Quand les choses mal


La seule d’affronter les jours plus difficiles est de l’affronter, si nous ne pouvons pas agir dans l’immédiat, laisser le temps en attend qu’une lueur surgisse
Nuage

 

Quand les choses mal

 

 

Quand tout semble être contre vous, souvenez-vous que l’avion décolle face au vent et non avec lui.

Henry Ford

Le Saviez-Vous ► Dix astuces de cuisine testées


Des trucs, il y en a beaucoup sur Internet,  Certains  fonctionnent, d’autres un peu, et d’autres pas du tout. De toute manière, la plupart des trucs sont souvent plus compliqués que les méthodes traditionnelles
Nuage

 

Dix astuces de cuisine testées

 

Le truc de la bouteille pour séparer le... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Le truc de la bouteille pour séparer le jaune du blanc d’oeuf.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

 

ÉMILIE BILODEAU
La Presse

Si vous passez un peu trop de temps sur les réseaux sociaux, vous êtes sûrement déjà tombés sur des trucs de cuisine qui ont l’air parfois miraculeux. Nous avons mis à l’épreuve certaines astuces qu’on retrouve sur l’internet… le succès n’a pas été au rendez-vous à tous coups.

Séparer le jaune du blanc d’oeuf

Ce que l’internet dit

Séparer le blanc d’un jaune d’oeuf en aspirant ce dernier avec une bouteille de plastique vide.

http://www.doyoubake.com/separate-yolks-from-whites-easily/

La réalité

Premier oeuf: le jaune ne voulait pas demeurer dans la bouteille. Il retombait aussitôt dans l’assiette. Deuxième oeuf: la bouteille aspirait autant de jaune que de blanc. Conclusion: le bon vieux truc de la coquille (verser l’oeuf d’une moitié de coquille à l’autre) fonctionne beaucoup mieux!

Peler une mandarine

Ce que l’internet dit

Peler une mandarine en coupant les deux extrémités du fruit. Avec un couteau, faire un trait dans la peau, du haut vers le bas. La mandarine devrait s’ouvrir facilement. Le blogue note qu’il s’agit d’une astuce pour les personnes qui n’ont pas d’ongles ou celles qui ont des manucures.

http://jewelpie.com/easy-way-to-peel-mandarin-oranges/

La réalité

Quand on a ouvert la mandarine, plein d’espoir de voir apparaître un ruban d’agrumes, les quartiers étaient plutôt regroupés en deux groupes. Nos ongles ont été nécessaires pour séparer chacun d’entre eux. Efficacité? Nulle!

Peler de l’ail

Ce que l’internet dit

Pour enlever facilement la peau de l’ail, placer le bulbe entier dans un bocal à couvercle. Fermer le contenant et agiter pendant une minute. Ouvrir le contenant et trier les gousses de la peau.

http://strangersandpilgrimsonearth.blogspot.ca/2015/03/easy-garlic-preparation-tip-for-faster.html

La réalité

Seulement quatre gousses se sont séparées du bulbe à notre premier essai. Et elles avaient toujours leur peau. Par contre, en secouant seulement quelques gousses à la fois, cette astuce fonctionne bien. Les gousses s’en sortent toutefois avec quelques meurtrissures.

Le truc de la cuillère de bois pour éviter qu’une casserole ne déborde.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Éviter qu’une casserole ne déborde

Ce que l’internet dit

Lorsque vous faites bouillir des aliments, placer une cuillère de bois sur le dessus de la casserole pour éviter que le contenu déborde.

https://www.youtube.com/watch?v=cMmEvCNTEgM

La réalité

Ce n’est pas fiable à 100 %, mais une cuillère de bois prévient effectivement les dégâts majeurs.

Couper des tomates cerises

Ce que l’internet dit

Pour couper des tomates cerises en deux, utiliser deux couvercles de plastique. Placer le premier couvercle, à l’envers, sur une table et remplir d’une seule couche de tomates. Placer l’autre couvercle, à l’endroit, sur les tomates. Tenir le couvercle supérieur d’une main et couper les tomates en deux, à l’aide d’un couteau dentelé.

https://food52.com/blog/4179-a-hack-for-slicing-cherry-tomatoes

La réalité

Lorsque l’on place des tomates d’une grosseur similaire entre les deux couvercles, cette astuce fonctionne très bien. Mais est-elle utile? Ça, c’est une autre question!

Mesurer un ingrédient «collant»

Ce que l’internet dit

Avant de mesurer un ingrédient «collant» comme du miel ou du beurre d’arachides, vaporiser la tasse ou la cuillère d’un enduit végétal. Ainsi, l’ingrédient ne collera pas aux parois de la tasse ou de la cuillère.

https://theblondcook.com/in-the-kitchen-hacks-with-pam-cooking-spray/

La réalité

Cette méthode n’est pas efficace à 100 %. Oui, notre mélasse s’est un peu mieux décollée des parois de la tasse à mesurer, mais une spatule a quand même été nécessaire pour récupérer tout l’épais liquide. Bref, ça ne sert à rien de vaporiser une tasse d’enduit végétal avant de mesurer une matière collante.

Une technique pour peler les pommes de terre.

PHOTO TIRÉE DE LA CHAÎNE YOUTUBE DE DAVE HAX

Peler des pommes de terre

Ce que l’internet dit

Faire une incision, à peine profonde, alentour de la circonférence de la pomme de terre. Cuire les pommes de terre dans l’eau bouillante. Une fois que les tubercules sont cuits, placer dans un bol d’eau froide. Retirer ensuite la peau des pommes de terre. 

https://www.youtube.com/watch?v=mbHeddAnrZs

La réalité

Dans la vidéo, le youtubeur enlève la peau d’une demi-pomme de terre en une fraction de seconde. La peau se détache d’un seul coup de la chair. Sur quatre pommes de terre, nous n’avons réussi cette manoeuvre qu’une seule fois. Dans tous les autres cas, il fallait gratter la peau pour qu’elle se détache. Le truc fonctionne, mais pas aussi bien que dans la vidéo.

Couper un oignon sans pleurer

Ce que l’internet dit

Lorsqu’on coupe un oignon, des composés organiques sont libérés dans l’air et irritent les yeux. Pour les neutraliser, allumer une bougie près de votre planche à découper.

http://www.lifeaspire.com/6543/awesome-new-uses-for-old-forgotten-candles/

La réalité

L’auteure de ces lignes n’avait pas encore fini d’éplucher l’oignon que ses yeux coulaient à grands flots. Ce truc, c’est de la poudre aux yeux. Pour verser un peu moins de larmes, on peut se placer sous la hotte de la cuisinière ou porter des lunettes de ski. Ce n’est pas chic, mais c’est plus efficace qu’une chandelle.

Peler un avocat

Ce que l’internet dit

Couper l’avocat en deux. Ouvrir le fruit et retirer le noyau. Pousser le fruit contre la paroi d’un verre en vitre, de haut en bas, pour récupérer la chair à l’intérieur du récipient.

http://home.bt.com/lifestyle/house-home/how-to-peel-an-avocado-the-easy-way-11364055421195

La réalité

Ce truc fonctionne (roulement de tambour) parfaitement bien! Grâce au verre, nous avons récupéré toute la chair de l’avocat. Les sceptiques seront confondus.

Ramollir du beurre en trois minutes

Ce que l’internet dit

Remplir un verre d’eau bouillante et laisser reposer une minute. Vider l’eau et couvrir le beurre avec le verre chaud pendant deux minutes. Voilà, le beurre aura ramolli.

https://kitchenconfidante.com/how-to-soften-butter-quickly-one-quick-tip

La réalité

On voulait tellement y croire. Mais après deux minutes sous le verre brûlant, le beurre était aussi dur que lorsqu’il venait de sortir du réfrigérateur. Le meilleur truc, c’est de couper le beurre en petits cubes et de le ramollir quelques secondes au micro-ondes, sans le faire fondre. Encore mieux, c’est d’être prévoyant!

http://www.lapresse.ca/

Morts en série d’animaux de compagnie dans les avions


Une règle de la compagnie aérienne interdit de voyager dans des compartiments à bagages. Ils doivent être placés sous le siège dans des sacs prévus pour eux. Pourtant, la compagnie United Airlines ne semble pas s’y conformer et l’an dernier ont perdu 18 animaux
Nuage

 

Morts en série d’animaux de compagnie dans les avions

 

/

Où est mon chien? | Dennis Amith via Flickr CC License by

Selon le département du Transport des États-Unis, dix-huit animaux sont morts au cours de vols de la compagnie aérienne United Airlines l’année dernière.

Ce lundi, un chiot est mort à bord du vol 1284 United Airlines. Cet incident est loin d’être isolé: l’année dernière vingt-quatre animaux de compagnie sont morts à bord d’un avion de ligne américain –dont dix-huit au cours de l’un des vols de la compagnie United Airlines.

Maggie Gremminger, une passagère située juste derrière la propriétaire, précise que l’hôtesse de l’air a insisté pour qu’elle place son chien dans le compartiment à bagages. Kikoto, un bouledogue noir, voyageait dans un sac prévu pour le transport.

«La propriétaire était catégorique, elle ne voulait pas mettre son chien dans les rangements au-dessus des sièges. Elle a dit “mon chien est dans le sac, c’est mon chien”. En réponse, l’hôtesse de l’air a simplement répondu que c’était dangereux de garder un sac sous un siège placé à côté d’une sortie de secours, que “quelqu’un pourrait trébucher”», a décrit la passagère Maggie Gremminger sur Twitter.

Pendant le vol, des témoins rapportent avoir entendu le chien aboyer à plusieurs reprises. Malheureusement, à l’atterrissage à l’aéroport de La Guardia (New York), le chien est décédé –malgré les tentatives de réanimation de sa propriétaire. Selon le New York Times, la politique de la compagnie aérienne interdit de placer des animaux dans les compartiments à bagages. Les animaux voyageant en cabine doivent êtres placés sous le siège dans des sacs prévus pour le transport.

United Airlines: un mauvais élève

Pourtant, United Airlines propose un programme de transport sécurisé en soute pour les animaux de compagnie intitulé «PetSafe cargo program». Malgré tout, dix-huit animaux sont décédés au cours d’un vol en 2017. Simon, un lapin géant –en passe de devenir le plus grand lapin au monde– fait notamment partie des pertes.

La compagnie arrive en tête du classement du nombre de morts d’animaux lors d’un vol alors que les autres compagnies comptent six décès au total. Tout de même, il est important de préciser qu’United Arlines est la compagnie qui transporte le plus d’animaux –138.178 animaux transportés en 2017.

«La plupart du temps, les animaux meurent à cause du stress. Nous conseillons aux propriétaires de consulter un vétérinaire avant un voyage en avion», explique le porte-parole de la compagnie aérienne Alaska Airlines dans une interview pour l’Huffington Post.

Toutefois, ce nouvel incident s’inscrit dans la lignée de scandales concernant United Airlines… L’année dernière un passager a été violemment expulsé d’un avion United. Pourquoi? Un vol surbooké. La scène avait provoqué un tollé après avoir été diffusée sur le web. De même, la compagnie avait fait polémique pour avoir refuser de faire voyager deux adolescentes. Le motif? Elles portaient des leggings. Y a-t-il un pilote dans l’avion?

 

http://www.slate.fr/story/

Californie: un enseignant tire accidentellement avec son arme en classe


Personne n’est blessé gravement .! Non, mais un étudiant a quand même eu des blessures légères. Le Président Donald Trump, veut armer les professeurs, alors que plusieurs d’entre eux ne veulent pas de cette solution et des étudiants on protester symboliquement plus tôt dans la journée contre les armes à feu. Voilà qu’un professeur a voulu montrer comment désarmer une personne. Pour un réserviste de la police, il s’est mal pris pour voir si on arme n’était pas charger. En plus, présentement, il est interdit d’amener des armes qu’on ai un permis ou non.  C’est mauvais signe, je crois vraiment qu’avoir plus d’arme dans les écoles seraient catastrophiques. On tira d’abord et on pose les questions après !
Nuage

 

Californie: un enseignant tire accidentellement avec son arme en classe

 

Le service de police de Seaside précise que... (Photo Karen Bleier)

 

Le service de police de Seaside précise que personne n’a été blessé gravement.

PHOTO KAREN BLEIER

 

Associated Press
SEASIDE, Californie

Au moins un élève a été blessé en Californie, à l’ouest des États-Unis, par un professeur qui a accidentellement tiré avec son arme de poing en classe, a indiqué la police.

Cet incident survient au moment où un débat fait rage aux États-Unis pour déterminer si les professeurs doivent pouvoir porter des armes en cours afin de contrer un éventuel tireur, comme le souhaite Donald Trump depuis la fusillade de Parkland en Floride qui a fait 17 morts en février.

«Mardi vers 13h20 (15h20 heure du Québec), des agents ont été appelés au lycée de Seaside», ville à deux heures au sud de San Francisco, «après qu’un professeur eut semble-t-il accidentellement tiré avec son arme en classe», d’après un communiqué de la police locale publié sur Twitter.

«Personne n’a été sérieusement blessé», précise-t-il.

Le professeur, identifié comme Dennis Alexander, un réserviste de police d’une localité voisine, voulait montrer comment désarmer quelqu’un lors d’un cours «d’administration de la Justice», pour les élèves qui souhaitent joindre les forces de l’ordre, a expliqué le père d’un élève blessé à la chaîne de télévision locale KSBW.

En vérifiant si l’arme était chargée, il l’a dirigée vers le plafond et un coup est parti, faisant tomber des débris sur le cou d’un élève, a expliqué à l’AFP Judy Veloz, une responsable de police.

Elle a décrit la blessure du lycéen comme une simple «abrasion» mais le père de la victime, Fermin Gonzales, a affirmé qu’un fragment de balle s’était logé dans son cou.

Ses parents l’ont emmené à l’hôpital pour qu’il passe une radio après l’avoir vu rentrer avec du sang sur son t-shirt.

«Il est secoué mais il va bien», poursuit son père, «je suis juste très contrarié que personne ne nous ait prévenus et qu’on ait dû appeler nous-mêmes la police».

Le professeur a été placé en congé administratif le temps de l’enquête et la police continue d’interroger les élèves.

Les professeurs ne sont pas autorisés à amener des armes en classe en Californie, même lorsqu’ils ont un permis.

Le président Donald Trump s’est dit favorable au fait d’autoriser et de former les professeurs qui le souhaitent à amener une arme en classe afin de pouvoir neutraliser un tireur.

Un très grand nombre de professeurs et d’élèves s’y opposent et des dizaines de milliers d’élèves américains ont participé mercredi à une interruption de cours nationale et symbolique pour demander au gouvernement fédéral des mesures contre la violence des armes.

http://www.lapresse.ca/

Des microparticules de plastique dans l’eau embouteillée


Le plastique est partout en différents formats. Quand ils sont en microparticule, il s’infiltre partout même dans l’eau embouteillée. Est-ce alarmant ? Il semble que même en petite quantité cela pourrait devenir une inquiétude
Nuage

 

Des microparticules de plastique dans l’eau embouteillée

 

Photo : iStock

Des tests menés sur 250 bouteilles de 11 marques provenant des cinq continents montrent la présence de microparticules de plastique dans l’eau embouteillée.

Des échantillons d’eau vendue sous l’appellation « pure » ont été testés par un laboratoire indépendant mandaté par l’organisation internationale de journalisme Orb Media.

Les contaminations, souvent invisibles à l’oeil nu, sont : du polypropylène (54 %), des fibres de nylon (16 %), du polystyrène (11 %) et du polytéréphtalate d’éthylène (10 %).

Des microplastiques vus sous la loupe d'un microscope.

Des microplastiques vus sous la loupe d’un microscope.  Photo : Joshua Kurek

Les chercheurs estiment que la majeure partie de ce plastique provient du contenant lui-même et de son capuchon. Le reste proviendrait de la source d’eau elle-même.

Les microparticules – voire nanoparticules – proviennent souvent de produits qui se sont désintégrés dans l’eau avec le temps.

« Ils sont tellement petits qu’on ne peut les voir qu’au microscope », explique la chimiste Sherri Mason, de l’Université d’État de New York à Fredonia.

La chimiste Sherri Mason de l’Université d’État de New York à Fredonia.

La chimiste Sherri Mason de l’Université d’État de New York à Fredonia.  Photo : Radio-Canada

On a trouvé du plastique dans tous les plans d’eau qu’on a étudiés, et même dans la glace de l’Arctique. C’est un produit extrêmement envahissant. La chimiste Sherri Mason

La chimiste et son équipe en ont donc trouvé dans l’eau douce, dans l’eau salée, dans l’eau du robinet, mais aussi dans l’eau embouteillée de grandes compagnies comme Evian, Aquafina, Dasani, Nestlé, achetée dans neuf pays différents.

Leur étude révèle que :

  • Pas moins de 93 % des bouteilles étaient contaminées par des microbilles de plastique;
  • Il y a en moyenne 315 microparticules par litre d’eau embouteillée;
  • Quelques-unes des bouteilles en contenaient même entre 5000 et 10 000.

Dans ces travaux, une microparticule était considérée comme telle lorsqu’elle mesurait de 0,1 à 5 micromètres.

Leur présence été confirmée à l’aide de microscopes infrarouges utilisés dans cette industrie.

Lorsqu’elles ont été contactées pour commenter ces résultats, deux grandes marques ont confirmé que leurs produits contenaient du microplastique, mais elles ont déclaré que l’étude d’Orb en surestimait considérablement la quantité.

Un danger pour les humains?

Ces résultats posent aussi la question de leur dangerosité pour la santé humaine.

Le plastique, c’est un contaminant dans l’environnement, il peut avoir des effets de, donc déranger le fonctionnement normal des hormones chez les animaux, y compris chez l’homme. Louise Hénault-Éthier, Fondation David Suzuki

Selon elle, le problème est bien réel, même s’il s’agit de microdoses de contaminants.

« Même une très petite quantité de plastique dans nos bouteilles d’eau, ça pourrait s’avérer être une inquiétude du point de vue toxicologique », poursuit-elle, particulièrement « si on prend en considération le cocktail de produits chimiques auquel on est exposé au quotidien ».

« Ce n’est pas une situation catastrophique, mais elle est préoccupante », explique Sherri Mason, qui estime que ces travaux devraient nous forcer à réévaluer notre utilisation des plastiques.

Le groupe Orb Media a fait parvenir les résultats de son enquête aux 11 compagnies testés. Il est possible de consulter leurs réponses et d’obtenir d’autres informations sur l’enquête à l’adresse OrbMedia.org.

Au Canada, on interdit maintenant la vente de produits de beauté qui contiennent des microbilles. Le gouvernement fédéral reconnaît aussi, depuis 2016, que les microbilles de plastique sont une substance toxique.

http://ici.radio-canada.ca/

Sur les réseaux sociaux, combien valent vraiment vos données personnelles ?


Je trouve cela un peu compliqué, mais nos données personnelles sur Facebook pour des revenus publicitaires, c’est payant pour eux. Même si on ne clique par sur ces publicités, Facebook rapporte quand même un certain revenu
Nuage

 

Sur les réseaux sociaux, combien valent vraiment vos données personnelles ?

 

.

Données personnelles

Sur Internet, comme le dit l’adage : si c’est gratuit, c’est vous le produit.

SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Par Sarah Sermondadaz

Une extension pour navigateur développée par des chercheurs de l’université de Madrid vous permet de connaître en temps réel les revenus publicitaires générés par votre profil Facebook.

MONÉTISATION. Dans le monde des big data, combien valent vraiment vos données personnelles sur Facebook ? Les recettes publicitaires du réseau social ne cessent de croître de façon exponentielle : 17 milliards de dollars pour 2015, contre 764 millions en 2009. Et combien d’euros gagnés grâce à votre propre activité ? Pour l’usager, il est souvent délicat de répondre à cette question, tant l’opacité sur les algorithmes utilisés par les plate-formes (dont réseaux sociaux) est grande. Mais une extension gratuite pour le navigateur Chrome (bientôt disponible aussi pour Opera et Firefox) développée par des chercheurs de l’Université de Madrid permet d’estimer en temps réel la valeur économique dégagée par votre profil au fur et à mesure du temps passé sur le site de Mark Zuckerberg… un travail de recherche qui interroge d’ailleurs la valeur commerciale globale de nos données et les modes de régulation possibles.

Même sans cliquer sur les pubs, un internaute rapporte

L’outil madrilène, baptisé FDVT (pour Facebook Data Valuation Tools), permet de quantifier l’évolution de la valeur publicitaire d’un profil en fonction du temps passé sur le réseau social. Il s’appuie sur le projet TYPES, financé par l’Europe dans le cadre de l’initiative Horizon 2020, qui se préoccupe de la transparence de la publicité en ligne dans l’économie numérique.

« Chacun a une valeur différente sur le marché selon son profil, de sorte que l’outil ne fournit qu’une estimation des profits », expliquent Ángel et Rubén Cuevas, professeurs à l’Université Charles III de Madrid et créateurs de l’extension.

« Lorsque vous vous connectez à Facebook et recevez une publicité, nous déterminons la valeur qui lui est associée, le prix que ces annonceurs paient pour afficher ces publicités et chacun de vos clics sur une de ces publicités. »

Les deux chercheurs ont notamment constaté que le coût d’un utilisateur américain est à peu près deux fois supérieur à celui d’un utilisateur espagnol. Et ce n’est pas tout : ils ont également mis en évidence que même sans jamais cliquer sur un lien sponsorisé, Facebook générait néanmoins de la valeur à partir de votre profil.

Capture d’écran de l’extension : après quelques minutes seulement d’activité et sans cliquer sur aucune pub, l’auteur de ces lignes a déjà cédé près d’un dollar de revenu publicitaire à Facebook.

Une commodité marchande comme les autres ?

À l’heure où les données personnelles s’échangent pour une poignée de dollars (et notamment en Chine, on l’on peut acquérir les données personnelles de citoyens américains pour à peine 100 dollars), se pose la question de leur valorisation. Un rapport écrit fin 2016 par le Oxford Internet Institute s’interrogeait ainsi sur la chaîne de valeur des données personnelles (c’est à dire, l’évolution de leur valeur de leur création à leur utilisation dans l’économie numérique), et sur les types de régulation possibles, par exemple via une possible taxation de l’usage des données personnelles. Une démarche qui n’aurait rien d’évident, au vu de la nature internationale et dématérialisée des échanges de données

https://www.sciencesetavenir.fr