Une bonne personne


Peut importe si nous avons un beau visage et un corps de rêve, cela ne fait nécessairement pas une meilleure personne. Car notre physique change avec les années alors ce que nous sommes restera si on l’entretien
Nuage

 

Une bonne personne

 

Un joli visage va prendre des rides. Un joli corps va aussi vieillir. Mais une bonne personne restera toujours une bonne personne

Inconnu

Publicités

Animaux sauvages : les 10 plus drôles photos de 2017


    Voici la 3 ème édition qui choisi les meilleures photos de 2017 du Comedy Wildlife Photography Awards « Récompenses pour la photographie comique d’animaux sauvages », des réseaux sociaux Il faut vraiment être là au bon moment pour réussir de telles photos
    Nuage.

     

    Animaux sauvages : les 10 plus drôles photos de 2017

    Jeune chouette se rattrapant à une branche

    Voici une des quatre photos de la séquence ayant remporté le grand prix toutes catégories de la photo comique d’animaux sauvages de l’année 2017. Une jeune chouette tente de rejoindre son frère et sa sœur sur une branche. Photo prise dans la région de Ópusztaszer, en Hongrie.

    Persévérante, la jeune chouette parvient à se mettre à côté de son frère et de sa sœur. © Tibor Kercz, Comedy Wildlife Photography Awards

    Persévérante, la jeune chouette parvient à se mettre à côté de son frère et de sa sœur. © Tibor Kercz, Comedy Wildlife Photography Awards

    Un loir ivre de joie

    Cette photo a été primée dans la catégorie « On the Land ». La joie de ce loir est très communicative… Mais qu’est-ce qui le fait rire autant ? Sont-ce les effets du pollen de cette fleur ? À moins que ce ne soient le printemps ou l’été qui le rendent à ce point ivre de bonheur.

Un loir italien très heureux. © Andrea Zampatti, Comedy Wildlife Photography Awards

Un loir italien très heureux. © Andrea Zampatti, Comedy Wildlife Photography Awards

Un canard pressé qui vole comme un avion

Cette photo a été primée dans la catégorie « Up in the Air ». Dans le ciel de Preston, au Royaume-Uni, un canard un peu plus pressé que les autres semble voler comme un avion… L’alignement de la traînée avec le volatile est parfait.

Un canard qui met les gaz ! © John Threlfal, Comedy Wildlife Photography Awards

Un canard qui met les gaz ! © John Threlfal, Comedy Wildlife Photography Awards

Une tortue marine giflant un poisson

Cette photo a été primée dans la catégorie « Under the Sea ». Dans les eaux de Bacong, aux Philippines, une tortue marine gifle, ou pousse, un poisson de passage.

Voici une tortue… ninja ! Il peut arriver que certains animaux se sentent un peu à l’étroit dans l’océan. © Troy Mayne, Comedy Wildlife Photography Awards

Voici une tortue… ninja ! Il peut arriver que certains animaux se sentent un peu à l’étroit dans l’océan. © Troy Mayne, Comedy Wildlife Photography Awards

Trois manchots en route vers l’église

Cette photo a été primée dans la catégorie « Highly Commended ». Elle montre trois manchots fringants, sur leur 31, en procession vers l’église. Il n’y a pas grand monde avec eux. Normal, cela se passait en Géorgie du Sud, une île située entre l’Argentine et l’Antarctique, dans l’Atlantique sud.

Trois manchots en route pour l’église de Grytviken. © Carl Henry, Comedy Wildlife Photography Awards

Trois manchots en route pour l’église de Grytviken. © Carl Henry, Comedy Wildlife Photography Awards

Un gnou prend de la hauteur

Cette photo a été primée dans la catégorie « Highly Commended ». Un gnou dans le Masai Mara, au Kenya, prend de la hauteur au cours d’un rassemblement. Quel sera le sujet de son discours ?

Abraracourcix chez les gnous. © Jean-Jacques Alcalay, Comedy Wildlife Photography Awards

Abraracourcix chez les gnous. © Jean-Jacques Alcalay, Comedy Wildlife Photography Awards

Un renard fait ses besoins sur un golf

Cette photo a été primée dans la catégorie « Highly Commended ». Ce renard un peu pressé sur le green de San José, aux États-Unis, a-t-il visé juste ?

Attention en récupérant vos balles de golf ! © Douglas Croft, Comedy Wildlife Photography Awards

Attention en récupérant vos balles de golf ! © Douglas Croft, Comedy Wildlife Photography Awards

Deux singes prêts à prendre la route

Cette photo de deux singes prêts à partir a été primée dans la catégorie « Highly Commended ». Elle a été prise dans le Sulawesi du Nord, en Indonésie.

Une belle équipée sauvage. © Katy Laveck-Foster, Comedy Wildlife Photography Awards

Une belle équipée sauvage. © Katy Laveck-Foster, Comedy Wildlife Photography Awards

Une loutre nageant dans le bonheur

Cette photo a été primée dans la catégorie « Highly Commended ». Elle montre une loutre de merapparemment très heureuse dans les eaux de Californie.

Les joies d'un bon bain d'algues réchauffé par les rayons du soleil. © Penny Palmer, Comedy Wildlife Photography Awards

Les joies d’un bon bain d’algues réchauffé par les rayons du soleil. © Penny Palmer, Comedy Wildlife Photography Awards

Un jeune ours polaire grimpant sur le dos de sa maman

Cette photo attendrissante et joyeuse d’un jeune ours polaire grimpant sur le dos de sa mère a été primée dans la catégorie « Highly Commended ». Elle a été prise dans le Manitoba, au Canada.

Un ourson fait du stop sur le dos de sa mère. © Daisy Gilardini, Comedy Wildlife Photography Awards

Un ourson fait du stop sur le dos de sa mère. © Daisy Gilardini, Comedy Wildlife Photography Awards

Le Comedy Wildlife Photography Awards n’est peut-être pas encore aussi célèbre que les prestigieux prix de photos du monde sauvage, notamment ceux remis chaque année par de grandes institutions comme le Musée d’histoire naturelle de Londres ou le National Geographic, mais cela ne saurait tarder.

https://www.futura-sciences.com

Le Saviez-Vous ► 15 étranges cartes du monde


N’étant pas navigatrice, ces cartes me semblent vraiment bizarres, cependant pour les voyages marins, il semble que la projection de Mercator soit pratique, sauf qu’elle déforme les territoires occupés. Pour pallier à ce problème il y a la projection de Peters
Nuage

 

15 étranges cartes du monde

La raison pour laquelle certains pays semblent plus gros ou plus petits que d’autres est le résultat de la projection de Mercator.

En 1569, le cartographe flamand Gerardus Mercator a conçu une carte qui pouvait être utilisée pour la navigation, mais son système avait un inconvénient: il déformait la taille des objets selon leur position relative à l’Équateur.

Pour montrer à quel point notre perception de la grosseur des pays est erronée, ipnoze s’est servi du site web thetruesize.com pour déplacer des territoires à différents endroits.

Plus d’info: thetruesize.com (h/t)

1. Les États-Unis déplacés à côté de l’Australie semblent incroyablement petits.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

2. La Russie sur l’Équateur n’est plus si géante.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

3. Si le Brésil était en Asie, il serait immense.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

4. Si la Roumanie était une île dans l’océan Arctique.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

5. L’Australie est immense – elle couvre presque toute l’Europe.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

6. Lorsque tu déplaces le Canada en Amérique du Sud.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

7. Le Groenland n’est pas si gros en comparaison avec les États-Unis et le Brésil.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

8. La Californie déplacée sur le Royaume-Uni montre que leur taille est très similaire.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

9. La Chine déplacée sur la Russie.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

10. L’Indonésie s’étend sur la quasi-totalité de la Russie.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

11. L’Australie devient immense lorsqu’elle est déplacée sur l’Amérique du Nord.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

12. Si la Pologne était une île dans la mer de Norvège.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

13. L’Antarctique n’est pas beaucoup plus gros que le Brésil.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

14. L’Inde change beaucoup lorsqu’elle est déplacée au nord.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

15. Le Japon peut s’étendre sur la quasi-totalité du Canada.

Après avoir vu ces 15 cartes, vous ne regarderez plus jamais le monde de la même façon

https://www.ipnoze.com

    La projection de Mercator ou projection Mercator est une projection cylindrique tangente à l’équateur du globe terrestre sur une carte plane formalisée par le géographe flamand, Gerardus Mercator en 1569. Elle s’est imposée comme le planisphère standard dans le monde grâce à sa précision pour les voyages marins.

    La projection de Mercator est une projection conforme, c’est-à-dire qu’elle conserve les angles. Elle a cependant pour effet des déformations sur les distances et les aires. En effet, une distorsion s’accroît au fur et à mesure de l’éloignement de l’équateur vers les pôles. Une carte de Mercator ne peut ainsi couvrir les pôles : ils seraient infiniment grands. Cela a par exemple pour conséquence la vision d’une égalité de surface entre le Groenland et l’Afrique alors que cette dernière est 14 fois plus grande.

    Le principe de représentation sur un canevas orthogonal avait été esquissé par Dicéarque, Strabon1 et utilisé par Marinos de Tyr. Il était également connu des Chinois au xe siècle ap. J-C.

    Intérêt pour la navigation

    La plupart des cartes marines utilisent la projection de Mercator. Cette projection conforme conserve les angles (ce qui permet de reporter directement sur la carte les angles mesurés au compas, et vice-versa) mais pas les distances (l’échelle de la carte variant avec la latitude) ni les surfaces (contrairement aux projections équivalentes). Toute ligne droite sur une carte de Mercator est une ligne d’azimut constant, c’est-à-dire une loxodromie. Ceci la rend particulièrement utile aux marins, même si le trajet ainsi défini n’est généralement pas sur un grand cercle et n’est donc pas le chemin le plus court.

    Les cartes traditionnelles inspirées des travaux de Mercator destinés à la navigation ont pour principal défaut de donner une idée erronée des surfaces occupées par les différentes régions du monde, et donc des rapports entre les peuples. Ainsi :

  • L’Amérique du Sud semble plus petite que le Groenland ; en réalité, elle est huit fois plus grande : 17,84 millions de kilomètres carrés contre 2,16 millions.

  • L’Inde (3,3 millions de kilomètres carrés) semble de taille identique à la Scandinavie (1,1 million de kilomètres carrés).

  • L’Europe (9,7 millions de kilomètres carrés) semble plus étendue que l’Amérique du Sud, pourtant près de deux fois plus grande (17,8 millions de kilomètres carrés).

  • La Russie (17 millions de kilomètres carrés) semble beaucoup plus étendue que l’Afrique(30 millions de kilomètres carrés) alors que cette dernière est plus grande que l’Inde, la Chine, les États-Unis, l’Europe et le Japon réunis2.

  • L’Alaska apparaît aussi grand que le Brésil qui est pourtant 5 fois plus étendu.

  • L’Antarctique apparaît comme le plus grand continent, alors qu’il n’est en réalité que le cinquième par sa superficie.

  • L’Afrique apparaît de taille équivalente au Groenland alors qu’elle est de 14 à 15 fois plus étendue.

Pour pallier ces déformations, Arno Peters proposa une projection cylindrique (comme celle de Mercator) qui préserve les superficies relatives : la projection de Peters. Elle perd en revanche le caractère conforme, c’est-à-dire qu’elle ne préserve pas les angles et donc la forme des continents.

https://fr.wikipedia.org

Qui veut la peau du renard ?


Je ne connais pas grand chose à la politique française, mais pour avoir vue Nicolas Hulot dans son émission Ushuaïa, j’ai été surprise sur sa décision de considérer le renard comme un animal nuisible. Il s’avère que malgré les inconvénients, le renard à une grande utilité dans la chaine alimentaire. Avec son grand appétit, il mange des mulots et des campagnols vecteur de la maladie de Lyme. Il n’est donc pass aussi nuisible que cela.
Nuage

 

Qui veut la peau du renard ?

 

Renard bondissant

Le renard est encore considéré (à tort) comme un nuisible

PATRICK GLAUME / BIOSPHOTO

Par Loïc Chauveau

Toujours considéré comme un animal nuisible, le petit carnivore roux est exterminé dans nos campagnes. Pourtant des études récentes montrent que ce prédateur du mulot participe activement à la lutte contre la maladie de Lyme.

Explications.

RÉPUTATION. Mais qu’est-ce qu’il nous a fait ? Personnage rusé et sympathique des contes et dessins animés, le renard est pourtant toujours exterminé dans les campagnes françaises. La chasse déterre, gaze, tire, piège au minimum 500.000 de ces canidés tous les ans ! Accusé de transmettre des maladies, de voler les poules et de détruire le gibier, le goupil a depuis des siècles mauvaise presse si bien que ses défenseurs peinent à se faire entendre. Pourtant, des voix s’élèvent pour mettre en avant la précieuse contribution qu’il apporte en particulier à la lutte… contre la maladie de Lyme ! Un fléau disséminé par les tiques et qui affecte chaque année entre 300.000 et 600.000 Français, atteints de douleurs et de fatigue intense après une morsure de cet acarien. De quoi remettre en question le statut de « nuisible » accolé à l’animal comme l’a signifié l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) à Nicolas Hulot dans une lettre à laquelle le ministre de la Transition écologique n’a pas encore apporté de réponse.

Si le renard roux (Vulpes vulpes) joue un rôle dans la lutte contre la maladie de lyme, c’est en raison de son appétit. Il raffole en effet des mulots et campagnols. Efficace, chaque renard en dévore 6000 par an ! Or ceux-ci sont les grands vecteurs des tiques infectées par la bactérie Borrelia, responsable de l’infection. Une étude publiée en juillet sur le site de la Royal Society britannique a en effet montré que les acariens se cachent dans la fourrure des rongeurs pour se disperser sur de très vastes territoires. Une fois écloses, les larves des tiques, dont beaucoup sont infectées, se fixent aux organismes de ces petits mammifères évoluant au plus près du sol. Infestés à leur tour, ces derniers transmettent la bactérie à d’autres animaux lorsqu’ils sont ingérés. Or, le renard pourrait participer à la diminution du risque de transmission à l’homme en réduisant le nombre de rongeurs hôtes selon les chercheurs. Ils ont observé, à l’aide de centaines de caméras, 20 parcelles forestières de un hectare aux Pays-Bas présentant des densités de prédateurs différentes. Résultat : plus l’effectif des renards et de fouines était important, plus le nombre de tiques infectées était faible ! En outre, les chercheurs ont établi que, plus les prédateurs étaient nombreux, moins les rongeurs étaient porteurs de tiques… car, s’abritant dans leur terrier, ils sortent moins.

Ce n’est pas la seule qualité à mettre au crédit du petit carnivore roux. Car les écologues savent depuis longtemps que son appétit vorace en fait aussi le protecteur des récoltes, cibles des mêmes mulots et campagnols !

« Or plutôt que de protéger leurs prédateurs, on préfère éradiquer ces rongeurs avec un poison violent, la bromadiolone, qui intoxique toute la chaîne alimentaire ! », s’indigne Marc Giraud, porte-parole de l’Aspas.

Tous les ans, dans chaque département, le renard se retrouve en effet invariablement sur la liste des « nuisibles » établie par le préfet. Des animaux dont il faut se débarrasser parce que jugés préjudiciables aux humains. Concernant Vulpes vulpes, les services publics invoquent trois raisons : atteinte à la santé et à la sécurité publiques, dommages importants causés aux activités agricoles et forestières et dégâts sur la faune et la flore. Les animaux incriminés peuvent être abattus tout au long de l’année, sans aucune limite. Côté santé, la rage vulpine ayant disparu de l’Hexagone à la fin des années 1990, c’est désormais au nom de l’échinococcose que cette chasse est justifiée. Ce parasite, qui vit à l’état de larve chez les rongeurs, passe chez le canidé où il se développe et pond des oeufs expulsés avec les fèces. Les kystes au foie que cette maladie provoque peuvent être dangereux pour l’humain si celui-ci ingère des plantes ayant été en contact avec des crottes infestées ou s’il est léché par un chien ayant contracté le parasite. Soit… une quinzaine de cas par an en France.

Une réputation de voleur de poules et tueur de lapins

Quant aux chasseurs, ils se disent inquiets des atteintes à la faune sauvage, le renard étant considéré comme un concurrent envers les espèces de gibier comme le lapin, la perdrix ou le faisan.

« Faux ! dénonce Denis-Richard Blackbourn, écoéthologue attaché au Muséum national d’histoire naturelle. Le renard ne fait que profiter d’un gibier d’élevage qui ne sait pas se défendre dans la nature et constitue une proie facile. » 

Vulpes vulpes est par ailleurs soupçonné de participer aux prédations dans les élevages de volailles en plein air. Aussi l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a-t-elle cherché à quantifier cette pression en prenant l’exemple du poulet de Bresse qui, pour satisfaire aux règles de l’appellation d’origine contrôlée, vit en extérieur.

« Notre programme de recherche PoulHaieCREM a comptabilisé les pertes de jeunes poulets dans 36 exploitations, détaille Sandrine Ruette, de l’Unité prédateurs- animaux de l’ONCFS. Soit un taux de 13 %… ce qui n’est pas rien ! Mais nous n’avons pas pu déterminer la responsabilité réelle du renard par rapport aux autres prédateurs comme les rapaces. »

 Or, dans cette région, les « piégeurs » touchent 4 £ par animal tué. Raisons pour laquelle le canidé est traqué jusque dans son terrier par des chiens spécialement entraînés, tiré au fusil, étranglé par des collets ou emprisonné dans des cages. Ses défenseurs désespèrent.

« Il y a un immense fossé entre son image d’animal rusé et sympathique et le sort qu’on lui réserve », déplore Marc Giraud.

https://www.sciencesetavenir.fr

Le mystère des quipus incas percé par un étudiant de 21 ans


Un jeune étudiant a passé ses vacances à son bureau pour étudier le quipus inca, une sorte de collier avec des noeuds. Bien que certains faits sont connu sur le quipus, l’étudiant aurait décodé d’autres informations sur cet objet
Nuage

 

Le mystère des quipus incas percé par un étudiant de 21 ans

 

 

Manny Medrano a décelé la présence d’informations qualitatives au sein des quipus, ces ensembles de cordelettes nouées utilisées par les Incas. © Université de Harvard.

Ensembles de cordelettes nouées, les quipus étaient employés par les Incas pour enregistrer notamment les recensements de la population et les inventaires de biens. Cela, on le savait déjà. Mais selon Manny Medrano, un étudiant d’Harvard âgé de 21 ans, ces faisceaux renferment aussi des données qualitatives sur les habitants.

Le spring break s’apparente pour de nombreux étudiants américains à un moment de décompression passé (très) loin des syllabi et des préoccupations scolaires. Mais pas pour Manny Medrano qui a passé ses « vacances » devant son bureau avec les quipus incas plutôt qu’avec ses amis sur une plage de Floride. Et au vu du résultat, il a bien fait d’opérer ce choix.

© Twitter @IsabelOtt.

« Des feuilles de calcul Excel anciennes »

Les quipus assimilées par Manny Medrano à des « feuilles de calcul Excel anciennes », contiennent des données statistiques comme les recensements de population, les taxes, l’inventaire des ressources… La composante mathématique des quipus avait déjà été décelée par les chercheurs qui s’attelaient à les collecter et décoder.  Mais les quipus peuvent aussi permettre d’en savoir plus sur le profil des différents habitants, selon le jeune étudiant d’Harvard.

Plus que des chiffres

Les couleurs des cordelettes correspondent par exemple aux prénoms des villageois. Une découverte rendue possible grâce à la comparaison entre des quipus et un document écrit espagnol datant de 1670. Manny Medrano formule aussi l’hypothèse que la position des noeuds apparents sur les cordelettes précise le statut social de la personne.

L’ensemble des résultats de l’étude, réalisée avec le professeur d’archéologie Gary Urton, seront publiés en janvier dans la revue scientifique Ethnohistory

.

http://www.7sur7.be

Déneiger avec les moyens du bord quand il neige aux États-Unis!


Je suppose que même si les températures peuvent être en dessous de zéro en Pennsylvanie aux États-Unis, les tempêtes de neige qui restent plus 24 heures ne doit pas arriver souvent, enfin, je crois, car moyenne de température en Janvier -2/4C et Février – 2/5, alors a défaut d’avoir un chasse-neige, pourquoi ne pas en fabriquer 1 avec une tondeuse à gazon et une grande boite. C’est futé non ?
Nuage

 

Déneiger avec les moyens du bord quand il neige aux États-Unis!

 

EDUARDO MUNOZ / REUTERS

Une boîte en carton a de multiples usages.

Pas envie de pelleter ou d’engager un déneigeur? Faites comme cet Américain de la Pennsylvanie qui a construit une souffleuse à neige avec les moyens du bord. Une boîte en carton et une tondeuse à gazon suffisent afin de déblayer votre entrée.

Dans une vidéo publiée le 30 décembre sur Facebook, on aperçoit l’homme perché sur une tondeuse avec une boîte de télévision en guise de pelle. Le résultat est assez convaincant!

    « Souffleuse avec tondeuse à gazon et boîte de téléviseur 50 « ! Ça fait le travail! »

    Ça vous donne des idées pour la tempête qui arrive sur le Québec dans les prochains jours?

Consommer trop de sucre peut avoir des effets nocifs sur le cerveau


L’expérience fait en Nouvelle-Zélande sur un petit groupe sur les différents sucre et l’impact sur le cerveau au niveau de la capacité de l’attention. Le cerveau à besoin de sucre qu’on peut le trouver naturellement dans l’alimentation, alors que le sucre que l’on retrouver dans les boissons gazeuse et autres produits semble nuire à la mémoire à court terme
Nuage

 

Consommer trop de sucre peut avoir des effets nocifs sur le cerveau

 

CHESIIRECAT VIA GETTY IMAGES

 

Le sucre a plus de conséquences qu’on pense…

  • Isabelle Khoo  HuffPost Canada

Selon une nouvelle étude menée par l’University of Otago en Nouvelle-Zélande,les sucres communs peuvent affecter la façon dont le cerveau fonctionne et ils gênent la capacité cognitive.

KHOSRORK VIA GETTY IMAHESPortrait of beautiful girl with chocolate donuts. eating and looking at camera with funny face. studio shot on light gray background.

Les chercheurs ont étudié la performance cognitive de 49 personnes qui ont consommé des boissons contenant soit du glucose, du sucrose (du sucre de table) ou du sucralose (un édulcorant artificiel). Les participants ont été testés sur leurs délais de réponse, leurs calculs et sur des tests Stroop, des tests psychologiques mesurant le processus cognitif.

Après avoir analysé leurs performances, il était déterminé que ceux qui avaient consommé du glucose ou du sucrose avaient performé moins bien que ceux qui avaient consommé du fructose ou du sucralose.

«Notre étude suggère que le «coma de sucre» – par rapport au glucose – est un vrai phénomène, où les niveaux d’attention semblent décliner après la consommation de sucre contenant du glucose», explique l’auteure de l’étude Mei Peng à PsyPost.

TONGPATONG VIA GETTY IMAGESMen and Woman hand giving glass of cola.Glass of cola ,Soft drinks with ice, sweethart or buddy

Si c’est important pour le corps de consommer du glucose pour fonctionner correctement, les hauts taux de glucose des boissons sucrées ou de la nourriture peuvent endommager les cellules du corps, selon ce que Teresa Aubele, de Saint Mary’s College en Indiana, a expliqué à Psychology Today.

Ceci peut «ultimement affecter votre capacité d’attention, votre mémoire à court terme et votre stabilité émotionnelle», ajoute-t-elle.

De plus, Mei Peng, l’auteure de l’étude, croit que plus de recherche est nécessaire par rapport à ce sujet.

«La recherche future devra quantifier comment les différentes régions du cerveau changent après la consommation de sucre – en utilisant des techniques de neuroimagerie», a-t-elle expliqué. «Ceci va nous aider à mieux comprendre comment le manque d’attention survient après la consommation de glucose.»

Si Santé Canada n’a pas de recommandations spécifiques pour la consommation de sucre, l’Organisation mondiale de la santé note que pour les enfants comme les adultes, ça devrait être moins de 10 pour cent de l’apport énergétique.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca