Le droit à sa propre opinion


C’est une chose qu’on a de la difficulté a donner le droit à une autre personne avoir son opinion surtout si elle diffère de la nôtre en autant que ces idées ne sont pas nuisibles ni dangereuses pour autrui
Nuage

 

Le droit à sa propre opinion

 

J’ai toujours vigoureusement défendu le droit de chaque homme à sa propre opinion, aussi différente qu’elle puisse être la mienne. Celui qui refuse à un autre ce droit se rend lui-même esclave de son opinion présente, car il se prive du droit d’en changer

Thomas Paine

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées.


Cette artiste japonaise à un réel talent dans des oeuvres miniatures des objets, que ce soit des meubles, pâtisseries, etc… Elle s’inspire au temps de la Révolution française
Nuage

 

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées

 

Ces meubles miniatures complexes sont l’oeuvre de l’artiste japonaise Kiyomi, une mère de deux enfants qui se lève à 4h du matin pour s’adonner à son passe-temps favori.

Kiyomi s’inspire de l’ère industrielle pour créer ses modèles avec une précision remarquable. Qu’il s’agisse de petits chapeaux, petites chaussures, machines à coudre miniatures et même une pâtisserie, ses créations vous transporteront à l’époque de la Révolution française.

Plus d’info : Instagram (h/t)

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Une mère se lève à 4h du matin pour créer des meubles miniatures pour des maisons de poupées, et les détails vous émerveilleront – ipnoze

Partager sur Facebook

https://www.ipnoze.com/

Le Saviez-Vous ► Comment le nazisme a-t-il pu convaincre autant de gens?


A la lecture de ce billet, je vois le nazisme, comme une secte et comme toute secte des gens y adhère sans savoir la suite de cette idéologie. Pour le nazisme, ceux qui ont suivi le mouvement sont toute les couches de la société, même les élites les plus éduqués. Ils ont cru que le meurtre engendré par le racisme, la ségrégation, discrimination était la meilleure solution. Ce que je me demande, quand la guerre est venu et toutes les atrocités qui ont suivi, si ces personnes avaient toujours une foi inébranlable à la cause. J’ose penser qu’il y avait beaucoup de regret parmi les adhérents
Nuage

 

Comment le nazisme a-t-il pu convaincre autant de gens?

 

© anp.

Source: Le Temps, Johann Chapoutot

Non, les nazis n’étaient pas qu’une « clique de fous ou de barbares », contrairement à ce que l’on peut croire. On retrouvait parmi eux des médecins, des intellectuels, de bons pères de famille et même « des gens aimables », relate l’historien français Johann Chapoutot, expert de cette période sombre du XXe siècle. L’adhésion des uns, en amont de la société allemande, a encouragé celle des autres.

Explications.

Dans un entretien accordé au journal suisse Le Temps, Johann Chapoutot revient sur les fondements culturels du nazisme qui ont permis à l’époque de convaincre non seulement les masses appauvries de la société allemande et les soldats frustrés de la défaite de 14-18, mais aussi, et avant tout, les intellectuels de l’entre-deux-guerres.

Contributeurs de « bonne foi »

Dans « La Loi du sang, penser et agir en nazi » (Gallimard, 2014), le spécialiste analyse les motivations de ces philosophes, juristes, historiens, médecins, ces « lettrés et savants » qui ont contribué à la primauté de la notion de race pour structurer leur pensée et s’arroger tous les droits face aux « ennemis biologiques », et ce en toute bonne foi:

« Les nazis s’inscrivent dans un mouvement banal, qui est le retour au paradis perdu », affirme Johann Chapoutot. 

Crise morale des années 20

Car l’auteur croit en la « sincérité » de ces intellectuels. En attestent les journaux intimes et les correspondances qu’il a pu consulter.

 Comme si le nazisme avait répondu à « la crise morale » des années 1920, à « l’humiliation de la défaite », et appliqué méthodiquement le concept du racisme de plus en plus « reconnu » dans la première partie du XXe siècle.

Un peuple angoissé

Johann Chapoutot mentionne, comme terreau fertile du nazisme, l’extraordinaire croissance de la population allemande (+ 27 millions d’habitants) entre 1870 et 1914, à l’origine de cette « angoisse » d’être un « peuple sans espace ». Il décrit également le rejet des valeurs universalistes de la Révolution française, du christianisme, du judaïsme, du communisme et du siècle des Lumières, responsables selon eux de la destruction du modèle germain originel:

« Les nazis se réclament du particularisme de la race, ils estiment que chaque race produit une morale et un droit valables pour elle », précise l’historien.

« Race en péril »

Pour comprendre le processus qui a amené des millions d’Allemands « cultivés » à adhérer au nazisme, il faut s’intéresser au « discours normatif, c’est-à-dire aux normes morales et juridiques qui structuraient le crime », confie Johann Chapoutot, à savoir la légitimité et la justification de la discrimination, de la ségrégation et du meurtre pour défendre la cause allemande. Bref, ces discours et ces théories qui pointaient le « péril » planant sur le modèle germanique et la nécessité vitale de le défendre, de combattre pour le « sauver ».

Pays le plus alphabétisé au monde

L’historien rappelle que l’Allemagne était le pays le plus alphabétisé au monde à cette époque et que cette période sombre a maladroitement et trop souvent été expliquée sous le prisme de la bêtise et de l’instinct grégaire, sans prendre en compte les « normes » défendues par les intellectuels pour encourager cette adhésion populaire. 

http://www.7sur7.be/

Un reptile préhistorique vieux de 180 millions d’années enceinte d’octuplés


Les ichtyosaures ont été très productifs que plusieurs d’entre eux étant vivipares avaient des oeufs dans leur ventre. Le plus jeune ichtyosaure qui a été trouvé date d’environ 180 millions d’années et portait 8 oeufs. Je serais curieuse de voir en dedans de l’oeuf
Nuage

 

Un reptile préhistorique vieux de 180 millions d’années enceinte d’octuplés

 

Ichtyosaure enceinte avec octuplets. Crédit: (c) Nobumichi Tamura

par Brice Louvet

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’une partie du squelette d’un ichtyosaure vieux de 180 millions d’années avec les restes de six à huit petits embryons retrouvés entre ses côtes.

Les ichtyosaures étaient des reptiles aquatiques qui dominaient les mers jurassiques. Ils mesuraient entre un et dix mètres de longueur en moyenne, étaient piscivores et vivipares. Ils se nourrissant d’autres reptiles, de poissons et d’invertébrés marins tels que les bélemnites semblables à des calmars. Les fossiles d’ichthyosaures sont assez communs au Royaume-Uni. Cependant, seulement cinq spécimens d’ichtyosaures ont ici été retrouvés avec des embryons « à l’intérieur » (et aucun avec autant).

Le nouveau spécimen, en plus d’être le premier ichthyosaure embryonnaire enregistré dans le Yorkshire, est également géologiquement le plus jeune des spécimens porteurs d’embryons britanniques, provenant du stade toarcien du Jurassique, âgé d’environ 180 millions d’années (les autres étaient datés à entre 190 et 200 millions d’années). Le fossile reposait depuis 2010 chez un collectionneur de fossiles, Martin Rigby qui, soupçonnant la présence d’embryons, fit appel aux paléontologues Mike Boyd et Dean Lomax, de l’Université de Manchester.

Le spécimen est coupé en deux, ce qui expose plusieurs grandes côtes (de la femelle) et plusieurs chaînes de vertèbres et divers petits os indéterminés. Les chercheurs pensent qu’il y a entre ces petits os au moins six embryons présents, mais probablement huit.

« Nous avons également envisagé la possibilité que les minuscules restes puissent être contenus dans l’estomac, bien qu’il semblait hautement improbable qu’un ichtyosaure avale six à huit embryons avortés ou des ichtyosaures nouveau-nés en même temps, note Mike Boyd. Ce ne semble pas avoir été le cas, parce que les embryons ne présentent aucune érosion par les acides gastriques et que les embryons ne sont associés à aucun contenu stomacal commun chez les ichtyosaures du Jurassique précoce, comme les restes de bélemnites semblables à des calmars ».

Huit espèces différentes d’ichtyosaures ont été documentées avec des embryons. L’ichtyosaure le plus fréquemment trouvé avec des embryons est Stenopterygius. Plus d’une centaine de ces spécimens ont été retrouvés avec des embryons (de 1 à 11) dans la région de Holzmaden et ses environs, en Allemagne.

http://sciencepost.fr/

3 km à pied, ça booste la créativité


Ceux qui ne sont pas sportif pourraient quand même s’adonner à la marche à pied comme ont fait les génies tels que Rousseau, Tchaïkovski, Beethoven, Socrate et bien d’autres. Sans savoir vraiment pourquoi, la randonnée a un effet bénéfique sur la créativité
Nuage

 

3 km à pied, ça booste la créativité

 

On évoque souvent les bienfaits de l’activité physique sur la santé physique et mentale. En voici une nouvelle preuve avec cette étude sérieuse qui suggère que la marche à pied, même à faible intensité, stimule la créativité.

Musiciens, écrivains, philosophes ou scientifiques : ils sont nombreux à s’être livrés à leur art après leurs promenades quotidiennes, si bien qu’on en arrive à se demander si le secret de leur inventivité ne vient pas de ces randonnées. Peut-être bien que si, à en lire une étude parue en 2014 dans Experimental Psychology : Learning, Memory and Cognition.

Le contexte : des génies adeptes de la balade

Qu’ont en commun Rousseau, Tchaikovsky, Beethoven, Dickens, Socrate ou Darwin ? Peut-être doivent-ils leur génie à leur goût pour la marche à pied. Tous aimaient déambuler plusieurs fois par jour dans les rues de la ville ou à la campagne. À tel point qu’une légende est née autour des bienfaits de la randonnée sur la réflexion et la créativité.

Mais jamais cette idée reçue qui traverse les âges n’a été vérifiée selon un protocole scientifique. Au mieux, des études ont effectivement montré que l’activité physique préserve les fonctions cognitives sur le long terme. Sans parler des bienfaits pour le reste de la santé.

Alors, Marily Oppezzo, de l’université Stanford (San Francisco, États-Unis), a voulu confronter cette hypothèse populaire à des méthodes rigoureuses. Avant de la valider devant les évidences constatées.

L’étude : de la marche à pied née l’idée créative

En tout, 176 étudiants de la prestigieuse université californienne ont joué le jeu. Plusieurs petites expériences ont été menées afin de tester l’aptitude de ces jeunes à la pensée divergente, processus permettant de tester la créativité, avant ou après une petite balade, à l’intérieur ou en plein air. Ces exercices, décrits plus bas, ont été réalisés assis, ou après une session sur un tapis roulant, tandis que d’autres se promenaient sur le campus, sur leurs pieds ou poussés dans un fauteuil roulant, pour tester si l’air extérieur constituait un facteur stimulant.

Parmi les expérimentations proposées, l’une d’elles consistait à trouver un maximum d’utilisations à un objet en 4 minutes. Exemple : à quoi peut servir un bouton ? À boutonner. Mais pas seulement. Il fait office de poignée de porte dans une maison de poupée, ou peut aussi bien remplacer un œil manquant sur une peluche. D’autres peuvent s’en servir comme passoire de poche, ou les laisser tomber derrière pour retrouver son chemin, comme les cailloux du Petit-Poucet. L’imagination pouvait suivre son libre cours, mais dans une certaine limite. Celui qui répondait qu’un pneu pouvait faire office de bague de fiançailles n’était pas pris au sérieux. Avoir marché dans une pièce exiguë sur un tapis roulant accroissait la créativité de 60 %.

Une autre tâche demandait même une inventivité plus poussée encore, au cours de laquelle il était demandé aux participants de former une analogie complexe à partir d’une expression. Ainsi, lorsque la suggestion était un « coffre-fort volé », les volontaires devaient trouver une belle métaphore associée. Ceux qui pensaient à un soldat revenu traumatisé, marquant le sentiment de perte et de violation de l’humanité, marquaient davantage les esprits que ceux qui ne songeaient à rien d’autre qu’à un portefeuille perdu. Dans ce cas de figure, 100 % des cobayes ayant fait quelques pas ont trouvé au moins une analogie de qualité, contre 50 % pour ceux qui n’ont pas bougé de leur chaise.

Enfin, autre expérience, de pensée convergente cette fois. Dans ce cas, il n’y a qu’une seule bonne réponse à trouver. L’exercice consistait à trouver le point commun entre une suite de mots. L’exemple repris dans cette étude est celui de trois mots : cottage (petite maison), Swiss (Suisse) et cake (gâteau). La bonne réponse était cheese, le fromage, pour fromage blanc (cottage cheese), fromage suisse et cheesecake, les célèbres gâteaux au fromage. Et, à cet exercice, les marcheurs ont fait moins bien que les sédentaires.

L’œil extérieur : un lien entre activité physique et créativité ?

La créativité semble générée par une succession d’étapes, depuis la génération de l’idée jusqu’à son exécution. Néanmoins, ne deviendra pas Léonard de Vinci qui veut. Mais en cas de besoin, une petite promenade au fil de l’eau pourrait bien générer un concept spontané et prometteur.

Constat frappant… mais qui ne s’explique pas encore. Les auteurs manquent d’imagination pour trouver les causes cachées derrière ce phénomène. Et se demandent si d’autres activités physiques de faible intensité peuvent produire un tel flot de créativité. Mais quel protocole utiliser ? Marchons un peu, cela devrait aider…

https://www.futura-sciences.com/

Pour fuir le réchauffement climatique, la flore montagneuse migre vers les sommets


Il n’y a pas juste les humains et les animaux qui migrent à cause des changements climatiques, les plantes aussi. Dans quelques parties montagneux d’Europe, des plantes ont accéléré leurs migrations vers les cimes des montagnes, c’est le dernier refuge. Alors que les plantes qui vont migrer aux niveaux inférieurs des montagnes sont plus grosses et plus résistantes Ce qui est inquiétant, des plantes pourraient disparaître n’ayant pas la capacité de rivaliser avec les plantes aux niveaux inférieurs
Nuage

 

Pour fuir le réchauffement climatique, la flore montagneuse migre vers les sommets

 

Quand la flore montagneuse vise les sommets

Le réchauffement climatique pousse progressivement la flore des montagnes à se réfugier vers les cimes.

© STEFANO PAVANELLO

Par Aurélia Payelle

Le réchauffement climatique pousse progressivement la flore des montagnes à se réfugier vers les cimes.

Le réchauffement climatique pousse la flore montagneuse vers les cimes. C’est le constat qu’une équipe de 53 chercheurs de onze pays différents a fait en compilant les données disponibles sur le nombre de plantes recensées de 302 sommets montagneux d’Europe parmi lesquels ceux des Alpes, des Pyrénées, des Carpates, d’Écosse ou de Scandinavie. Cette étude a été publiée dans la revue Nature, le jeudi 5 avril 2018.

L’écosystème gagne progressivement les altitudes car il bénéficie de conditions plus favorables à son développement. Ainsi, les sommets sont cinq fois plus colonisés par de nouvelles espèces de plantes, ces dix dernières années qu’au cours de la décennie 1957-1966. Le rapport souligne que dans 87% des cas étudiés, la flore montagneuse s’est enrichie. Les chercheurs montrent également que cette tendance concorde avec l’augmentation des températures. Ils rappellent que les montagnes sont particulièrement sensibles au changement climatique et subissent un réchauffement rapide. Les auteurs du rapport constatent également que d’autres facteurs globaux comme les retombées atmosphériques azotées liées aux polluants ou encore la fréquentation des sommets par l’Homme n’expliquent pas cette accélération, les impacts variant selon les zones étudiées.

Un phénomène inquiétant

L’étude est basée sur 145 ans de relevés botaniques. Ce recul permet aux auteurs du rapport de montrer la forte accélération du processus. Car cette colonisation de la flore des niveaux inférieurs vers les cimes est de plus en plus rapide. Les chercheurs du CNRS soulignent, à travers un communiqué, que cette migration concerne également des espèces réputées pour se déplacer lentement. Ce phénomène inquiète les chercheurs qui précisent qu’une fois que les plantes auront atteint le sommet, qui est leur dernier refuge, il n’y aura pas d’autre échappatoire possible.

« Les écosystèmes montagnards pourraient ainsi être fortement perturbés à l’avenir », assure le CNRS.

« Jusqu’à présent, aucune extinction d’espèces des sommets n’a été observée », expliquent les chercheurs du centre national de la recherche scientifique.

Mais, les plantes, migrant des niveaux inférieurs, sont plus vigoureuses que celles des cimes. Elles sont mieux armées pour s’imposer, avec une taille plus importante. Certaines plantes pourraient donc disparaître car elles ne seront pas en mesure de rivaliser avec des espèces plus compétitives provenant des niveaux inférieurs. Le CNRS explique qu’un déséquilibre du fonctionnement de l’écosystème montagnard serait à craindre si certaines espèces de plantes venaient à disparaître.

Les auteurs du rapport pensent qu’il s’agit là d’une nouvelle preuve de la « grande accélération », un concept proposé dans les années 2005 par plusieurs scientifiques pour décrire la croissance exponentielle, après 1950, des altérations de la biosphère par les activités humaines. Ce phénomène est pour les scientifiques le révélateur de bouleversements sociaux et environnementaux.

https://www.sciencesetavenir.fr

La différence en plein visage


Jono Lancaster est venu donner des conférences au Québec sur le syndrome de Treacher Collins. Cet homme a commencé sa vie par le rejet de ses parents, puis les moqueries des autres. Puis il a suffi d’une conversation avec un client pour la perception de lui-même change du tout au tout. Même si aujourd’hui, certains disent qu’il aurait dû être tué à la naissance, il passe par-dessus de ces personnes ignorantes. Dans le fond, on dit tout le temps que ce n’est pas le physique qui compte, mais l’intérieur d’une personne, on voit que la réalité est souvent différente
Nuage

 

La différence en plein visage

 

Jono Lancaster, un Britannique, est atteint du syndrome... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Jono Lancaster, un Britannique, est atteint du syndrome de Treacher Collins.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

 

ISABELLE AUDET
La Presse

Le mois dernier, Jono Lancaster, un Britannique atteint du syndrome de Treacher Collins, a donné une vingtaine de conférences au Québec. Sans filtre, l’homme de 33 ans raconte son parcours marqué par ce visage dont tout le monde parle depuis le tout premier jour.

Jono Lancaster est né avec le syndrome de Treacher Collins, une maladie congénitale qui touche notamment le développement des os du visage. S’il accepte aujourd’hui sa différence, il a toutefois connu des heures plus sombres. Voici un extrait de la conférence qu’il a donnée il y a deux semaines au Québec.Tout d’abord, permettez-moi de vous lire ce qu’il y a sur deux morceaux de papier.

Sur le premier, il y a ce qui a été écrit par les médecins à mon sujet quand je suis né. Ces lignes qui m’ont suivi toute ma vie…

«Jonathan Lancaster est né le 31 octobre 1984. Les deux parents sont horrifiés par l’apparence de leur enfant. Aucun d’entre eux n’a éprouvé un lien affectif parental pour ce bébé. Les deux parents ont quitté l’hôpital 36 heures plus tard, abandonnant l’enfant derrière eux.»

Sur le deuxième morceau de papier, il y a des mots que j’ai retranscrits avant de prendre l’avion pour le Québec. Ce sont des commentaires qui m’ont été adressés après que j’ai publié un égoportrait sur les réseaux sociaux.

«Il devrait avoir une chirurgie plastique.»

«J’aimerais lui démolir le visage, pour ne plus avoir à voir ce monstre de nouveau.»

«Il aurait dû être tué à la naissance.»

Depuis le premier jour de ma vie, jusqu’à aujourd’hui, les gens ont sans arrêt parlé de mon visage. On m’a jugé. On s’est moqué de moi.

Quand je suis né, les services sociaux ont dû trouver quelqu’un pour s’occuper de moi. Ils ont discuté avec une femme qui s’appelle Jean. Et encore une fois, ils ne parlaient que de mon visage. Elle ne comprenait pas. Pour elle, tous les bébés sont mignons. Pourquoi parlaient-ils toujours de mon visage? J’avais 2 semaines quand Jean s’est présentée à l’hôpital.

Quand elle a fait ma connaissance, elle a souri, elle m’a pris dans ses bras et, immédiatement, elle a ressenti que quelque chose nous liait tous les deux. Elle s’est tournée vers les infirmières et elle a demandé:

«Quand puis-je l’emmener à la maison?»

Au cours des cinq années suivantes, Jean s’est occupée de moi tout en cherchant à rétablir le contact avec mes parents biologiques. Elle n’a jamais réussi. Ses lettres revenaient sans avoir été ouvertes. Quand j’ai eu 5 ans, elle est donc officiellement devenue ma mère.

J’ai subi plusieurs interventions chirurgicales. Jean m’a accompagné à travers chacune des opérations. Elle m’a donné un foyer, elle m’a aimé. Elle me disait que j’étais beau, et j’étais heureux! Puis je suis allé à l’école. C’est à ce moment que j’ai compris à quel point j’étais différent.

Les enfants me montraient du doigt. Tout le monde me regardait. Tout le monde riait. Les enfants tiraient leurs yeux vers le bas et ils jouaient à des jeux du genre:

«Sauve-toi de Jono et ne lui touche surtout pas, tu vas attraper le Treacher Collins!»

Ça m’a brisé le coeur. Je ne savais pas quoi faire!

À la fin des classes, je pouvais enfin retourner à la maison, auprès de ma mère. Un jour, je lui ai demandé pourquoi les autres tiraient leurs yeux vers le bas quand ils me voyaient. Ma mère m’a répondu que j’étais beau, puis elle s’est mise à pleurer. Je me suis senti si coupable de l’avoir fait pleurer. Je me suis dit que jamais plus je n’allais lui en parler.

En ne parlant à personne, je n’ai fait qu’empirer les choses. J’étais en colère. Quand je me regardais dans le miroir, je me disais:

«Pourquoi moi? Qu’est-ce que j’ai fait pour avoir l’air de ça?»

[…]

Heureusement, j’ai toujours été entouré. Parmi tous les gens qui m’aimaient, il y avait Ben. Quand il était jeune, il me traitait de tous les noms, mais en vieillissant, il est devenu mon meilleur ami. […] Les gens autour de moi avaient l’habitude de me dire que tout allait s’arranger, mais Ben avait une approche différente. Il m’a dit:

«Arrête de te morfondre tout seul dans ta chambre: tu viens avec moi, parce que je t’ai trouvé du boulot. Tu vas travailler au bar avec moi.»

Je détestais les bars! Je me souviens de ces soirées où mes amis avaient du plaisir, et où je ne voulais que me cacher. Je me revois marcher vers la maison, à 3 h, en me disant qu’il n’y avait pas de place pour moi dans ce monde. Je marchais au milieu de la route en attendant qu’une voiture me frappe. Chaque fois qu’une voiture m’évitait, la colère montait un peu plus…

Et là, Ben voudrait que je travaille dans un bar? Absolument pas!

Malgré tout, le jeudi suivant, j’ai mis mon uniforme et je suis allé derrière le comptoir de ce bar. Au début de la soirée, ça allait, mais plus le bar se remplissait, plus j’entendais les gens rire. Je présumais qu’ils riaient de moi, et tout ce que je pouvais faire, c’était regarder le plancher. Une heure et demie plus tard, j’ai pris un taxi et je suis rentré.

À la maison, ma mère m’attendait:

«Alors, comment ça s’est passé?»

J’ai affiché mon plus beau sourire forcé et je lui ai dit que ce n’était tout simplement pas pour moi.

Pendant toute la fin de semaine, je ne me suis pas lavé. Je ne suis pas sorti de ma chambre. Je n’ai rien mangé. Et là, Ben est revenu! On s’est engueulés, mais il m’a convaincu d’y retourner la semaine suivante.

Ce soir-là, un gars immense avec des tatouages et des muscles gros comme ça est entré dans le bar. Il s’est assis en me fixant. J’espérais que quelqu’un d’autre le serve… en vain. […] Rendu à lui, je lui ai demandé ce qu’il voulait boire. Il m’a répondu:

«Avant que je commande, dis-moi ce qui t’est arrivé. Tu as eu un accident? On t’a échappé quand tu étais bébé? Tes parents ont pris de la drogue? Qu’est-ce qui est arrivé?»

Je voulais disparaître. Je lui ai dit:

«Je suis né comme ça.

 – Ah, d’accord. Mais qu’est-ce qu’il y a sur le côté de ta tête?»

Je voulais qu’il parte. Je me disais qu’il allait rire de moi. La soirée allait se transformer en cauchemar. Je lui ai demandé de nouveau ce qu’il voulait boire, mais il a continué à me poser des questions sur mes appareils auditifs:

«Est-ce que tu peux entendre si tu enlèves ton appareil?

– Non, je n’entendrais rien.

– Mais si je crie très fort, pourrais-tu m’entendre?

– Non, vraiment, je n’entendrais rien.

– Tu es tellement chanceux!

– Hein? Pourquoi?

– Ma femme, à la maison, tout ce qu’elle fait, c’est crier toute la journée, sept jours sur sept. Je ferais n’importe quoi pour un moment de tranquillité!»

C’est tout! Il m’a demandé mon nom. Il a payé son verre, il m’a serré la main, puis il est parti. Il n’a rien dit de méchant. Il ne m’a pas insulté. Ce gars-là ne se souvient probablement pas de moi, mais 13 ans plus tard, je parle encore de lui. Les soirées suivantes, quand j’entendais les gens rire, je voyais les choses autrement. Je me disais:

«J’aimerais peut-être être le centre de l’univers, mais je ne le suis pas. Ces gens qui rient et qui discutent dans le bar, ils ne se moquent sûrement pas de moi. Ils s’amusent et ils parlent de choses extraordinaires qu’ils viennent de faire… Tout n’est pas tourné vers moi.»

Je suis retourné travailler et ensuite, il y a eu un changement en moi. Parce que, ce soir-là, ce gars a changé ma vie.

– Propos recueillis par Isabelle Audet

Jono Lancaster a rencontré des élèves de l’école secondaire Saint-Joseph, à Saint-Hyacinthe. Il y a été question de la différence sous toutes ses formes.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Voir au-delà du visage

Jono Lancaster avait donc 20 ans lorsqu’il a compris, au hasard d’une conversation avec un client dans un bar, que le syndrome de Treacher Collins ne le définissait pas. Qu’on ait beau le dévisager, ce n’était qu’un élément parmi d’autres chez lui. Et que les autres aussi avaient leurs soucis.

Aujourd’hui, le Britannique parcourt le monde pour raconter son histoire au grand public. Sa mission: expliquer comment se vit la différence de l’intérieur et, surtout, outiller ceux qui éprouvent un malaise lorsqu’ils y font face.

«Jusqu’à mes 20 ans, mon visage était un élément très négatif dans ma vie. Désormais, il ne l’est plus! nous explique-t-il après une rencontre avec des professionnels et des parents au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, à Montréal. Je suis qui je suis, c’est tout. Dans le fond, nous sommes tous différents.»

Grande tournée au Québec

Au cours du mois dernier, Jono a donné une vingtaine de conférences au Québec. À son arrivée à l’école secondaire Saint-Joseph, à Saint-Hyacinthe, il a été accueilli par un groupe de jeunes.

«C’est sûr que l’on remarque son visage, mais je trouve qu’au bout d’un moment, on ne voit plus tellement qu’il est différent », assure une adolescente.

C’est justement l’objectif de Jono.

«Au bout d’un moment, les enfants ne voient plus uniquement un gars qui a le Treacher Collins. Ils voient un gars qui aime le soccer, la poutine, et qui peut courir vraiment très vite!»

«J’espère alors que la prochaine fois qu’ils vont rencontrer quelqu’un avec une différence craniofaciale, ils vont voir, oui, quelqu’un avec une différence, mais ils vont pouvoir aller plus loin et savoir ce qu’il aime et ce qu’il peut faire. N’est-ce pas ce que l’on souhaite pour nos enfants? Qu’ils puissent rencontrer des gens différents?»

Incessantes moqueries

N’empêche. Partout où il va, Jono sait qu’il s’expose aux remarques blessantes.

«Parfois, quand je fais des conférences dans les écoles, je vois que des jeunes rient de moi, raconte Jono. Ça ne me rend que plus déterminé à faire connaître mon histoire. J’espère au fond de moi qu’ils comprendront que ces moqueries peuvent avoir un impact désastreux. J’ai 33 ans et je lis encore des commentaires de gens qui écrivent que je devrais être mort. Si j’avais lu la même chose quand j’avais 16 ans, j’aurais été démoli. Aujourd’hui, je peux y faire face.»

Son message touche tout particulièrement Jannie-Karina Gagné, mère d’une fillette de 4 ans atteinte du syndrome de Nager, condition semblable à celle de Jono. C’est d’ailleurs à son invitation que celui-ci est venu au Québec pour la deuxième fois depuis 2016.

«J’ai toujours trouvé ma fille absolument splendide, dit Jannie-Karina, émue. Je lui dis chaque jour que je la trouve belle. Par contre, je ne veux pas qu’un jour elle me dise: « Qu’est-ce que tu en sais, tu n’as pas ma face. » Je me suis dit que mon travail, c’est de la mettre en contact avec des gens qui ont un visage semblable au sien, mais qui sont porteurs d’un message positif et qui vont lui dire que ça se peut, avoir une belle vie.»

L’inquiétude des proches

Ces inquiétudes de Jannie-Karina sont légitimes, soulignent plusieurs spécialistes de l’équipe de la Clinique de chirurgie craniofaciale de l’hôpital Sainte-Justine, à Montréal.

«Les parents se projettent dans l’avenir. Ils se demandent: « Est-ce que mon enfant va trouver l’amour? » ou « Est-ce qu’il va être intimidé? »», évoque Marie Roberge, travailleuse sociale.

Elle indique dans la foulée que ces enfants ne sont pas leur différence. Ils ont une différence. Cette nuance est cruciale, souligne-t-elle.

Pour un parent, les regards intrigués qui se posent sur leur enfant sont toutefois difficiles à gérer au quotidien.

«On se demande souvent ce que l’on peut faire, comme parent, explique Jannie-Karina. Quand j’entends Jono dire que de voir sa mère pleurer, ç’a été terrible, moi, ça m’a dit qu’il faut que je gère mes affaires. Il faut que j’aille chercher l’aide dont j’ai besoin. Moi, je vais être capable d’entendre ce qu’elle va me dire. C’est mon travail de parent, parce qu’il va y en avoir, des moqueries… Je dois déjà penser à ma façon d’y réagir…»

Le passage de Jono a un impact particulier auprès des jeunes. Tout juste avant notre rencontre, la semaine dernière, il a discuté avec des enfants dans une école primaire que fréquente un garçon atteint d’une différence craniofaciale. L’échange est rapidement passé du visage de Jono à ce qui l’intéresse: le sport, les amis, bien manger…

«Comme tout le monde, quoi!», souligne Jannie-Karina. Les élèves se sont ensuite dirigés spontanément vers la mère de leur camarade différent: «On voulait vous dire que votre fils est magnifique, madame.»

 

Jono Lancaster a donné une conférence à l’école secondaire Saint-Joseph, à Saint-Hyacinthe.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Comment réagir?

Comment doit-on réagir lorsqu’on rencontre une personne avec une différence aussi manifeste que celle de Jono? Poser des questions? Passer son chemin? Voici quelques conseils pour dissiper tout malaise.

Poser des questions

Jono Lancaster avait 20 ans lorsqu’il a compris que lorsqu’on lui posait des questions sur sa condition, on souhaitait bien souvent mieux le connaître… tout simplement.

«Vous savez quoi? C’est tout à fait correct de poser des questions quand c’est fait de la bonne façon, avec respect, explique-t-il. Je crois qu’on peut en parler comme on parle de soccer ou d’autres choses. C’est acceptable de parler de moi, tout comme on peut parler de vous.»

Respecter le silence

S’il est acceptable de s’interroger ouvertement sur la différence d’une personne, il est tout aussi acceptable qu’elle refuse d’en parler si elle n’en a pas envie.

«C’est correct aussi! La communication, c’est la clé», ajoute Jono. Jannie-Karina Gagné abonde dans le même sens.

Elle compte outiller sa fille pour qu’elle puisse répondre aux questions des gens qu’elle croise, mais pas question de l’obliger à raconter son histoire de long en large chaque fois. Au quotidien, surtout pour un enfant, les interrogations peuvent être lassantes.

«Je veux que ma fille puisse avoir le choix. Elle a le droit d’avoir des journées où ça ne lui tente pas de répondre», précise Jannie-Karina, qui ajoute que le silence, parfois, «c’est reposant».

Créer des liens

On a tout avantage à côtoyer la différence sous toutes ses formes, et ce, dès le plus jeune âge, souligne Dominique Duchesne, psychologue à la Clinique de chirurgie craniofaciale de l’hôpital Sainte-Justine.

«En parlant, les enfants réalisent que la personne devant eux n’est pas que sa différence. Que c’est une personne à part entière avec des joies et des peines. C’est ça, l’acceptation de la différence», explique-t-elle. Jono acquiesce: «Quand je suis à l’épicerie, il arrive qu’un enfant s’exclame: « Maman, le visage de ce monsieur me fait peur! » Je n’en fais pas de cas. Je lui souris et je lui demande quelle est son équipe de soccer préférée, ou s’il aime Harry Potter. Ça renverse la situation et quand on se quitte, il me salue en souriant.»

Des phrases à éviter

Par gentillesse, on a souvent tendance à vouloir normaliser la différence, souligne Dominique Duchesne. Or, les phrases comme «ce n’est pas grave» ou «ça ne paraît presque pas» ont l’effet inverse: elles ne permettent pas à la personne visée et à ses proches d’apprendre à vivre avec la différence. Ils ont, au contraire, besoin que cette différence soit reconnue.

«Il y a des gens qui veulent nous encourager en minimisant les choses. Ils nous disent: « Ah, ça va bien aller. Elle est forte! Tu es forte! » Mais je me disais: « Attends une minute! Je ne le sais pas si je suis capable de prendre ça, moi! » Et d’un autre côté, il y a les autres qui pleurent plus que toi en te disant: « Ah, mon Dieu, je ne sais pas comment tu fais! » Et là, on doit les réconforter, eux. C’est difficile…»

Des maladresses, «ça arrive»!

«Il y a beaucoup plus de gens maladroits que de gens méchants», explique Marie Roberge, travailleuse sociale.

Un parent d’un enfant différent peut préparer des phrases-clés pour expliquer la situation et pour réagir lorsque des commentaires peuvent être blessants. L’enfant visé par ces commentaires apprendra ainsi comment réagir lorsque l’on évoquera sa différence.

«Si le parent est fâché contre des commentaires, l’enfant sera fâché lui aussi, souligne Marie Roberge. Malgré tout ce que l’on peut faire, on ne peut pas empêcher les réactions des gens. Par contre, on peut outiller les enfants et les aider à trouver les mots.»

Et si on a dit une énormité sans le vouloir?

«On le sait que c’est rarement méchant, souligne Jannie-Karina. Le respect est la base de tout. Quand on sent qu’il y a du respect, peu importe la suite, c’est sûr que ça passe.»

http://www.lapresse.ca/