1. Faire une liste

Les listes sont toujours importantes pour l’organisation et le ménage du printemps n’y fait pas exception! Une liste des tâches à faire par pièce permettra de mieux cibler le temps et l’effort requis, tout en procurant une satisfaction immense à mesure que les tâches sont cochées! La liste pour chaque pièce peut également être divisée en tâches « nécessaires » et en tâches « souhaitables ».

Une liste est également très efficace lorsque plusieurs personnes (disons, toute la famille) participent au ménage du printemps. De cette manière, tout le monde sait quoi faire et aucune tâche n’est effectuée en double.

On trouve facilement ce type de liste en effectuant une recherche sur Internet. Il est possible de l’adapter à sa maison ou son appartement. Exemple de liste ici

2. Commencer par le rangement

Un bon ménage du printemps débute avec un intérieur bien rangé. Le moyen le plus indolore de réaliser ceci : prendre un panier à linge et faire le tour des pièces en attrapant tout ce qui n’est pas à sa place. C’est également le moment de ramasser des items qui n’ont pas nécessairement de place ailleurs, mais qui ont peut-être fait leur temps et ne font qu’amasser de la poussière. Est-ce que chaque surface doit absolument être remplie? Probablement pas. Ces derniers items peuvent être reclassés, donnés, entreposés, offerts dans une vente de garage, ou en dernier recours jetés. C’est le temps d’en enlever plus que moins, puisque le reste de l’année on tend plutôt à accumuler des objets.

Pour un maximum de rapidité, on peut ensuite s’occuper de ranger le contenu du panier plus tard (par exemple à coups de quelques minutes le soir avant de se coucher), ou on peut faire une pierre deux coups en rangeant en même temps qu’on collecte les objets, jusqu’à ce que le tour de la maison soit fait et qu’il ne reste plus rien dans le panier.

Les objets à entreposer ou donner peuvent quant à eux être placés dans des bacs de rangement en plastique, à tout le moins temporairement. Comme ça ils ne nuiront pas au ménage du printemps, mais pourront toujours être récupérés si on change d’idée.

3. S’attaquer au « tour » de la pièce

La deuxième étape est de nettoyer tout ce qu’il y a autour de la pièce. Dans l’ordre, on passe un linge sur : les luminaires et ventilateurs, les murs, les moulures, les portes, les climatiseurs, les calorifères et les conduits d’aération.

4. Épousseter les meubles ensuite

C’est beaucoup plus logique d’épousseter des pièces qui ont d’abord été rangées/épurées.

Comme ça, on a moins besoin de déplacer et d’épousseter d’items sur les surfaces. Au lieu de vaporiser un nettoyant partout sur les surfaces, c’est beaucoup plus rapide de vaporiser seulement le linge avec lequel on époussette, une fois de temps en temps. On économise ainsi du produit, également.

5. Les planchers en dernier

Après le ramassage, l’époussetage et le nettoyage des surfaces, les dernières tâches devraient être de passer l’aspirateur et de nettoyer les planchers. C’est simple : on y va avec la gravité, de haut en bas. Nettoyer une pièce de fond en comble et épousseter fera retomber de la poussière sur le plancher, alors on s’en occupe seulement lorsque tout le reste est fait.

6. Le moyen le plus facile de nettoyer les électroménagers en inox

Oui, c’est vrai, les électroménagers en inox se salissent vite et font paraître les traces de doigt… Mais on n’a vraiment pas besoin de produit chimique pour les nettoyer! Seulement d’un linge en microfibre et d’eau. On peut mouiller seulement un coin du linge et le passer sur toute la surface des électros en inox. On essuie et on fait briller ensuite avec le côté sec du même linge.

7. Il faut battre le four, pendant qu’il est chaud

Ce ne serait évidemment pas prudent de nettoyer un four brûlant, mais c’est beaucoup plus facile de déloger la saleté sur un four tiède qu’un four froid. Avant de nettoyer celui-ci, on peut le faire marcher à 250 F pendant 15 minutes. On peut alors vaporiser un produit nettoyant (par exemple du vinaigre et du bicarbonate de soude) à l’intérieur comme à l’extérieur, puis on laisse agir 20 minutes. On frotte ensuite avec une éponge ou une brosse douce, puis on rince et on essuie avec un linge humide.

8. Regarder la température avant de laver ses fenêtres

Ça peut sembler une bonne idée de s’attaquer au lavage de fenêtre lors d’une magnifique journée ensoleillée… Mais c’est beaucoup mieux de le faire lorsque c’est nuageux. La raison? S’il fait soleil, les fenêtres sècheront beaucoup plus rapidement, en laissant probablement des marques. Un autre truc : après avoir passé un linge sur les fenêtres (en microfibre, c’est mieux), on peut se faciliter la tâche avec une raclette («squeegee»).

9. Éviter de récurer la baignoire et les éviers émaillés

Les surfaces émaillées ne devraient pas être nettoyées avec une poudre abrasive; celle-ci accélèrera la dégradation de l’objet et lui enlèvera à la longue son fini brillant. C’est préférable de nettoyer la salle de bain avec un simple nettoyant en vaporisateur.

10. Comment faire disparaître les taches de rouille

S’il y a des taches de rouille dans la cuisine ou la salle de bain, la solution est simple. On saupoudre la tache de sel, puis on coupe un citron en deux, on le presse juste au-dessus de la tâche, puis on frotte le tout avec le demi-citron. On peut ensuite laisser la mixture agir un peu avant de rincer.

Bon ménage du printemps!

http://www.canalvie.com/

S’allonger dans son cercueil au café de la mort


C’est glauque, personnellement, je trouve qu’une promenade dans les sentiers, sur le bord de la mer pour les plus chanceux ou des endroits reposants amenant à la méditation que d’être enfermé dans un cercueil pour réfléchir au sens de la vie ou de sa propre mort
Nuage

 

S’allonger dans son cercueil au café de la mort

 

À Bangkok, un café propose à ses clients... (Photo AFP)

À Bangkok, un café propose à ses clients de s’allonger dans un cercueil.

PHOTO AFP

Agence France-Presse
BANGKOK

 

À Bangkok, un café propose à ses clients de s’allonger dans un cercueil… Une façon de se mettre en tête le principe d’impermanence de la vie cher au bouddhisme, avant de démarrer la journée.

Ce café, dit de «prise de conscience de la mort», vient d’être créé par un intellectuel bouddhiste dans un quartier branché de la capitale thaïlandaise. À la carte, des boissons sucrées baptisées «naissance», «mort», «vieillesse» ou «souffrance».

On y pénètre au terme d’une allée sombre surmontée de panneaux lumineux posant des questions comme «Quel est ton but dans la vie? »

Au centre du lieu se trouve un cercueil, sous une épitaphe en anglais teintée d’humour noir: «Eventually you can bring nothing» («Ici, on n’emporte rien», sous-entendu des richesses matérielles vers l’au-delà). C’est l’attraction principale des clients du «café de la mort». On s’y glisse et on s’y laisse enfermer un moment.

«Je me sens comme à un enterrement», confie Duanghatai Boonmoh, une Bangkokienne de 28 ans ayant retrouvé le sourire devant un smoothie au chocolat, après être passée par la case cercueil.

«La première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est: « Et si personne ne l’ouvre »… C’est sans doute ça qu’on ressent à l’approche de la mort», confie-t-elle, après s’être laissée enfermer dans le cercueil blanc à dorures, à l’intérieur tapissé de tissu rose pâle.

Remède bouddhiste

Le créateur du lieu, Veeranut Rojanaprapa, se défend d’être dans une démarche commerciale, dans une ville qui compte nombre de cafés bizarres – celui-ci où les clients s’habillent en sirènes, celui-là où ils se déguisent en licornes…

Ce professeur d’université spécialisé dans les études sur le vieillissement des populations assure qu’il s’agit d’une application pratique des conclusions de ses recherches sur «la conscience de la mort».

«Nous nous sommes rendu compte qu’avoir conscience de la mort diminue l’avidité et la colère», explique le sociologue.

Il se dit persuadé qu’une véritable prise de conscience individuelle du principe d’impermanence est la clef pour guérir la société de la violence et de la corruption.

«Quand on a conscience de sa propre mort, on fait le bien. C’est ce que nous enseigne bouddha», explique ce bouddhiste fervent.

Guérir de la superstition

Or si l’immense majorité des Thaïlandais se disent bouddhistes et multiplient les offrandes aux temples, c’est surtout par superstition, sans réflexion profonde sur la foi bouddhiste et le principe d’impermanence, dit-il.

Le fait de placer un vrai cercueil au milieu de son café est aussi une façon de pousser les jeunes Thaïlandais, souvent happés par leurs téléphones portables, à opérer un retour à la réalité.

«Quand les adolescents s’allongent dans le cercueil et que nos employés le ferment, avec l’obscurité et l’exiguïté, ils prennent conscience d’eux-mêmes… et des choses qu’il leur reste à faire dans la vie», explique le professeur.

Il n’est pas le premier à développer cette idée de s’allonger dans un cercueil pour prendre conscience de sa mortalité. Un temple bouddhiste de la région de Bangkok propose depuis des années cette expérience, censée purifier le karma du participant. Et une forme de méditation bouddhiste, pratiquée dans certains temples jusqu’à un passé récent, suppose que les moines méditent en présence d’un cadavre et supportent la vue de sa décomposition au fil des jours.

Mais dans le voisinage du café «de la mort», tous les voisins n’apprécient pas de voir le panneau «quel est ton but dans la vie?» en rentrant chez eux par cette allée faisant office de raccourci.

«C’est vraiment très dérangeant. Cela me fait bizarre quand je passe là, j’envisage de ne plus prendre ce raccourci», se plaint un voisin sur un groupe Facebook regroupant des habitants du quartier.

«J’adore que les gens se plaignent, ça veut dire qu’ils réfléchissent à la mort», se félicite le créateur du lieu.

http://www.lapresse.ca/

Un célèbre avocat américain se suicide par le feu pour dénoncer la pollution


Dénoncer la pollution est important, mais s’immoler pour la cause, c’est de l’extrémiste et je ne crois pas que le message sensibilise plus de monde. Je crois plus que cela rend la personne moins crédible pour son action
Nuage

 

Un célèbre avocat américain se suicide par le feu pour dénoncer la pollution

 

David Buckel, en 2006.... (Photo Jose F. Moreno, archives Associated Press)

Agrandir

David Buckel, en 2006.

PHOTO JOSE F. MORENO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

 

Agence France-Presse
Washington

Un célèbre avocat américain, fervent défenseur des droits des homosexuels, s’est immolé par le feu dans un parc de New York pour protester contre la pollution, selon une lettre d’adieu envoyée aux médias avant sa mort.

Selon le New York Times, qui cite la police, David Buckel s’est suicidé par le feu dans le parc Prospect de Brooklyn samedi matin et a été déclaré mort à 6h30, après avoir envoyé un courriel à plusieurs médias américains.

«La pollution ravage notre planète et répand l’instabilité à travers l’air, le sol, l’eau et la météo», écrit M. Buckel dans ce texte publié par le quotidien new-yorkais.

«La plupart des humains sur la planète respirent maintenant un air rendu insalubre par les carburants fossiles et beaucoup, en conséquence, mourront prématurément – ma mort prématurée au moyen d’un carburant fossile reflète ce que nous sommes en train de nous faire à nous-mêmes», dénonce-t-il.

David Buckel, 60 ans, était un célèbre champion des droits des homosexuels aux États-Unis, où il était intervenu dans plusieurs retentissants procès pour discrimination. Au sein de l’organisation de défense des droits civiques de la communauté LGBT Lambda Legal, il avait été à l’avant-garde du mouvement pour légaliser le mariage gai, maintenant reconnu juridiquement dans tous les États du pays.

«La nouvelle de la mort de David nous brise le coeur. C’est une perte terrible pour la famille Lambda LeSelon des amis de M. Buckel cités par le New York Times, gal, mais aussi pour l’ensemble du mouvement pour la justice sociale», a commenté dans un communiqué une des directrices de l’organisation, Camilla Taylor, qualifiant l’avocat de «brillant visionnaire juridique».

l’avocat avait commencé à se passionner pour la défense de l’environnement après son départ de Lambda Legal il y a quelques années.

 «Avoir des buts honorables dans la vie invite à avoir des buts honorables dans la mort», a écrit M. Buckel dans sa lettre d’adieu.

http://www.lapresse.ca

Ce guerrier médiéval avait remplacé sa main amputée par une lame de couteau


Imaginer l’amputation au temps médiéval sans anesthésie, sans anti-douleur ouf ! Les archéologues, on trouve en Italie un guerrier lombard qui était amputé d’un bras. Ils ne savent pas trop si c’est la suite d’une infection ou un combat, mais il avait une bien drôle de prothèse pour remplacer sa main, un couteau. Très pratique pour un guerrier
Nuage

 

Ce guerrier médiéval avait remplacé sa main amputée par une lame de couteau

 

Crédits : Micarelli et al./Journal of Anthropological Sciences

par  Nicolas Prouillac

Une nécropole lombarde, découverte dans le nord de l’Italie à proximité de la commune de Povegliano Veronese, a réservé aux archéologues une surprise de taille.

Parmi les centaines de squelettes qu’ils y ont retrouvés, l’un d’eux appartenait à un homme qui, amputé de la main droite, s’était fait poser une prothèse terminée par une longue lame de couteau. La chercheuse Ileana Micarelli, de l’université de Rome « La Sapienza », et son équipe révèlent cette trouvaille excitante dans une étude parue dans le Journal of Anthropological Sciences.

L’homme aurait vécu entre le VIe et le VIIIe siècle et serait décédé avant d’avoir soufflé ses 50 bougies. Les observations des chercheurs les ont conduits à conclure qu’il avait perdu sa main suite à un traumatisme contondant.

S’il est impossible de déterminer avec précision la nature du choc, il est possible « que le membre ait été amputé pour des raisons médicales », indique Ileana Micarelli dans l’étude.

Peut-être avait-il souffert d’une grave fracture après une chute ayant rendu la chirurgie inévitable.

« Mais compte tenu de la culture guerrière des Lombards, il n’est pas exclu qu’il l’ait perdu au combat. »

Ce dont on est sûr, c’est que la lame mortelle qui a remplacé sa main ne lui servait pas qu’à couper le beurre. Il la portait vraisemblablement depuis longtemps au moment de sa mort. La prothèse a été retrouvée sur son torse, assortie d’une sangle et de matériau organique décomposé – probablement du cuir. Un examen approfondi des dents et de l’épaule de la dépouille indique que l’homme nouait la prothèse avec les dents, en tirant sur la sangle de cuir assez fort pour finir par s’en abîmer les dents.

Face à une telle découverte, on est tenté d’imaginer les nombreuses aventures et rixes auxquelles ce guerrier médiéval qui devait impressionner ses pairs a pu prendre part. Mais pour les archéologues, sa longévité est surtout le signe d’une communauté très unie. 

« La survie de cet homme lombard témoigne du sens de la communauté, du soutien familial et de la grande valeur [que les Lombards] accordaient à la vie humaine », conclut Micarelli.

Source : Journal of Anthropological Sciences

http://www.ulyces.co/

Nous sommes plus microbe qu’humain, mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle


Nous sommes poussière, nous retournerons poussière, mais nous sommes aussi microbes. En fait, il y a plus de micro-organismes que de cellules dans notre corps, qui comprend des bactéries, des virus, des champignons et des archées. Ils sont surtout concentré dans les intestins. Donc nos excréments ont beaucoup d’informations qu’ils peuvent aider les médecins dans un avenir proche à de meilleures analyses et traitements des maladies
Nuage

Nous sommes plus microbe qu’humain, mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle

 

/

Les envahisseurs | Monoar via Pixabay CC0 License by

Repéré sur BBC News

Repéré par Aurélie Rodrigues

Des scientifiques spécialistes du microbiote s’accordent sur le fait que notre corps est composé à 57% de micro-organismes.

Les cellules humaines ne représentent que 43% du nombre total de cellules présentent dans notre corps: le reste est composé de micro-organismes. Ces créatures microscopiques –bactéries, virus, champignons et archées– peuplent chaque recoin de notre corps. La plus grande concentration de ces cellules se trouve dans nos intestins, sous le nom de «microbiote intestinal».

«Vous êtes plus microbe que vous n’êtes humain», explique Rob Knight, professeur à l’université de Californie à San Diego et fondateur du Center for Microbiome Innovation, axé sur la recherche et le développement de méthodes pour manipuler le microbiote.

Essentiels à notre santé

Au niveau génétique, le constat est encore plus flagrant: le génome humain est composé d’environ 20.000 gènes, loin des deux à vingt millions de gènes qui constituent notre microbiote:

«En fait, nous avons deux génomes: notre ADN et celui de nos microbes. C’est ce qui fait de nous des humains», avance Sarkis Mazmanian, microbiologiste à l’Institut de technologie de Californie.

«Nous sommes en train de découvrir la façon dont ces minuscules créatures transforment et affectent notre santé, à des degrés que nous aurions jamais soupçonné», ajoute le professeur Rob Knight.

Comme l’explique Ruth Ley, directrice du département de science du microbiome à l’Institut Max Planck, ces micro-organismes sont «essentiels à notre santé»: ils jouent un rôle important dans la régulation du système immunitaire, dans la protection contre les maladies et dans la production de vitamines essentielles pour notre corps.

La BBC souligne que l’intérêt d’étudier le microbiote est de comprendre des maladies comme celle de Parkinson, l’autisme, la dépression ou encore les maladies intestinales inflammatoires, et de trouver des traitements novateurs pour les soigner.

Trevor Lawley, médecin chercheur à l’Institut Wellcome Trust Sanger explique que réparer la flore intestinale d’un patient «pourrait conduire à une rémission» pour certaines maladies, telle que la rectocolite hémorragique, une maladie inflammatoire chronique intestinale.

Source intarissable d’informations

Par le passé, les scientifiques se sont armés d’antibiotiques et de vaccins pour combattre les poxvirus(dont l’un est responsable de la variole), la bacille de Koch(on lui doit la variole) ou encore le staphylocoque doré (en cause dans plusieurs types d’infections).

Ils ont sauvé un grand nombre de vies et ont réussi à éradiquer des maladies infectieuses, mais cette lutte aurait malheureusement provoqué des «dégâts inestimables» à nos «bonnes» bactéries. «Nous avons constaté une augmentation terrifiante et inquiétante de maladies auto-immunes et d’allergies», remarque Ruth Ley.

Comme l’indique la BBC, les recherches sur le microbiote, notamment intestinal, n’en sont qu’à leurs débuts. Certains chercheurs pensent que l’avenir de la médecine pourrait en dépendre, à l’image du professeur Rob Knight:

«Vos excréments sont une véritable source d’informations. L’équivalent d’une cuillère à café contient plus de renseignements sur l’ADN de vos microbes qu’une tonne de DVD pourrait en stocker.»

http://www.slate.fr/