Mauvaises habitudes


Les mauvaises habitudes ne permettent pas d’avancer et de faire valoir ce qui est mieux pour nous
Nuage

 

Mauvaises habitudes

 

 

Tant que nous accrochons à des mauvaises habitudes qui ne menacent peut-être pas notre vie, mais ne l’améliorent certainement pas, nous nous privons d’une partie de notre potentiel

Sarah Ben Breathnach

Le Saviez-Vous ► 10 Anomalies physiques RARES


Il y a plusieurs maladies génétiques qui sont extrêmement rares, qui ont été recensé. Plusieurs d’entre eux ont survécu quelque temps avec leur malformation hors du commun.
Nuage

 
10 Anomalies physiques RARES

 

De nouveaux virus datant de millions d’années ont été identifiés


Les chercheurs on trouver des nouveaux virus chez les reptiles, des vertébré et des amphibien et donne plus d’information sur les virus ARN qui sont daté depuis des millions années. Ils pourront peut-être prédire comment les humains sont affectés par ses virus. Heureusement ce ne sont pas tous ces virus qui sont dangereux pour l’humain, mais certains ont fait de gros dégâts comme le Sida, l’Ebola, et même la grippe qui sont tous des virus ARN
Nuage

 

De nouveaux virus datant de millions d’années ont été identifiés

 

Crédits : Pixabay / geraldsimon00

par Brice Louvet

Une équipe de chercheurs a fait la découverte de plus de 200 virus chez les poissons, grenouilles et autres reptiles, dont certains sont vecteurs de maladies telles que la grippe et les fièvres hémorragiques. Les chercheurs ont également retracé l’origine de ces virus à ARN qui ont donc été datés à il y a des centaines de millions d’années, lorsque la plupart des animaux modernes ont commencé à apparaître.

Mya Breitbart, virologiste à l’Université de South Florida à St Petersburg (États-Unis) et principale auteure de l’étude, met en lumière les virus à ARN et leur évolution au fil des ans. Cela peut également prédire comment ces virus peuvent infecter les humains à l’avenir. Jusqu’à présent, les chercheurs se penchaient sur les virus qui infectaient les humains, les mammifères et les oiseaux. C’est ici la première fois qu’ils se tournent également vers d’autres vertébrés tels que les amphibiens, les reptiles et les poissons, pour comprendre comment ces virus ont évolué au cours des millénaires.

Edward Holmes, virologiste évolutionniste de l’Université de Sydney en Australie – et co-auteur de l’étude – note que l’émergence des virus est en fait beaucoup plus abondante et répandue qu’on ne le pensait auparavant. Des études antérieures ont trouvé des virus à ARN chez les tritons et les salamandres. Mais les chercheurs se sont ici penchés sur près de 190 autres créatures, des poissons sans mâchoires comme des lamproies par exemple, qui ont peu évolué par rapport à leurs ancêtres évolutionnaires, aux reptiles tels que les tortues. En analysant l’ARN extrait des intestins, du foie, des poumons ou des branchies des animaux, l’équipe a ainsi découvert 214 virus à ARN qui n’avaient jamais été répertoriés auparavant.

La plupart de ces virus appartiennent à des familles de virus connues pour infecter les oiseaux et les mammifères. Par exemple, certains poissons hébergent des virus qui sont liés à Ebola, qui affecte les humains et autres primates.

« C’est surprenant », dit Holmes, mais cela ne signifie pas que ces virus constituent une menace pour la santé humaine.

En remontant l’arbre évolutif de ces nouveaux virus à ARN, et en les comparant à celui de leurs hôtes vertébrés, les deux histoires se sont également reflétées : les vertébrés ont migré de la mer vers la terre, tout comme leurs auto-stoppeurs microscopiques.

Les virus à ARN infectant les humains aujourd’hui ont donc probablement évolué à partir de virus qui ont infecté nos ancêtres vertébrés il y a 500 millions d’années, notent les chercheurs. Une information à prendre en compte pour le diagnostic précis et le traitement de ces virus. Rappelons que de nombreuses maladies humaines graves comme le SIDA, le virus Ebola, le SRAS et la grippe sont causées par des virus à ARN.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Nature.

http://sciencepost.fr/

50.000 moutons transportés dans des conditions effroyables: la vidéo choc


L’exportation d’animaux via la mer par l’Australie est d’une atrocité sans nom. Comment peut-on vouloir vendre des moutons et qu’ils soient en si mauvaise condition.
Nuage

 

50.000 moutons transportés dans des conditions effroyables: la vidéo choc

 

  Source: Belga

Un cargo qui devait transporter plus de 50.000 moutons vivants au Proche-Orient a été immobilisé avant son appareillage d’Australie après la diffusion d’une vidéo montrant des conditions déplorables à bord et des animaux agonisants.

L’Australie exporte chaque année pour plus de 800 millions de dollars australiens (500 millions d’euros) d’animaux vivants, un secteur lucratif de plus en plus mis en cause par les défenseurs du bien-être animal.

Vidéo filmée à bord

La vidéo filmée à bord du cargo battant pavillon panaméen Awassi Express au cours de cinq voyages l’an dernier entre l’Australie le Qatar, le Koweït et Oman, a été diffusée par l’association Animals Australia. Elle montre des bêtes entassées dans des enclos, agonisant dans leurs excréments et peinant à respirer dans des réduits mal ventilés et trop chauds.

« Ils mouraient sous nos yeux »

« Ils mouraient sous nos yeux », a déclaré Faisal Ullah, un diplômé de l’académie de marine du Pakistan, qui a filmé les vidéos. « Un par un, les uns après les autres, c’était comme mettre des animaux vivants au four », a-t-il raconté à la chaîne Channel Nine qui a diffusé dimanche les images et raconté que les animaux étaient entassés sur les 10 niveaux du bateau, contraints de rester debout pendant trois semaines par une chaleur accablante.

Agneaux jetés par-dessus bord

Faisal Ullah a rapporté de son côté que des agneaux nés de femelles pleines et qu’on ne doit théoriquement pas exporter mouraient et étaient jetés par-dessus bord. L’Autorité australienne de la sécurité maritime (Amsa) a affirmé lundi que des milliers de moutons avaient péri.

Cargo immobilisé

L’Awassi Express, qui devait quitter cette semaine Fremantle, dans l’ouest de l’Australie, vraisemblablement à destination du Qatar et du Koweït, a été immobilisé par l’Amsa.

Son inspection ayant suscité « des inquiétudes quant à la circulation de l’air dans certains enclos ».

Bien-être

Emanuel Exports, une société utilisant les services de l’Awassi Express, a déclaré à l’Australian Broadcasting Corporation qu’elle avait changé ses exigences en termes de bien-être animal, en ce qui concerne notamment la densité de l’occupation des enclos et la présence à bord d’un observateur de l’Etat.

Précédent

En 2013, l’Australie avait suspendu pendant plusieurs mois ses exportations de bêtes vivantes à destination de l’Egypte après la diffusion de vidéos montrant des mauvais traitements infligés à des vaches.

http://www.7sur7.be/7s7/fr

Les "bots" dominent les échanges sur Twitter, selon une étude


Personnellement, je n’ai pas été longtemps sur Twitter, je déteste ce réseau social. Je ne vois pas l’intérêt d’utiliser des « bots » sur un réseau social, enfin .. Ceux qui ont fait l’étude n’ont pas réussit a distinguer les bons et les mauvais « bots » Ils sont responsables de fausses informations et 90% des tweets sont lier à des sites pornographiques. C’est une plaie
Nuage

 

Les « bots » dominent les échanges sur Twitter, selon une étude

 

© afp.

Source: Belga

Les comptes automatiques jouent un grand rôle dans la diffusion des informations – fausses ou réelles – sur Twitter, selon une étude qui révèle lundi que ces « bots » sont à l’origine de deux tiers des messages postés sur le réseau social et renvoyant vers des sites internet populaires.

Selon l’institut indépendant Pew Research Center, 66% des messages contenant des liens vers des sites d’information, de sport ou de divertissement sont publiés par des « bots », qui envoient automatiquement des messages, et non par des humains.

Les chercheurs n’ont pas tenu à faire la distinction entre bons et mauvais « bots », contraction du mot « robot », alors que ces programmes sont accusés d’avoir facilité la diffusion de fausses informations sur le réseau social lors des dernières grandes échéances électorales, notamment l’élection présidentielle américaine de 2016.

« L’étude n’a rien trouvé qui prouve que ces comptes automatiques aient un ‘biais politique’ conservateur ou progressiste dans leur manière de partager de liens », ont écrit les chercheurs.

Leur usage autorisé mais avec des restrictions

Les conditions d’utilisation du réseau social aux 280 caractères autorisent l’usage de « bots » mais avec des restrictions.

Ces comptes peuvent ainsi « diffuser automatiquement des informations utiles » mais n’ont pas le droit « d’essayer de manipuler ou d’influencer des sujets tendance ».

« Puisque ces comptes ont un impact sur l’information à laquelle les gens ont accès sur les réseaux sociaux, il est important de se rendre compte de leur présence globale sur les réseaux », a expliqué le chercheur Aaron Smith.

Des entreprises reconnues ont recours à ces programmes. Netflix tweete ainsi automatiquement quand un nouveau programme est ajouté à son catalogue tandis qu’un robot de CNN publie les dernières informations.

Les contenus pornos très largement relayés par des « bots »

Les « contenus pour adultes » sont pour leur part très largement relayés par des « bots »: 90% des tweets contenant des liens vers des sites pornographiques populaires n’émanent pas d’êtres humains.

Pour cette étude, le Pew Research Center a analysé 1,2 million de tweets écrits en anglais renvoyant vers les 2.315 sites les plus populaires d’internet, pendant six semaines au milieu de l’année 2017.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/

Les plantes d’intérieur, une arme verte antipollution ?


Les plantes peuvent-elles améliorer la qualité de l’air dans une maison. Il semble que cela n’est pas prouvé scientifiquement. Pour la pollution intérieure, l’aération demeure le meilleur atout. Été comme hiver, il est préférable de le faire le matin et plus tard le soir et non quand il y a plus de pollution dehors comme en après-midi (l’hiver, aérez votre logement entre 8h et 11h le matin ou entre 22h à minuit le soir et évitez d’aérer entre 14h et 18h. l’été, aérez votre logement entre 21h et 10h, quand l’air est le plus frais et évitez d’aérer entre 11h et 17h.)
Nuage

 

Les plantes d’intérieur, une arme verte antipollution ?

 

Certaines plantes peuvent absorber des polluants présents dans l'air. Elles sont dites « antipollution ». Toutefois, pour améliorer la qualité de l'air, rien ne vaut une bonne aération quotidienne de son intérieur. © Tpsdave CCO

Certaines plantes peuvent absorber des polluants présents dans l’air. Elles sont dites « antipollution ». Toutefois, pour améliorer la qualité de l’air, rien ne vaut une bonne aération quotidienne de son intérieur. © Tpsdave CCO

 

Michel Caron

Ingénieur agricole

 

Pour assainir son cadre de vie, rien ne vaut une aération régulière de son intérieur. Il existe par ailleurs des plantes ayant la particularité d’absorber certains polluants. Sont-elles intéressantes pour nos maisons ?

Futura a mené l’enquête.

Que faire pour améliorer la qualité de l’air de sa maison ? Première réponse : aérer ! Par ailleurs, certaines plantes peuvent absorber des polluants présents dans l’air. Mais qu’en est-il en conditions réelles, dans l’habitat ?

Formaldéhyde, xylène, benzène, toluène, etc. sont des composés chimiques qui polluent votre habitation à longueur d’années, sans que vous puissiez vous en rendre compte. On les trouve en effet dans des spécialités du commerce que vous utilisez couramment comme les peintures, les détergents, les cosmétiques et des produits d’entretien. Certaines de ces substances seraient responsables, selon des spécialistes, d’allergies, de maladies respiratoires, de fatigue chronique et on les soupçonnerait même d’être parfois cancérogènes.

Or, des travaux (voir ici par exemple) ont démontré que la plupart de nos plantes d’intérieur possèdent la faculté de transformer lesdites substances indésirables en particules propres ! Toutefois, ne nous y trompons pas : pour améliorer la qualité de l’air intérieur, il est surtout primordial de bien aérer et ventiler les pièces.

L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) estime ainsi :

« L’argument « plantes dépolluantes » n’est pas validé scientifiquement au regard des niveaux de pollution généralement rencontrés dans les habitations et des nouvelles connaissances scientifiques dans le domaine. En matière d’amélioration de la qualité de l’air intérieur, la priorité reste la prévention et la limitation des sources de pollution (entretenir les chauffe-eau et chaudières, réduire l’utilisation de produits chimiques ménagers…) accompagnées d’une ventilation ou plus généralement d’une aération des locaux (entretien du système de ventilation, ne pas bloquer les orifices d’aération, ouvrir les fenêtres quelques minutes tous les jours…) ». 

Quoi qu’il en soit, la culture de quelques-uns de ces végétaux apportera beaucoup de charme à vos différentes pièces…

https://www.futura-sciences.com/